By Thunder and Lightning

Verbal Razors

13/03/2020

Deadlight Entertainment

Aujourd’hui, le pays est au bord du confinement partiel, qu’on pressent total devant l’indiscipline des français. Malgré les consignes des autorités sanitaires et du gouvernement, les gens ne peuvent s’empêcher d’aller se balader de concert par paquet de cent, ou de faire leurs courses comme des désespérés attendant un conflit d’ordre mondial, ou une guerre civile. Alors, ça se rue sur les rouleaux de pâtes et les paquets de PQ, ou l’inverse, ça arpente joyeusement les quais ensoleillés, les parcs aménagés, sans tenir compte de l’essentiel : la probable et même certaine propagation d’un virus, dont l’annihilation dépend justement d’une isolation que personne n’appréhende avec sérieux. Il y a pourtant des moyens d’endiguer ce fléau, et d’enrayer cette progression : rester chez soi, écouter de la bonne musique, et se tenir en forme avec un minimum d’exercice physique. Je ne parle pas de sexe ici, quoique vous fassiez ce que vous voulez, mais si vous cherchez une solution facile qui combine plaisir des oreilles et tension des muscles, alors ne cherchez plus. J’ai ce qu’il vous faut, en l’objet du troisième album des tourangeaux de VERBAL RAZORS, qui vous proposent un Crossover si fameux qu’on en viendrait presque à oublier le climat de morosité ambiante. Le presque est d’ailleurs de trop, puisque ce nouvel LP est si parfait qu’on en occulte tout le reste, les commissions, petites ou grosses, la paranoïa ambiante, l’inconscience de ses contemporains, et la panique totale d’un gouvernement qui après avoir sabré des lits dans les hôpitaux compte sur son personnel pour aller bosser dans des conditions déplorables. Depuis 2014, ces musiciens enjoués nous donnent de leurs nouvelles, et c’est donc six ans après Verbal Razors et quatre ans après Misleading Innocence qu’intervient By Thunder and Lightning qui en effet, déclenche la foudre et fait vrombir le tonnerre.

Et c’est un vrai plaisir que d’entendre à nouveau le barouf sympathique produit par Antoine Gandon, Simon Jeffroy, Vincent Tassotti et Matthieu Loublier, qui en 2020 sont plus remontés que des skates aux roues bien huilées. Ces rois du crossover made in France reprennent donc la route pour nous narrer des histoire à base de passion des D.R.I, S.O.D, NUCLEAR ASSAULT, SUICIDAL TENDENCIES, EXCEL et autres LEEWAY, avec toujours cette dominante de Hardcore qui rend leur son plus âpre que celui de leurs concurrents. On comprend assez vite que les DISCHARGE et la scène Hardcore new-yorkaise ont beaucoup compté pour nos amis de Tours, et dès le title-track, les choses sont mises au point : fast and smooth. Avec douze nouveaux morceaux qui passent comme un avis de passage du facteur dans la boite aux lettres alors que vous êtes bien chez vous, By Thunder and Lightning est plus qu’un album, c’est un manifeste de destin, un moshe ou crève, un aveu de dépendance, et surtout, une façon de montrer au reste de l’Europe et du monde que la France n’est pas en reste. Et lorsqu’on tend ses oreilles abimées et fatiguées sur le monstrueux « Waterdrop », seul titre à dépasser les quatre minutes, on est pris d’une bouffée de fierté lourde, mais conséquente. Morceau le plus Heavy et plombé de l’affaire, il est aussi l’occasion de sortir l’un des riffs les plus redondants de l’année, et de faire montre d’une basse brillante et claquante à rendre vert de jalousie Dan Lilker, Frank Bello et D.D Verni. De quoi démontrer que les frenchies sont de joyeux drilles, mais qu’ils prennent leur art au sérieux, et qu’ils sont capables de lâcher des compos sombres, purement Thrash n’Core, et de faire la nique à bien des combos plus établis et remarqués.

