Line of Fire

First Signal

17/05/2019

Frontiers Records

Vous connaissez cette expression, « de toutes façons, même habillée comme un sac, les cheveux gras, le premier jour de tes règles et sous l’éclairage d’un néon blafard, tu serais quand même la plus belle » ? Non ? C’est normal, elle est de mon cru, et pourtant, aussi déplacée semble-t-elle dans le contexte d’une chronique, elle s’applique totalement au cas de figure du jour. En substance, elle traduit trivialement le fait que n’importe quel album sur lequel Harry HESS chante tient du génie, et représente la quintessence d’un Hard Rock mélodique moderne, que l’homme a quasiment inventé seul, aux côtés toutefois de son compère de toujours Pete LESPERANCE. Nous allons encore y revenir, mais certaines mises au point répétitives ne le sont jamais en vain, mais HAREM SCAREM a représenté aux années 90 ce que JOURNEY fut aux années 70, une définition, un art insurpassable, une mine de hits que le public a transformés en classiques, et une liste de critères à respecter pour enregistrer un chef d’œuvre sans faire de faux pas. Mais HAREM SCAREM fut et est, et il en va de même pour le projet parallèle FIRST SIGNAL, né de l’imagination terriblement fertile du CEO italien Serafino Perugino, qui un beau jour de 2010 accueillit Harry avec une poignée de morceaux qu’il souhaitait le voir interpréter. Séduit par cette attention, mais aussi par la qualité des chansons suggérées, le chanteur de référence accepta donc de se lancer dans ce nouveau projet, son groupe principal étant alors dormant. C’est ainsi que Harry et Dennis WARD scellèrent un pacte d’amitié artistique, débouchant sur l’enregistrement et la parution d’un premier LP éponyme, d’un niveau harmonique sans égal, et qui annonçait une longue carrière que nul ne semblait entrevoir à l’époque. Depuis, c’est le suédois Daniel FLORES (ISSA, THE MURDER OF MY SWEET) qui a pris la suite, de ses claviers, batterie et sens de la production, et le nouveau tandem de graver un second long, après la reformation du modèle SCAREM pour Thirteen

Nous aurions pu nous dire qu’avec son groupe d‘origine réactivé, le talentueux HESS allait se recentrer, mais c’était sans compter sur l’opiniâtreté de Frontiers et de Daniel, qui ont su convaincre Harry de remettre le couvert pour un troisième longue-durée. Et grand bien lui en pris, puisque ce Line of Fire, troisième signal envoyé par FIRST SIGNAL est sans doute ce que le projet a proposé de meilleur depuis sa conception, atteignant même les cimes de qualité enivrantes autrefois défiées par l’aigle HAREM SCAREM. Sans vouloir être définitif, ces onze nouveaux morceaux sont probablement ce que vous pourrez entendre de plus immaculé dans le petit domaine de l’AOR contemporain, surpassant la plus grosse partie de la production Frontiers actuelle, pourtant au sommet de sa forme. Et avec des formules à l’emporte-pièce, des jugements hâtifs, et un peu de subjectivité guidée par la passion, j’irai même jusqu’à affirmer que Line Of Fire est l’album que les HAREM SCAREM auraient dû enregistrer à la suite du monument Mood Swing, pour en confirmer la domination sur des nineties fatiguées. Mais en tempérant quelque peu mon enthousiasme, et pour me rapprocher d’une réalité de faits, je pourrais dire que Line of Fire se place en convergence de Hope et Mood Swing de HS, en incarnant une sorte de chaînon manquant, mais qu’il domine des mélodies et de l’énergie les deux premiers LPs de FIRST SIGNAL. En formation quintet (Daniel FLORÈS - claviers/batterie, Michael PALACE -  guitares, Johan NIEMANN -  basse, Darren SMITH - chœurs et Harry HESS - chant), le groupe joue toujours sur du velours, et s’en remet à des compositions signées par un panel impressionnants de créatifs (Stan Meissner, Harry Hess, Henrik Hedström, Lars Edvall, Anderz Wrethov, Andreas Johansson, Carl Dixon, Bruce Turgon, Sören Kronqvist, Morgan Jensen, Hal Marabel, Daniel Palmqvist, Ulrick Lönnqvist & Nigel Bailey). Le tout est bien évidemment emballé dans une production sur mesure peaufinée par Daniel, qui une fois encore est parvenu à trouver un équilibre stable entre férocité et douceur, nous offrant de fait un compromis idéal entre AOR fatal et Hard mélodique saignant, mais abordable. Et la sentence tombe sans appel, puisque ce troisième album représente la quintessence d’un style qui évite la nostalgie à outrance pour accepter son époque et lui offrir l’un des plus beaux cadeaux qui soit.

