Alors cette démo-là, à la base, je l’ai choisie d’une, parce que je n’avais pas eu ma dose de Grind du weekend, et de deux, parce que sa pochette m’a irrémédiablement fait saigner les yeux. Oui, rendez-vous compte, moi qui ai grandi dans les années 70, ce putain de gamin Kinder toujours content d’avoir un œuf moisi à la surprise pourrie, ça fait des siècles que je rêve de lui régler son compte. De me rappeler de ses lèvres bougeant en allemand sur un français digne d’Eric Rohmer en extase devant un brocoli m’a traumatisé à vie, et rien que de voir sa tronche même arrangée me donne la nausée. Alors, merci les SUICIDEFORCE de lui avoir collé un flingue sur la gueule, et de l’avoir affublé d’une espèce de poupée zombie en arrière-plan, c’est bien tout ce qu’il mérite pour avoir foutu la haine à toute une génération de bambins dont je fus. Sinon, musicalement parlant, je n’ai pas fait un mauvais choix, puisque cette nouvelle maquette des transalpins marque aussi les esprits, de son mélange chafouin entre Hardcore, Fastcore, Powerviolence et Grind, le tout joué avec une bonne humeur flagrante et un sacré sens des valeurs. Qui plus est, l’objet en question, se décline en deux versions, l’une américaine et dispo en tape sur les labels Jerk Off Records et Ratgirl Records et l’autre en CD-r en France, via les bons services d’Inhuman Homicide, ce qui en fait un bel objet multiple pour les collectionneurs de démo. Et croyez-moi, en sus de son packaging ultra, cette accumulation de crises de colère vaut largement le détour, ne serait-ce que pour avoir des nouvelles de la scène extrême italienne. A défaut de participer à la coupe du monde (j’aime remuer le couteau dans la plaie et enlever la pizza du four), nos amis peuvent se délecter de cette décharge de colère brute, qui en quatorze minutes joue un jeu pluriel et assez démentiel.

Nous en venant d’Alexandrie, les SUICIDEFORCE (Giulio: basse, Sporko: chant, Diego: guitare et Nicola: batterie) n’en sont pas à leur coup d’essai puisque cette maquette succède à plusieurs sorties, dont principalement un premier EP, Kolosimo: A Way of Life, sorti en 2016. Depuis, pas grand-chose à signaler, à part cette démo adressée au public national, aux voisins français et aux cousins américains, et surtout, une envie, un allant, et une façon de considérer le Hardcore le plus féroce comme un moyen d’expression analogique. Bons musiciens, les italiens ne confondent pas vitesse et précipitation, et nous offrent un éventail de possibilités loin d’être anecdotique. Pas franchement adepte de la fuite en avant, ce quatuor à les moyens de ses ambitions, et semble parfois se rapprocher de la scène bruitiste belge, par son refus de considérer le chaos comme un puits sans fond. On tombe donc sur une belle ambiance, et surtout, des parties pleines de démence, qui s’articulent autour de riffs assez étranges et parfois dissonants, de lignes de basse serpentines un peu vicieuses, et d’un chant parfaitement intelligible. Pas le tout-venant comme vous le constatez, et si l’on met de côté certains samples un peu envahissants, le tout sonne comme une belle ode à l’incongruité, synthétisant la fronde Hardcore US de la première moitié des années 80, et son pendant Powerviolence européen de cette dernière décennie. Quelques traces de Rock N’Core subsistent même au détour de certains couplets, et les embardées en blasts, assez rares, sont toujours bien assénées.

C’est légèrement excentré, un peu bancal, mais suffisamment original pour mériter votre temps. D’ailleurs, plus la démo avance, plus les morceaux changent de cadence, et masquent la violence sous une épaisse couche de sadisme et d’étrangeté. On se perd parfois en conjectures, ne sachant plus très bien sur quel pied sautiller, mais la sensation, loin d’être désagréable, nous permet de respirer un air différent, moins systématique que celui exhalé par les combos les plus chevronnés. On se demande même parfois si cette maquette n’a pas échappé au temps, et n’a pas été enregistrée il y a longtemps, tant les plans qu’elle diffuse singent les débuts du Thrashcore et du Speedcore, un peu comme si la modernité n’avait pas adopté un autre nom de baptême pour ce Hardcore rapide et saccadé. Les premiers titres jouent plus ou moins franc jeu, même si le tempo dérate un peu, à l’instar de celui de « T’s Monster », qui finit sur le bas-côté, alors que la rythmique de « Human Book » n’a de cesse d’accélérer et de décélérer. Montagnes russes qui laissent des graves de quatre cordes s’imposer aux avant-postes, pour une petite touche psychédélique, alors que l’Indus parvient parfois à se faire une petite place dans les intros (« Son Of a Crippled God »). Tout ceci n’est donc pas facilement labellisable, et si la brutalité est somme toute assez souple, l’intensité elle redouble d’efforts. On note surtout les prestations individuelles, qui font parfois ressembler les italiens à une version psychopathe des DESCENDENTS (« Meatgrinder »), ou à des NOMEANSNO perdus dans les affres de la virulence gratuite. Quelques hymnes pour la forme (« Loki »), des petits trucs plus abordables (« Deal With Death », stridences, latence, lancinance, et fulgurances), mais en tout cas, beaucoup d’assurance de la part d’un guitariste inventif, et d’une section rythmique polyvalente.

