Lazarus Abandoned

Violblast

27/02/2021

Autoproduction

Un réel talent vient d’émerger à Figueres, qui risque de se faire un gros trou sur la scène Thrash Européenne, à la force du poignet et des riffs soignés.

C’est ainsi (ou presque) que je terminais ma chronique de Conflict, le premier LP des espagnols de VIOLBLAST il y a cinq ans. Et si j’ai fait l’impasse sur Theater of Despair (tout du moins sur papier, puisque j’en ai dévoré la moindre piste), en 2019, c’est pour mieux retrouver le groupe au tournant de son troisième album, le plus crucial de la carrière d’un groupe, spécialement lorsqu’il évolue dans le créneau d’un Thrash old-school. Le fameux troisième album, souvenons-nous un peu, Reign in Blood, Fabulous Disaster, Among the Living, Master of Puppets, de quoi établir des comparaisons souvent défavorables avec les maniaques de la nouvelle génération qui ne parviennent pas à tenir la distance dans la course les opposant à leurs modèles et influences. Souvent essoufflés avant même d’entamer leur premier sprint, les groupes se contentent de reproduire une formule ayant fonctionné sans chercher à la faire évoluer comme pouvaient le faire leurs idoles d’antan, et nous nous retrouvons face à des sous-produits toujours plus insipides et calqués sur des œuvres bien plus estimables. Mais pour avoir affronté les espagnols de face, je n’avais aucun doute quant à leur capacité de passer à la vitesse supérieure pour nous étouffer de leurs qualités. Et c’est donc en toute sérénité que j’ai glissé Lazarus Abandoned dans mes oreilles pour obtenir cette certitude absolue : VIOLBLAST est décidément l’une des têtes de file les plus importantes de la mouvance vintage de violence.

A l’occasion de ma première rencontre avec le quatuor (Andrés Perez (chant/basse), Santi Turk (guitare rythmique), Sebas Silvera (guitare solo) et Sergio Ruiz (batterie)), j’usais déjà de parallèles flatteurs, n’hésitant pas à citer SLAYER, GRIP INC, TESTAMENT, en superposant ces allusions aux influences avouées du combo (METALLICA, EXODUS, ANTHRAX, MEGADETH, MUNICIPAL WASTE, HAVOK, CRISIX, MISFITS). Et les images sonores évoquées sont toujours d’actualité aujourd’hui, même si ce troisième chapitre de la saga reste en autoproduction. Le son est rond, touffus, le propos viril, la construction solide, et les arrangements travaillés pour parfois rapprocher la philosophie d’un techno-Thrash allusif, mais pas complètement assumé.

Plus violent qu’autrefois, le quatuor de Figueres a donc mis l’emphase sur la puissance et le professionnalisme pur se démarquer de ses homologues souvent patauds et empruntés, et propose avec ces onze nouvelles chansons de quoi faire tourner la manivelle et décoller le cuir chevelu. Et c’est après une courte intro que « Miserere » nous cueille à froid de son entame véloce et féroce, les riffs semblant se démultiplier en arrière-plan pour instaurer une ambiance dramatique à la SLAYER des années 90/2000. Mais bien supérieurs à leur modèle, les espagnols proposent un Thrash moins générique et laissent tomber le pilotage automatique pour un vol en piqué qui laisse les G vous déformer la tronche au passage. Une fois encore, le travail abattu par le frappeur Sergio Ruiz est phénoménal, lui qui parvient souvent à combiner la fluidité d’un Lombardo, la précision d’un McClain, et la furie d’un Kontos. Mais il faut dire que le percussionniste est bien aidé en sa tâche par une paire de guitaristes qui lui permettent de se reposer sur des riffs solides et vraiment agressifs, qu’il n’a donc aucun mal à mettre en relief. On reprochera évidemment le son un peu compressé de la double grosse caisse, mais les blasts dont nous gratifie Sergio permettent à l’ensemble de décoller vers les plus hauts sommets de l’ultraviolence, avec toujours en exergue ce chant râpeux à l’allemande de Perez.  

