By Thunder and Lightning

Verbal Razors

13/03/2020

Deadlight Entertainment

Aujourd’hui, le pays est au bord du confinement partiel, qu’on pressent total devant l’indiscipline des français. Malgré les consignes des autorités sanitaires et du gouvernement, les gens ne peuvent s’empêcher d’aller se balader de concert par paquet de cent, ou de faire leurs courses comme des désespérés attendant un conflit d’ordre mondial, ou une guerre civile. Alors, ça se rue sur les rouleaux de pâtes et les paquets de PQ, ou l’inverse, ça arpente joyeusement les quais ensoleillés, les parcs aménagés, sans tenir compte de l’essentiel : la probable et même certaine propagation d’un virus, dont l’annihilation dépend justement d’une isolation que personne n’appréhende avec sérieux. Il y a pourtant des moyens d’endiguer ce fléau, et d’enrayer cette progression : rester chez soi, écouter de la bonne musique, et se tenir en forme avec un minimum d’exercice physique. Je ne parle pas de sexe ici, quoique vous fassiez ce que vous voulez, mais si vous cherchez une solution facile qui combine plaisir des oreilles et tension des muscles, alors ne cherchez plus. J’ai ce qu’il vous faut, en l’objet du troisième album des tourangeaux de VERBAL RAZORS, qui vous proposent un Crossover si fameux qu’on en viendrait presque à oublier le climat de morosité ambiante. Le presque est d’ailleurs de trop, puisque ce nouvel LP est si parfait qu’on en occulte tout le reste, les commissions, petites ou grosses, la paranoïa ambiante, l’inconscience de ses contemporains, et la panique totale d’un gouvernement qui après avoir sabré des lits dans les hôpitaux compte sur son personnel pour aller bosser dans des conditions déplorables. Depuis 2014, ces musiciens enjoués nous donnent de leurs nouvelles, et c’est donc six ans après Verbal Razors et quatre ans après Misleading Innocence qu’intervient By Thunder and Lightning qui en effet, déclenche la foudre et fait vrombir le tonnerre.

Et c’est un vrai plaisir que d’entendre à nouveau le barouf sympathique produit par Antoine Gandon, Simon Jeffroy, Vincent Tassotti et Matthieu Loublier, qui en 2020 sont plus remontés que des skates aux roues bien huilées. Ces rois du crossover made in France reprennent donc la route pour nous narrer des histoire à base de passion des D.R.I, S.O.D, NUCLEAR ASSAULT, SUICIDAL TENDENCIES, EXCEL et autres LEEWAY, avec toujours cette dominante de Hardcore qui rend leur son plus âpre que celui de leurs concurrents. On comprend assez vite que les DISCHARGE et la scène Hardcore new-yorkaise ont beaucoup compté pour nos amis de Tours, et dès le title-track, les choses sont mises au point : fast and smooth. Avec douze nouveaux morceaux qui passent comme un avis de passage du facteur dans la boite aux lettres alors que vous êtes bien chez vous, By Thunder and Lightning est plus qu’un album, c’est un manifeste de destin, un moshe ou crève, un aveu de dépendance, et surtout, une façon de montrer au reste de l’Europe et du monde que la France n’est pas en reste. Et lorsqu’on tend ses oreilles abimées et fatiguées sur le monstrueux « Waterdrop », seul titre à dépasser les quatre minutes, on est pris d’une bouffée de fierté lourde, mais conséquente. Morceau le plus Heavy et plombé de l’affaire, il est aussi l’occasion de sortir l’un des riffs les plus redondants de l’année, et de faire montre d’une basse brillante et claquante à rendre vert de jalousie Dan Lilker, Frank Bello et D.D Verni. De quoi démontrer que les frenchies sont de joyeux drilles, mais qu’ils prennent leur art au sérieux, et qu’ils sont capables de lâcher des compos sombres, purement Thrash n’Core, et de faire la nique à bien des combos plus établis et remarqués.

