Time Collapsing Machine

Razorback Mx

16/06/2020

Autoproduction

Des thrasheurs furieux qui viennent de Chihuahua au Mexique, voilà qui n’est pas banal. Un peu comme de dénicher un groupe de Death venant de Carp dans le Nevada ou un combo Black Metal exilé de Chicken dans l’Alaska. Bref, après tout pourquoi pas, d’autant plus que le nom de cette ville ne donne aucune indication quant à la violence du groupe en question. On les imagine plus venir de Molosse ou de Grizzly, tant leur violence condensée évoque plus un énorme mâtin en rogne après avoir perdu le facteur dans une cote, ou un plantigrade furieux que des touristes troublent sa sieste matinale. Formé en 2014, et ayant pratiqué sous le nom raccourci de RAZORBACK (vous savez cette bestiole énorme du film de Russell Mulcahy) avant d’opter sans doute pour des raisons légales pour RAZORBACK MX, ce groupe de méchants bruitistes nous offre aujourd’hui son premier longue-durée qui n’en est pas vraiment un, puisque si vous enlevez les deux minutes d’intro aux trente-quatre minutes globales, il ne vous reste plus qu’une demi-heure à vous mettre sous la dent. Mais c’est largement suffisant pour jauger du potentiel de cette jeune formation aux dents plus longues que celles d’un chihuahua, et qui avec Time Collapsing Machine témoigne de sa passion pour les années 80 les plus agressives. En substance, ce quatuor (Capi - chant/guitare, Dave - guitare, Sergio - basse et Sebastian - batterie) incarne une sorte de juste milieu entre la bestialité en vogue au Brésil et la fluidité américaine de la même époque 87/89, et délivre ce qu’on attend de lui, à savoir une grosse dose de brutalité maîtrisée, et emballée dans un son un peu sourd et diffus qui nous ramène directement aux origines du style.

Rien de surprenant évidemment, mais de la qualité dans la pugnacité, et une envie de taper du poing clouté sur la table. Après un premier EP en 2016 (Supercharged), les mexicains ont attendu quatre ans avant de se dévoiler à nouveau, et si les influences avouées du combo restent classiques (SODOM, SLAYER, TESTAMET, LICH KING, LAMB OF GOD), il est tout à fait possible de rajouter à cette liste quelques autres noms dont celui du SEPULTURA le plus juvénile et celui occulte de SARCOFAGO. Pour autant, pas question ici de Blackened Thrash ou des Bestial quoi-que-ce-soit, l’optique du quatuor restant résolument Thrash jusqu’au bout du médiator, ce qu’on pige immédiatement en écoutant « Hands in the River ». Riffs traditionnels aux syncopes propres, vitesse de croisière raisonnable, chant un peu sourd enterré dans le mix, le mélange ressemble à s’y méprendre à la philosophie australienne du genre, et on pense souvent à MORTAL SIN en écoutant Time Collapsing Machine. Très efficaces en mode mid tempo, les musiciens font preuve de plus de flair que d’imagination, et respectent les codes tout en y imprimant une aura plus mystique que la moyenne. Sans jamais s’approcher de la frontière du Death le plus accessible, RAZORBACK MX envoie la purée, mais le fait intelligemment, et lâche quelques soli plein de panache pour mélodiser un peu le boucan ambiant. Sombre, mais rythmiquement efficace, sobre mais décoré de quelques arrangements finauds, ce premier album est une réussite formelle en soi, et vient s’ajouter avec mérite à la longue liste des efforts passéistes du mois.

En optant pour des compositions développées, qui atteignent et dépassent souvent les six minutes, les mexicains ont pris des risques, mais ils s‘avèrent payants. Impossible en effet de rester de marbre face à la charge éléphantesque de « The Path of Flames and Pain », qui évoque le meilleur Thrash de la seconde moitié des eighties, avec ces accélérations de double grosse caisse dantesques et ces riffs d’une redondance extrême. La paire de guitaristes n’a pas la syncope dans sa poche, et nous délivre un festival de licks à rendre fou Gary Holt lui-même, tandis que les lignes vocales de Capi, graves et voilées évoquent l’Amérique du Sud la plus ténébreuse. De nombreux breaks savamment agencés, une énergie ne se démentant jamais, un léger parfum underground agréable aux oreilles, pour un festival d’accroches qui retiennent l’attention, et quelques effets sonores placés juste là où il faut. Percutant comme doit l’être un premier album, Time Collapsing Machine, bien que d’une cadence modérée est d’une intensité rare, et d’une épaisseur conséquente. On pense à un mélange entre INDESTROY et HEXX, avec ce petit côté Speed Thrash à la HEATHEN sali d’une philosophie moins harmonique (« Asylum »). Le côté DIY n’est toutefois pas handicapé par une production approximative, et les graves tremblent juste ce qu’il faut, spécialement lorsque les percussions tribales rentrent en jeu. Ainsi, « Founders of Our Nation » sonne comme l’hymne devenu trop rare à notre époque, accélère légèrement le mouvement pour se rapprocher d’un cocktail GRIP INC/DEATHROW, et la fin de l’album ne dément pas les bonnes impressions dégagées par la première partie. Bien au contraire, puisque le groupe termine l’orgie sur l’orgasme « Fires Falling », méchant comme du DARK ANGEL et souple comme du FORBIDDEN.