La cohésion impressionnante dont faisait preuve le groupe à ses débuts n’a pas dévié, et c’est aujourd’hui à un mastodonte du Thrash quel nous devons faire face, sûr de son fait et de ses idées. Et il y a de quoi, car malgré le classicisme de l’aventure (inutile de cacher que les thèmes employées sont d’usage), la puissance affolante de l’édifice a de quoi faire de l’ombre à bien des snipers. Savourez par exemple le tempo lourd et les chœurs en grognements de « The Last Adam's Son », le proto-tube Thrash que SLAYER n’a plus jamais réussi à composer après Divine Intervention. Il y a quelque chose de malsain dans cette densité, et le travail vocal exemplaire permet de doubler la couche de riffs qui agissent déjà comme une brosse à chiendent assez pointue. Conscients que le moindre faux pas pouvait les faire tomber du piédestal où la presse spécialisée les a placés, les VIOLBLAST ont joué la sécurité d’un album formel de grande classe, renforçant l’impact de leurs deux premières œuvres. Ainsi, même les titres les plus traditionnels résonnent d’un écho conjoint entre la violence allemande et la précision américaine, ce que prouve le très malin et éprouvant « That Which you Kill ».

On pourra certes reprocher quelques petites choses à cet album qui appuie constamment là où ça fait mal. Des plans parfois un peu faciles, des arrangements sonnant cliché, mais la qualité du travail de composition permet d’oublier ces quelques approximations. En version rapide, le groupe est millimétré, et en version lourde, il pulvérise tout obstacle pour oser des choses proches d’un Death vraiment poisseux, mais mélodique (« Behold a Pale Horse »).

Lazarus Abandoned a donc cette atmosphère apocalyptique sur l’on peut retrouver chez St Jean dans la bible. Une sorte de fin du monde annoncée par quatre cavaliers de l’apocalypse, incarnés par ces musiciens au potentiel incroyable. Le souffle est renversant, la chaleur infernale, et parfois, le combo se plaît à des interventions néfastes et brèves pour accélérer les choses (« Cursed Through the Archaic Gates », sorte de « Necrophobic » revu et rallongé). J’attends évidemment les critiques de ceux qui argueront que le parrainage de SLAYER est encore trop encombrant pur considérer les espagnols comme des têtes pensantes, mais quel groupe se revendiquant d’un Thrash violent et pertinent peut aujourd’hui s’écarter de cette tutelle ? D’ailleurs VIOLBLAST n’hésite pas à s’en détourner parfois (« Await the Choir »), pour imposer des mélodies hypnotiques, avant de terminer sa course par un déluge de plomb en fusion (« Lazarus Abandoned », Schmier peut aller se rhabiller).

Alors, comment achever cette chronique tenant plus du dithyrambe qu’autre chose ? Simple, une seule phrase me suffira.                 

Un réel talent de Figueres vient de se confirmer, qui perce la couche d’ozone sur la scène Thrash Européenne, à la force du poignet et des riffs soignés. 

 

                                                                                               

Titres de l’album:

01. Ognömyos

02. Miserere

03. Spasm

04. The Last Adam's Son

05. That Which you Kill

06. Behold a Pale Horse

07. Dead Embrace

08. Hidden Dawn

09. Cursed Through the Archaic Gates

10. Await the Choir

11. Lazarus Abandoned


Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 08/03/2021 à 18:22
90 %    166

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


LeMoustre
@37.165.246.148
15/03/2021, 08:27:06

Merci pour ce papier. En effet, c'est du bon thrash. Achat bien possible 


RBD
membre enregistré
18/03/2021, 16:10:49

Ils ont encore progressés avec cet album. C'est curieux qu'ils n'aient pas encore de label, mais peut-être qu'ils s'en accommodent. C'est un Thrash classique mais sérieux, à rebrousse-poil de la tendance fun caractéristique du revival ou d'Anthrax.

Avec la proximité géographique ils venaient de temps en temps jouer en France (Figueras est la première ville après la frontière, à environ 20 km, connue par le musée Dali).

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
LeMoustre

Clair que c'est pas leur point fort, les pochettes, la dernière étant particulièrement moche. A part celle du premier album, et à la limite Anomaly, par son côté épuré, beaucoup de mauvais choix, c'est vrai.Par contre la musi(...)

25/10/2021, 10:58

LeMoustre

Excellent disque, en effet

25/10/2021, 10:55

Humungus

"Imago" une pochette à sauver ?!?!Tous les goûts sont dans la nature, mais là tout de même... Le vieux "papillon-visage" digne d'apparaître sur une chemise all print vendu en foire du premier mai... ... ...Sincèrement, (...)

