Il a fallu que je le mérite, ce concert ! 4 h 40 de retard de train ! Affichant complet depuis beau temps, en tout cas avant que je réalise que je me trouverai à nouveau à Paris à ce moment-là, j'ai pu y accéder finalement par la grande chance de bénéficier d'un désistement.

Et rencontrer Killing Joke avait du sens. Même si je n'y touche plus beaucoup, la blague fatale a eu jadis une grande importance dans mon parcours musical. Pas tellement parce que le groupe est presque de mon âge. Mais parce qu'en les découvrant en quelque sorte trop en avance par rapport à la progression normale d'un novice vers les profondeurs de la musique indépendante, ces Londoniens ont été là à la fois pour sceller mon appétence aux gros riffs Metal, m'introduire aux personnalités artistiques affirmées ouvrant des parcours improbables, me familiariser avec l'Industriel et le Post-Punk, enfin me rappeler que je resterai toujours sensible à la New Wave même si pour un étudiant de cette époque c'était impossible à assumer.


Dans la froideur brutalement tombée et la nuit tombante, j'ai encore eu un peu de mal à trouver le chapiteau du Cabaret Sauvage dans le vaste parc de la Villette. Une fois rentré j'ai immédiatement apprécié ce cadre assez spacieux et subtilement désuet, où la scène n'est toutefois pas au centre mais sur un bord. Assez vite on réalisait que le complet n'était pas de la blague. L'assistance était assez âgée et représentative du panel des fans prévisibles de Killing Joke : rockers quinquas nostalgiques du tournant des années 80, fans pointus de musique Industrielle (normal, à la Villette), Metalleux en nombre significatif, occultistes en civil…


En première partie venaient leurs compatriotes de TURBOWOLF, de Bristol précisément. En formation trio, cheveux longs et tenues bariolées (enfin, pas le batteur trapu installé côté gauche), sans bassiste, ils présentaient une musique assez différente. Leur Stoner Psychédélique est bourré d'énergie, ne laissant guère l'auditeur se relâcher tant les plans se succèdent vite. Le chanteur, fortement réverbéré, cabotinait avec l'assistance notamment avec quelques souvenirs de français ou en indiquant le refrain à reprendre pour le morceau à venir, avec cette manie agaçante des Anglo-Saxons de pointer dans le public façon Obama. La guitare fuzzait tellement qu'une basse était effectivement superflue, sans pour autant agresser l'oreille. Entre Stoner vitaminé, résurrection de Zappa et microtraces de Funk, l'affaire était catchy et remporta quelque succès. Mais elle me rappela à son désavantage Philm, un ancien groupe de Dave Lombardo beaucoup plus intense dans un style approchant, mais moins préoccupé par le succès. Décrochant peu à peu malgré l'abattage certain sur scène, je me suis retiré avant la fin du set pour profiter tranquillement de la faible queue au bar. Du reste, leur temps de jeu ne me parut pas très long pour un groupe qui a quand même trois albums en stock.


La longue pause fut agrémentée d'un fond musical parcourant par moments l'EBM pour mon plus grand bonheur. Heureusement car tout ce temps pour faire trois vérifications espacées et installer une bougie (?), y'avait de l'abus.


Après toutes les péripéties traversées, KILLING JOKE commet l'exploit de réunir son line-up originel et stabilisé pour son quarantième anniversaire. Si Youth et Geordie accusent le poids des ans (seulement des ans ?), Jaz Coleman reste éternel dans sa combinaison noire, son maquillage blanc aux yeux noirs, et son air ahuri de fou pas trop dangereux. Mais l'avantage d'une personnalité pareille, c'est qu'il vit avec autant de foi les vieux titres Post-Punk comme celui de l'ouverture que les morceaux plus récents qui fessent Ministry sur son propre terrain venus par la suite. Tout cela est uni par les thématiques conspirationnistes et spirituelles de son esprit gentiment fêlé, qui ont nourri constamment son écriture au fil des époques.

Logiquement la production était calée sur le style actuel du groupe, un gros son bien Metal parfaitement balancé, propret mais accrocheur et massif. L'effet était garanti pour les énormes riffs de salaud de Geordie Walker avec son éternel calot sur la tête, syncopés en mid-tempo sur les rythmes de Big Paul. En plus les intros étaient parfaitement audibles ce qui calait haut la puissance de blast de l'ensemble. Écartant toute nostalgie excessive, le programme parcourait avec équilibre les albums récents et les légendaires premiers, et l'on passait ainsi du headbang au pogo Punky sautant dans tous les sens. "Eigthies", victime du plus fameux plagiat de l'Histoire du Rock, vint assez vite pour la plus grande joie du jeune fan de Nirvana à côté de moi…

S'il passait très facilement du chant clair à des tons plus gutturaux, Jaz nous fit quelques tomarayades sur certains commencements et surtout refrains que le public compacté connaissait par cœur de toute façon. Sur un titre, Big Paul et Youth assurèrent certains couplets. Les chœurs de l'assistance sur "Loose Canon" étaient par contre inévitables et surtout chaleureux. Coleman se livra en compensation à quelques brèves allocutions géopolitiques (avant "New Cold War" évidemment) ou spirituelles (il paraît qu'ils adorent tous les dieux).

