Il est de notoriété publique que depuis quelques années, le marché asiatique est friand de ces groupes de Rock féminins qui unissent en un même élan le Rock alternatif, le Hard Rock typique et le Power Metal épique, et les exemples deviennent si nombreux qu’il va bientôt falloir les recenser dans une encyclopédie pour viser l’exhaustivité.

Mais souvent, ces groupes aux looks similaires se perdent dans des considérations de J-Rock un peu trop sucré, et tiennent plus de la stratégie marketing que de véritables gangs prêts à mettre le monde à feu et à sang.

Ou au moins, leur pays natal…

Un autre exemple nous en est donné ce matin avec la sortie du cinquième LP des Japonaises de CYNTIA, qui une fois de plus associent look glamour et sexy et musique puissante tirant quand même méchamment vers une Pop très locale.

Mais les CYNTIA, contrairement à nombre de leurs homologues n’ont pas la productivité dans la poche, et malgré une formation récente (2012), ont empilé les sorties au point de fêter en ce mois de décembre leur cinquième longue durée, ce qui reconnaissons-le est une jolie performance.

Performance numérique certes, mais qu’en est-il de leur musique ?

Rien de très surprenant encore, puisque leurs chansons très accrocheuses respectent à la lettre les idéogrammes du cahier des charges, bien loin de la puissance Métal Manga des BABYMETAL, et plus proche d’autres références, comme ALDIOUS, DESTROSE ou MARY’S BLOOD, dans une optique beaucoup plus commerciale et adoucie.

Mais ne faisons pas la fine bouche, puisque tout ça est joué d’une belle énergie juvénile, et que leurs morceaux sentent le hit à plein nez, pour peu que le J-Rock soit votre bol de saké favori.

Premier single en 2012, puis une signature importante avec le label Victor Entertainment, des tournées homériques, des passages en première partie assez marquants, dont un concert face à cinquante mille personnes, tout ça a de quoi donner le tournis, mais l’industrie locale étant ce qu’elle est, le phénomène est à la hauteur de la démesure asiatique.

Nonobstant ces préjugés qui ont la vie dure, les CYNTIA proposent avec Urban Night un album qui pourrait servir de mètre étalon du genre, bourré à craquer de mélodies irrésistibles et énergiques, joué avec beaucoup de conviction, à défaut d’une quelconque originalité.

Des guitares distordues bien propres, un chant délicieusement adolescent, des rythmiques qui rebondissent tout en soutenant l’instrumental assez solidement, et surtout, un maximum de refrains à reprendre entre copines pendant une soirée pyjama.

On pourrait dans un accès de facilité tout résumer à cette pochette aux tons pastel très prononcés, qui évoquent une nuit de musique très chamarrée. Et si tout ça paraît très superficiel vu de l’extérieur, il serait injuste de réduire ces quatre musiciennes au simple rôle de marionnettes de maison de disques, puisque leur approche est quand même suffisamment aguicheuse mais crédible pour vous séduire, pendant au moins une petite quarantaine de minutes.

Urban Night, c’est une ballade dans les rues de Tokyo en mode nocturne festif, déambulant dans des rues sures la mine fière et le look travaillé, sans risquer de se faire agresser par des voyous Rock un peu trop tendus. C’est propre, carré, parfois à la limite ou les deux pieds dans la Pop la plus radiophonique (« Life Goes On »), comme l’union d’un JOURNEY du soleil levant et d’une MARY’S BLOOD alanguie dans un demi sommeil rassurant (« Universe », le tube nippon par excellence »), mais ça peut aussi parfois limer ses ongles et montrer ses dents (« If », à l’up tempo entêtant et insistant), sans jamais risquer de vous blesser, même si ça fait bien semblant.

Production très clean qui a pris le temps de tout polir, interprétation qui n’en fait pas trop, et emprunts multiples au Power Rock Japonais qui aimerait bien singer les standards US, tel est le menu de cette nuit urbaine que vous propose ce séduisant quatuor.

Des musiciennes très capables, qui se contentent de jouer une musique efficace, qui toutefois n’évite aucun poncif du style, même si l’habituelle ballade lacrymale est avantageusement remplacée par une emphase dramatique finale un peu plus convaincante que la moyenne (« Call Me », rien à voir avec BLONDIE, mais quand même suffisamment gonflée pour ne pas…gonfler).

Le problème de ce genre d’album, c’est qu’aussi agréable soit sa musique, on a rarement grand-chose à en dire. Pas de reproche majeur à formuler, puisque tout est formaté pour plaire à un certain public qui se réjouira de ces huit morceaux plus une intro (assez bien troussée d’ailleurs).

Les amateurs de Rock un peu décalé passeront leur chemin, puisque les CYNTIA ne s’adressent pas à eux, mais plutôt à un public de jeunes adolescentes admiratives de ces musiciennes aux jolis minois qui bougent bien et jouent tout autant.

Alors autant apprécier le produit pour ce qu’il est vraiment, une sorte de panachage de Rock délicatement alternatif mais pas trop, de Hard Rock clean et ensoleillé, avec toutefois quelques soli bien emballés (« Urban Night », le hit AOR Japonais par excellence), et de Power sous contrôle, subtilement synthétique (« 不眠症シンデレラ »)  

Pas de quoi vous relever la nuit pour headbanger, mais de quoi passer une bonne soirée en bonne compagnie, dans les rues les plus saines d’un Tokyo de carte postale.

