Il est de notoriété publique que depuis quelques années, le marché asiatique est friand de ces groupes de Rock féminins qui unissent en un même élan le Rock alternatif, le Hard Rock typique et le Power Metal épique, et les exemples deviennent si nombreux qu’il va bientôt falloir les recenser dans une encyclopédie pour viser l’exhaustivité.

Mais souvent, ces groupes aux looks similaires se perdent dans des considérations de J-Rock un peu trop sucré, et tiennent plus de la stratégie marketing que de véritables gangs prêts à mettre le monde à feu et à sang.

Ou au moins, leur pays natal…

Un autre exemple nous en est donné ce matin avec la sortie du cinquième LP des Japonaises de CYNTIA, qui une fois de plus associent look glamour et sexy et musique puissante tirant quand même méchamment vers une Pop très locale.

Mais les CYNTIA, contrairement à nombre de leurs homologues n’ont pas la productivité dans la poche, et malgré une formation récente (2012), ont empilé les sorties au point de fêter en ce mois de décembre leur cinquième longue durée, ce qui reconnaissons-le est une jolie performance.

Performance numérique certes, mais qu’en est-il de leur musique ?

Rien de très surprenant encore, puisque leurs chansons très accrocheuses respectent à la lettre les idéogrammes du cahier des charges, bien loin de la puissance Métal Manga des BABYMETAL, et plus proche d’autres références, comme ALDIOUS, DESTROSE ou MARY’S BLOOD, dans une optique beaucoup plus commerciale et adoucie.

Mais ne faisons pas la fine bouche, puisque tout ça est joué d’une belle énergie juvénile, et que leurs morceaux sentent le hit à plein nez, pour peu que le J-Rock soit votre bol de saké favori.

Premier single en 2012, puis une signature importante avec le label Victor Entertainment, des tournées homériques, des passages en première partie assez marquants, dont un concert face à cinquante mille personnes, tout ça a de quoi donner le tournis, mais l’industrie locale étant ce qu’elle est, le phénomène est à la hauteur de la démesure asiatique.

Nonobstant ces préjugés qui ont la vie dure, les CYNTIA proposent avec Urban Night un album qui pourrait servir de mètre étalon du genre, bourré à craquer de mélodies irrésistibles et énergiques, joué avec beaucoup de conviction, à défaut d’une quelconque originalité.

Des guitares distordues bien propres, un chant délicieusement adolescent, des rythmiques qui rebondissent tout en soutenant l’instrumental assez solidement, et surtout, un maximum de refrains à reprendre entre copines pendant une soirée pyjama.

On pourrait dans un accès de facilité tout résumer à cette pochette aux tons pastel très prononcés, qui évoquent une nuit de musique très chamarrée. Et si tout ça paraît très superficiel vu de l’extérieur, il serait injuste de réduire ces quatre musiciennes au simple rôle de marionnettes de maison de disques, puisque leur approche est quand même suffisamment aguicheuse mais crédible pour vous séduire, pendant au moins une petite quarantaine de minutes.

Urban Night, c’est une ballade dans les rues de Tokyo en mode nocturne festif, déambulant dans des rues sures la mine fière et le look travaillé, sans risquer de se faire agresser par des voyous Rock un peu trop tendus. C’est propre, carré, parfois à la limite ou les deux pieds dans la Pop la plus radiophonique (« Life Goes On »), comme l’union d’un JOURNEY du soleil levant et d’une MARY’S BLOOD alanguie dans un demi sommeil rassurant (« Universe », le tube nippon par excellence »), mais ça peut aussi parfois limer ses ongles et montrer ses dents (« If », à l’up tempo entêtant et insistant), sans jamais risquer de vous blesser, même si ça fait bien semblant.

Production très clean qui a pris le temps de tout polir, interprétation qui n’en fait pas trop, et emprunts multiples au Power Rock Japonais qui aimerait bien singer les standards US, tel est le menu de cette nuit urbaine que vous propose ce séduisant quatuor.

Des musiciennes très capables, qui se contentent de jouer une musique efficace, qui toutefois n’évite aucun poncif du style, même si l’habituelle ballade lacrymale est avantageusement remplacée par une emphase dramatique finale un peu plus convaincante que la moyenne (« Call Me », rien à voir avec BLONDIE, mais quand même suffisamment gonflée pour ne pas…gonfler).

Le problème de ce genre d’album, c’est qu’aussi agréable soit sa musique, on a rarement grand-chose à en dire. Pas de reproche majeur à formuler, puisque tout est formaté pour plaire à un certain public qui se réjouira de ces huit morceaux plus une intro (assez bien troussée d’ailleurs).

Les amateurs de Rock un peu décalé passeront leur chemin, puisque les CYNTIA ne s’adressent pas à eux, mais plutôt à un public de jeunes adolescentes admiratives de ces musiciennes aux jolis minois qui bougent bien et jouent tout autant.

Alors autant apprécier le produit pour ce qu’il est vraiment, une sorte de panachage de Rock délicatement alternatif mais pas trop, de Hard Rock clean et ensoleillé, avec toutefois quelques soli bien emballés (« Urban Night », le hit AOR Japonais par excellence), et de Power sous contrôle, subtilement synthétique (« 不眠症シンデレラ »)  

Pas de quoi vous relever la nuit pour headbanger, mais de quoi passer une bonne soirée en bonne compagnie, dans les rues les plus saines d’un Tokyo de carte postale.

 Mais qu’on aime ou qu’on déteste, on ne peut nier que c’est très bien fait, quoiqu’un peu aseptisé, un peu comme si les MADINA LAKE de début de carrière s’étaient aventurés en terre nippone pour devenir un cas d’école chez les jeunes filles un peu frivoles.


Titres de l'album:

  1. Introduction
  2. Urban Night
  3. ハピネス
  4. Bless of the Fire
  5. Life Goes On
  6. Un!verse
  7. 不眠症シンデレラ
  8. If
  9. Call Me

Site officiel


par mortne2001 le 21/12/2016 à 18:56
70 %    406

Commentaires (3) | Ajouter un commentaire


Humungus
membre enregistré
24/12/2016 à 05:42:58
Une question me vint :
POURQUOI ??? ??? ???

mortne2001
membre enregistré
24/12/2016 à 10:45:08
Je pense que la meilleure réponse reste "Parce que". ;)

Off the hot
@78.249.161.181
22/01/2017 à 01:10:32
Dommage, c'était un super groupe de power metal à ses débuts :/

Ajouter un commentaire


Aziza

The Root Of Demise

Twilight Force

Dawn Of The Dragonstar

Perpetual Among Us

Thy Will Be Done

Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Chronique sacrément bien torchée. Chapeau !


"Carnal knowledge prophecy!" à 15h...ok je sors :-)


Cet album m'attire, je trouve le truc ambitieux mais 'tain, pas évident de bien rentrer dans le délire !


On a pas dû écouter le même album!


Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever


Une édition boueuse cette année !
Mais du lourd ! Incantation monstrueux, Midnight ultra rock n roll, etc... ! On vous raconte tout ça bientôt !


Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates