Wildness

Wildness

24/11/2017

Aor Heaven

Faut-il encore revenir sur le fait que la Suède est devenue le nouvel Eldorado du Rock, du Metal, de l’AOR, et finalement, de pratiquement tous les sous-genres que nous affectionnons depuis les années 80 ? Oui, non pour l’effort de mémoire, mais pour en souligner l’importance, et surtout, l’évidence, qui s’impose de mois en mois et d’années en années au travers d’albums impeccables, parfois enregistrés par des formations si jeunes qu’elles n’en ont que quelques mois d’existence. Sur un plateau, je vous apporte un nouvel élément de démonstration, un tableau d’or et d’argent, qui porte sans efforts sous ses reflets le premier LP d’un quatuor qui va se faire remarquer, spécialement au regard des amoureux de la mélodie et des amateurs d’harmonies travaillées sur fond de Rock domestiqué. Domestiqué, mais pas castré et la précision est d’importance. Pas forcément viril sur le fond et la forme, mais pas non plus du genre à se frotter à vos mollets pour réclamer les câlins qu’il pense avoir mérité. Le nom de cette charmante petite bête qu’on a déjà envie d’adopter ?

WILDNESS. Mais pas la sauvagerie d’un comportement agressif, non, plutôt celle des grands espaces suédois qui se bronzent au soleil de la west coast américaine des eighties, tout en respectant leur propre héritage, né des exactions de guides de montagne de l’orée des années 2000 qui connaissaient bien les pistes noires à éviter. Que dire sur ce quatuor que leur musique n’osera vous dévoiler ? Leurs noms peut-être (Gabriel Lindmark – chant, Adam Holmström & Pontus Sköld – guitares et Erik Modin – batterie/chœurs), qui n’évoqueront pas grand-chose, mais qui ont stimulé les signataires allemands d’AOR Heaven, qui aurait pu et dû se disputer les faveurs scandinaves avec leurs homologues de Frontiers, tant les morceaux de ce premier éponyme n’auraient pas fait tâche dans leur écurie.

Des références, celles de KISS, DOKKEN, DEF LEPPARD, ACCEPT, MEGADETH, DANGER DANGER, RIOT, EXTREME, HUEY LEWIS AND THE NEWS, PANTERA, PHIL COLLINS, FM, EUROPE, DREAM THEATER, QUEENSRYCHE, ANNIHILATOR, H.E.A.T, ECLIPSE, W.E.T., TALISMAN, TOTO, WINGER, SAVATAGE, EUROPE, RED DAWN, NO SWEAT, RESCUE, VAN ZANT, et dont les plus puissantes sont certainement là pour ne pas sombrer dans la mièvrerie de révérence un peu trop FM, mais qui balisent bien le terrain propice aux rencontres romantiques tout comme aux ballades sauvages dans une nature pas si hostile que ça. Un son aux antipodes du climat local, chaud et rond, accueillant et pas forcément dérangeant, mais surtout, deux qualités notables, celle de compositions intelligemment élaborées, et celle d’une interprétation engagée et passionnée, qui nous séduisent d’entrée. Multipliant les hits, et faisant suite à une poignée de singles parus en signes avant-coureurs (« Collide » en 2015 et « Turning The Pages » en 2016), Wildness est une démonstration de simplicité faite musique, aussi tendre qu’elle n’est hargneuse, et qui nous démontre s’il en était besoin que ces malins suédois sont vraiment prophètes en leur style. Ils ont su depuis longtemps capturer l’essence d’un Hard Rock mélodique à outrance, payant son tribut aux origines des BON JOVI, des BRIGHTON ROCK, mais aussi des STYX, JOURNEY, SHY, MAGNUM, DOMAIN, et autres influences majeures du créneau, tout en y ajoutant leur patte nordique consistant à soigner des couplets pour transcender des refrains qu’on retient jusqu’au petit matin. Et une fois de plus, ce LP en est bourré, de sa première minute à sa fin annoncée. Qu’on regrette d’ailleurs, même si elle intervient cinquante-cinq minutes après son entame d’airain.

On retrouve évidemment sur l’album les deux singles déjà publiés, qu’on réécoute avec une joie affichée, ceux qui justement nous ont attiré dans le giron d’un quatuor à la simplicité assumée. « Collide », nous avait convaincu du potentiel mélodique d’une formation typique, de ses chœurs enflammés et de son refrain qu’un Ted Poley aurait pu faire sien sur son album solo, ou en compagnie de DANGER DANGER. « Turning The Pages », placé en final rappelle les envolées lyriques et les aventures homériques du SURVIVOR le plus musclé, sans pour autant se départir de cette flamboyance typiquement européenne, qui a tendance à laisser quelques aspérités traîner pour ne pas rendre sa musique trop policée. Un refrain qui trépide, des voix qui s’entremêlent d’un débit rapide, le mariage est parfait, et l’union consommée, à tel point qu’il est possible en se basant sur ces deux seules interventions de démontrer les capacités d’un quatuor décidément très convaincant dans le ton. Mais sur onze morceaux, onze valent le détour, et l’ensemble dégage un sentiment de best-of du genre et du combo lui-même, comme s’il avait fallu prouver ses capacités sans nous laisser le temps de respirer. Pourtant, Wildness est aéré, très. On y retrouve parfois des guitares sentant bon le Gary MOORE des mid eighties, des arrangements de clavier symptomatiques des bandes FM US de la même décennie adorée, quelques effets bien placés et dignes d’une B.O bien troussée, et surtout, un engagement de tous les instants qui empêche le projet de sombrer dans un classicisme trop formel qui aurait pu le plomber. Une paire de guitaristes plus que capables, un singer/frontman au timbre velouté et chaud, et une rythmique solide mais fluide qui assure une assise au reste du groupe, qui se permet dès lors à peu près tout. Bilan ? Une réussite totale, qui aurait trusté les ondes il y a quelques décennies, lorsque l’amour d’une musique radiophonique bien faite prédominait sur la recherche de prise de risque avortée.