Au-delà du plaisir intense à parcourir un répertoire assez phénoménal, on constatait à la marge que les vieux titres souffraient quand même du choix d'une production et d'un accordage bas ultra Métalleux pas idéalement adapté au ton plus léger des nombreux extraits du premier album, "Bloodsport" ou "The Wait" sonnaient assez différemment de l'origine par exemple, sans pour autant que l'enthousiasme de la fosse n'en pâtisse tout de même.

Après que Jaz eut dédié, après une longue pause, le titre à venir à la mémoire de Paul Raven, ce "Love Like Blood" était toutefois méconnaissable dans les premiers instants tant ce son était éloigné des réglages de la New Wave, comme sa veine mélancolique tranchait avec le ton général du concert. Ceci accepté, cette facette franchement délaissée – à part ce titre immortel – fait  pleinement partie de l'identité du groupe et aérait plaisamment l'ambiance pour le moins corpulente et physique du show. Pour le finish s'enchaînèrent les incontournables "Wardance" et "Pandemonium" laissant le monde sur son riff imparable et son refrain fédérateur tourné vers l'avenir.

Le temps de reprendre ses esprits (autrement dit un demi pour rattraper une partie de ce qu'on avait sué !) et laisser l'assistance s'égrener lentement par l'unique sortie, on se disait qu'encore une fois, les pépés avaient donné une leçon. Le froid mordant pour la saison et le long trajet à faire vers mon hébergeur m'achevèrent tout à fait. Nos prochaines aventures nous emmèneront plus au sud, peut-être même au sud du Ciel.


par RBD le 31/10/2018 à 13:46
   361

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


lolo
@185.24.185.193
31/10/2018 à 17:48:26
Superbe CR, comme toujours. Frustré de ne pas avoir pu y assister (le concert étant complet quand mon carnet de bal s'est libéré), ce CR me l'aura un peu fait vivre par procuration :-)

Ajouter un commentaire


Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Norman Shores

De L'ombre Surgit La Lumière

Wolfbrigade

The Enemy : Reality

The Odious

Vesica Piscis

Kirk Windstein

Dream in Motion

Passion

Passion

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Lindemann

21/02 : L'olympia, Paris (75)

+ Neptrecus + Manzer

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Photo Stream

Derniers coms

Ca sent vraiment la fin du bal, là.


Le pire la dedans, c'est que tout le monde serait d'accord pour qu'il dise stop. Mais malgré son statut de star, ses thunes etc... Il ne sait faire qu'une chose, c'est chanter sur scène. Dans ce sens, la célébrité c'est moche. Ozzy est mort vive ozzy !


Excellente nouvelle ! Hâte de les voir à Toulouse avec Holt.


Merci pour la réponse Simony. Et donc, rien de bien méchant apparemment, un petit bizutage !
En même temps dans Death, comme les musiciens changeaient tout le temps ou presque, tout le monde était toujours le petit nouveau.


100 % d'accord avec la chronique !!


Magnifique chronique. Chapeau l'artiste !


D'après les différentes rumeurs et témoignages, James Murphy a été la cible de nombreuses blagues de la part de Chuck notamment, le syndrome du p'tit nouveau quoi !


"Pas un mot dans la presse française." Pas étonnant, mais peut-être pas plus mal au final.
J'imagine le truc : "Il y a 50 ans le rock métal naissait avec le premier album de Black Sabath et son chanteur ozi osborn star de télé réalité. Mais les fan de métal ne sont pas méchant, comme(...)


@ Living Monstrosity : excellent, on sent le bon souvenir ;)


Pas un mot dans la presse française. J'ai juste vu dans le journal barcelonais "La Vanguardia" un long article sur l'histoire du Heavy Metal à partir de ce disque, truffé d'erreurs au milieu d'analyses générales pas trop mal vues.


J'allais posé la même question ?!


"...subi l'humour particulier du reste du groupe." : c'est à dire ?


Déjà 30 balais ! Merci pour ce coup de projecteur !

Je suis en 5ème et et me souviens d'un pote au collège qui m'annonce que le nouveau Death vient de sortir. On est pré-boutonneux mais déjà accros à ce nouveau son depuis la découverte d'Altars of madness ou Leprosy.
Le m(...)


Quand Iron Maiden prend des ecstas !


nos pulsions les moins inavouables ... donc les plus avouables ?
(oui y en a qui lisent les chroniques ^^)
et oui ... à presque 50 ans on écoute encore du metal extrême ... parce que c'est bon !


Excellent !


Merci Simony d'avoir partagé cette new sur ce groupe qui est très cher à mon petit coeur ;)
Impatient d'avoir ce nouvel album, ça s'annonce très bon.


Personne n'a fait mieux depuis...


Je fais aussi partie de la team "indifférence polie" vénérant l'époque Max, mais en me disant quand même que la soupe que Max nous sert depuis des dizaines d'années est carrément imbuvable (les tribus, les guerres, blabla, toujours pareil, va te laver les cheveux), bref autant je continue de (...)


Quelle belle chronique ! Je peux en contresigner toute la longue introduction, n'ayant pas lâché Sepultura après le départ de Max et défendant assidûment le travail du groupe, en dépit de certains choix et de quelques vraies déceptions bien malvenues dans un contexte où il leur était si fa(...)