Et hop, en douce, on nous refait le coup du supergroupe, et ça faisait longtemps quand même. Alors supergroupe, on connaît l’arnaque, généralement, ça pue le faisandé, le fun fumier ou la démonstration boursouflée, et ce, même si le casting est impeccable et loin d’être formaté.

Alors en plus ça sort des usines Ipecac, et on sait le label capable de s’engager auprès d’un truc bricolé à la va-vite. Donc, on se gratte la tête et on s’interroge, et du coup, on regarde les gens impliqués.

Pas rassuré forcément, on note la participation active des deux tiers des MELVINS, Buzz évidemment et Dale, on prend acte de la présence du AT THE DRIVE-IN/MARS VOLTA Omar, et surtout, de l’implication derrière le micro de la charmante et vénéneuse Teri Gender Bender (Teresa Suárez quand il faut faire des démarches administratives) des LE BUTCHERETTES.

Bon, on sait que le gros Buzzo se débrouille bien tout seul pour trouver des plans foireux, mais avec le garde-fou Dale à ses côtés, on se dit que son imagination potache a peut-être été bridée.

On sait Omar et Teri en couple humainement et artistiquement, alors on n’en sait pas plus finalement. On sait aussi que les MELVINS et les LE BUTCHERETTES ont tourné ensemble en 2015, se rejoignant même pour quelques reprises bien ou mal senties (genre « Fascists Eat Donuts » des POP-O-PIES ou « Rebel Girl » des énervées BIKINI KILL), alors on se dit (on se dit beaucoup de choses en fait), que tout le monde se connaît, s’entend bien, et semble capable de produire un album susceptible de résumer chaque aspect de leur personnalité/groupe, même si deux gros tiers des MELVINS vont finir par faire pencher la balance du côté d’un gros Sludge alternatif libre et bizarre. Un nouveau Houdini ?

Pas si loin que ça finalement, mais pas forcément non plus, même si de temps à autres, tout ça sonne comme un nouveau MELVINS inédit avec une femme qui chante et qui mélodise. Mais non, c’est BEAUCOUP plus que ça. Vraiment.

En tout cas, beaucoup plus qu’un nouvel album de Dave et Buzz, qui depuis quelques années ont tendance à fatiguer niveau inspiration.

Ici, elle est multiple, tâte du Psychédélisme, du gros Vintage Rock bien lysergique, mais aussi d’un Sludge avec touche féminine appréciable, qui pourtant, ne donne pas dans la dentelle niveau lyrics. Puisque évidemment, c’est Teri qui s’en est chargée, vous vous en doutiez. Elle n’est pas là juste pour faire joli et faire vibrer ses cordes vocales. Et c’est TANT MIEUX !

Ce premier album éponyme, niveau technique, a été produit partiellement à Los Angeles avec le fidèle des MELVINS Toshi Kasai, et partiellement à El Paso, Texas, par un ex BUTCHERETTE, Chris Common. Beaucoup de breaks durant la conception histoire de s’aérer la tête, et des films ingurgités, des donuts, de la bouffe, et un résultat qui ne file pas la gerbe, loin de là. Et au-delà du concept pourri de supergroupe, Crystal Fairy pourrait bien être un des meilleurs albums de ce début d’année.

Buzz Osborne :

« Je voulais emmener Teri vers un truc plus Heavy Metal. Un truc dont elle n’avait pas l’habitude. Elle s’est adaptée très rapidement. Et pourtant Dieu sait si elle n’est pas franchement Heavy Metal ».

Dale Crover :

« Teri est venue en répétition, et nous lui avons dit, « Ok, qu’est-ce que tu n’as jamais fait ? », elle nous a répondu, « Ben, je n’ai jamais fait de Rap ! ». Et nous, genre… « Ouais, ben c’est pas le genre de truc qu’on va faire ici. »

Et finalement, CRYSTAL FAIRY ne fait ni l’un ni l’autre, même si à cause, malgré, ou grâce à Dale et Buzz, ce premier album sonne forcément Heavy Metal quelque part.

Une sorte de Heavy Metal alternatif, qui ose des textes féministes essentiels pour le rendre moins machiste, et qui en définitive, propose une vision très BIKINI KILL du Metal d’aujourd’hui, avec un soupçon de délire psychédélique des 70’s. 

Un peu comme si la vague des Riot Grrrls se la jouait délire sur du JANE’S ADDICTION en écoutant les BLUES PILLS assises à côté des MELVINS et BREACH. Un truc vraiment lourd parfois, souvent Rock débridé à la SONIC YOUTH, parfois complètement évaporé mais les deux pieds sur terre, comme la BO d’un pulp movie pas signé par Tarantino, mais par un réal d’origine mexicaine genre Rodriguez, bien décidé à nous en coller plein les mirettes avec des personnages hauts en couleurs et qui n’ont rien à perdre.

Et avouons-le, c’est franchement génial.

