Alors cette démo-là, à la base, je l’ai choisie d’une, parce que je n’avais pas eu ma dose de Grind du weekend, et de deux, parce que sa pochette m’a irrémédiablement fait saigner les yeux. Oui, rendez-vous compte, moi qui ai grandi dans les années 70, ce putain de gamin Kinder toujours content d’avoir un œuf moisi à la surprise pourrie, ça fait des siècles que je rêve de lui régler son compte. De me rappeler de ses lèvres bougeant en allemand sur un français digne d’Eric Rohmer en extase devant un brocoli m’a traumatisé à vie, et rien que de voir sa tronche même arrangée me donne la nausée. Alors, merci les SUICIDEFORCE de lui avoir collé un flingue sur la gueule, et de l’avoir affublé d’une espèce de poupée zombie en arrière-plan, c’est bien tout ce qu’il mérite pour avoir foutu la haine à toute une génération de bambins dont je fus. Sinon, musicalement parlant, je n’ai pas fait un mauvais choix, puisque cette nouvelle maquette des transalpins marque aussi les esprits, de son mélange chafouin entre Hardcore, Fastcore, Powerviolence et Grind, le tout joué avec une bonne humeur flagrante et un sacré sens des valeurs. Qui plus est, l’objet en question, se décline en deux versions, l’une américaine et dispo en tape sur les labels Jerk Off Records et Ratgirl Records et l’autre en CD-r en France, via les bons services d’Inhuman Homicide, ce qui en fait un bel objet multiple pour les collectionneurs de démo. Et croyez-moi, en sus de son packaging ultra, cette accumulation de crises de colère vaut largement le détour, ne serait-ce que pour avoir des nouvelles de la scène extrême italienne. A défaut de participer à la coupe du monde (j’aime remuer le couteau dans la plaie et enlever la pizza du four), nos amis peuvent se délecter de cette décharge de colère brute, qui en quatorze minutes joue un jeu pluriel et assez démentiel.

Nous en venant d’Alexandrie, les SUICIDEFORCE (Giulio: basse, Sporko: chant, Diego: guitare et Nicola: batterie) n’en sont pas à leur coup d’essai puisque cette maquette succède à plusieurs sorties, dont principalement un premier EP, Kolosimo: A Way of Life, sorti en 2016. Depuis, pas grand-chose à signaler, à part cette démo adressée au public national, aux voisins français et aux cousins américains, et surtout, une envie, un allant, et une façon de considérer le Hardcore le plus féroce comme un moyen d’expression analogique. Bons musiciens, les italiens ne confondent pas vitesse et précipitation, et nous offrent un éventail de possibilités loin d’être anecdotique. Pas franchement adepte de la fuite en avant, ce quatuor à les moyens de ses ambitions, et semble parfois se rapprocher de la scène bruitiste belge, par son refus de considérer le chaos comme un puits sans fond. On tombe donc sur une belle ambiance, et surtout, des parties pleines de démence, qui s’articulent autour de riffs assez étranges et parfois dissonants, de lignes de basse serpentines un peu vicieuses, et d’un chant parfaitement intelligible. Pas le tout-venant comme vous le constatez, et si l’on met de côté certains samples un peu envahissants, le tout sonne comme une belle ode à l’incongruité, synthétisant la fronde Hardcore US de la première moitié des années 80, et son pendant Powerviolence européen de cette dernière décennie. Quelques traces de Rock N’Core subsistent même au détour de certains couplets, et les embardées en blasts, assez rares, sont toujours bien assénées.

