Ascendancy

Kadinja

17/02/2017

Klonosphere

Voici donc cinq jeunes gens bien dans leur temps, leurs baskets et leur style musical, qui nous en viennent de la capitale comme on dit en province. Une simple lecture de leur bio en temps normal m’aurait suffit pour balayer du revers du mépris cette sortie, mais quelque chose d’inexplicable m’a poussé à tenter l’aventure quand même…Appelez-ça le sixième sens, l’intuition, ou une pulsion divine, je n’en sais rien, toujours est-il que je me retrouve en cet après-midi ensoleillé à vous parler des valeureux KADINJA, qui après un premier EP éponyme se lancent dans le grand saut dans le vide du LP de présentation via les services de Klonosphère/Season of Mist.

De présentation, le terme est un peu exagéré, puisqu’ils sont déjà connus des services du public, celui plutôt ouvert à des expérimentations de leur âge, et portés sur un Metal très syncopé, très produit, très appuyé et plutôt explosif.

Vous avez dit Metalcore ? Vous êtes assez proche de la réponse, et pourtant si loin…Car si le laïus fourni avec le CD est plutôt ciblé, la musique du quintette est-elle relativement libre et sauvage, et des années lumières d’un Core saccadé et faisandé inondant les bacs à intervalles réguliers.

Et si leur label aime à parler de « Metalcore Tech progressif », dites-vous que le marketing n’a rien à voir là-dedans tant les morceaux d’Ascendancy se permettent d’être brutaux, mélodiques, inventifs, techniques et progressifs à la fois, en évitant la redondance, la lassitude, et autre sentiments de rejet éventuels. Possible ? Sûr et certain, et sans vouloir faire le malin au jugé de mon inexpérience de la chose, je dirais même que ce premier LP fait partie dès sa sortie des révélations d’un créneau pourtant surchargé et propices aux dérives les plus stéréotypées.

KADINJA, ce sont d’abord cinq musiciens, dont certains noms ont évolué au fil des années, mais qui maintenant se sont fixés sur ceux de Philippe Charny Dewandre (chant), Pierre Danel (guitare), JJ Groove (basse), et deux petits nouveaux ou presque (depuis 2015),  Nicolas Hørbacz (guitare) et Morgan Berthet (batterie). Cinq musiciens qui sont autant de role models dans leur créneau respectif et qui connaissent admirablement bien leur instrument et leur place dans le groupe.

Mais les KADINJA, c’est aussi un son. Enorme bien sûr, avec des graves dignes de gigantesques boomers d’une techno-party Allemande fournis par Bose, et des guitares au son délicatement synthétique, qui pourtant déchirent l’atmosphère de leur staccato. Rythmique en osmose, batterie en épilepsie, basse qui gigote, tricote, rebondit et fricote, et duo de six-cordes à l’unisson d’une destruction programmée de votre raison, pour une affiliation totale à la cause futuriste. Enregistré et produit par la paire Pierre Danel et Amaël Durand, mixé par les soins du même Amaël, Ascendancy est une véritable tuerie auditive qui pourtant ménage votre marteau et votre enclume en évitant la sursaturation et l’exagération, mais qui en version CD fait trembler vos enceintes et le parquet flottant leur servant de support. De quoi donner des suées à vos voisins sans rien endommager…

Mais soyons honnête, KADINJA, c’est avant tout une musique. Une musique très personnelle qui emprunte à droite à gauche pour s’approprier le meilleur, et qui n’hésite pas à citer dans le texte les délires tantriques de MESHUGGAH, le meilleur du Metalcore moderne Européen, et les divagations technoïdes qui transforment une rythmique en superball qui rebondit de mur en plafond.

En gros, un dédale d’idées puissantes et pertinentes, qui ne prennent pas l’auditeur pour un imbécile, mais l’entraînent dans un voyage aux confins des styles et des époques pour lui faire perdre le nord.

Assez uniques en leur genre, les parisiens sont parvenus à une synthèse parfaite de mélodies séduisantes, de puissance tétanisante, et d’inventivité écrasante, qui parfois fait penser à une union improbable entre DREAM THEATER, MESHUGGAH et PERIPHERY.

