Time Collapsing Machine

Razorback Mx

16/06/2020

Autoproduction

Des thrasheurs furieux qui viennent de Chihuahua au Mexique, voilà qui n’est pas banal. Un peu comme de dénicher un groupe de Death venant de Carp dans le Nevada ou un combo Black Metal exilé de Chicken dans l’Alaska. Bref, après tout pourquoi pas, d’autant plus que le nom de cette ville ne donne aucune indication quant à la violence du groupe en question. On les imagine plus venir de Molosse ou de Grizzly, tant leur violence condensée évoque plus un énorme mâtin en rogne après avoir perdu le facteur dans une cote, ou un plantigrade furieux que des touristes troublent sa sieste matinale. Formé en 2014, et ayant pratiqué sous le nom raccourci de RAZORBACK (vous savez cette bestiole énorme du film de Russell Mulcahy) avant d’opter sans doute pour des raisons légales pour RAZORBACK MX, ce groupe de méchants bruitistes nous offre aujourd’hui son premier longue-durée qui n’en est pas vraiment un, puisque si vous enlevez les deux minutes d’intro aux trente-quatre minutes globales, il ne vous reste plus qu’une demi-heure à vous mettre sous la dent. Mais c’est largement suffisant pour jauger du potentiel de cette jeune formation aux dents plus longues que celles d’un chihuahua, et qui avec Time Collapsing Machine témoigne de sa passion pour les années 80 les plus agressives. En substance, ce quatuor (Capi - chant/guitare, Dave - guitare, Sergio - basse et Sebastian - batterie) incarne une sorte de juste milieu entre la bestialité en vogue au Brésil et la fluidité américaine de la même époque 87/89, et délivre ce qu’on attend de lui, à savoir une grosse dose de brutalité maîtrisée, et emballée dans un son un peu sourd et diffus qui nous ramène directement aux origines du style.

Rien de surprenant évidemment, mais de la qualité dans la pugnacité, et une envie de taper du poing clouté sur la table. Après un premier EP en 2016 (Supercharged), les mexicains ont attendu quatre ans avant de se dévoiler à nouveau, et si les influences avouées du combo restent classiques (SODOM, SLAYER, TESTAMET, LICH KING, LAMB OF GOD), il est tout à fait possible de rajouter à cette liste quelques autres noms dont celui du SEPULTURA le plus juvénile et celui occulte de SARCOFAGO. Pour autant, pas question ici de Blackened Thrash ou des Bestial quoi-que-ce-soit, l’optique du quatuor restant résolument Thrash jusqu’au bout du médiator, ce qu’on pige immédiatement en écoutant « Hands in the River ». Riffs traditionnels aux syncopes propres, vitesse de croisière raisonnable, chant un peu sourd enterré dans le mix, le mélange ressemble à s’y méprendre à la philosophie australienne du genre, et on pense souvent à MORTAL SIN en écoutant Time Collapsing Machine. Très efficaces en mode mid tempo, les musiciens font preuve de plus de flair que d’imagination, et respectent les codes tout en y imprimant une aura plus mystique que la moyenne. Sans jamais s’approcher de la frontière du Death le plus accessible, RAZORBACK MX envoie la purée, mais le fait intelligemment, et lâche quelques soli plein de panache pour mélodiser un peu le boucan ambiant. Sombre, mais rythmiquement efficace, sobre mais décoré de quelques arrangements finauds, ce premier album est une réussite formelle en soi, et vient s’ajouter avec mérite à la longue liste des efforts passéistes du mois.

En optant pour des compositions développées, qui atteignent et dépassent souvent les six minutes, les mexicains ont pris des risques, mais ils s‘avèrent payants. Impossible en effet de rester de marbre face à la charge éléphantesque de « The Path of Flames and Pain », qui évoque le meilleur Thrash de la seconde moitié des eighties, avec ces accélérations de double grosse caisse dantesques et ces riffs d’une redondance extrême. La paire de guitaristes n’a pas la syncope dans sa poche, et nous délivre un festival de licks à rendre fou Gary Holt lui-même, tandis que les lignes vocales de Capi, graves et voilées évoquent l’Amérique du Sud la plus ténébreuse. De nombreux breaks savamment agencés, une énergie ne se démentant jamais, un léger parfum underground agréable aux oreilles, pour un festival d’accroches qui retiennent l’attention, et quelques effets sonores placés juste là où il faut. Percutant comme doit l’être un premier album, Time Collapsing Machine, bien que d’une cadence modérée est d’une intensité rare, et d’une épaisseur conséquente. On pense à un mélange entre INDESTROY et HEXX, avec ce petit côté Speed Thrash à la HEATHEN sali d’une philosophie moins harmonique (« Asylum »). Le côté DIY n’est toutefois pas handicapé par une production approximative, et les graves tremblent juste ce qu’il faut, spécialement lorsque les percussions tribales rentrent en jeu. Ainsi, « Founders of Our Nation » sonne comme l’hymne devenu trop rare à notre époque, accélère légèrement le mouvement pour se rapprocher d’un cocktail GRIP INC/DEATHROW, et la fin de l’album ne dément pas les bonnes impressions dégagées par la première partie. Bien au contraire, puisque le groupe termine l’orgie sur l’orgasme « Fires Falling », méchant comme du DARK ANGEL et souple comme du FORBIDDEN.