C’est légèrement excentré, un peu bancal, mais suffisamment original pour mériter votre temps. D’ailleurs, plus la démo avance, plus les morceaux changent de cadence, et masquent la violence sous une épaisse couche de sadisme et d’étrangeté. On se perd parfois en conjectures, ne sachant plus très bien sur quel pied sautiller, mais la sensation, loin d’être désagréable, nous permet de respirer un air différent, moins systématique que celui exhalé par les combos les plus chevronnés. On se demande même parfois si cette maquette n’a pas échappé au temps, et n’a pas été enregistrée il y a longtemps, tant les plans qu’elle diffuse singent les débuts du Thrashcore et du Speedcore, un peu comme si la modernité n’avait pas adopté un autre nom de baptême pour ce Hardcore rapide et saccadé. Les premiers titres jouent plus ou moins franc jeu, même si le tempo dérate un peu, à l’instar de celui de « T’s Monster », qui finit sur le bas-côté, alors que la rythmique de « Human Book » n’a de cesse d’accélérer et de décélérer. Montagnes russes qui laissent des graves de quatre cordes s’imposer aux avant-postes, pour une petite touche psychédélique, alors que l’Indus parvient parfois à se faire une petite place dans les intros (« Son Of a Crippled God »). Tout ceci n’est donc pas facilement labellisable, et si la brutalité est somme toute assez souple, l’intensité elle redouble d’efforts. On note surtout les prestations individuelles, qui font parfois ressembler les italiens à une version psychopathe des DESCENDENTS (« Meatgrinder »), ou à des NOMEANSNO perdus dans les affres de la virulence gratuite. Quelques hymnes pour la forme (« Loki »), des petits trucs plus abordables (« Deal With Death », stridences, latence, lancinance, et fulgurances), mais en tout cas, beaucoup d’assurance de la part d’un guitariste inventif, et d’une section rythmique polyvalente.

Dans ta gueule le gamin Kinder. Tu croyais vraiment t’en tirer comme ça ? Et maintenant, attends qu’on s’occupe de ta mère et de ses dents blanches…              

       

Titres de l'album:

                      1.Hurt Yourself

                      2.T's Monster

                      3.Human Book

                      4.Son Of A Crippled God

                      5.Meatgrinder

                      6.H Smartphone

                      7.Loki

                      8.Deal With Death

                      9.Food For Worms

                     10.Five Seconds More

                     11.Final Cut

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 02/07/2018 à 14:30
78 %    150

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Helfro

Helfro

Ain

Stance I

Beaten To Death

Agronomicon

Wolfen

Rise of the Lycans

War Thrashed

Bienvenido A Tu Ejecucion

Pertness

Metamorphosis

Obscura + Fallujah + Allegaeon + First Fragment

RBD / 16/02/2019
Death Mélodique

NECROS CHRISTOS + ASCENSION + VENENUM / Live-report / Rennes

Jus de cadavre / 11/02/2019
Death Old School

Brendan Perry

RBD / 06/02/2019
Country

Concerts à 7 jours

+ Uada + Tribulation

23/02 : Cinema, Alost ()

Photo Stream

Derniers coms

Je ne peux que confirmer ce que tu nous contes là mon bon Simony :
- DISFUNERAL = AUTOPSY.
- Jamais vu le No Man's Land aussi échaudé.
- Moi aussi j'ai craint un peu pour notre sécurité quand ils ont voulu se la jouer RAMMSTEIN.

PS : Point de détail : DESTRUKT e(...)


Tant mieux alors !!!


Ouais franchement j'ai pris une bonne claque avec ce groupe !


Indian Nightmare c'est juste terrible. C'est exactement ce que j'ai en tête quand on me dit Metal Old-school. Ça sent Satan, la liche et la crasse. Excellent ce groupe.


Le Entombed classique ! Pas le AD !


Entombed ou Entombed AD ???


Super nom.
Super groupe.
Superbes albums.
Superbes covers.
Rien à redire quoi...


Intéressant à lire et bonne découverte de label


vivement les autres interviews! chouette idée!


"sorte de copie non-conforme du MARDUK le plus impitoyable et retors, celui de Rom 5 :12, soit la quintessence d’un Black qui souhaite s’extirper de sa condition de polichinelle horrifique"

Alors là, entièrement d'accord ! Rom est le chef d'oeuvre absolu des suédois. Et un des me(...)


kingdoms est pourtqnt excellent


Belle chronique, complémentaire a choosing death ?
Très tentant


L'annonce qui n'annonce rien, j'espère que ça ne va pas se limiter à la sortie d'un t-shirt


J'aurais un titre a la place de ça ! Vivement du nouveau Entombed.


Intéressant ça.


1) Re-Ah ah ah !!!
2) Perso, je ne trouve pas que la scène NS soit plus pro, plus visible et plus acceptée qu'avant.
A mon sens, rien n'a bougé à ce niveau là.
"C'est aussi peut-être dû au "taf" sur le zine" : Bien vu je pense.
3) "Je fais partie de ceux qui dissocie c(...)


Ah ah ah !!!


14 ans ? trops jeunes pour moi et pour le black


"Louis-Ferdinand Céline, c'est énorme !"
Laurent Gerra.


Yep, excellente interview bien cash, et bonne découverte d'un label que je ne connaissais absolument pas !