Veurghh!

Draakanaon

 

Autoproduction

Alerté par mes compères de la rédaction sur le groupe Facebook de Metalnews, je me suis enquis d’une nouvelle réalisation apaisant ma soif d’underground national. Il était d’ailleurs grand temps que je remette les mains dans le cambouis, l’imagination tarie par de trop grosses sorties consensuelles. C’est donc en France que ma soif de brutalité a été étanchée, par un projet malsain et sombre, et fruit créatif d’un seul homme qui visiblement, ne perd pas son temps à se plaindre de la conjoncture. J’ai donc le plaisir de vous présenter Dhead Shaker, musicien énigmatique au pseudo dissimulant toute une brassée de concepts tous plus différents les uns que les autres. Cet artiste sympathique s’active donc principalement seul, dans son projet Psychobilly Folk du même nom, ou au sein d’autres formations qui lui permettent de travailler avec son frère. On retrouve donc sur son CV divers noms, dont ceux de MESMERIZE DISCARD, The COLD STRINGS OF WINTERKALL, DRAAKANAON, SAAKHANS, mais aussi celui de KOMMANDANTUR PORN CLUB, qui lui permet de vocaliser ses propres textes. Chaque projet est assez unique en son genre, dans un créneau bien précis, mais ce qui attire l’attention sur l’homme, c’est principalement sa passion. En ayant parcouru sa page Facebook, j’ai tout de suite remarqué à quel point il s’investit, dans son coin, après avoir compris que faire partie d’un groupe nuisait à sa propre identité. Et à travers cette petite chronique, une fois de plus, c’est tout l’underground que je célèbre, ce monde immergé de DIY, qui à l’instar du Darknet est la face cachée et la plus prolifique de la scène musicale mondiale. Bienvenue donc à Dhead Shaker, qui aujourd’hui représente à lui-seul tout un univers.

Mais ce soir, c’est plus précisément de son projet DRAAKANAON dont nous allons parler, un projet purement Black Metal que l’auteur aime à désigner comme « Old School Bestial Devastation », histoire d’en rajouter un peu dans le cachet authentique. Après avoir publié la première démo de ce concept ne datant pas d’hier (si j’ai bien compris, le « groupe » accuse plus de quinze ans d’existence) durant le confinement, Dhead Shaker se lâche complètement et nous livre cet album d’une heure de musique, soit la quintessence de l’approche puriste des nineties condensée en dix morceaux. Mettons les choses au point tout de suite. Les enregistrements en solo at home sont souvent prétextes à des divagations personnelles et peu fertiles. Combien de démos mal enregistrées, de EP’s foutraques et de longue-durée inécoutables avons-nous dû encaisser pour tomber une fois par miracle sur un véritable produit fini ? Peu d’occurrences, je vous l’accorde, mais une fois n’est pas coutume, DRAAKANAON tient largement debout, et ses chansons aussi. Sans révolutionner le petit créneau du BM de tradition, Dhead Shaker propose sa version des faits, au travers d’une musique foncièrement misanthropique, mais clairement intéressante. En abordant tous les aspects d’un Black un peu craspec et Punk sur les bords, l’auteur cite la Norvège, la Suède, IMPALED NAZARENE, DARKTHRONE, et tout un tas d’autres choses, nous fait du bien en jouant simple, carré et direct, mais en soignant sa musique au point de proposer des ambiances diverses et assez fascinantes.

Loin de se caler sur un tempo de boîte à rythmes monolithique, le musicien louvoie, varie, module, mais reste sec et nerveux, à l’image de l’entame sournoise de « Nrvn Slthävak ». Petit morceau à tiroir débutant par un break de batterie un peu hésitant, cette introduction à le mérite de piocher dans tout ce que l’histoire du BM a de plus néfaste, les vocaux hurlés et saturés, les riffs noirs et vrillés, les blasts interrompus pour imposer un mid tempo, avant de casser la progression pour imposer un chant sentencieux et gravissime. On apprécie les mélodies amères d’arrière-plan et l’ambition affichée, mais aussi la persuasion dont fait preuve le créateur. Loin de se contenter de figures imposées pour faire le malin, Dhead Shaker compose de vrais morceaux, agencés, logiques, et créatifs, certes parfois un peu longs, mais contenant tous au moins une idée porteuse. A l’inverse, la suite « Hachtvghyiam » se concentre sur un Black nauséeux et lent comme une mort annoncée un dimanche, et nous enivre de son classicisme nordique. Disposant d’un son très compétitif, cet album s’écoute avec plaisir, disposant de plusieurs niveaux de lectures, osant l’approche Punk pour mieux marquer la différence (« Shtrorhem »), plaçant des intros ludiques (bandes inversées, feedback hypnotique), reprenant à son compte des thématiques ambitieuses (« Sghem Drem » et son chant opératique et grandiloquent), mais restant toujours efficient. Certes, le tout n’est pas exempt de défauts, fait parfois preuve de complaisance dans l’utilisation répétée de riffs concentriques, mais exhale d’une telle ferveur qu’on en oublie ces petites scories. Un intermède sympathique dans la production actuelle, et la chance de découvrir la production hétéroclite d’un musicien attachant, qui mérite d’être connu. Vous pouvez retrouver ses sorties sur son Bandcamp, je pense qu’il ne sera pas contre un achat somme toute assez apprécié.             