Un premier album sous haute tension qui fait du bien aux tympans, et gageons que le mexicains se préparent de solides lendemains. Des lendemains plus pitbull que chihuahua d’ailleurs.                            

                                                                 

Titres de l’album :

                         01. Shadows of War

                         02. Hands in the River

                         03. The Path of Flames and Pain

                         04. Asylum

                         05. Founders of Our Nation

                         06. Biological Solution

                         07. Fires Falling

Facebook officiel


par mortne2001 le 26/01/2021 à 17:18
80 %    620

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

HELLFEST 2024 / Clisson

Jus de cadavre 15/07/2024

Live Report

Escuela Grind + BMB

RBD 08/07/2024

Live Report

The Mandrake Project Live 2024

Simony 05/07/2024

Live Report

Hatebreed + Crowbar

RBD 18/06/2024

Live Report

Nostromo + Nwar

RBD 03/06/2024

Live Report

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
grinder92

la vidéo du bidule : https://www.youtube.com/watch?v=t0K2EVnkhC0

19/07/2024, 08:12

Jus de cadavre

On me dit dans l'oreillette que la femme de Rob (qui est française) est fan d'Indochine et qu'elle ne serait pas étrangère à cette décision de reprise... L'amour rend aveugle, mais sourd aussi apparemment.

18/07/2024, 14:59

Humungus

Monument.

18/07/2024, 13:39

Humungus

"Kirk et Rob reprennent "L'Aventurier" d'Indochine"... ... ...Le groupe qui aime à se tirer une balle dans le pied quoi !Après l'ignominie de la reprise de Johnny il y a quelques années...A la prochaine date franç(...)

18/07/2024, 09:35

Alain MASSARD

juste excellent!!!!

17/07/2024, 16:30

Tourista

''Shoot the babies in the nest, that's the real hunting''

17/07/2024, 08:37

Ivan Grozny

Pour ma part :Jeudi : Ashinhell / Immolation / Brujeria / Megadeth (aïe aïe) / Shining (le groupe norvégien) / Sodom / Cradle of FilthVendredi : Fear Factory / Savage Lands / Kanonenfieber / Satyricon / Emperor / Machine Head (la fin vite fait pour boire un coup) / (...)

17/07/2024, 01:16

Gargan

« Wher’ar’you Marshall ? » « yeahiyeaah wohooo !! »

16/07/2024, 21:51

LeMoustre

Sympa.En plus tête d'affiche au Pyrenean Open Air en septembre. Ça se loupe pas ça 

16/07/2024, 10:06

Cupcake Vanille

Ok c'est très différent de la période You Will Never Be One of Us qui était plus un mix sauvage et efficace entre un Slayer et Napalm Death. Todd Jones change encore de style vocalement, pour un truc plus vomissant rempli de glaire dans une ligne death(...)

15/07/2024, 11:11

RBD

Excellent ! Ils sont revenus tourner ce clip à la "Maison des choeurs" où nous les avions vus pour un concert inoubliable à l'automne 2023. Il s'agit d'une ancienne chapelle de style Louis XIV (mais pas baroque) accolée à l&apos(...)

11/07/2024, 16:43

Simony

@Tourista : je partage en tout point tes dires. Si ce n'est pour MAIDEN car je suis un incorrigible fan qui aimera toujours ce groupe et les voir sur scène mais je comprends parfaitement ton point de vue que j'applique à AC/DC par exemple. J'ai une super image de la d(...)

11/07/2024, 09:59

Simony

@Tourista : je partage en tout point tes dires. Si ce n'est pour MAIDEN car je suis un incorrigible fan qui aimera toujours ce groupe et les voir sur scène mais je comprends parfaitement ton point de vue que j'applique à AC/DC par exemple. J'ai une super image de la d(...)

11/07/2024, 09:59

Jus de cadavre

Quand NAILS se met au Speed Thrash   ! Bah ça bastonne !

10/07/2024, 19:48

Tourista

Pardon : présent à Paname.

10/07/2024, 18:41

Tourista

Présent.  Set-list hyper solide, groupe hyper en place et son aux petits oignons. Plaisir manifeste du chanteur (malgré sa crève) et accueil formidable (est-ce une surprise ?) du public. Le plus appréciable dans la forme c'était sa gestuelle dimensionn(...)

10/07/2024, 18:40

RBD

C'est vrai qu'il se maintient bien malgré les ans. Cela me rappelle il y a fort longtemps quand j'avais vu Blaze Bailey tourner en solo peu après son départ de Maiden. Mais Bruce est à un autre niveau de charisme et de talent, c'est clair.

10/07/2024, 12:43

wolf88

salut, ce n est pas Autriche mais Australie   

08/07/2024, 18:48

LeMoustre

Tuerie intégrale.Point.

07/07/2024, 14:33

Humungus

"Je préfère d'ailleurs aller jusqu'au Rockhal plutôt que de monter à Paris où tout n'est que galère et source de stress et d'énervement".Amen !

06/07/2024, 08:19