Difficile de faire son marché dans cet Eden de chansons toutes plus belles les unes que les autres. Pourtant, en choisissant d’y faire figurer sur les étals des morceaux datant quelque peu (« Born to Be a Rebel », co-composée par Hess et Stan Meissner en 1989, et « Walk Through the Fire » / « Never Look Back Again » du même Meissner), HESS a pris le risque de jouer la carte trop prononcée du vintage, ce que la production de Flores évite de ses guitares saignantes et de sa rythmique proéminente. D’ailleurs, et ce malgré une intro aux claviers veloutés, « Born to Be a Rebel » incarne une sorte de parangon de la perfection entre Heavy harmonieux mais appuyé et FM relevé, dans la plus grande tradition du BON JOVI des mid 80’s, et du HAREM SCAREM le plus caressant. Harry, très en voix comme d’habitude, profite de chœurs très en avant pour soigner ses harmonies vocales, tandis que la guitare de Michael PALACE lâche des riffs sans compromis, permettant au groupe de se situer au juste milieu de la puissance et de la nuance. Volonté de ne pas choisir totalement son camp, qui se confirme au gré des pistes qui frisent tellement la perfection qu’elles l’atteignent, comme une synthèse de Richard MARX, HARDLINE, et SCAREM, avec des tubes que le Billboard aurait pu chouchouter il y a quarante ans (« A Million Miles »). Rarement un disque aura sonné aussi spontané et frais que professionnel et carré, que l’emphase soit mise sur l’émotion (« The Last of My Broken Hearts »), ou sur le pilonnage dansant totalement euphorique (« Tonight We Are the Only », on dirait que l’école suédoise actuelle a fait des émules).

En quarante-trois minutes, le quintet nous donne une leçon de savoir-faire tout bonnement sidérante, copiant les meilleurs aspects de HAREM SCAREM pour les propulser vers l’avenir (« Walk Through the Fire »), ou mêlant l’acoustique cristalline et les power-riffs anthémiques (« Here With You »). Et entre les citations d’époque (« Need You Now », on se croirait franchement en 1988), et les accélérations musclées (« Falling », un pur burner que les PRETTY MAIDS et SCORPIONS auraient pu se disputer), Line Of Fire est plus qu’un simple troisième album, il est un feu d’artifices célébrant le talent incontestable de musiciens passionnés, qui individuellement restent des références, mais qui une fois ensemble multiplient leurs compétences par mille. Et si ce signal n’éveille pas vos consciences, c’est que vous êtes perdus pour la cause depuis longtemps.   

 

 Titres de l’album :

                         01. Born to Be a Rebel

                         02. A Million Miles

                         03. The Last of My Broken Hearts

                         04. Tonight We Are the Only

                         05. Walk Through the Fire

                         06. Never Look Back Again

                         07. Line of Fire

                         08. Here With You

                         09. Need You Now

                         10. Falling

                         11. The End of the World

Facebook officiel


par mortne2001 le 06/06/2019 à 16:52
95 %    351

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Perry

Punaise, ce que c'est nul!

27/01/2021, 20:41

Bones

J'ai jamais pu encaisser les QCM.

27/01/2021, 16:44

Humungus

Moi penser tout pareil.