                      

Titres de l’album :

1. Nrvn Slthävak       

2. Hachtvghyiam       

3. Gahnahvn

4. Drkhcckornyn       

5. Shtrorhem

6. Hail Satan ShäëTn 

7. Sghem Drem

8. Varkhonen

9. 696969       

10. Saangderhm


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 19/05/2020 à 15:45
75 %    492

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Dhead Shaker
@176.145.68.113
20/05/2020, 15:33:11
Merci à vous pour avoir pris le temps de vous intéresser à l'hyper underground, même si nous sommes noyés par les grosses prods et les autres.
Precisionsj'avais les moyens de travailler cet album mais le concept était de nepas faire intervenir le mental. Tout est improvisé à95% et joué d'un trait. Composé, enregistré et mixé en console en 2 jours. C'etait le délire. Autrement, je tombais dansle risque de faire un album trop pensé. Pour moi le Black Metal c'est animal, instinctif et le résultat d'une façon d'être...j'ai été musicien plus technique et ça m'a gonflé, trop de mental. Donc oui, il a plein de défaut mais je vais communiquer sur son concept, chose que je n'ai pas encore fait. Franchemt, merci pour votre chronique. En plus c'est la 1ere officielle. Je m'en souviendrai. Longue vie à Metal news. On reste en contact. Longue vie à l'Underground, terre de liberté. DS. Stay alive, stay crazy.

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Dirge + Spinning Heads 2005

RBD 05/04/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Frank Arnaud

Jus de cadavre 21/03/2021

Vidéos

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
otagrosse

C'est de la merde

14/04/2021, 10:56

Emile Louis

Il va crever comme une merde!

14/04/2021, 10:54

metalrunner

Un putain de batteur doublé d un mec sympa et dispo go Tom

14/04/2021, 08:24

KaneIsBack

Aïe, ce n'est clairement pas un bonne nouvelle...   Mais bon, il va se battre, donc croisons les doigts !

14/04/2021, 08:13

RBD

Alors ça ! Je suis très peu consommateur de Black et moins encore quand c'est expérimental, mais par contre grand lecteur de Dan Simmons dont le cycle "Hyperion" est probablement l'oeuvre la plus culte. Il faut être ambitieux pour s'attaquer &ag(...)

13/04/2021, 21:37

totoro

Un peu de mal à entendre le côté dope et décadence dans la musique du groupe, même si je trouve le disque particulièrement emballant et entraînant ! Ca me rappelle un peu le groupe norvégien Red Harvest ! Merci pour la découverte ! En pl(...)

13/04/2021, 13:30

RBD

Cela rappelle les heures grises de l'"Enfant sauvage", en effet. Après deux bons premiers extraits, c'est pas si grave. Nous verrons bientôt ce que vaudra l'oeuvre complète.

13/04/2021, 11:47

Deathcotheque

Pas de sortie physique ? C'est vraiment dommage. Je ne pourrai pas les soutenir sur ce coup là !

13/04/2021, 11:24

Buck Dancer

Après une écoute, un peu moins convaincu aussi par ce morceau que les précédents, mais c'est le genre de chanson qui peu se révèler avec le temps.... ou pas. 

12/04/2021, 22:31

Moski

Hmmmmmmmmmmmmmmmmm mouais... Pas convaincu par ce titre. Je trouve les paroles un peu bateau, sur un tapis de triolets... Mouais... 

12/04/2021, 20:45

Deathcotheque

Guillaume a chanté dans Mnemic (sera encore le chanteur quand ils se reformeront ?), groupe dont le style n'est pas si éloigné que ça de Fear Factory. "Passenger", le 1° album qu'il a enregistré avec eux a été produit et enr(...)

12/04/2021, 20:27

Deathcotheque

Guillaume a chanté dans Mnemic (sera encore le chanteur quand ils se reformeront ?), groupe dont le style n'est pas si éloigné que ça de Fear Factory. "Passenger", le 1° album qu'il a enregistré avec eux a été produit et enr(...)

12/04/2021, 20:27

Humungus

"Et Fear Factory a joué le 17 décembre 2004 en 1° partie de Fear Factory à l'Elysée Montmartre"Et après on s'étonne que le pauv' Burton n'ait plus de voix durant les shows...(sic)

12/04/2021, 20:25

Deathcotheque

Guillaume a chanté dans Mnemic (sera encore le chanteur quand ils se reformeront ?), groupe dont le style n'est pas si éloigné que ça de Fear Factory. "Passenger", le 1° album qu'il a enregistré avec eux a été produit et enr(...)

12/04/2021, 18:42

Jus de cadavre

Je plussoie ! C'est excellent oui ! 

12/04/2021, 18:09

RBD

Pour préciser : il me semble très difficile d'empêcher l'utilisation des vocaux déjà enregistrés si Burton a effectivement signifié son départ après. Sur les suggestions, Guillaume Bideau pourrait êtr(...)

12/04/2021, 17:41

Florian coquerelle

ouais. Steeve. Petit. Nouveau chanteur. De fear. Factory. Ce. Serait. Bien. Non?

12/04/2021, 15:07

RBD

Essayé sur la foi d'une description qui s'est révélée parfaitement exacte. Cela faisait un petit moment que je n'avais pas croisé un jeune groupe mettant les solos de guitare autant en avant. L'allusion à Demolition Hammer est parlante(...)

12/04/2021, 13:42

LeMoustre

No les influences. Seule la voix, peu naturelle et monocorde, me gêne. 

12/04/2021, 12:40

Orphan

"sont" <- putain mes propres yeux saignent

12/04/2021, 10:10