Si vous faites de la photographie, argentique s’entend, vous connaissez évidemment le principe de planche contact. Ce système de négatifs/positifs vous permet en un seul support d’avoir un visuel global de vos images, et de choisir les meilleures, pour tirage. C’est un principe simple, efficace et synthétique, qui vous évite d’avoir à feuilleter des tranches entières de vignettes en pellicule, pour mieux vous décider par la suite, et donc, un gain de temps non négligeable. Le premier album des québécois de GROUPE CONTACT fonctionne peu ou prou selon le même principe, et vous offre donc une dizaine de vignettes qui résument à merveille différents styles de musique, du Rock pur et dur au Hard Rock sur, en passant par la Pop, et tant d’autres extensions qui constituent l’ossature de cette musique depuis ses débuts. Et puis, dans GROUPE CONTACT, aussi lénifiante soit cette conclusion, nous trouvons deux mots, GROUPE, et CONTACT, ce qui résume à merveille la démarche de ses musiciens dont le but principal est d’établir une liaison avec le public pour aboutir à un partage des connaissances, et des passions. Nous touchons là à la philosophie primale de l’art en général, et autant dire que ces musiciens terriblement attachants sont proches des racines mêmes de cette doctrine. Ici, on n’est pas là pour se faire admirer, mais bien pour créer l’osmose, l’étincelle, et surtout, capitaliser sur un long parcours pour regarder vers l’avenir, main dans la main avec le public…Simple non ? Oui, trop peut-être, puisqu’on a tous tendance à l’oublier…

Premier album donc, et véritable bond des starting-blocks, alors même que ce groupe a déjà pas mal d’années de labeur au compteur. Il a été formé en effet dans les années 80 par Pascal Harvey (basse) et quelques acolytes, avant de trouver son incarnation définitive au tournant des siècles, pour s’étoffer depuis un bail de la présence talentueuse d’Anick Plouffe au chant, et de John Mc. Gragor et Michel Loranger, pour le reste du line-up. En tournant régulièrement dans leur région natale, et en mettant le feu aux bars et festivals du Québec et d’Ontario, le quatuor a affirmé sa personnalité et aiguisé son professionnalisme, au point de pouvoir aujourd’hui, après plus de trente ans de carrière proposer son premier album, qui fait preuve d’une fraicheur et d’une maturité incroyables. Difficile en effet de résister à ce passage en revue d’une versatilité musicale séduisante, qui pioche tout autant dans le répertoire classique national que dans les tendances en vogue aux USA et en Europe de ces trente dernières années. Pour autant, C'est un Depart n’a rien d’opportuniste, bien au contraire. Et ce qui frappe au prime abord, au-delà de la qualité intrinsèque de chansons faussement simples et réellement riches, c’est cet enthousiasme qui devient vite contagieux au fur et à mesure de l’écoute. La production étoffée permet d’atteindre un statut enviable en termes de crédibilité, mais elle a su garder cette crudité qui nous donne le sentiment de rencontrer le groupe sur scène, dans un bar du Québec un vendredi soir, pour un concert festif qui laissera un souvenir impérissable. Le feeling est très live, malgré des arrangements incontournables, qui ont su rester discrets pour ne pas empiéter sur le propos mélodique principal. Dès lors, les quarante minutes passées avec ces Canadiens passent vraiment très vite, un peu comme la première partie d’un spectacle qu’on aimerait beaucoup plus long.

Il faut dire que tout a été soigné ici. Car si les GROUPE CONTACT cherchent avant tout l’authenticité, la simplicité et l’honnêteté, ils n’en sont pas pour autant tombés dans le piège de l’anonymat artistique qui les condamnerait au statut éternel de cover band détourné sans identité. On trouve de tout sur ce premier LP, du Rock traditionnel flamboyant traité avec une emphase dramatique très 80’s, pour des morceaux à la puissance matinée d’émotion (« Le Combat », texte poignant sur déroulé de clavier symptomatique des 70’s pour une évolution sentimentale tout sauf surfaite), à la saillie Hard-Rock directe, mais explosive (« Adultère », qui permet de présenter Nanette Workman à Bryan Adams), en passant par la Country-Pop sautillante qu’un Charlebois aurait pu entonner avec Garth Brooks (« Brick a Brack »). Le quatuor est donc à l’aise dans tous les registres, qu’il manie à sa convenance, non pour faire passer un message (quoique certains textes ne sont pas exempts de thématiques d’importance), mais bien pour offrir à son public, et aux autres, de quoi se distraire intelligemment. Ce refus des barrières et du cloisonnement aurait pu s’avérer fatal si les instrumentistes s’étaient perdus sur la route de l’hésitation et de la tergiversation, mais leurs capacités et leur enthousiasme emportent l’adhésion, et permettent au projet de rester sur les bons rails, celui de la variété, et pas celle qu’on imagine à la télé à heure de grande écoute. Quoique certains de leurs morceaux mériteraient amplement une exposition populaire de masse, à l’image de cet introductif « Dégage », qui de son énorme riff s’impose en ouverture à dommages, collatéraux bien sûr. On pense à une jonction entre la scène canadienne Rock et son homologue australe, pour ce chaloupé de binaire droit dans ses bottes, incendié d’un chant vraiment investi, qui sort ses tripes et qui rock ‘til you drop..    

