All I Am

Angelica

06/11/2020

Frontiers Records

Le nom d’ANGELICA doit vous rappeler des souvenirs, pourtant, il ne remonte pas à la foi White Metal des années 80, mais bien à la croyance Cinematic Metal suédoise des années 2010. En effet, il ne fait pas référence à ce groupe pieux et permanenté qui a sorti quelques albums très valables (dont le dernier, Without Words est sorti en 2019) il y a fort longtemps, mais au prénom d’une des chanteuses les plus emblématiques de sa génération. Car ANGELICA de son baptême cache le nom de famille de sa créatrice, Angelica Maria Estelle Rylin, qui n’est autre que la vocaliste du groupe THE MURDER OF MY SWEET. Ce groupe aux grosses productions modernes et bombastic a donc lâché la bride et permis à sa chanteuse de s’aventurer pour la seconde fois en solo, sept ans après un premier effort, Thrive, publié en 2013. On découvrait alors un visage plus personnel, même si la musique de la suédoise ressemblait beaucoup à celle de son groupe officiel, et il est évident qu’All I Am, avec son titre en forme d’aveu ne va pas changer grand-chose à la donne. Présenté par son label transalpin comme un solide effort de Rock mélodique tirant sur l’AOR, ce deuxième LP en solo n’est rien de plus qu’une digression assez intelligente sur l’œuvre globale de TMOMS. Il n’est donc pas question ici de sonorités smooth, de sons west-coast, mais bien d’un Rock moderne, tirant sur le Metal en diverses occasions, très à l’aise avec son répertoire, mais qui ne propose pas grand-chose de plus qu’une version light de Beth out of Hell ou Echoes of the Aftermath.

Certes, je le reconnais, quelques morceaux dévient de la trajectoire habituelle, mais la présence aux claviers et à la batterie de Daniel Flores appuie fortement la comparaison avec THE MURDER OF MY SWEET, les deux musiciens étant les seuls rescapés de la formation d’origine. Et Daniel ayant aussi produit l’album, vous devez vous douter que la ressemblance se transforme très vite en similitudes flagrantes, particulièrement sur les morceaux les plus up-tempo qui auraient sans nulle peine pu figurer sur n’importe quel album du groupe suédois. On comprend rapidement que le parallèle va être plus que troublant, lorsque « Calling » entame le parcours de la même façon qu’il aurait pu être l’intro d’un LP de TMOMS. Bien sûr, les effets sont moins prononcés, la base repose moins sur ce Cinematic Metal dont les suédois se sont faits les chantres ces dix dernières années, mais l’approche est troublante, un peu comme si Chibi s’était brièvement échappée de l’emprise de THE BIRTHDAY MASSACRE pour voler de ses propres ailes. Mais qui dit ressemblance ne dit pas mimétisme, et ne boudons pas notre plaisir à l’écoute de ces morceaux clairement Pop habilement déguisés en tubes Rock contemporains, avec force rythmique synthétique et riffs astucieusement noyés dans le mix pour ne pas sonner trop violents. La voix d’ANGELICA, toujours aussi agréable ne cherche pas la performance, mais bien le velouté, et les accents de la chanteuse, moins factices qu’à l’ordinaire, permettent de valider le titre assez personnel de l’œuvre. La belle suédoise se présente donc musicalement sans artifices, telle qu’elle conçoit son identité artistique, et l’effort a le mérite de sonner en place et carré, à défaut d’être original.

Outre les accointances avec sa tribu, ANGELICA reste dans les balises d’un Rock moderne, touffu aux entournures, jouant beaucoup avec les claviers et les percussions, mais sonnant assez frais pour enthousiasmer à défaut d’ébouriffer. Plus sympathique que réellement fédérateur et essentiel, All I Am égrène toutes les facilités Pop-Rock américaines revues à la sauce scandinave, de ces couplets truffés de petits sons futuristes à ces refrains qu’on reprend sans se poser de question, et « Beat Them All » de nous replonger dans les affres de la Teen Pop US de la fin des années 90. C’est efficace, méchamment catchy, certes un peu surfait, mais ça fonctionne si on laisse ses principes au placard. La musique est évidemment beaucoup moins ambitieuse et chargée que celle de THE MURDER OF MY SWEET, et à l’occasion, la chanteuse laisse l‘émotion pointer le bout de ses harmonies, dévoilant un côté plus intime et attachant, qui se manifeste au travers de « I’m Sorry », que BON JOVI aurait pu faire sien à sa grande époque. Osant aborder la problématique Pop et Rock sous tous ses angles, la chanteuse propose donc un travail très varié, qui permet de ne pas lasser au bout de quelques chansons, modulant l’agressivité et les couches de traitement pour se mettre plus à nu, ce qu’on apprécie lorsque résonne « Time And Space ». L’AOR, quoique légèrement déformé par le prisme des compositions, n’est pas totalement absent, puisqu’on le retrouve dans la dualité vocale romantique de « Don’t Say Goodbye », aux accents masculins/féminins dignes des productions de Broadway.

