A force de se gargariser de notre scène nationale extrême (et toutes ses déviances inhumaines, BM, Noise, Sludge, Grind, affiliations purement personnelles), on en avait presque oublié qu’on savait encore jouer le Hardcore de façon classique par chez nous. Et pourtant si, et pas qu’un peu, ce que démontrent avec une énergie de tous les diables les parisiens de MIND AWAKE. Si vous ne les connaissez pas encore, laissez-moi donc vous présenter Soufiène (chant), Dominique (batterie), Ryan et Guillaume (guitares) et Norman (basse), qui l’année dernière nous ont proposé un putain de 12’’ via les services germains de Backbite Records, à la pochette aussi énigmatique que son contenu n’était franc et fier. Et l’est toujours d’ailleurs, puisque les onze pistes de ce jet ultime sont autant de claques dans la tronche des illusionnistes, qui croient encore que le monde va aller mieux en le regardant crever. Car loin d’être de simples braillards en short, les parisiens ont l’âme pure et le propos sur, et se réclament d’une double idéologie straight-edge et vedgy, ce qui les place donc dans la plus droite lignée d’un Ian MacKaye, sans que leur musique n’évoque plus que ça FUGAZI ou MINOR THREAT. On pourrait pourtant facilement les assimiler à la vague Youth Crew des eighties glorieuses de New-York, de par ce penchant pour les thèmes simples et percutants, et pour cette fausse simplicité qui cache bien des ambitions. Mais finalement, au moment d’appréhender ce Pressure, soyez conscients d’une chose. Que les mecs vont vous malmener, vous faire pogoter, slammer, danser, gigoter, tout vous triturant un peu les neurones en vous forçant à réfléchir sur votre sort et celui de la planète que vous foulez.

Un Hardcore straight donc, mais loin d’être bas du front. Pourtant, en optant pour des formats plus que brefs, les MIND AWAKE ont fait le bon choix, celui de la concision, et de la précision. Toutefois, inutile de compter sur une lapidation immédiate via une thématique unique et limpide, puisque le quintette parisien a plus d’un break dans son sac. Si leurs riffs se veulent aussi francs qu’une attaque Thrash de bon matin (« Mockeries »), ils savent aussi marquer le pas d’un mid tempo qui affilie directement le groupe aux plus grandes légendes du genre. Refusant une trop grande complexité, mais affichant fièrement un niveau instrumental et créatif élevé, les parisiens se permettent donc de mener le bal grand train, tout en incrustant dans notre inconscient quelques idées de parité et d’égalité. Un cocktail explosif, qui pendant un tout petit quart d’heure nous offre une démonstration de style, et surtout, une captation aussi professionnelle qu’instinctive. Doté d’une énorme production qui claque, cet EP se veut extrapolation studio de l’attitude frondeuse en live du quintette, et fouette, maltraite, mais sans laisser les oreilles dans les affres d’acouphènes éternels. Ne refusant pas non plus un brin d’humour dans les arrangements (la dualité vocale cartoonesque de « The Crook » entonné avec xDAVYx, véritable régal), le groupe sait aussi se concentrer sur quelques motifs bien empesés (« Two Songs Left » à la basse aussi ronflante que celle d’Harvey Flanagan), tout en aménageant des espaces de furie mid de la trempe d’hymnes instantanés (« Not Enough » et sa mélodie faussement guillerette, allégeant un riff pas vraiment d’opérette). De la lucidité donc, mais aussi beaucoup de clins d’œil plus légers, pour un équilibre bien trouvé qui permet à Pressure de nous la mettre, sans appuyer sur nos tempes. On sent que le groupe adore en découdre, et qu’il assume ses concepts, qui lui permettent de tremper un orteil n’roll dans un océan de marasme Core (« Frustration », avec ça, elle est soulagée).