Mais en dehors de cet aparté somme toute important, n’oublions pas une chose cruciale : les VERBAL RAZORS sont avant tout fast n’fun. C’est ainsi que la plupart de leurs morceaux, comme d’habitude, jouent les deux minutes pour se montrer aussi lapidaires qu’aiguisés. Mais on peut aimer la rigolade et rester professionnel, et c’est ainsi que ce troisième LP a bénéficié d’un enregistrement et d’un mixage de Guillaume Doussaud au Swan Sound Studio (HEADCHARGER, DIREWOLVES, EXPLICIT SILENCE), d’un mastering d’Antoine Gandon, et d’une sublime pochette de Jerôme Brizard. C’est donc un produit complet et peaufiné que vous pouvez vous procurer chez Deadlight records, trop ravi de vous céder en CD ce pétard mammouth qui explose les bouses sur les passants. Et ce qu’on a toujours adoré chez les VERBAL RAZORS se retrouve ici, cette légèreté teintée de noirceur sous-jacente, avec ce mélange de chansons joyeuses, mais toujours profondes. C’est ainsi que les quatre trublions alternent le délire et le sérieux, avec toujours ces accointances à la limite du Thrashcore (« Love Song »), et ces éclairs de folie plus techniques qu’il n’y parait (« We are Rats », sincèrement, un son aussi parfait, c’est juste incroyable, surtout sur une compo aussi brillante que démente). Excellents musiciens, complètement dévoués à leur cause, les tourangeaux taillent dans le gras pour ne plus laisser que du muscle, et s’affilient d’eux-mêmes à la génération IRON REAGAN, INSANITY ALERT et consorts, qu’ils peuvent regarder comme des frères d’armes et non des modèles à suivre. Difficile de faire plus euphorisant que ce LP qui débouche les canalisations avec force cris d’intro et riffs costauds (« Riot »), et qui impose une homogénéité qui ne le confine (encore..) jamais à l’ennui ou la redondance. Car les lascars trouvent toujours une astuce pour distinguer leurs tranches de vie, en décélérant le tempo (« Trash »), ou au contraire en épaississant leurs morceaux (« Jump into Dead End », plus SUICIDAL qu’un glaviot de Mike Muir).

Du travail bien fait, du travail d’orfèvres même, pour une demi-heure de plaisir total, qui se termine même en version CD par une cover de GANG GREEN via leur hit « Alcohol ». Alors, vous qui finalement avez décidé de rester chez vous, bien cloîtré à regarder des séries moisies, laissez tomber la télé, et moshez. Les VERBAL RAZORS font passer le temps bien plus vite que n’importe qui, vous musclent les mollets et les dorsaux, et vous laissent épuisé, mais heureux et prêt à recommencer. Un album d’intérêt sanitaire public !

                                 

Titres de l’album :

                        1. By Thunder and Lightning

                        2. We are Rats

                        3. Riot

                        4. Trash

                        5. Jump into Dead End

                        6. Waterdrop

                        7. The House

                        8. Love Song

                        9. Order by Kicks

                        10. Cross the Line

                        11. Party Mate

                        12. Lazer

                        13. Alcohol (GANG GREEN cover)

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 17/07/2020 à 17:36
90 %    219

Commentaires (4) | Ajouter un commentaire


LeMoustre
@93.4.16.166
22/07/2020, 09:30:54
Très bon disque, dans la lignée du précédent.

JTDP
membre enregistré
30/07/2020, 16:24:54
Oui, très très bon disque. Je ne suis pourtant pas le plus grand fan de ce style à la base, mais bon dieu, que c'est efficace ! Ça donne envie de mosher sévère avec son canapé !

Humungus
membre enregistré
30/07/2020, 20:30:13
"Qui passent comme un avis de passage du facteur dans la boite aux lettres"
AH AH AH !!! !!! !!!
Apparemment, on a tous vécu ça : On attend un collector quelconque avec la fébrilité d'un jeune puceau et le mec des PTT qui nous rajoute de l'attente bordel de merde !

Humungus
membre enregistré
30/07/2020, 20:33:32
"Qui passent comme un avis de passage du facteur dans la boite aux lettres alors que vous êtes bien chez vous"
Oups !!!
Si j'oublie la partie la plus drôle du bazar... ... ...