Mais en dehors de cet aparté somme toute important, n’oublions pas une chose cruciale : les VERBAL RAZORS sont avant tout fast n’fun. C’est ainsi que la plupart de leurs morceaux, comme d’habitude, jouent les deux minutes pour se montrer aussi lapidaires qu’aiguisés. Mais on peut aimer la rigolade et rester professionnel, et c’est ainsi que ce troisième LP a bénéficié d’un enregistrement et d’un mixage de Guillaume Doussaud au Swan Sound Studio (HEADCHARGER, DIREWOLVES, EXPLICIT SILENCE), d’un mastering d’Antoine Gandon, et d’une sublime pochette de Jerôme Brizard. C’est donc un produit complet et peaufiné que vous pouvez vous procurer chez Deadlight records, trop ravi de vous céder en CD ce pétard mammouth qui explose les bouses sur les passants. Et ce qu’on a toujours adoré chez les VERBAL RAZORS se retrouve ici, cette légèreté teintée de noirceur sous-jacente, avec ce mélange de chansons joyeuses, mais toujours profondes. C’est ainsi que les quatre trublions alternent le délire et le sérieux, avec toujours ces accointances à la limite du Thrashcore (« Love Song »), et ces éclairs de folie plus techniques qu’il n’y parait (« We are Rats », sincèrement, un son aussi parfait, c’est juste incroyable, surtout sur une compo aussi brillante que démente). Excellents musiciens, complètement dévoués à leur cause, les tourangeaux taillent dans le gras pour ne plus laisser que du muscle, et s’affilient d’eux-mêmes à la génération IRON REAGAN, INSANITY ALERT et consorts, qu’ils peuvent regarder comme des frères d’armes et non des modèles à suivre. Difficile de faire plus euphorisant que ce LP qui débouche les canalisations avec force cris d’intro et riffs costauds (« Riot »), et qui impose une homogénéité qui ne le confine (encore..) jamais à l’ennui ou la redondance. Car les lascars trouvent toujours une astuce pour distinguer leurs tranches de vie, en décélérant le tempo (« Trash »), ou au contraire en épaississant leurs morceaux (« Jump into Dead End », plus SUICIDAL qu’un glaviot de Mike Muir).

Du travail bien fait, du travail d’orfèvres même, pour une demi-heure de plaisir total, qui se termine même en version CD par une cover de GANG GREEN via leur hit « Alcohol ». Alors, vous qui finalement avez décidé de rester chez vous, bien cloîtré à regarder des séries moisies, laissez tomber la télé, et moshez. Les VERBAL RAZORS font passer le temps bien plus vite que n’importe qui, vous musclent les mollets et les dorsaux, et vous laissent épuisé, mais heureux et prêt à recommencer. Un album d’intérêt sanitaire public !

                                 

Titres de l’album :

                        1. By Thunder and Lightning

                        2. We are Rats

                        3. Riot

                        4. Trash

                        5. Jump into Dead End

                        6. Waterdrop

                        7. The House

                        8. Love Song

                        9. Order by Kicks

                        10. Cross the Line

                        11. Party Mate

                        12. Lazer

                        13. Alcohol (GANG GREEN cover)

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 17/07/2020 à 17:36
90 %    447

Commentaires (4) | Ajouter un commentaire


LeMoustre
@93.4.16.166
22/07/2020, 09:30:54
Très bon disque, dans la lignée du précédent.

JTDP
membre enregistré
30/07/2020, 16:24:54
Oui, très très bon disque. Je ne suis pourtant pas le plus grand fan de ce style à la base, mais bon dieu, que c'est efficace ! Ça donne envie de mosher sévère avec son canapé !

Humungus
membre enregistré
30/07/2020, 20:30:13
"Qui passent comme un avis de passage du facteur dans la boite aux lettres"
AH AH AH !!! !!! !!!
Apparemment, on a tous vécu ça : On attend un collector quelconque avec la fébrilité d'un jeune puceau et le mec des PTT qui nous rajoute de l'attente bordel de merde !

Humungus
membre enregistré
30/07/2020, 20:33:32
"Qui passent comme un avis de passage du facteur dans la boite aux lettres alors que vous êtes bien chez vous"
Oups !!!
Si j'oublie la partie la plus drôle du bazar... ... ...

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
jtdef

Avec Joe Bidon et l'imposteur Harris ils sont mal barrés.

24/01/2021, 21:11

Gargan

J'étais sur la défensive, le hard français des 80s étant pour moi ce que l'ail est à la mauvaise haleine, mais là, effectivement, c'est nase.

