Vous rappelez-vous? Mon premier live report pour Metalnews était la précédente tournée d'Obscura. J'ai retenu "Diluvium" parmi les meilleurs albums de 2018, il a apaisé mes craintes sur l'évolution qui se dessinait avec les deux disques antérieurs. Alors c'est volontiers que je retournai au Metronum Toulousain une semaine à peine après Brendan Perry, toujours dans la grisaille mais une température plus clémente.

Et comme il y a huit jours je tenais à être à l'heure pour ne rien rater de FIRST FRAGMENT. Très amateur de la scène québécoise j'étais curieux de les voir. Ce quintet peut passer pour un nouveau groupe en raison de l'impact de son premier album d'il y a deux ans, mais il rassemble des gens déjà expérimentés. Et effectivement le niveau était placé très haut dès les premières notes, les solos de guitare ne laissant le chanteur entrer qu'inhabituellement tard par rapport au reste du groupe. Le premier titre fut chaleureusement acclamé et la démonstration technique le méritait. Le célèbre bassiste Dominic "Forest" Lapointe, avec son instrument à six cordes, est certainement l'un des plus brillants de sa génération et il occupait à l'aise l'espace sonore que laissent les deux guitares quand elles se battent en duels comme dans la tradition. Les solos virevoltants à forte inspiration néoclassique forment le trait principal de ce groupe, c'était assez impressionnant à voir et à entendre, on en avait plein les sens, sur un rythme de blast assez monotone mais toujours intense. Le batteur s'était d'ailleurs pointé directement torse poil…

Dans une telle florescence de solos le growleur a fatalement un rôle un peu plus limité qu'ailleurs : sa performance restera impeccable, mais ses parties sont espacées entre de longs passages purement instrumentaux pendant lesquels il allait se placer en retrait pour faire headbanguer sa tête rase. Et au demeurant, comme par hasard, il était légèrement sous-mixé. Il s'exprimait en français bien sûr et essaya bien de lancer le pit. Mais le spectacle était trop fort pour en détacher l'assistance. Passé l'émerveillement devant une telle virtuosité, le concept était quand même vite cerné. La limitation à une demi-heure de parole permit au groupe de se retirer avant de lasser. Car comme sur album, cette démonstration impressionnante peut toutefois décourager, assez vite, l'auditeur qui ne se contentera pas d'un Death de guitar hero. En attendant une suite qui répondra à cette interrogation déterminante pour l'avenir du groupe, on applaudit volontiers la leçon une dernière fois.


Pendant ce temps, tout le monde était arrivé. La salle est bien vaste mais l'affluence était satisfaisante à mon avis pour une telle affiche, brassant les générations. Le merchandising se divisait sur deux stands éloignés, les deux petits à l'entrée et les deux grands après le bar.


Je ne connaissais presque pas ALLEGAEON (prononcez Alledjaon, apparemment) du Colorado. Le style Death mélodique, a fortiori influencé par le MetalCore, n'est pas trop mon trip. Et pourtant, peu à peu, une accumulation de détails positifs convainquait à mesure que le set avançait. Le chanteur extraverti et fort à l'aise aime jongler avec les bouteilles d'eau. Mais son mixage intelligemment modéré évitait d'entraîner le propos dans le DeathCore lambda au growl artificiel qui écrase tout. Ces 'Ricains jouent vite, très vite même, une musique mieux variée, sans guère de pauses. Les solos de gratte aussi y ont toute leur place mais ils sonnaient bien plus moderne et laissaient place à des riffs variés. La musique prenait le pas sur les poses et les effets rebattus, tout en suivant un rythme auquel le public ne résista pas, entraînant légitimement les premiers pogos de la soirée. Voire, l'efficacité n'était pas l'horizon ultime. Au détour d'un riff, d'une ligne de chant, d'une descente chromatique inattendue ou d'un solo on a pu entrevoir du sentiment. Quelque chose qui n'est pas très courant dans ce style même chez les plus grands. Pas bien longtemps mais plusieurs fois, ce n'était donc pas un accident. Sans être la grande révélation dans un style bien encombré, Allegaeon présente bien des atouts cumulés qui justifient un certain succès pour une discographie déjà fournie.