27/01/2021, 15:56

Solo Necrozis

Pareil, c'est quoi l'objectif, avoir Oranssi Pazuzu dans Taratata ? Je ne comprendrai jamais ce désir d'être accepté par une industrie qui n'a presque rien d'artistique et pour qui la musique est un produit à écouler en espérant en(...)

27/01/2021, 15:30

Arioch91

Meilleur album Black à capucheMeilleur album de pouêt-pouêt Metal à bouée (on enlève Alestorm sinon c’est pas du jeu)nanmé

27/01/2021, 15:17

Buck Dancer

"c'est comme le sexe, au début tu chatouilles un peu les parties visibles et seulement après tu explores en profondeur"... et c'est là où ça fait mal !!! 

27/01/2021, 15:05

Simony

Je pense que l'on peut creuser l'idée des catégories, il y en a des biens dans tes propositions Jus de cadavre  (...)

27/01/2021, 14:33

RBD

Hail of Bullets, l'excellence va decrescendo du premier au troisième album. Dans la discographie de Martin van Drunen il faut aussi citer le deuxième album de COMECON, "Converging Conspiracies", u(...)

27/01/2021, 13:25

Jus de cadavre

Les 13 catégories des Victoires Rock et du Metal 2021 !Meilleur album de Bestial War Black MetalMeilleur album de PorngrindMeilleur album de NSBMMeilleur album de Crust Punk à chienMeilleur album HM-2 Entombed-likeMeilleur album Black Metal (...)

27/01/2021, 12:11

Gargan

Quand je vois la dénomination "rock/metal", ça me fait fuir, gros effet répulsif. Non pas que j'oublie les racines blablabla mais là, ça me fait penser à de l'édulcoré pur jus, un peu comme rtl2 et son "son pop/rock&(...)

27/01/2021, 08:46

Arioch91

@Bones : merci pour Hail of Bullets, je préfère ce que je suis en train d'écouter (le premier) à ce Necroceros. Ca m'emballe bien plus alors je pense rattraper mon retard du côté de HoB plutôt que d'Asphyx.

27/01/2021, 08:07

Kairos

Ouais dsl j'ai été un peu sec, mais l'autre andouille est venu gratuitement me baver sur les rouleaux... J'aurais dû employer l'adverbe "cordialement" à la fin de mon précèdent post. 

26/01/2021, 16:03

Bones

Mouais, mais par contre je vais rapidement le réécouter pour voir si mon approche a évolué. C'est vrai qu'il est réputé...  j'ai sans doute raté le coche.

26/01/2021, 13:14

Arioch91

@Humungus : SIC... And Destroy !   Comme disait Coluche : la politique ? C'est quand on est poli et qu'on a(...)

26/01/2021, 10:45

Arioch91

@Humungus : je confirme pour The Rack. Plusieurs fois j'ai essayé mais sans jamais accrocher.Y a des albums comme ça

26/01/2021, 07:56

Humungus

Toujours "intéressant" (SIC !!!) quand la politique s'insère ici... ... ...

26/01/2021, 07:38

Humungus

Ne pas "rentrer" dans "The rack" ?!?!Bizarre étant donné la monstruosité de cet album...Quoi qu'il en soit, je plussoie sur HAIL OF BULLETS !Pis n'oublions pas le merveilleux GRAND SUPREME BLOOD COURT non plus hein !!!(...)

26/01/2021, 07:35

Arioch91

@Bones : merci pour l'idée, vais m'écouter les trois albums de Hail of Bullets, juste histoire de rattraper mon retard concernant le père Van Drunnen.

25/01/2021, 20:12

Bones

Ce dernier Asphyx n'est pas une montagne de nouveautés mais il est super efficace. On sent les vieux briscards qui connaissent parfaitement leur affaire.Etant un gros fan de Van Drunen, je vais décortiquer ses paroles en ne doutant pas que les morceaux vont s'en tro(...)

25/01/2021, 18:39

Jus de cadavre

Ouais, ils frappent fort les anciens avec cet album ! 

25/01/2021, 18:17