En comme en plus, ils ne manquent pas d’esprit comme le suggère leur brève appropriation du « Dominique » de Sœur Sourire, pour l’intro de… « Dominique », qui s’avère très ironiquement le plus brutal sur leur étal, on ne peut pas leur reprocher grand-chose, sinon, d’être…trop bons ! Et d’ailleurs, soyez honnête après écoute dudit morceau, et admettez qu’on aurait pu le retrouver parmi les meilleures idées de Fredrik Thordendal, sans que personne ne suggère un coup fourré…

Beaucoup de compliments, mais il est certain qu’Ascendancy, que vous le preniez en lecture diagonale, en long, en large, ou en perspective ne souffre d’aucun travers. Et pour une fois, personne ne songera à critiquer l’alternance growls/caresses de Philippe Charny Dewandre, qui s’en sort admirablement dans les deux domaines et domine de ses impulsions un instrumental libre et béton.

Cet instrumental qui une fois superposé au micro trouve sa véritable fusion, prend son vertigineux envol dès l’ouverture massive de « Stone Of Mourning », qui ne perd guère de temps à faire son deuil d’une quelconque sobriété, et qui pose les jalons d’entrée. Batterie impulsive, riffs qui se conjuguent et se mélangent dans une ambiance techno étouffante, et refrain d’acier pour un maximum d’efficacité, telle est l’approche de ces chevaliers de la brutalité catapultée, approche qu’ils perfectionnent au fur et à mesure de l’avancée d’un album qui n’en finit plus de se révéler.

Certains penseront d’ailleurs que le pic de génie est atteint à l’occasion du sidérant « A November Day », et ils ne pourront pas vraiment se tromper. En cinq minutes à une seconde près, les parisiens se livrent à une démonstration hallucinante qui les éloigne définitivement de toute étiquette embarrassante, et qui délivre un torrent de plans rythmiques cohérent et abondant, tout en ménageant de véritables instants de calme apaisant, rapidement réduits à néants par des interventions de guitare féroces. On pense à ce moment-là au passé de techno Death metalleux de Nicolas Hørbacz qui a certainement apporté sa pierre au monolithe, mais à vrai dire, nous sommes tellement perdus dans un espace-temps différent que nous ne sommes plus à même de juger de certains éléments objectivement. Metalcore ? Restons décent. C’est tellement plus que ça que le terme même devient insultant.

Et si « Episteme » partie une et deux jouent l’ultraviolence matinée d’onirisme en latence, le long et enivrant « Ropes Of You » justifie la dénomination en progression de ses thèmes qui s’entremêlent dans un ballet de gravité assumé, et se permet encore de se démarquer du reste du répertoire, ce qui en dit long sur l’imaginaire de ces compositeurs en totale absence de limitation.

Pour un chroniqueur, certaines choses sont très difficiles à admettre. D’une, qu’un style qu’il se plaît à honnir peut tout de même le réjouir, et que ce dit style est loin d’être figé et peut encore évoluer. C’est la leçon à retenir de ce premier album impressionnant de maturité et de créativité, qui use sans abuser d’une technique très poussée pour parvenir à ses fins de liberté.

 Mais avec Ascendancy, les parisiens de KADINJA vous emportent dans une spirale ascendante de violence et d’harmonie qui risque de vous échouer sur une autre planète, ou la médiocrité, la linéarité et la répétitivité n’ont pas lieu d’exister. Un voyage bousculé qui laisse des séquelles une fois les multiples G encaissés, mais qui franchit les portes d’univers parallèles pour mieux transcender la réalité.


Titres de l'album:

  1. Stone Of Mourning
  2. GLHF (Feat Rick Graham)
  3. Episteme
  4. Episteme
  5. 'Til The Ground Disappears
  6. A November Day
  7. Dominique
  8. Ropes Of You
  9. Bittersweet Guilt
  10. Seven (The Stick Figures)

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 26/02/2017 à 14:58
88 %    542

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Xtreme Fest 2016

RBD 08/07/2020

38'48 Regeneration

mortne2001 07/07/2020

Harmony Corruption

mortne2001 03/07/2020

Little Monsters

mortne2001 30/06/2020

Complicated Mind

mortne2001 15/06/2020

Dossier spécial Bretagne / LA CAVE #5

Jus de cadavre 15/06/2020

Screams and Whispers

mortne2001 12/06/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
RBD

Voilà un groupe et un homme qui m'ont marqué à une époque où je commençais à être blasé. Ce n'est pas toujours facile à suivre d'un album sur l'autre, c'est un vrai fêlé. Mais comme dit le proverbe, ce sont des esprits comme ça qui font entrer la lumière.