Il y a quelques années j'avais déjà croisé FALLUJAH ailleurs, au moment où avec leur deuxième album les Californiens venaient de définir leur style à part alors qu'ils étaient encore sur un label aussi typé que Unique Leader. J'y ai retrouvé mes marques sans aucun mal. Le nouveau chanteur, dans son perfecto et sa dégaine plus Black Punky, un peu décalé pour une musique aussi retenue, se jucha sur les retours à peu près en permanence. Au départ le set montra la face la plus massive, un Death polyrythmique essentiellement ternaire, fortement influencé par Textures ou Meshuggah, avec un son très sensiblement compressé qui jurait avec les standards actuels, qui était déjà assumé la première fois. Puis les parties atmosphériques firent leur apparition pour le plaisir des vieux fans : ces notes claires posées devant des accords conservés par les doigts triturant la corde sur le manche, amplifiés d'une réverbération sagement dosée, qui arrondissent nettement les aspérités à l'approche de longs solos complexes et aériens… Le batteur doit rester concentré sur des parties changeantes et compliquées, sans pouvoir se défouler ni par du tchouka ni par des blasts, bannis autant l'un que l'autre. Quelques effets des versions studios m'ont semblé avoir disparu. Tout en rentrant à l'aise dans le mouvement actuel Fallujah s'est bâti sa propre personnalité, une musique pas si évidente à pénétrer sous des apparences banales, assez cérébrale au-delà du "simple" voyage spatial. Les Franciscanais ont trouvé pourtant un public, observable à mesure que le set remontait apparemment dans l'histoire du combo par les réactions de plus en plus comblées de quelques spectateurs du devant. Si leur opinion sur le nouveau chanteur serait intéressante à connaître, moi, sur le coup je ne vois rien à lui reprocher. Intéressé sans être parfaitement captivé par ces ambiances, qui souffrent à mon avis d'une production délibérément constipée, le groupe force néanmoins un certain respect de classique en pleine nymphose.


En apothéose d'une soirée de très bon niveau, OBSCURA se présenta sur scène sans cérémonie et tout sourire pour commencer évidemment par un extrait du dernier album, sur lequel le mixeur cala doucement les derniers réglages et les quatre membres prirent aussi leurs repères sans pour autant avoir besoin de se rapprocher ni même se chercher du regard. La suite confirma combien le groupe a su retrouver un équilibre entre technique et efficacité. Comme avec le groupe d'ouverture fort apparenté, le public resta les yeux grands ouverts à part quelques belles chevelures s'envoyant dans les figures des voisins derrière. L'enchaînement de titres éponymes d'albums et incontournables du répertoire restitués impeccablement avec la chaleur du live était suprême. Obscura sait faire des titres complexes, brillants et pourtant accessibles, harmonieux, émouvants même, au même titre que les vieux classiques dont les Allemands s'inspirent sans honte. L'épique "Septuagint" en resta peut-être le meilleur exemple, en témoigna le frisson palpable dans les premiers rangs quand monta l'intro de guitares sèches enregistrée. Même les éclairages semblaient rappeler les couleurs fortes des pochettes spatiales des albums antérieurs.

Pour permettre à ses compères de faire un break vers le milieu de set, le bassiste Linus joua seul le bonus instrumental clôturant "Diluvium", alors qu'il ne peut pas se plaindre d'être mal exposé dans les compos ni dans le mix. Puis Steffen annonça en revenant au centre de la scène une ballade Death Metal pour "Mortification…" qui est plutôt à mon avis un titre juste lent, parfois presque atmosphérique, mais tout à fait réussi car l'attention de l'assistance ne se dispersa pas. Le balancement avec un titre au gros riff syncopé morbidangelesque – et à l'appellation apparentée – était judicieux pour défouler un peu les nuques. Car Obscura n'a jamais oublié que le Death Metal doit rester une musique physique, ce qui est pour beaucoup dans la largesse de leur succès. Justement l'album par lequel ils se révélèrent au monde fut enfin évoqué ensuite par un premier tube, avant de repartir pour la dernière longueur avec des titres à l'architecture recherchée et au nom curieusement à nouveau apparenté. Sans trop faire attendre, un rappel fut consacré à un autre gros tube de dix ans d'âge, où l'euphorie palpable tout au long du set se défoula enfin non seulement dans la fosse qui se reforma enfin en cette dernière limite, mais surtout sur scène et malheureusement car la version me parut quelque peu bâclée par rapport à tout ce qu'on avait entendu.

Emergent Evolution/ Ten Sepiroth/ Diluvium/ Akroasis/ Septuagint/ A Last Farewell/ Mortification of the Vulgar Sun/ Ode to the Sun/ Incarnated/ Perpetual Infinity/ An Epilogue to Infinity

Rappel : The Anticosmic Overload.


