A force de se gargariser de notre scène nationale extrême (et toutes ses déviances inhumaines, BM, Noise, Sludge, Grind, affiliations purement personnelles), on en avait presque oublié qu’on savait encore jouer le Hardcore de façon classique par chez nous. Et pourtant si, et pas qu’un peu, ce que démontrent avec une énergie de tous les diables les parisiens de MIND AWAKE. Si vous ne les connaissez pas encore, laissez-moi donc vous présenter Soufiène (chant), Dominique (batterie), Ryan et Guillaume (guitares) et Norman (basse), qui l’année dernière nous ont proposé un putain de 12’’ via les services germains de Backbite Records, à la pochette aussi énigmatique que son contenu n’était franc et fier. Et l’est toujours d’ailleurs, puisque les onze pistes de ce jet ultime sont autant de claques dans la tronche des illusionnistes, qui croient encore que le monde va aller mieux en le regardant crever. Car loin d’être de simples braillards en short, les parisiens ont l’âme pure et le propos sur, et se réclament d’une double idéologie straight-edge et vedgy, ce qui les place donc dans la plus droite lignée d’un Ian MacKaye, sans que leur musique n’évoque plus que ça FUGAZI ou MINOR THREAT. On pourrait pourtant facilement les assimiler à la vague Youth Crew des eighties glorieuses de New-York, de par ce penchant pour les thèmes simples et percutants, et pour cette fausse simplicité qui cache bien des ambitions. Mais finalement, au moment d’appréhender ce Pressure, soyez conscients d’une chose. Que les mecs vont vous malmener, vous faire pogoter, slammer, danser, gigoter, tout vous triturant un peu les neurones en vous forçant à réfléchir sur votre sort et celui de la planète que vous foulez.

Un Hardcore straight donc, mais loin d’être bas du front. Pourtant, en optant pour des formats plus que brefs, les MIND AWAKE ont fait le bon choix, celui de la concision, et de la précision. Toutefois, inutile de compter sur une lapidation immédiate via une thématique unique et limpide, puisque le quintette parisien a plus d’un break dans son sac. Si leurs riffs se veulent aussi francs qu’une attaque Thrash de bon matin (« Mockeries »), ils savent aussi marquer le pas d’un mid tempo qui affilie directement le groupe aux plus grandes légendes du genre. Refusant une trop grande complexité, mais affichant fièrement un niveau instrumental et créatif élevé, les parisiens se permettent donc de mener le bal grand train, tout en incrustant dans notre inconscient quelques idées de parité et d’égalité. Un cocktail explosif, qui pendant un tout petit quart d’heure nous offre une démonstration de style, et surtout, une captation aussi professionnelle qu’instinctive. Doté d’une énorme production qui claque, cet EP se veut extrapolation studio de l’attitude frondeuse en live du quintette, et fouette, maltraite, mais sans laisser les oreilles dans les affres d’acouphènes éternels. Ne refusant pas non plus un brin d’humour dans les arrangements (la dualité vocale cartoonesque de « The Crook » entonné avec xDAVYx, véritable régal), le groupe sait aussi se concentrer sur quelques motifs bien empesés (« Two Songs Left » à la basse aussi ronflante que celle d’Harvey Flanagan), tout en aménageant des espaces de furie mid de la trempe d’hymnes instantanés (« Not Enough » et sa mélodie faussement guillerette, allégeant un riff pas vraiment d’opérette). De la lucidité donc, mais aussi beaucoup de clins d’œil plus légers, pour un équilibre bien trouvé qui permet à Pressure de nous la mettre, sans appuyer sur nos tempes. On sent que le groupe adore en découdre, et qu’il assume ses concepts, qui lui permettent de tremper un orteil n’roll dans un océan de marasme Core (« Frustration », avec ça, elle est soulagée).

Et entre des injonctions qui mettent dans le ton (« Move Faster !», et ses guitares d’entrée qui métallisent d’emblée), des crises de colère bien speed qui nous ramènent à la glorieuse époque charnière 80/90 de la scène US (« The Message », franchement, on s’y croirait, à Boston, New-York ou Chicago, but this is Paris man !), quelques galipettes rythmiques bien senties qui suggèrent une mémoire bloquée sur AGNOSTIC FRONT, sans Roger, mais avec des soli bien cramés (« T.I.T.D. » ou comment laisser exulter des guitares enflammées), on se ne sait plus de quel côté dodeliner de la tête. Mais c’est la fête, et c’est justement le propos d’un groupe qui cherche à diffuser les siens sans les imposer, mais en les agrémentant d’une bande-son irrésistible, propice à ramener vers eux quelques brebis égarées. Seul reproche à faire, et pas des moindres, Pressure est du coup beaucoup trop court, et nous laisse le cœur emballé, mais le cœur accroché, réclamant en vain un peu de rab’ histoire de finir la nuit un peu plus tard. On se prend déjà à espérer un album bien torché, tant les MIND AWAKE nous persuadent du bien fondé de leurs théories secouées. Pas étonnant dès lors qu’une écurie allemande les ait saisis au vol, tant ils incarnent le renouveau d’un Hardcore formel, qui refuse de rester cantonné au simple rôle de figurant éternel. De la folie (oui), de l’énergie, une attitude, un son, mais surtout, des compos aussi épiques que ludiques, qui frappent aussi fort qu’une réalité nous rattrapant de plein fouet, et nous montrant l’inéluctabilité d’une apocalypse humaine programmée. En tout cas, personne ne pourra pointer les parisiens du doigt, qui font ce qu’ils peuvent pour changer les mentalités, tout en nous offrant un cocktail Hardcore bien frappé. Un EP qu’on déguste chauffé, et qui laisse la gorge et les oreilles en feu de forêt.


