Oscura

Espías Malignos

18/11/2021

Yahuar Mallcu Records

Nouveau venu sur la scène colombienne, ESPIAS MALIGNOS proposait l’année dernière son premier album longue-durée, et trente-huit minutes d’agression raisonnable. Ana Maria Cabrera (basse), Néstor Osuna (batterie), Diego R. Cruz (guitare) et Rodrigo Vargas (guitare/chant) affichent donc des prétentions modestes, mais un niveau de créativité suffisamment intéressant pour que vous vous y penchiez. Car en effet, loin d’un classicisme trop prononcé, ces colombiens osent le mélange des genres, et font souvent appel à des sonorités extérieures, plus bluesy et symptomatiques de la NOLA pour corser leur mélange.

Oscura joue donc comme l’un de ses titres le souligne sur du clair/obscur, avec des mélodies cachées dans l’ombre, et une lumière Thrash aveuglante mais pas trop, et loin de la crudité sud-américaine en a matière. Leurs influences seraient d’ailleurs plus à situer au nord, mais au sud des Etats-Unis, entre la Californie et la Nouvelle-Orléans, comme un prototype colombien d’EXHORDER, pas encore sorti des usines pour cause de brèches à colmater.

Ces esprits malins le sont donc dans les faits, et malgré une violence raisonnable et un tempo qui reste dans les clous, ce premier LP fait montre d’un désir de s’éloigner quelque peu d’une vague old-school trop prévisible. Loin d’être parfait - logique pour un premier album - Oscura est donc un disque méritant, qui propose des soli originaux transcendant la plupart du temps des riffs formels. Entre le SEPULTURA de Schizophrenia moins porté sur l’hystérie, et les suédois d’AGONY en version Red Bull, ESPIAS MALIGNOS est donc une sorte de concession entre tous les visages du Thrash ancien, avec un lifting légèrement contemporain.

Nous n’évitons évidemment pas les citations dans le texte, à l’image de l’intro de « Traumática », subtil démarquage de celle du séminal « Creeping Death », et les références restent parfois un peu encombrantes. Mais un niveau technique notable, un investissement indéniable, et une jeunesse fraiche font de ce premier album un témoignage intéressant de la vitalité de cette scène colombienne, très portée sur une violence plus tamisée depuis quelques années.

Notons pour la précision une production un peu sèche qui convient très bien à l’optique choisie, et un mixage qui n’oublie pas la basse dans les abysses des médiums. Et si certains morceaux se suivent et se ressemblent, si les passages les plus amers ne sont pas sans évoquer le PANTERA des grandes années chanté en espagnol, si l’ensemble tient parfois debout de son côté monolithique, ESPIAS MALIGNOS sait placer une accélération au bon moment, ou au contraire, un écrasement soudain qui relance la machine sur les rails.

Les tubes rêches ne manquent donc pas, la lourdeur est conséquente, et les syncopes efficaces. Ainsi, le plus long « Falacias » se joue d’un mid-tempo hypnotique et d’un mi gratté à outrance, avant de se souvenir des astuces du SACRED REICH des années 90. A l’inverse, l’intermède instrumental très ibère « ClaraOscura » nous offre une jolie mélodie jouée avec dextérité, préparant le terrain pour l’évolutif « Nadando En El Cielo De Barro (Parásitos) » et ses six minutes de déroulé.

A ce moment-là, quelques ambitions plus claires s’affichent, et le groupe montre un autre visage, moins figé dans le temps. Intro mystique en dissonances, chant en écho, pour une ambiance prenante et nocturne, qui rappelle quelques efforts de TESTAMENT pour susciter le mystère harmonique. Des qualités donc, une envie de dévier d’un trop droit chemin, un son intéressant, et des capacités à envisager l’avenir sous un angle moins droit. La seconde partie de l’album, brumeuse et étrange nous promet des lendemains moins systématiques, laisse la basse aux avant-postes (« Onerosa »), privilégie l’ambiance sur la puissance (« Buitres »), et laisse un goût étrange en oreilles.

ESPIAS MALIGNOS a donc pondu un album qui prend son temps pour se révéler. Un album qui se lit à plusieurs niveaux, encore un peu amateur dans la mise en place, mais qui cache des capacités notables. Une carrière à suivre donc, pour un jeune groupe qui a encore des choses à apprendre.    

    

                                                                                                                                                                                                       

Titres de l’album:

01. Oscura

02. Cruel

03. Traumática

04. Asesinados En Nombre De...

05. Falacias

06. ClaraOscura

07. Nadando En El Cielo De Barro (Parásitos)

08. Onerosa

09. Buitres

10. Uróboros


Facebook officiel



par mortne2001 le 24/10/2022 à 18:08
78 %    394

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Hatebreed + Crowbar

RBD 18/06/2024

Live Report

Nostromo + Nwar

RBD 03/06/2024

Live Report

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

Je pense que DL100 causait du clip...Et là, on peut pas lui donner tort hein... ... ...