Cette dernière réserve ne gâchera certainement pas le souvenir général d'un concert de haut niveau de bout en bout, équilibrant bien homogénéité et variété, découvertes et confirmations pour plusieurs types de spectateurs. De quoi repartir avec la banane de Kummerer.


par RBD le 16/02/2019 à 07:32
   248

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


A New Tomorrow

Universe

Red Death

Sickness Divine

Black Pistol

Sins of the Father

Edge Of Forever

Native Soul

Tom Keifer

Rise

House Of Shakira

Radiocarbon

Crypter

Crypter

Unhold

Here Is The Blood

Lovekillers

Lovekillers feat Tony Harnell

Atomic Cretins

Spiritual Cancer

Maelstrom Vale

Silhouettes

Brain Stroke

Brain Stroke

Hellsodomy

Morbid Cult

Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

The Dead Daisies

Locked and Loaded (The Cover Album)

Sun

Brutal Pop

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

COMO MUERTOS aussi c'était excellent. Jamais écouté l'album mais je les ai vus une fois en concert lors d'une des premières éditions du Motocultor et j'en garde un très bon souvenir. Ils avaient vraiment du potentiel.


Dévorée par un gremlin géant, quelle horrible fin ! Plaisanterie à part ce n'est pas mal, et ce n'est pas typé Death latino.


Rubrique très sympa. Je retiens Bloody Sign, notamment. Eh oui, les catalogues Holy Records, souvenirs émus...


Vu aussi sur scène à Chaulnes (le "Killer Fest" si mes souvenirs sont bons !) en... 2005 ! Oh bordel ça nous vieillit ça !
C'était carrément bien sur scène, mais en effet pas très suivi. En tout cas ce fest était génial, de bien bons moments !


J'ai vu deux fois il y a bien longtemps GARWALL en concert. Ca tenait bien la route mais le public n'a pas accroché et a pas mal critiqué le groupe pour des raisons que j'ai oubliées. Dommage...


Mark Evans (ex-AC/DC) à la basse exact.


Avec eb plus Mark Evans de AC/DC à la basse je crois , toujours là ce furieux de Angry


Effectivement, je trouve ça toujours bien trouvé de "cacher" quelques références bien senties.
Perso, je préférais la mouture de Hard N Heavy avec le logo précédant celui-ci...
Aaaahhh les fameuses fiches biographiques de groupes... ... ...


Celui là il prend direct une option pour les tops albums de 2020 (alors que les tops 2019 sont même pas encore bouclés xD) ! Les deux extraits sont juste terribles...
Je l'attend, c'est peu de le dire !
Et artwork excellent au passage ! Vivement !


C'est exactement ça :) c'est un des magazines qui a monté ma culture métallique, je trouvais ça cool de faire un petit clin d'oeil de la sorte en mode extrême ahahaha


Très bonne nouvelle !!! :)


Vivement ! Déjà six ans que nous, ouailles de l'Eglise du Saint-Riff Rédempteur, attendons la venue de ce nouveau Messie sonore... Il était temps !


Pis histoire de me faire encore plus regretter la bazar, cerise sur le milk shake de l'infortune y'a COUNTESS aussi sur l'affiche...
AAAAAAAARRRRRRGGGHHH !!! !!! !!!


!!! !!! !!! Dé-goû-té !!! !!! !!!
Je suis GORGON depuis 1995 et est toujours souhaiter les voir en live...
Là je suis tombé sur cette annonce de fest seulement hier (donc bien trop tard pour moi afin d'organiser mon WE)...
Autrement dit sans moi quoi...
Ca va gâcher ma (...)


Strasbourg me voilà !
Bonne nouvelle de revoir aussi "souvent" en ce moment les TATTS sur la route...
Toujours un plaisir de revoir ces vieux briscards en live.


Et grève est un mot à la mode par les temps qui courent ^^


Oh putain la boulette! Merci JTPD de ton attention, voici l'erreur corrigée....Ça prouve au moins que les chroniques sont lues...Et oui, d'accord pour le clip, mais comme toujours avec les groupes mélodiques/Aor, c'est l'inverse de Shakira la bolivienne en fait, il vaut mieux écouter que regarde(...)


Aaaaah aaaaah, bien vu poybe, c'est effectivement Grèce ! Même si fût un temps Grève et Grèce étaient deux mots intimement liés...


Black Metal, Grève ... c'est un lapsus ? ^^


6 ans, les salauds...
En tout cas content de voir que je ne suis pas le seul à attendre cet album.