Titres de l'album:

  1. Move Faster!
  2. The Message
  3. T.I.T.D (feat. Larissa)
  4. Not Enough
  5. Frustration
  6. Trapped
  7. Mockeries
  8. Pressure
  9. The Crook (feat. xDavyx)
  10. Two Songs Left
  11. Perfect Blue

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 17/02/2018 à 17:27
80 %    445

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Humungus
membre enregistré
21/02/2018 à 05:57:58
Mais quelle pochette dégueulasse bordel !
(Dans le sens horrifique du terme hein...)
CANNIBAL CORPSE peut aller se rhabiller...

Ajouter un commentaire


A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Malevolent Creation

The 13th Beast

Together To The Stars

An Oblivion Above

Queensrÿche

The Verdict

Musmahhu

Reign of the Odious

Cold Colours

Northernmost

Destiny Ocean

Peace Love & Heavy Metal

Endless Disease

The End of All Life

Vomitory

Raped in Their Own Blood

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

LORDS OF CHAOS / Critiques du film

Jus de cadavre / 12/03/2019
Film

Interview HATRED DUSK

JérémBVL / 11/03/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Meshiaak + Overkill

20/03 : Le Trabendo, Paris (75)

Meshiaak + Overkill + Flotsam And Jetsam

20/03 : Le Trabendo, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Sur le site du Trabendo, il est annoncé une ouverture des portes à 19h00...
http://www.letrabendo.net/overkill-2/


Meshiakk a jeté l'éponge, remplacé par Chronosphere sur la tournée mais pas sur la date de Paris, ni en suivant. Dommage, c'était un choix plus cohérent. Du coup, pas de groupe local avant Flotsam n'est annoncé. Quelqu'un sait-il si le premier show démarre juste à l'ouverture des portes, pr(...)


"De Kristian Vikernes ou d’ Øystein Aarseth, qui est le vrai coupable ? On ne le saura sans doute jamais, et c’est tant mieux."

Le vrai coupable ça reste celui qui a tué l'autre.


Hmmm... le nouvel Abnormality n'a pas l'air de dévier et c'est bien ce qu'on demande !


plutot death que thrash. definitivement


mème chose on est loin du 1er album (ah jeunesse)....


Un côté très old school, et autant proche du thrash que du Death.

Morceau sympa, j'attend un peut mieux du reste.


Ah ah ah !
Ouais merde... Putain, je pensais pourtant avoir fait "le tour de la question"...

PS : Il me semble même qu'il escompte adopter avec son compagnon du moment.


Va falloir que je l'écoute en entier cet album, j'ai ignoré quasiment tout le mouvement black de ces années, mis a part ugra karma et ceremony of the opposites.


TU as oublié de préciser qu'il était homo également


Une pierre angulaire du black, un album essentiel, un manifeste à le fois séminal et terminal. J'ai dû l'écouter des centaines de fois depuis mes débuts de metalhead il y a près de 25 ans, et je ne m'en lasse toujours pas...


D'après mes sources, Emory Cohen (Varg Vikernes dans le film) est effectivement juif.
Mais également éthiopien par sa mère, gitan du côté de son père, encarté au Parti Communiste et d'obédience maçonnique.


"Le plus drôle, c'est que l'acteur qui joue Vikernes s'appelle Cohen"

Et encore, il aurait pu être noir !!!


1) "Je ne jurais que par Darkthrone en BM Norvégien"
Rassures-toi, il y a pire comme référentiel hein.
2) "A l'occasion d'un concert (en salle) où le groupe jouait "De mysteriis (...)" en intégralité y a eu le déclic"
J'avais forcément vu le groupe avant en live (claquasse (...)


Oui il est juif, le réal avait vraiment une dent contre Varg je crois, ou alors de l'humour :D ! Ça lui reste en travers de la gorge ce film je pense à Varg, il fait des vidéos ou il commente le film, énumère toutes les erreurs et mensonges (selon lui bien sur)... Je comprends qu'il veuille se(...)


J'ai vu le film est il est super captivant, je retiens pleins de bons point donc je vais dire le peut de "décevant".

1-Certains membre de Mayhem trop en retrait, Necrobutcher viré comme ça en quelques seconde, Hellhammer trop discret, pas une seul fois le nom de Maniac.

(...)


Content de voir que cette chronique déchaîne les passions...Pour moi, cet album est particulier, d'une parce que je l'ai découvert à l'époque, après avoir connu le MAYHEM de Deathcrush, et ensuite, parce que sa construction en crescendo avec l'ouverture sur le final traumatique du title-track (...)


Le plus drôle, c'est que l'acteur qui joue Vikernes s'appelle Cohen.


J'ai mis du temps à appréhender cet album de mon coté... Je ne jurais que par Darkthrone en BM Norvégien (et encore aujourd'hui il reste mon groupe du genre préféré).
Puis à force d'écoutes attentives et surtout à l'occasion d'un concert (en salle) ou le groupe jouait De Mysteriis..(...)


"Freezing moon" est LE chef d'œuvre absolu de THE TRUE MAYHEM.
Mais il est juste inadmissible de n'écouter qu'un ou deux titres de ce fantastique album.
TOUT est bon là-dedans bordel !!! !!! !!!
Un très bon pote à moi ne jurant que par le Brutal Death et le Grind vénère pour(...)