 Mais qu’on aime ou qu’on déteste, on ne peut nier que c’est très bien fait, quoiqu’un peu aseptisé, un peu comme si les MADINA LAKE de début de carrière s’étaient aventurés en terre nippone pour devenir un cas d’école chez les jeunes filles un peu frivoles.


Titres de l'album:

  1. Introduction
  2. Urban Night
  3. ハピネス
  4. Bless of the Fire
  5. Life Goes On
  6. Un!verse
  7. 不眠症シンデレラ
  8. If
  9. Call Me

Site officiel


par mortne2001 le 21/12/2016 à 18:56
70 %    458

Commentaires (3) | Ajouter un commentaire


Humungus
membre enregistré
24/12/2016 à 05:42:58
Une question me vint :
POURQUOI ??? ??? ???

mortne2001
membre enregistré
24/12/2016 à 10:45:08
Je pense que la meilleure réponse reste "Parce que". ;)

Off the hot
@78.249.161.181
22/01/2017 à 01:10:32
Dommage, c'était un super groupe de power metal à ses débuts :/

Ajouter un commentaire


Hellsodomy

Morbid Cult

Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

The Dead Daisies

Locked and Loaded (The Cover Album)

Sun

Brutal Pop

Sleep Token

Sundowning

Pretty Maids

Undress Your Madness

Morbid Cross

Disciples Of The Goat

Blood Incantation

Hidden History Of The Human Race

3rd From The Sun

3rd From The Sun

Agnostic Front

Get Loud!

Spoil Engine

Renaissance Noire

Lightning Born

Lightning Born

Sapiens

Sapiens Project

Nitrate

Open Wide

(echo)

Below The Cover Of Clouds

Exylle

Exylle

Goodbye June

Community Inn

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

Concerts à 7 jours

+ Verdun + Nornes

13/12 : Circus, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Belle découverte pour moi, j'aime le côté thrashy de certains riffs.


Excellente chronique !


Old school cette pochette ???
La thématique oui, mais la réalisation pas du tout. On dirait un comic Marvel récent...


On dirait du Pestilence la pochette.


Cet artwork très "old-school death metal" !


La musique me replonge directement dans les années 90' cassage de nuques et headbanging, mais j'ai plus de mal avec le chant.


L'intro de "Hell Awaits" sur Decade... M. A marqué à vie !


Gros respect pour Slayer même si j'ai seulement 2 mauvais souvenirs de concert (sur plus d'une quinzaine) Pour moi aussi decade reste le meilleur live , ne serait ce que pour l'intro de hell awaits qui plante le décor pour tout le reste de l'album.


Ah bon, pas le dimanche ?!


Qu'il revienne en 2021 pour les 40 ans et des dates en France et on en parle plus.


@Jus de cadavre ;

oui pour Decade of Aggression auquel je juxtapose Dance of the Dead, bootleg enregistré au Zénith le 22/11/1991.

Ca tombe bien, j'y étais :p


Ach !
Vous n'êtes peut-être pas assez trve pour brûler leur stock, mais dénoncez nous ce groupe si dégueulasse...
On veut un nom et le pourquoi du comment bordel !

(#Closer #Public #Voici)


@king : nan, le meilleur live de l'histoire c'est Decade Of Aggression !!! ;)
Concernant la violence de ce groupe, je me suis toujours demandé d’où venais leur colère et même cette haine palpable. Surtout à leur débuts : King est un premier de la classe à l'école, aucun dans le grou(...)


Je me retape le Still Reigning en ce moment.

LE MEILLEUR LIVE DE L'HISTOIRE.


+ 1000.

Le plus grand groupe de Metal de l'histoire tout simplement...


@JDC : j'aurai pas dit mieux ! J'ai eu la chance de les voir pour la tournée Divine Intervention en 94 au Zénith de Paris (Machine Head en 1ère partie). Effectivement, le concert le plus brutal que j'ai jamais fait. Les morceaux sur scène et sur album sont d'une intensité rare. Est-ce du aux ry(...)


J'aurais vraiment aimé les voir une dernière fois. Mais on connaît l'histoire, Hellfest tout ça ....

Jusqu'à maintenant je pensais aussi qu'un jour ils seraient de retour, mais maintenant je suis moins convaincu.

Dommage que Lombardo n'ai pas participé à la fête, m(...)


@Humungus :
Araya, ça m'étonnerait tout de même.

Veut profiter de sa retraite durement gagnée :p

Pis sans déconner, tune ou pas tune, le genre de zique pratiquée par Slayer + la vie en tournée + loin de chez soi au bout d'un moment, ça doit vraiment peser lour(...)


Arf, un pincement au cœur, pour un Label que nous avons crée il y a fort longtemps, et que d'autres ont repris par la suite. Merci à vous de votre dévouement et votre professionnalisme. Un estie de bon Label en Tabarnak, je ne pourrais en dire moins ... Bonne route.


Je plussoie tout les coms ici. Un groupe à part, d'une intensité rare sur scène comme sur album. Le Metal extrême ne serait pas ce qu'il est aujourd'hui sans Slayer. Reign In Blood sera à jamais un des albums les plus extrême, violent et intense jamais sorti. Slayer aura marqué au fer rouge n(...)