Ajouter un commentaire


Derniers articles

TEMNEIN

youpimatin 10/08/2020

Down 2009

RBD 08/08/2020

Universe

mortne2001 29/07/2020

F.F.W.

mortne2001 27/07/2020

Tiamat 2010

RBD 26/07/2020

Créda Beaducwealm

mortne2001 24/07/2020

Les Enfants du Cimetière

mortne2001 20/07/2020

Chimaira 2008

RBD 16/07/2020

Concerts à 7 jours
Wormrot + Trepan Dead + Mucus 18/08 : La Brat Cave, Lille (59)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kerry King

Dommage aussi cette histoire qu'il ne soit plus avec Entombed mais sous Entombed A.D.

D'ailleurs que devient Entombed de Hellid ? LG reste le membre charismatique du groupe pour moi.

10/08/2020, 22:03

Kerry King

Une légende. RIP.

10/08/2020, 21:59

Gargan

Riffs hypnotiques, chant excellent, merci pour la découverte.

10/08/2020, 13:36

Humungus

Phil is god.

10/08/2020, 10:38

Humungus

Pour l'avoir croisé back stage il y a quelques années, je confirme que ce type est la gentillesse même.

10/08/2020, 10:36

adq

En meme temps en piccolant et se shootant non stop c'est quasi inevitable maheureusement,,,

10/08/2020, 10:30

adq

connais pas mais merci pour la news people

10/08/2020, 10:28

Raumsog

Ouch c'est dur ça... Outre la carrière qu'on lui connaît, le type a quand même l'air foncièrement hyper sympa donc vraiment bonne chance à lui, "get the damn deal done" comme il dit!

10/08/2020, 09:26

LeMoustre

Entre lui et le cancer de LG Petrov, quelle tristesse.

10/08/2020, 08:57

Nubowsky

Quel dégoût..

10/08/2020, 07:11

Kerry King

Putain de chanteur LG ! La famille Metal est avec lui !

10/08/2020, 00:23

RBD

Tout à fait en phase avec cette présentation ! J'ai découvert le groupe avec cet album et j'ai été conquis. Je l'ai pris plutôt comme du Death Sludge à la Ulcerate et compagnie, dans une version plus accessible que les autres classiques de ce style que le groupe rejoint dès ce coup de maîtr(...)

09/08/2020, 22:50

RBD

Belle histoire dans cette épouvantable tragédie. Il doit y en avoir d'autres. Nervecell est un très bon groupe de Death brutal que je suis depuis leur premier disque.

09/08/2020, 21:53

RBD

Allons bon ! Tous nos voeux de force et de rétablissement.

09/08/2020, 21:47

Buck Dancer

J'ai d'abord eu peur en pensant qu'il était décédé, et vu ma réaction cela m'aurait fait un vrai choc, mais bien mauvaise nouvelle.
Allez LG, nique lui sa gueule à ce putain de cancer.

09/08/2020, 20:17

Buck Dancer

Vu en 2012 au Bataclan et j'ai pris un pied énorme. Et au contraire de toi RBD, j'ai eu cette sensation de spontanéité, qui manque cruellement a 99% des groupes metal que j'écoute. Phil hésitait pas à stoppé un morceau en plein milieu, pour mieux le recommencer ensuite, parce que le public ne(...)

09/08/2020, 16:32

KaneIsBack

Dans le genre LDOH-worship, c'est plutôt bon. Dommage que ça soit si court !

09/08/2020, 11:33

Jus de cadavre

2009 était sans doute l'une des meilleures année pour voir Down sur scène. Phil était sobre, son chant redevenu plus juste (forcément sans abus c'est plus facile), le groupe dans son ensemble était touché par la grâce. Ils avaient sorti 2 ans auparavant un album cathartique ou toutes leurs t(...)

09/08/2020, 11:01

LeMoustre

Deja épuisé

08/08/2020, 13:32

Buck Dancer

Par contre, quand même fort de voir que la sortie d'un morceau de Gojira est devenue un évènement mondial dans la scène metal.
Les mecs sont vraiment au sommet.

07/08/2020, 18:44