Alors cette démo-là, à la base, je l’ai choisie d’une, parce que je n’avais pas eu ma dose de Grind du weekend, et de deux, parce que sa pochette m’a irrémédiablement fait saigner les yeux. Oui, rendez-vous compte, moi qui ai grandi dans les années 70, ce putain de gamin Kinder toujours content d’avoir un œuf moisi à la surprise pourrie, ça fait des siècles que je rêve de lui régler son compte. De me rappeler de ses lèvres bougeant en allemand sur un français digne d’Eric Rohmer en extase devant un brocoli m’a traumatisé à vie, et rien que de voir sa tronche même arrangée me donne la nausée. Alors, merci les SUICIDEFORCE de lui avoir collé un flingue sur la gueule, et de l’avoir affublé d’une espèce de poupée zombie en arrière-plan, c’est bien tout ce qu’il mérite pour avoir foutu la haine à toute une génération de bambins dont je fus. Sinon, musicalement parlant, je n’ai pas fait un mauvais choix, puisque cette nouvelle maquette des transalpins marque aussi les esprits, de son mélange chafouin entre Hardcore, Fastcore, Powerviolence et Grind, le tout joué avec une bonne humeur flagrante et un sacré sens des valeurs. Qui plus est, l’objet en question, se décline en deux versions, l’une américaine et dispo en tape sur les labels Jerk Off Records et Ratgirl Records et l’autre en CD-r en France, via les bons services d’Inhuman Homicide, ce qui en fait un bel objet multiple pour les collectionneurs de démo. Et croyez-moi, en sus de son packaging ultra, cette accumulation de crises de colère vaut largement le détour, ne serait-ce que pour avoir des nouvelles de la scène extrême italienne. A défaut de participer à la coupe du monde (j’aime remuer le couteau dans la plaie et enlever la pizza du four), nos amis peuvent se délecter de cette décharge de colère brute, qui en quatorze minutes joue un jeu pluriel et assez démentiel.

Nous en venant d’Alexandrie, les SUICIDEFORCE (Giulio: basse, Sporko: chant, Diego: guitare et Nicola: batterie) n’en sont pas à leur coup d’essai puisque cette maquette succède à plusieurs sorties, dont principalement un premier EP, Kolosimo: A Way of Life, sorti en 2016. Depuis, pas grand-chose à signaler, à part cette démo adressée au public national, aux voisins français et aux cousins américains, et surtout, une envie, un allant, et une façon de considérer le Hardcore le plus féroce comme un moyen d’expression analogique. Bons musiciens, les italiens ne confondent pas vitesse et précipitation, et nous offrent un éventail de possibilités loin d’être anecdotique. Pas franchement adepte de la fuite en avant, ce quatuor à les moyens de ses ambitions, et semble parfois se rapprocher de la scène bruitiste belge, par son refus de considérer le chaos comme un puits sans fond. On tombe donc sur une belle ambiance, et surtout, des parties pleines de démence, qui s’articulent autour de riffs assez étranges et parfois dissonants, de lignes de basse serpentines un peu vicieuses, et d’un chant parfaitement intelligible. Pas le tout-venant comme vous le constatez, et si l’on met de côté certains samples un peu envahissants, le tout sonne comme une belle ode à l’incongruité, synthétisant la fronde Hardcore US de la première moitié des années 80, et son pendant Powerviolence européen de cette dernière décennie. Quelques traces de Rock N’Core subsistent même au détour de certains couplets, et les embardées en blasts, assez rares, sont toujours bien assénées.

C’est légèrement excentré, un peu bancal, mais suffisamment original pour mériter votre temps. D’ailleurs, plus la démo avance, plus les morceaux changent de cadence, et masquent la violence sous une épaisse couche de sadisme et d’étrangeté. On se perd parfois en conjectures, ne sachant plus très bien sur quel pied sautiller, mais la sensation, loin d’être désagréable, nous permet de respirer un air différent, moins systématique que celui exhalé par les combos les plus chevronnés. On se demande même parfois si cette maquette n’a pas échappé au temps, et n’a pas été enregistrée il y a longtemps, tant les plans qu’elle diffuse singent les débuts du Thrashcore et du Speedcore, un peu comme si la modernité n’avait pas adopté un autre nom de baptême pour ce Hardcore rapide et saccadé. Les premiers titres jouent plus ou moins franc jeu, même si le tempo dérate un peu, à l’instar de celui de « T’s Monster », qui finit sur le bas-côté, alors que la rythmique de « Human Book » n’a de cesse d’accélérer et de décélérer. Montagnes russes qui laissent des graves de quatre cordes s’imposer aux avant-postes, pour une petite touche psychédélique, alors que l’Indus parvient parfois à se faire une petite place dans les intros (« Son Of a Crippled God »). Tout ceci n’est donc pas facilement labellisable, et si la brutalité est somme toute assez souple, l’intensité elle redouble d’efforts. On note surtout les prestations individuelles, qui font parfois ressembler les italiens à une version psychopathe des DESCENDENTS (« Meatgrinder »), ou à des NOMEANSNO perdus dans les affres de la virulence gratuite. Quelques hymnes pour la forme (« Loki »), des petits trucs plus abordables (« Deal With Death », stridences, latence, lancinance, et fulgurances), mais en tout cas, beaucoup d’assurance de la part d’un guitariste inventif, et d’une section rythmique polyvalente.