10/07/2020, 23:41

aeas

Seul le batteur a encore un semblant d'intégrité à travers ses activités.

10/07/2020, 20:35

Jus de cadavre

Idem, découverte pour moi grâce à cette chronique. La prod est excellente pour l'époque !
Un bien bel hommage en tout cas Mortne...

10/07/2020, 17:38

JTDP

@jus : +9986457 !
@gerard : fais péter le "name dropping" on n'attend que ça de faire de nouvelles découvertes ! ;-)

10/07/2020, 17:10

JTDP

Purée c'est vrai qu'il est excellent cet album !!! Et malgré Youtube et le poids des ans, le son est franchement bon ! Une réédition s'impose, c'est indéniable.

10/07/2020, 17:08

Oliv

Ah bon

10/07/2020, 12:51

y'a pus d'jus

faut dire à BEBERT de pousser son camion ,il bloque la porte du garage et j'peux pas sortir la dépanneuse !

10/07/2020, 12:29

Gargan

Haha la ref à Hanson ! Belle découverte, merci.

10/07/2020, 11:59

Thrashing Metropolity

Super anecdote, Goughy ! Merci pour le partage !
Ca ne fait que confirmer tout le bien que nous sommes nombreux à penser de ce groupe culte.

Vraiment, si ces albums pouvaient être réédités, ce ne serait que justice !
Quelqu'un a évoqué plus haut l'accent franglais du (...)

10/07/2020, 11:07

goughy

Bon allez je me lance, juste histoire d'en rajouter sur les sentiments positifs qui émanent ce très beau papier (je savais pas l'histoire du début des Bérus...)
Ca devait être en 94 ou 95, on avait 14 ans, on écoutait MST et, avec deux autres potes, Mickey était une star du niveau de Br(...)

10/07/2020, 10:42

Gargan

...Quand tu découvres les effets lumineux de ton logiciel de montage.

10/07/2020, 10:37

steelvore666

Bien d'accord avec vous messieurs.
J'écoute encore les "vieux" albums, ceux qui montrait un groupe sur de lui et assez puissant pour convaincre sans en faire des tonnes et devenir pathétique.
Un constat : la qualité de ses albums est inversement proportionnelle à son implication dans(...)

10/07/2020, 09:41

Speeding Velocity

Eh ben.... vraiment pas bandante cette affiche.
Je suis quand même curieux de voir le prix des places pour "ça".
(et le taux de remplissage, mouarf !)

10/07/2020, 09:00

NecroKosmos

Même opinion. Groupe de clowns. Après, cette polémique montre bien l'ouverture d'esprit du gouvernement polonais.

10/07/2020, 06:40

NecroKosmos

Je ne connaissais que de nom. Voilà qui me plaît beaucoup !!

10/07/2020, 06:28

aeas

Guignol à la tête d'un groupe de guignols. Sacré Nergal et son cirque...

09/07/2020, 22:13

Jus de cadavre

@gerard : petite phrase importante dans l'article que tu as peut-être zappée "N'oubliez pas que ces sélections sont totalement personnelles et subjectives et n'ont pas pour but de présenter tout ce que la Bretagne a pu produire (on n'en aurait pour des journées entières !)"

Sans c(...)

09/07/2020, 22:02

gerard menvuça

Et les groupes de Speed metal / heavy metal / hard rock / Glam rock ?, apparemment il n'y en a pas en BRETAGNE dans l'article ! C'est pas mon impression ! je tombe sur des video sur you tube de groupes Bretons ( Nantes inclus)

09/07/2020, 20:07

Buck Dancer

Jus de Cadavre, merci de dire que je pose des questions pas trop connes ;)

09/07/2020, 19:47

Daisy

Juste si vous pouvez rectifier l'orthographe de son prénom c'est Micaël, merci d'avance ....

09/07/2020, 19:39