19/06/2024, 06:55

Gargan

Plutôt injuste comme commentaire, je m’attendais à qqch de super cheap alors qu’il n’en est rienet musicalement ça se tient (parfois même l’impression d’entendre du Alastis !).

18/06/2024, 22:28

Gargan

La pochette évoque un retour au sources, mais ça ne me fera pas oublier phantoms, qui reste indétrônable.

18/06/2024, 22:20

Kiss the Goat

Un renouveau dans ce qui se fait en français 

18/06/2024, 21:43

DL100

Ah ouais, quand-même... C'est hautement ridicule et pathétique là...

18/06/2024, 12:07

Gargan

Hmmm j'ai tendance à préférer cette version, c'est mal. J'ai le sentiment que c'est plus lisible et pêchu et - heureusement - le son des toms est préservé, le genre de détail qui devait persister. Vont-ils nous refaire le coup po(...)

17/06/2024, 09:04

RBD

C'est une bonne surprise. Kerry n'a eu évidemment aucun mal à bien s'entourer mais ses partenaires ont apporté une pêche supérieure aux derniers Slayer. Ce Thrash à fond est mieux inspiré que celui de "Repentless" sans(...)

16/06/2024, 18:58

Humungus

De ces deux extraits proposés, il ne ressort effectivement pas grand chose...En tous cas, beaucoup moins que sur la réédition de "Morbid visions" qui m'avait bizarrement beaucoup plu l'année dernière.En même temps, et je s(...)

16/06/2024, 08:52

Moshimosher

Franchement, très bonne surprise ! Et vraiment content pour eux qu'ils puissent continuer ! Malgré la vie, la mort continue et c'est bon !!! \m/

15/06/2024, 20:44

Arioch91

L'édition originelle est intouchable, avec un son qui lui est propre et qui l'identifie dès les premières secondes. Sans oublier ce son particulier des toms d'Igor, comme sur le Pleasure to Kill de Kreator.Avec ce réenregistrement, on est loin de (...)

15/06/2024, 19:42

Humungus

Ouais... ... ...Bah à l'écoute de ce titre, cela ressemble comme deux gouttes de foutre à NIFELHEIM hein.Et à du très bon NIFELHEIM qui plus est !De fait, étant über fan de ce groupe, j'attends cette galette avec impati(...)

15/06/2024, 09:11

Moshimosher

Bon, par contre, l'extrait me laisse dubitatif...

15/06/2024, 06:37

Moshimosher

En tant que grand fan, je suis partagé... mais bon, pourquoi pas ! Surtout que j'ai tous les albums d'Edge of Sanity (Until Eternity Ends compris) et une bonne moitié des Nightingale... donc, qui sait... s'ils sont aussi en digital, je pourrais me laisser tenter par c(...)

15/06/2024, 06:33

RBD

Les concerts ne sont qu'une partie de ce petit festival. La dernière fois il y avait des conférences, des "masterclass", un marché aux puces, etc. Ce n'est pas évoqué ici mais je m'attends à retrouver tout cela. La progra(...)

14/06/2024, 11:18

Gargan

Pas un groupe de métal « trad » pour des « états généraux », ça donne vraiment beaucoup d’envie et de crédibilité…

14/06/2024, 07:43

metalrunner

Merci pour la redécouverte Ravage in peace c est trop bon

13/06/2024, 20:13

LeMoustre

Oh la torgnole thrash !Ah oui on sent bien l'influence du Dark Fuckin' Angel période Don Doty a plein nez. Le tempo effréné, les vocalises dans l'esprit. Parfait Achat direct cash de chez cash.J'adore, tout a fait pile poil ma cam(...)

11/06/2024, 20:30

Arioch91

Écouté ce matin en mode découverte tout en bossant, pas l'idéal mais pas le choix.Au premier ressenti, j'ai pensé à un croisement endiablé entre le Darkness Descends de Dark Angel et le Pleasure to Kill de Kreator. On a connu pire (...)

11/06/2024, 12:28

Humungus

"System Shock est un sérieux prétendant au titre d’album Thrash de l’année"Itou mec !!! !!! !!!Pour ma part, je vois plus dans ce superbe album la patte des "Trois Grands Teutons" (KREATOR, DESTRUCTION &(...)

11/06/2024, 11:01

Jus de cadavre

La prod est une fois de plus monstrueuse, bordel il s'est fait attendre celui là !

11/06/2024, 08:49