Dans ta gueule le gamin Kinder. Tu croyais vraiment t’en tirer comme ça ? Et maintenant, attends qu’on s’occupe de ta mère et de ses dents blanches…              

       

Titres de l'album:

                      1.Hurt Yourself

                      2.T's Monster

                      3.Human Book

                      4.Son Of A Crippled God

                      5.Meatgrinder

                      6.H Smartphone

                      7.Loki

                      8.Deal With Death

                      9.Food For Worms

                     10.Five Seconds More

                     11.Final Cut

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 02/07/2018 à 14:30
78 %    250

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Axxios

Beneath the Blood Red Sky

Reality Suite

Awaken

Beastmaker

Eye of the Storm

Slaughtbbath

Alchemical Warfare

Iroy

Donde Nace la Verdad

Abbygail

Gun Control

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Photo-report MOTOCULTOR FESTIVAL 2019

Jus de cadavre / 08/09/2019
Motocultor

BRUTAL ASSAULT 2019 - Jour 4 + Bilan

L'Apache / 05/09/2019
Brutal Assault

Concerts à 7 jours

Belenos + Griffon + Nydvind

20/09 : Le Ferrailleur, Nantes (44)

Ultra Vomit + Astaffort Mods

20/09 : Le Rio Grande, Montauban (82)

Electric Shock + Praying Mantis + Sign Of The Jackal

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Belenos + Griffon + Nydvind

21/09 : Salem, Le Haillan (33)

Darkenhöld + Bovary + Eternal Hunt

21/09 : Secret Place, St Jean De Védas (34)

Kadinja + Tranzat + Juggernautt

21/09 : Espace Le Goffic, Rennes (35)

Krassier + Frekkr + Conquerors

21/09 : Dropkick Bar, Reims (51)

Evil Invaders + Warkunt + Disgorged Foetus

21/09 : Maison Du Temps Libre, Rolampont (52)

Deficiency + Fractal Universe + Destinity

21/09 : ThÉÂtre De La MÉdiathÈque, Freyming (57)

Warfaith + Mortuary + Dust In Mind

21/09 : Salle Désiré Granet, Anould (88)

Flush!! + Xbreak Outx

26/09 : L'ambuscade, Lyon (69)

Elyose + Ancient Bards

26/09 : Le Gibus, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Hihi, je savais que c'était fait pour toi... :-D


Cette affiche... J'en rêvais... ... ...


@kairos +1 !


Cool report, comme d'hab' ! Et toujours intéressant de retracer l'historique musical d'une ville ;-)


Si Scott Wino ne peut plus se défoncer en paix, ou va le monde !


DEMONIAC, c'était génial. Surtout le second et troisième album. La suite avec DRAGONFORCE m'avait un peu dépité...


Bah c'est fou car je pensais justement à la future tournée européenne de THE OBSESSED très tôt ce matin et me demandais donc où en était ce brave Wino avec ces anciens soucis scandinaves.
Bah me voilà (malheureusement !) renseigné sur le sujet…
Salauds de norvégiens ! Depuis (...)


Bah ce qui est le plus dingue avec cette immondice qu'est DRAGONFORCE, c'est que ce groupe est né des cendres de DEMONIAC... Jamais compris ça quand on voit la merveille qu'était "Prepare for war".
Comme quoi, il faut de tout pour faire un monde...


Mon dieu c'te pochette ?!?!
Le père Joël nous avait pourtant habitué à bien mieux merde…
On se croirait ici en main avec un album de Synthwave bas de gamme bon dieu de dieu.


Attention le site du Bikini annonce la date à Toulouse le 20 mai. C'est un mercredi, veille de l'Ascension.


Le nouveau Korn m'a l'air excellent du coup.

A mince c'est Lacuna Coil.


J’ignore le niveau d’affinité de leclercq avec le heavy speed mélodique, mais à la base c’est un fan d’extreme. Il suffit d'écouter sinsaenum, projet plus personnel et qui n’a vraiment rien a voir avec dragonforce
Perso kreator, jamais accroché, mais c’est un grand groupe et u(...)


Ca promet... Ce groupe va s'enfoncer encore plus dans la melochiasse.


Cela aurait été vraiment la grande classe il y a plus de 15 ans.
Désormais beaucoup (beaucoup !) moins.
Mais bon, cela sera toujours mieux que d'être membre de DRAGONFORCE... Ca c'est certain... ... ...


Un français dans Kreator, la grande classe ! Bravo à lui !


Malheureusement KRASSIER doit annuler sa participation à cette date pour cause de blessure d'un de ses membres. Mais vous aurez droit à des sets rallongés de CONQUERORS et FREKKR.


Yesss ! Il va falloir réviser les classiques ^^


Très chouette Chronique encore une fois ! J'attends plus rien de Korn depuis des années et j'ai l'impression que le groupe n'a plus rien à proposer depuis très longtemps. Chaque nouvel album s'essouflant à peine l'écoute terminé. Mais je vais donner sa chance a celui-ci. Le morceau "Cold" est(...)


Absolument excellent !! Vivement l'album.


Nul n'est parfait mon bon...