D’ailleurs, ça l’est dès l’ouverture de « Chiseler », qui cavale grave et qui laisse une basse énorme prendre le pas sur des guitares un peu timides mais grasses, le tout survolé de la voix évanescente et juvénile de Teri. Le son fait immédiatement penser aux MELVINS, mais qui partageraient la fuzz avec une version hologramme des HOLE ou de SLEATER KINNEY. Un truc un peu raide mais élastique, alternatif évidemment, et surtout, efficace et mélodique, genre hit vintage qui reste gravé dans l’inconscient.

Parce que le quatuor se l’est jouée fine quand même. Pas de long délire pesant et étouffant, des trucs courts remplis de gimmicks cools, et beaucoup de thèmes qu’on retient.

Ils l’ont eux-mêmes dit, tout est allé très vite, MELVINS style, et au bout d’une ou deux répètes, des morceaux entiers se dégageaient.

Tiens, « Necklace of Divorce » a giclé comme ça d’ailleurs. Et ça se ressent à la première écoute, parce que ça pourrait dater des 90’s comme des 70’s. Et pourquoi ? Parce que la voix de Teri est toujours aussi incroyable et versatile, comme une X-men vocale (ou X-women, sorry) capable de muter selon les émotions. Puissante, caressante, sournoise, séduisante, menaçante, castratrice, toute la palette d’émotion est là, sous vos oreilles. Et comme les trois autres savaient très bien de quoi elle était capable, ils ont adapté l’inspiration au meilleur de leur niveau. Et ça en dit long non ?

Tiens, le giclant « Crystal Fairy » et son épisode psychiatrique en camisole de Sludge bluesy qui colle au palais, ça ne ressemble pas à une prescription médicamenteuse par hasard ? Et Teri qui chante comme Katie Jane Garside et Billy Corgan à la fois…Derrière, un mur de riffs énormes, à la SAB’, mais aussi dans une communion entre Kim Gordon et les MASTODON. Bref.

« Bent Teeth » se prend pour un THERAPY englué sur la toile bien tissée d’un JANE’S ADDICTION en pleine descente de Haight-Ashbury.

« Moth Tongue » est le plus MELVINS du lot, mais aborde le sujet grave des violences domestiques d’une voix perdue dans l’écho et la réverb’. « Posesion » pioche une fois de plus dans l’héritage des chaotiques nineties, mais le fait, con gusto, et revendique en moins de trois minutes l’héritage des BIKINI sans en avoir l’air, et en plus violent, bien sûr.

« Sweet Self », joue le Nick Cave, mais façon Kate Bush sous acides. Et rappelle même les injections les plus occultes des 70’s, sans toucher à COVEN de trop près.   

Et le plus long « Under Trouble » tombe dans le Blues inquiétant et larvé, avec des fréquences à la limite de la saturation. Riff à l’économie rachitique, et longue progression qui laisse la tension s’installer, pour une montée orgiaque. Une sorte de valse cauchemardesque entre QUEEN ADREENA et un LED ZEP pas vraiment bien réveillé. Mais un truc immédiat qui sent l’ad lib, et qui s’incruste sous vos cheveux. Pas ceux de Buzz, les vôtres, nous sommes d’accord.

Bon, est-il temps de dresser un bilan de ce premier disque qui risque fort de BEAUCOUP faire parler de lui ? Et d’elle par extension ?

« Sur cet album, de quoi êtes-vous le plus fière ? »

« Oh…Les souvenirs. »

C’est Teri qui répond à cette question, et vous savez quoi ? On la croit sur parole. Parce que finalement, malgré l’argument, CRYSTAL FAIRY n’est pas un supergroupe. Juste quatre potes, musiciens, ce que vous voulez, qui ont composé et joué ensemble, et qui ont grave pris leur pied. En laissant traîner quelques messages sur le bord des sillons.

Comme si la puissance et l’importance de chacun de leurs groupes respectifs s’étaient vues additionnées en studio pour atteindre une créativité énorme. Il est d’ailleurs étonnant qu’ils aient réussi à capter ça sans se brûler, tellement c’est incandescent.

Beau comme un premier album presque imparfait, et comme le talent conjugué de musiciens qui se connaissent par cœur.  

 Et s’aiment. Et nous aiment aussi.


Titres de l'album:

  1. Chiseler
  2. Drugs on the Bus
  3. Necklace of Divorce
  4. Moth Tongue
  5. Crystal Fairy
  6. Secret Agent Rat
  7. Under Trouble
  8. Bent Teeth
  9. Posesion
  10. Sweet Self
  11. Vampire X-Mas

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 14/03/2017 à 14:25
95 %    369

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Block Buster

Losing Gravity

Metalian

Vortex

Ancient Moon

Benedictus Diabolica, Gloria Patri

The Defiants

Zokusho

Lee Aaron

Power, Soul, Rock N' Roll – Live in Germany

Aphrodite

Lust and War

Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Death Feast Open Air 2019

Mold_Putrefaction / 19/09/2019
Brutal Death Grind

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Flush!! + Xbreak Outx

26/09 : L'ambuscade, Lyon (69)