Pour parvenir à ce résultat, la chanteuse et auteure a choisi de collaborer avec de grands noms de la composition, dont David Fremberg, Kanata Okajima ou Anders Wrethov, ce qui lui a permis d’écrire en toute confiance, et de lâcher des mots vécus. On sent dans le timbre de voix que la dimension personnelle du projet est vraiment le point d’ancrage central, et All I Am au final, sent moins l’exercice de style que le premier LP de la chanteuse, accusant un peu le pilotage automatique plus ou moins bien réglé. Nous sommes encore loin des comparaisons dressées avec fierté par Frontiers, qui n’hésite pas à comparer l’œuvre à celles de HEART, Robin BECK, ou ROMEO'S DAUGHTER, ou même à déclarer qu’All I Am est un classique de l’AOR en devenir, mais la qualité constante des compositions, leur variété (« Living On High Hopes » incarne à merveille la nouvelle génération de Hard mélodique venue de Suède), et l’investissement dont fait preuve la vocaliste permettent à ce second chapitre de sonner juste, un peu facile dans sa première partie, mais bien plus confidentiel et rassurant dans sa seconde. C’est à ce moment-là qu’on ressent le mieux les vibrations d’Angelica, qui dans un registre plus tamisé fait des merveilles avec son timbre court et juste (« Angel »).

Une belle récréation en attendant le prochain album de THE MURDER OF MY SWEET, qui devrait logiquement pointer le bout de son ciné l’année prochaine, et l’affirmation de l’identité d’une chanteuse qui existe légitimement en dehors de son cadre collectif habituel.         

                                                                                                                          

Titres de l’album:

01. Calling

02. Beat Them All

03. Addicted To You

04. I’m Sorry

05. Time And Space

06. Don’t Say Goodbye

07. Still Bleeding

08. Living On High Hopes

09. A Pounding Heart

10. Angel

11. Time To Go Home


Facebook officiel



par mortne2001 le 17/11/2020 à 15:54
78 %    194

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Electric Wizard + Verdun 2011

RBD 04/06/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : ENDLESS DIATRIBE

Jus de cadavre 30/05/2021

Vidéos

Open Bar Vol2 : Antoine Perron

Baxter 20/04/2021

Interview

Dirge + Spinning Heads 2005

RBD 05/04/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Frank Arnaud

Jus de cadavre 21/03/2021

Vidéos

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
lolipop

Ce melo death groove moderne est bien poussif...

19/06/2021, 20:47

lolipop

Tant qu'ils laissent la tente avec les tapis pour la prière il y aura du monde.

19/06/2021, 20:46

kiloa

A chier des extraits. Ils auraient du arreter apres Surgical Steel.

19/06/2021, 20:43

Mdski

Surgical Steel était très bon. Les extraits de celui ci sont bon pour cet extrait et mauvais pour les autres. 

19/06/2021, 20:40

Ronchon

Frais et fun, un album réussi. La nouvelle voix claire amène un bon renouveau au style du groupe.

19/06/2021, 17:22

Jus de cadavre

Dans la continuité de Surgical Steel, même si on note une touche un peu plus old-school je trouve.

19/06/2021, 12:47

Kairos

Elle est loin la pochette de reek of putrefaction

19/06/2021, 11:33

Bones

A mais c'est clair, on parle d'un w-e qui revient vite à 400 boules tout compris. Pour faire la queue partout, se marcher sur les arpions et repartir le dimanche soir en détestant son prochain.   :-))))Je préfère me taper 10 concerts locaux pour c(...)

19/06/2021, 10:46

Oliv

trop chère pour moi 289 + trajet et tout le reste je serai bien content deja de retourner en concert en salle pres de chez moi 

19/06/2021, 00:58

Simony

@Amer Smashed Pils : j'avais prévenu... âmes sensibles...

18/06/2021, 12:58

Capsf1team

Un peu étonné par contre du système de billetterie. Ceux qui en ont déjà pour 2020 ne seront-ils pas tentés de prendre des 2022 même s'ils ne peuvent pas s'y rendre, et faire ainsi un peu de spécul ?... Les pass sont vendus en une j(...)

18/06/2021, 12:31

Amer Smashed Pils

C’est effrayant toute cette verdure et ce ciel bleu, ça m’a mis la gerbe 

18/06/2021, 11:15

grinder92

Alors, c'est certain qu'il n'ont absolument rien inventé !Mais bordel que c'est bon ! 

18/06/2021, 10:11

rasdq

copycat médiocre et sans aucun interet

18/06/2021, 09:13

steelvore 666

C'est bon ça ! Un groupe que j'aime beaucoup.

18/06/2021, 09:03

Humungus

Effectivement...Y'a du lourd...Je rejoins totalement Simony sur le fait que le HELLFEST, bah ce sont des cadors point barre.@Kerry King, dans mon souvenir KING DIAMOND a déjà joué au HELLFEST sous une tente il y a quelques années de(...)

18/06/2021, 08:55

Buck Dancer.

Fallait au moins ça pour rattraper les deux années de perte 

17/06/2021, 22:41

Simony

Réunir un tel line-up en tout cas, bravo ! Ce n'est pas fait pour moi,  je suis trop vieux pour ces conneries comme disait l'autre... mais il faut savoir reconnaitre le travail des équipes du Hellfest.

17/06/2021, 21:21

Kerry King

Mercyful Fate pas en Mainstage...Hum c'est un cador absolu du genre pour une ultime réformation.Le reste rien à dire chapeau. 

17/06/2021, 20:02

Simony

L'annonce de Metallica est parue avant celle du Hellfest donc oui c'est à supposer que les parties se sont mis d'accord pour une communication du festival en premier.

17/06/2021, 18:40