Dans ta gueule le gamin Kinder. Tu croyais vraiment t’en tirer comme ça ? Et maintenant, attends qu’on s’occupe de ta mère et de ses dents blanches…              

       

Titres de l'album:

                      1.Hurt Yourself

                      2.T's Monster

                      3.Human Book

                      4.Son Of A Crippled God

                      5.Meatgrinder

                      6.H Smartphone

                      7.Loki

                      8.Deal With Death

                      9.Food For Worms

                     10.Five Seconds More

                     11.Final Cut

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 02/07/2018 à 14:30
78 %    187

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Miscarriage

Imminent Horror

Death Agony

Desiderata : A Devastating Revelation

Damantra

Broken

Walls Of Blood

Imperium

Terre

Terre

Pristine

Road Back To Ruin

Tytus

Rain After Drought

Palehørse

Palehørse

Statement

Force Of Life

Cara Neir

Part III - Part IV

Project For Bastards

Project For Bastards

Aftermath

There Is Something Wrong

Nostromo

Narrenschiff

Charge

Ain’t The One

Herod

Sombre Dessein

(false) Defecation

Killing With Kindness

Rosy Vista

Unbelievable

Gorgon

Elegy

Interview avec AEPHANEMER

Acid / 23/04/2019
Aephanemer

Misanthrope Tournée des 30 ans / Sphaera

Simony / 21/04/2019
Gothic Death Metal

SOEN + GHOST IRIS + WHEEL - Backstage By The Mill - Paris

Kamel / 20/04/2019
Backstage By The Mill

Orphaned Land + Subterranean Masquerade

RBD / 18/04/2019
Folk Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Excellent projet ! Brut et brutal sans parler de l'artwork qui illustre parfatement le coté tumultueux et profond de la musique, tel un orage qui vous surprendrait coincé entre deux barres rocheuses.


Oui, le côté ultra cliché, difficile de pas y succomber. Sûr qu'au Keep It True de ce weekend, le label Cruz Del Sur, qui expose, sera bien dévalisé. La chanteuse amène le petit plus nécessaire pour sortir du lot.


Oui excellent ce truc ! Ultra cliché dans le genre mais ça fonctionne à fond.


Super truc de heavy épique qui renvoie aux espoirs du genre, type Chevalier ou Visigoth. En plus le dessin de Whelan ajoute au charme de l'album. Les vov=calises de la chanteuse sont très efficaces.


groupe de merde


Terrible encore. Putain ce que j'aime ce groupe bordel. Autant pour leur musique que pour ce qu'il représente. DARKTHRONE bordel !!! Super morceau !!! Hail DARKTHRONE !!!
(Mais il me semble que cela a déjà été dit non ?)

PS : Qui plus est, l'idée d'animer cette superbe poche(...)


Super morceau ! Hail Darkthrone !


Terrible encore. Putain ce que j'aime ce groupe bordel. Autant pour leur musique que pour ce qu'il représente. Darkthrone bordel !


1) "Je connais pas Parkway Drive jamais écouté"
Continuez ainsi mon brave !!!
2) "Hellhammer est reformé ?"
Bah alors Monsieur King ! Réveillez-vous !
C'est LA news de 2019 !
Mon érection en tous cas car futur visionnage de la chose en juin prochain au HELLFEST...


Hormis Slayer c'est pas fou les têtes d'affiche, je connais pas Parkway Drive jamais écouté.

J'ai vu l'affiche Hellhammer est reformé ?


Une vrai pépite cet album, comme dit dans la chronique froid, profond et à la fois somptueux.


Jus de cadavre + 1.
Et absolument pour tout ce que tu en dis...
(Sauf que moi j'y ai tout de même fait mon hajj en 2006)


Jamais fais le Wacken, et je ne le ferais sans doute jamais... Pourtant c'était la Mecque ce fest pour moi il y a des années, le truc que chaque metalleux se devait de faire au moins une fois ! Mais aujourd'hui j'en ai plutôt une image vieillote, un fest qui n'évolue pas, qui ne cherche pas à i(...)


Ca sent la revanche !!


(suite et fin)
Mais malheureusement, comme le dit très bien Simony "l'auto-parodie et la surenchère du groupe, et notamment de son chanteur S.A.S de L'Argilière a eu raison de bien des Metalheads qui ont vu en eux un bouc émissaire parfait".
C'est exactement ça en ce qui me concerne(...)


Jamais accroché à ce groupe :
Bien trop Prog et "branlette" pour moi.
Pour autant, je respecte beaucoup la formation pour ce qu'elle est aussi :
Des gars intègres, dans une recherche musicale constante, qui mènent leur barque contre vents et marrées depuis un sacré bout de te(...)


??? ??? ???
C'est seulement maintenant qu'ils annoncent des groupes présents pour août prochain ?!?!
Si oui, c'est vraiment se foutre de la gueule du monde.
Alors, j'ai bien conscience que les billets sont déjà tous vendus depuis des lustres et que le futur public n'a donc aucu(...)


Non cela semble être l'image choisie pour illustrer le trailer, mais sait-on jamais...


C'est ça la pochette ?


Enorme ce 1er Testament.
Avec une prod bien plus écoutable que celle du 1er Exodus, par exemple !