+ Elyose + Ancient Bards

26/09 : Le Gibus, Paris (75)

Mars Red Sky + Lysistrata + It It Anita

27/09 : La Nef, Angoulême (16)

Pictured + Evilness + Gengis

27/09 : Le Spot, Spézet (29)

A Very Sad Story + Cleaver

27/09 : Le Dropkick, Reims (51)

Vola + Arch Echo + Rendezvous Point

27/09 : Hard Rock Café, Lyon (69)

Misþyrming + Vortex Of End + Darvaza

27/09 : Le Gibus, Paris (75)

Bliss Of Flesh + MÖhrkvlth + Vosegus

28/09 : Espace Leo Ferre, Brest (29)

Alea Jacta Est + Stinky + Wank For Peace

28/09 : Le Rex, Toulouse (31)

Blood Ages + Pray Manticore + From Dusk To Dawn

28/09 : Ecole Des Filles, L'isle-bouzon (32)

Pictured + Evilness + Gengis

28/09 : La Fontaine De Brocéliande, Saint-péran (35)

Fange + Grist + Verdun

28/09 : Molodoï, Strasbourg (67)

Malkavian + Warband + Shut The Fuck Up

28/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

Temple Of Baal + Archgoat + Au Champ Des Morts

28/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Furies + Nemost + No Return

28/09 : Salle Claude Pouillet, Evry-gregy-sur-yerres (77)

Monarch! + Vouna

28/09 : L'hélice, Toulon (83)

Promethean + Chapel Of Disease + Sulphur Aeon

29/09 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Effectivement super petite association de gaillards passionnés et surtout très sympas.
J'ai déjà fait à maintes reprises le trajet jusque Fismes histoire de voir sur scène mais aussi backstage (bah oui, j'suis un gros fana de dédicaces... Une putain de groupie quoi...) des groupes ou de(...)


Aaah !
Effectivement, tu t'étais mal exprimé alors...
Vaut mieux ça.
J'ai déjà connu des têtes de con au niveau sécu mais là, cela faisait un peu beaucoup tout de même.


Vraiment très bonne chronique qui m'a donné envie de redécouvrir ce magnifique album.


J'aime burn excoriate et merci pour la piqure de rappel avec gurkkhas


Une excellente de putain de bonne nouvelle !!


@humungus : j'ai dû mal m'expliquer. Le type a été balancé du public par dessus la barrière et est retombé bien lourdement derrière quoi. Pas sur ses guiboles... et les gars de la secu l'ont relevé ensuite. ;)


Artwork horrible. En espérant qu'il sera un peu plus solide que le dernier.


1) Inutile de dire que ce report et une fois de plus hyper complet.
Cela devient vraiment lassant d'écrire ça à chaque fois mec...
2) "Pour manger, c’est soit des frites, soit une part de pizza"
QUOÛÛÛAH ?!?!
Pas de stands vegano-pakistanais sur ce genre de fest ? Imp(...)


1) JTDP + 1.
2) "Un spectateur un peu plus chaud que les autres passe par-dessus la barrière suite à un slam qui tourne mal et s'écrase juste devant la scène ! la volée qu'il a pris le mec !"
Donc si j'ai bien suivi, un spectateur passe par dessus les barrières (involontairement qu(...)


Bah vu qu'Exodus est plus en moins en stand-by tant que Holt n'en a pas fini avec Slayer, Altus a bien raison de réactiver Heathen. Perso c'est une excellente nouvelle, qui sera encore meilleure si je parviens à voir le groupe live.


Des piges Heathen, le mec est dans Exodus aujourd'hui je savais pas que ça tourné encore.


Et bien, une chronique de Freternia, si je m'attendais à ça! J'avais en effet totalement perdu de vu ce groupe, disparu des radars et visblement peu regretté. A l'époque (et cela ne nous rajeunit pas), j'avais été emballé par le côté épique du 1er album, mais j'avais trouvé le second part(...)


Bravo pour ce report exhaustif. Sur ce genre de festival je suis certain que je me calerais plutôt sur les têtes d'affiche, si j'y allais. Elles sont plus de ma génération (je confirme en passant que Decapitated a été un groupe majeur alors) et je trouve que les vieilles écoles étaient plus (...)


Cela a été corrigé, ce sera bien le 2 mai à Toulouse, un samedi.


"Pendant ce temps là le batteur de KORPSE fait un slam, et une nana vomit à côté de moi, parfait" xD !

Sinon excellent report Mold, comme d'habitude. Tu m'impressionne à tout voir / tout retenir comme ça ! Le gros kiff sur Waking tu m'as tué ;)


Excellent album ! Plus dynamique que le précédent tout en gardant cette lourdeur et cette hargne si caractéristiques du groupe !


merci beaucoup pour ce report, concis et précis...et merci de faire suivre l'actualité du brutol jusqu'à Roazhon...
Et enfin cimer pour Smat's...
ROM1 - KDS CREW


Hihi, je savais que c'était fait pour toi... :-D


Cette affiche... J'en rêvais... ... ...


@kairos +1 !