Et entre des injonctions qui mettent dans le ton (« Move Faster !», et ses guitares d’entrée qui métallisent d’emblée), des crises de colère bien speed qui nous ramènent à la glorieuse époque charnière 80/90 de la scène US (« The Message », franchement, on s’y croirait, à Boston, New-York ou Chicago, but this is Paris man !), quelques galipettes rythmiques bien senties qui suggèrent une mémoire bloquée sur AGNOSTIC FRONT, sans Roger, mais avec des soli bien cramés (« T.I.T.D. » ou comment laisser exulter des guitares enflammées), on se ne sait plus de quel côté dodeliner de la tête. Mais c’est la fête, et c’est justement le propos d’un groupe qui cherche à diffuser les siens sans les imposer, mais en les agrémentant d’une bande-son irrésistible, propice à ramener vers eux quelques brebis égarées. Seul reproche à faire, et pas des moindres, Pressure est du coup beaucoup trop court, et nous laisse le cœur emballé, mais le cœur accroché, réclamant en vain un peu de rab’ histoire de finir la nuit un peu plus tard. On se prend déjà à espérer un album bien torché, tant les MIND AWAKE nous persuadent du bien fondé de leurs théories secouées. Pas étonnant dès lors qu’une écurie allemande les ait saisis au vol, tant ils incarnent le renouveau d’un Hardcore formel, qui refuse de rester cantonné au simple rôle de figurant éternel. De la folie (oui), de l’énergie, une attitude, un son, mais surtout, des compos aussi épiques que ludiques, qui frappent aussi fort qu’une réalité nous rattrapant de plein fouet, et nous montrant l’inéluctabilité d’une apocalypse humaine programmée. En tout cas, personne ne pourra pointer les parisiens du doigt, qui font ce qu’ils peuvent pour changer les mentalités, tout en nous offrant un cocktail Hardcore bien frappé. Un EP qu’on déguste chauffé, et qui laisse la gorge et les oreilles en feu de forêt.


Titres de l'album:

  1. Move Faster!
  2. The Message
  3. T.I.T.D (feat. Larissa)
  4. Not Enough
  5. Frustration
  6. Trapped
  7. Mockeries
  8. Pressure
  9. The Crook (feat. xDavyx)
  10. Two Songs Left
  11. Perfect Blue

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 17/02/2018 à 17:27
80 %    542

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Humungus
membre enregistré
21/02/2018 à 05:57:58
Mais quelle pochette dégueulasse bordel !
(Dans le sens horrifique du terme hein...)
CANNIBAL CORPSE peut aller se rhabiller...

Ajouter un commentaire


The Central

Van Dyke Browne's Crystal

Jd Miller

Afterglow

Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Hatriot

From Days Unto Darkness

Throes

In The Hands Of An Angry God

Enforced

At The Walls

Exhumed

Horror

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

Chaos E.t. Sexual + Moonskin + Barabbas

19/10 : Le Klub, Paris (75)

+ Gutalax + Spasm

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Bon... ... ...
Que dire si ce n'est que durant TOUTE l'écoute de cet album, je n'ai pas pu m'empêcher de m'imaginer Chritus au chant et de me dire que, de fait, la galette aurait été cent fois meilleure avec lui.
Alors évidemment, étant un pur inconditionnel du chanteur précité,(...)


Oh putain ! "Seconde B" quoi...


Super nouvelle ce retour de The Old Dead Tree. Mais j'ai bien peur qu'il ne s'agisse que d'un one shot malheureusement...


Des réponses sans langue de bois, comme on pouvait s'y attendre avec Shaxul. Un personnage !
En tout cas chapeau pour le travail accompli. La scène underground c'est uniquement grâce à des mecs comme lui qu'elle vit (même si c'est difficile aujourd'hui oui...). Le constat est sombre cert(...)


Oui, superbe album. Surtout que c'est le vieux fan que je suis qui parle. Certes, c'est moderne et différent mais la réussite est totale !!


Sur les extraits clippés présentés, je leur trouve un (gros) côté AVATAR aussi, non ? En tout cas, c'est efficace, aussi bien visuellement que musicalement !


Pareil que Kerry King, je reste sur Burn My Eyes (vus pour ma part avec Emtombed début années 90) et The Blackening qui reste un excellent disque. Pour le reste, je passe mon tour, mais live, ça sonne différemment en fonction de l'orientation de l'album en promotion. La tournée Locust fut bien (...)


Pareil vinyle d'époque et compile d'Agressor sortie il y a peu pour la version CD. Bon, les morceaux inédits, ce sont les démos ?


Ils ont pas dû aimé Secondé B...


C'est parce que j'ai loupé cette tournée à l'époque que j'ai la motivation dès que le Flynn Band passe dans mon périmètre.

Machine Head est en pleine refondation. C'est un moment très ressemblant, en plus important, à la période de gestation de "Through the Ashes...". Ce titre(...)


Morceau pas terrible voire assez ridicule, mais je serai à Lyon et pourtant j'ai bien plus de 25 ans. Ça me rappellera leur tournée avec meshuggah et mary beats jane.


J'aime et j'aime pas Machine Head suivant les albums, mais en live c'est très bon.


Très belle pochette.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Excellente nouvelle


Arrêtez, merde, je me prends un sale coup de vieux à cause de vous ! ^^


Il était meilleur dans VIO-LENCE, c'est clair...


Achat obligatoire !! Même si je l'ai en vinyle d'époque, hé, hé...


AH AH AH !!!
Superbe vanne de quarantenaires effectivement...