25/10/2021, 08:45

RBD

Colin Richardson est plus âgé. Sa première production Metal était si je ne me trompe l'EP de Napalm Death "Mentally Murdered" en 1989, et il avait déjà presque dix ans de carrière dans le Rock. La lassitude doit venir facilem(...)

24/10/2021, 23:46

Arioch91

Même pour la thune, Jeff Loomis ne devrait pas rester dans un groupe pareil, bordel !Avoir sorti des albums aussi classe du temps de Nevermore pour finir en second couteau chez Arch Enemy, putain la loose.C'est devenu un exécutant. Quel gâchis.

24/10/2021, 18:45

totoro

Super producteur effectivement, malheureusement passé de mode. C'est dommage. Un peu comme Colin Richardson, des mecs qui ont façonné le son d'une scène et qui tombent dans un oubli un peu ingrat. Même si les productions des deux ne vieillissent pas, je(...)

24/10/2021, 13:30

totoro

C'est assez vrai. "Room 7" avec lequel j'ai découvert le groupe est peut-être mon disque préféré de SUP, mais sa pochette est douloureusement ignoble. Quelques unes sont néanmoins à sauver, "Hegemony", "Angelus&quo(...)

24/10/2021, 13:26

totoro

C'est vrai que Loomis dans Arch Enemy, c'est un putain de gâchis... C'est doublement con car je suis persuadé que s'il participait à la composition, le groupe en sortirait grandi. Mais bon, c'est le truc de Mike Amott qui préfère resservi(...)

24/10/2021, 13:18

RBD

Fredrik Nordstöm est surtout connu pour avoir produit toute la scène mélodique suédoise en ordre de marche mais aussi collaboré avec de gros groupes de styles plus ou moins voisins comme Dimmu, Opeth, Old Man's Child, Septic Flesh, Powerwolf, Architects... m&(...)

24/10/2021, 13:17

totoro

Quel sacré bon disque !!! Je suis tombé dessus par hasard, je ne savais pas que le groupe existait encore. Je suis passé directement de "The Stench Of The Swelling" avec Arno Strobl à celui-ci et me suis pris une énorme claque. L'électro Sy(...)

24/10/2021, 13:10

Simony

@Humungus / @Bones vous avez mis le doigt sur ce qui m'a freiné à succomber à ce groupe pendant de très nombreuses années. A chaque fois que j'entendais un titre, je me disais "Allez cet album, c'est l'occasion de découvrir" (...)

24/10/2021, 11:01

Bones

@ Humungus : Mais complètement ! à l'époque de la sortie d'Anomaly, je faisais du fanzinat dans un projet mort-né. J'ai reçu un exemplaire promo du digi : hallucination devant la nullité absolue de la pochette. Clairement il y a(...)

23/10/2021, 23:35

Humungus

Tracasses RBD !Moi vivant, ils ne tomberont pas dans l'oubli !Pour tout ce que tu viens d'évoquer...PS : Seul bémol à SUPURATION et SUP : La quasi totalité de leurs pochettes !

23/10/2021, 21:39

RBD

Merci car je connaissais très mal les débuts de Supuration (à part que S. Buriez leur avait donné un coup de main). C'est l'un des premiers groupes de Death que j'ai vu, c'était l'un des plus originaux avec son univers particulier. S&apo(...)

23/10/2021, 20:50

Medrawt

En concert avec Konvent le 19 avril à Paris. Ca va être un bon moyen de découvrir le groupe. j'aime plutôt bien les 3 titres proposés en écoute.

23/10/2021, 18:36

Baltringue

@seb : des sous

23/10/2021, 14:20

Bones

Pour moi, dès que Johan Liiva s'est barré, c'était déjà une affaire terminée ce groupe.

23/10/2021, 14:08

Kairos

original le clip quant même... le groupe qui joue seul dans un hangar, du jamais vu!

23/10/2021, 11:55

Seb

putain mais qu'est ce que Jeff Loomis fait dans ce groupe ...

22/10/2021, 19:25

Invité

Un titre bien trouvé, ça fait longtemps que ce groupe est décevant...

22/10/2021, 17:52