Un premier album sous haute tension qui fait du bien aux tympans, et gageons que le mexicains se préparent de solides lendemains. Des lendemains plus pitbull que chihuahua d’ailleurs.                            

                                                                 

Titres de l’album :

                         01. Shadows of War

                         02. Hands in the River

                         03. The Path of Flames and Pain

                         04. Asylum

                         05. Founders of Our Nation

                         06. Biological Solution

                         07. Fires Falling

Facebook officiel


par mortne2001 le 26/01/2021 à 17:18
80 %    62

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Seigneur FRED

Un album généreux ! Seigneur Fred - METAL OBS

06/03/2021, 10:57

Arioch91

Killers fut mon premier Maiden aussi. Avec un pote, on était fan de leur zique autant que de leurs pochettes. Eddie dans les 80's, c'était une sacrée mascotte !J'ai découvert le premier un peu plus tard mais j'ai adoré aussi. En fait,(...)

06/03/2021, 10:21

Moshimosher

Je viens enfin de découvrir (et d'acheter cet album)... quelle tuerie ! Un pur chef-d’œuvre !!! Vraiment de très bonnes sorties sur ce label !

05/03/2021, 23:00

Moshimosher

C'te pochette !!! Ah !!! Pas étonnant que Killers soit le premier album de la Vierge de Fer que j'ai acheté ! Probablement leur meilleure (même si j'en adore plein d'autres dont celle de Powerslave) ! 

05/03/2021, 22:36

Meuleu

J'ai fait la date sur Caen et vlà la baffe que j'ai pris sur Ulcerate, c'était énorme !

05/03/2021, 16:18

Gargan

L'horrible phoque humanoïde de Riot, brrrrr...

05/03/2021, 09:04

Saddam Mustaine

Megadeth, Ugly Kid Joe, Manowar les principaux en effet, qui ont un personnage qui suit le groupe, j'en oublie... 

04/03/2021, 19:15

Saddam Mustaine

Megadeth, Ugly Kid Joe, Manowar les principaux en effet, qui ont un personnage qui suit le groupe, j'en oublie... 

04/03/2021, 19:15

L\'anonyme

@ metalrunner: tout à fait d'accord avec toi.Je pense qu'Iron Maiden a beaucoup oeuvré dans le metal en ce qui concerne les pochettes d'albums. D'abord parce qu'ils ont instauré une forme de rituel que certains ont repris en gardant le mê(...)

04/03/2021, 18:18

Bones

Mouais, sommaire très moyen... mais la couv claque. :-)Sont malins, les p'tits salopiots, ils savent que ça va générer de l'achat compulsif. :-D

04/03/2021, 17:04

Arioch91

Suis plus abonné.Je verrai à l'occasion si je le vois en kiosque mais bon.

04/03/2021, 13:26

metalrunner

Quelle pochette je pense quelle ont bcp aide maiden  

04/03/2021, 07:44

Ragnar56

Je viens d'apprendre la nouvelle via un commentaire sous une vidéo YouTube

03/03/2021, 22:55

MorbidOM

Une double provocation assez géniale ?Les true métalleux le prennent pour un guignol depuis longtemps et la ménagère Polonaise le vois sans doute comme le rebelle de salon indispensable à ce genre d'émission, une sorte de JoeyStarr

03/03/2021, 04:08

Bones

Ca fait une publicité maousse autour de Behemoth et leur donne la "crédibilité" qu'ils recherchent.Faire le buzz => vendre des disques.Je ne m'en fais pas pour Nergal, ce petit malin fait bien parler de lui et c'est l'objectif.

02/03/2021, 18:47

RBD

Nergal est un provocateur né, comme bien des artistes surtout dans des sociétés conformistes. Le fait d'aller cachetonner et se montrer dans une émission de télé-crochet est une double provocation assez géniale, autant envers les true mé(...)

02/03/2021, 16:07

Jus de cadavre

Message pas posté entièrement... bizarre...Du coup suite :"Nous en sommes à une période charnière" là je suis d'accord. Quand sur un site comme ici les gens commencent à defendre le christianisme c'est (...)

02/03/2021, 09:30

Jus de cadavre

"Si Nergal en a marre d'aller devant les tribunaux, qu'il change de pays ou de style musical, point barre"Mais tout le monde du coup crieraient au lâche ou au vendu ! Si à chaque fois qu'il y a un truc qui nous plaît pas dans notre pays on doit l(...)

02/03/2021, 09:26

Gargan

Si Nergal en a marre d'aller devant les tribunaux, qu'il change de pays ou de style musical, point barre. Tu assumes quand tu t'exposes ainsi, c'est pathétique ce oin-oin alors que ça joue les durs sur scène. Ceci étant, je réécoute Sv(...)

02/03/2021, 08:21

Yolo

Merci pour vos commentaires les guignols.

02/03/2021, 08:09