24/01/2021, 20:39

Gargan

HumHUM... On en parle du clip de sors immanis ? 

24/01/2021, 20:17

Jus de cadavre

Encore une putain de sortie signée Iron Bonehead...Du Death de puriste. Les mecs sont restés bloqués dans une faille temporelle. Excellent.

24/01/2021, 16:12

Kairos

Si tu veux pas passer pour un connard prétentieux, fais l'effort d'expliquer ce que moi pauvre idiot n'ai pas compris, mais de façon courtoise, sinon je t'invite juste à fermer ta gueule

24/01/2021, 14:08

Orphan

Kairos, tu ferais mieux de fermer ton claque merde et en rester au métal.La politique Américaine, et manifestement la population de banlieue et ce qu'il s'y passe, tu ne maitrise pas !Et toi qui parle de lumière à tout les étages....

24/01/2021, 11:30

Invité

En soi le morceau est correct, mais j'ai juste attendu 4'50 un break guerrier qui te roule dessus et que ça parte...

24/01/2021, 10:39

Invité

Le kitsch et le ringard Made in France. Jamais copié, jamais égalé. Manque plus qu'un guest de Renaud Hantson et on coche toutes les cases du Hard à la Française des années 80.

24/01/2021, 10:33

Bones

Acheté ce matin en version simple (le digibook propose en bonus un DVD live qui ne m'intéressait pas plus que ça - youtube regorge de ce genre de trucs, ça ne vaut plus vraiment le coup de casquer pour des captations vidéo). 2 premières &(...)

23/01/2021, 23:25

Satan

A Simony : Je suis bien d'accord concernant "Alpha Noir" (mais n'oublie pas "White Omega" qui lui est beaucoup plus intéressant je trouve, avec ce côté Type O hyper assumé) et "1755" qui sont de vrais ratages. Surtout ce dernier q(...)

23/01/2021, 21:54

totoro

De manière générale, j'aime beaucoup Moonspell. Et je rejoins tout à fait l'avis de Satan sur les albums "cultes" du groupe. Et Simony, on a le même parcours concernant les lisboètes. Découverts avec "Sin/Pecado" qui re(...)

23/01/2021, 20:18

Simony

Idem, j'ai tous les albums jusqu'à Extinct et je suis assez d'accord sur Darkness And Hope, The Antidote. J'aime beaucoup The Butterfly Effect par exemple, Memorial, Night Eternal, Extinct tous ces albums sont très bons pour moi, avec Alpha Noir c'est d&eacu(...)

23/01/2021, 18:47

PtiMich

Ca fait du bien de revoir des trombines de l'époque !Faut absolument faire une émission sur NYHC* de l'époque ! (NancY Heavy Clan*)

23/01/2021, 17:48

Buck Dancer

Toujours une bonne nouvelle la sortie d'un nouveau Memoriam!!! 

23/01/2021, 15:39

RBD

Ils avaient collaboré avec les Krupps, aussi. À défaut d'être parmi les meilleurs dans un pays où la concurrence était relevée, ils étaient assez passionnés pour se reformer quand le revival Thrash est arrivé.

23/01/2021, 14:57

Moshimosher

La lecture de ces runes ne me semble pas très orthodoxe... pas inintéressant mais ça ne me semble pas si folk que cela... même si ce n'est pas complètement hors-sujet non plus...

23/01/2021, 14:41

Moshimosher

Ah... la douceur d'occire ! Reposons En Guerre avec Memoriam ! \m/

23/01/2021, 14:05

Humungus

Hâte d'entendre tout l'album pour me faire un avis plus éclairé.Quoi qu'il en soit, la voix du Bobby me fout toujours les poils et si la galette est à l'instar de ce titre, achat obligatoire !

23/01/2021, 13:10

Humungus

!!! BOLT THROWER est mort !!!!!! !!! !!! Vive MEMORIAM !!! !!! !!!

23/01/2021, 13:02

Humungus

1) Pardon, en me relisant, je me rend compte que je me suis très mal exprimé :J'adore MOONSPELL jusqu'à "Irreligious" inclus."Sin peccado", quoi que encore écoutable, c'est pour moi le début de la fin.2) Sa(...)

23/01/2021, 13:01