Et lorsqu’Anick chante qu’elle « n’a plus envie de t’aimer », gageons qu’elle ne fait aucunement allusion à son public…

Ce public qui suit le groupe depuis si longtemps, et qui va, à n’en point douter, se jeter sur cet album qui respire l’authenticité, et qui mine de rien, se veut symbole d’une myriade de groupes évoluant dans un underground qu’ils ne méritent absolument pas. Il suffit d’écouter des morceaux aussi magnifiques que « SOS » pour envisager toutes les qualités de quatre artistes qui jouent de leur passion pour déclencher des émotions, processus basique qui pourtant se fait rare de nos jours. Alors non, vous ne trouverez rien de spectaculaire stricto sensu sur C'est un Depart, et c’est finalement ce qui le rend si unique. Par contre, vous allez écouter des morceaux carrés, énergiques, mélancoliques, subtilement ironiques et atypiques, qui se jouent du classicisme pour nous servir sur un plateau des mélodies simples, mais qu’on retient sans y faire attention (« C’est Un Départ »). En établissant une frontière fine entre Rock dur et mainstream, les GROUPE CONTACT ne refusent pas de choisir leur camp, mais s’affirment musiciens du monde, amoureux de leur métier. On termine même le passage en revue par un très électrique et instrumental « Second Chance of Life », qui démontre tout le potentiel du combo, sans verser dans la retape ou la démonstration. Presque Progressif dans l’optique, cet ultime titre ouvre des perspectives intéressantes, et achève de transformer ce premier album en carte de visite au lettrage fin et aux promesses de capacités concrètes.

Tout n’a bien sûr pas un rapport ténu avec notre musique de prédilection, mais j’espère vous savoir suffisamment ouvert d’esprit pour en apprécier les nuances. Les GROUPE CONTACT sont ouverts de cœur, et vous ouvrent le leur via une planche de vignettes musicales qui finalement, ne nous laisse d’autre choix que de toutes les choisir. Espérons pour eux que C’est Un Départ sera le bon. Mais si vous voulez mon avis, ils sont déjà arrivés à destination, en laissant une trace indélébile dans notre mémoire…


Titres de l'album:

  1. Dégage
  2. Interdiction
  3. Miroir
  4. Partir
  5. Brick à Brack
  6. le Combat
  7. Adultère
  8. SOS
  9. C'est Un Départ
  10. Second Chance Of Life

Site officiel


par mortne2001 le 09/11/2017 à 18:01
80 %    535

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


Noohmsul
@109.223.240.211
13/11/2017 à 09:52:20
Pouah j'ai pas vu un groupe aussi cheap depuis bien longtemps :) La pochette, le nom du groupe, de l'album, le clip... incroyable

Ajouter un commentaire


Mutilatred

Ingested Filth

Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

Conny Bloom

Game! Set! Bloom!

Death. Void. Terror.

To The Great Monolith II

Vulcano

Eye In Hell

Vaisseau

Horrors Waiting In Line

Justify Rebellion

The Ends Justify The Means

Uncut

From Blue

Invocation

Attunement to Death

Lag I Run

Vagrant Sleepers

White Ward

Love Exchange Failure

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Je ne sais pas si le groupe a été créé de toute pièce, mais je l'ai découvert lors du Clermont metal fest et c'était très très bien . Ca joue très bien et le chant est au top niveau avec quelques poussées très graves. Ok elles sont charmantes et ce n'est pas déplaisant mais leur jeu es(...)


Putain, mais c'est encore plus merdique qu'avant. Ou comment progresser dans la médiocrité.


ce qu'il ne faut pas lire comme âneries ici...


Je rejoins aussi ton avis, me souviens encore de leurs débuts, c.était même pour ma part difficile d'avaler un album au complet d'une esti shot. Conqueror aussi dans le même chariot.


Pas mal du tout ça !
La production est excellente, très organique, proche d'une captation live mais restant fine et précise ! Ca promet.


L'artwork est l’œuvre d'un certain Jibus


Intéressant, on pourrait savoir qui a fait l'artwork? il est magnifique et je trouve dommage que les crédits des artistes ne soient que rarement mentionnés alors que c'est eux qui fournissent le contenu.


Tu nous feras deux pater et trois avé en pénitence.


J'avoue avoir utilisé la désignation d'Encyclopaedia Metallum sans chercher à vérifier tellement j'ai confiance en ce qui y est mis habituellement.


Dimmu Borgir en PLS ! Impressionnantes les orchestrations, et pourtant je ne suis vraiment pas client de Black sympho !


J'aime toujours Revenge, mais je trouve que le groupe a sacrément perdu de son aura malsaine et dérangeante aujourd'hui... Trop d'albums et surtout trop de live selon moi, ça perd en "mystère"... Après c'est toujours bien bestial et nihiliste comme on aime, mais bon. Enfin ce n'est que mon avis(...)


Effectivement pire mascotte de tous les temps.
Elle porte un nom je crois d'ailleurs mais je ne sais plus lequel...


Bien plus Grunge que Sludge Doom ce truc...


Excellent groupe, avec un son en avance, des putains de riffs et la plus horrible mascotte qui soit.


pas le 27 Avril mais c est le 17 Avril voir site;
https://wickedmetalreview.wixsite.com/wickedmetalreview/post/reptilium-adrenochromacy?fbclid=IwAR3mQiBqH-HFePj2K1w3WrzchVjL2mABPa-drsZ2slIrmbxKotYt1qe3r6g


Ah, effectivement : la pochette est terrible !!


merci pour ton report
Je n'ai pas pû me déplacer pour cette affiche monstrueuse, ce qui rend la lecture douce et cruelle à la fois.


Un produit plastique crée de toutes pièces, sasns identité ni âme. Merci Nuclear Blast de cracher sur le patrimoine.


Seul le premier album était excellent, les 2 autres dont celui-ci de moins en moins bons.


Et bien... quelle chronique Mr Mortne une fois de plus !
Un album pas encore écouté pour ma part, mais j'ai limite l'impression pourtant, tellement on en entend parler partout. J'y jetterais une oreille certainement, en asseyant de faire fi des polémiques l'entourant.