Les moments de calme et de douceur sont bien sur présents, romantisme oblige, mais ne versent jamais dans la mièvrerie d’une déclaration d’amour flétrie, ce que prouve sans conteste « Your Last Romance » et « The Flame », qui réinventent l’art de l’intervention en solo dramatique sur fond de claviers caressés. Dans une veine que les ECLIPSE et BAD HABIT connaissent par cœur, les WILDNESS ne se font certes pas passer pour les sauvages qu’ils ne sont pas, même si quelques accès de puissance groovy leur permettent de se rapprocher d’un Hard-Rock moins calibré, et moins bridé (« Highlands » au déhanché rythmique diabolique). Si les titres sont développés et n’hésitent pas à passer la barre des cinq minutes plafonnée, ils présentent suffisamment de qualités et d’inventivité pour ne pas lasser, pouvant compter sur des harmonies splendides et des arrangements limpides pour faire passer le temps plus vite qu’il n’y parait (« Down In The City »).

Incursions acoustiques pour Rock Heavy qui pique (« Welcome The Night »), ébènes et ivoires martelés comme à la grande époque d’un AOR sublimé (« Alibi », hit en puissance remarqué), le parcours est tout sauf du combattant, mais aux reliefs assez prononcés pour ne pas s’endormir durant la randonnée. Le talent des instrumentistes est évidemment prépondérant, bien qu’une indéniable humilité les empêche d’en faire trop et de gloser dans le vide, la production parfaitement couchée est lisse mais pas aseptisée, et de fil en aiguille, ce premier LP s’incruste dans les neurones et le cœur pour ne plus les quitter, et procurer un sentiment d’euphorie que la mémoire retient sans souci.

Les suédois encore, toujours, à la vie à la mort. Mais les surdoués sont ce qu’ils sont et autant l’accepter. Comme d’accepter le fait que les WILDNESS avec Wildness s’imposent comme une nouvelle valeur ajoutée, et ont signé un disque qui risque fort de devenir un classique instantané.


Titres de l'album:

  1. War Inside My Head
  2. Stranger
  3. Shadowland
  4. Alibi
  5. Collide
  6. Highlands
  7. Your Last Romance
  8. Down In The City
  9. Falling Down
  10. The Flame
  11. Welcome The Night
  12. Turning The Pages

Facebook officiel


par mortne2001 le 03/12/2017 à 14:14
85 %    421

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Night Of The Masks

Simony 26/09/2020

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

Opeth 2006

RBD 29/08/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
RBD

Burton ayant été de toutes les incarnations du groupe au fil des intrigues, j'imagine mal que FF puisse continuer maintenant avec les uns ou les autres. La réconciliation avec Christian et Raymond ne me paraît pas possible, d'autant qu'eux aussi sont pass(...)

29/09/2020, 12:57

licks0re

Santa barbara...

29/09/2020, 11:51

Baxter

Le mec n'est pas blanc non plus c'est encore une crise comme en 2002 ou son détachement en 2008. D'ailleurs Burton avait en 2008 vendu des parts à Raymond et Christian (puis virant la femme de ce dernier étant manageuse de F.F à ce moment) puis suite &ag(...)

29/09/2020, 10:46

Raumsog

Y a une bonne petite ambiance Deströyer 666 dans le son et les riffs! 

29/09/2020, 10:38

jean mounier

Quel foutoir ce groupe depuis une bonne dizaine d'années quand même, niveau musical comme niveau humain. Je ne vois pas Fear Factory sans Burton, mais je ne voyais pas Suffocation sans Frank Mullen également...

29/09/2020, 09:58

Humungus

Aaaaaaahhh !!!Les commentaires de 78.192.38.132... ... ...

29/09/2020, 09:00

Humungus

Bah putain...Devait y avoir une sacrée ambiance depuis un sacré bout de temps dans le groupe hein...Je ne savais pas du tout que Burton avait un projet annexe.Je m'écoute ça en ce moment là : Rien de Metal là-dedans.

29/09/2020, 08:53

Arioch91

Slamming Beatdown...La lutte contre le tabassage...  

29/09/2020, 08:08

Arioch91

@NecroKosmos : alors, tu l'as écouté finalement ? T'en as pensé kwa ?

29/09/2020, 08:04

Xoen

Chronique montrant une méconnaissance flagrante de l'histoire de Blasphemy et des groupes cités...

29/09/2020, 08:03

Bones

Kézako ??? Slamming Beatdown ??Ca y est, je suis officiellement devenu un vieux con.

28/09/2020, 17:52

LeMoustre

Excellent, lui, il a la palme, en effet.

28/09/2020, 17:12

LeMoustre

En plus le clip est sympa, et le morcif, avec es leads finaux amène une ambiance plus typée black, hâte de le commander, ce disque.

28/09/2020, 11:21

Gargan

 Le chant et le mixage de la batterie, whaa, faut pas écouter ça après ta journée de travail...

28/09/2020, 09:42

LeMoustre

Le dernier EP est super, voilà une sortie qu'elle devrait être bonne en deathmetal.

28/09/2020, 09:41

grinder92

Sur le clip de Belphegor, perso, je trouve que la langue serpent fait son petit effet... mais effectivement, un peu de sang et un crucifix... ils auraient pu se fouler.... et les roubignolles du bouc en gros plan à la fin, c'est rigolo 

27/09/2020, 21:50

David

Merci pour ces commentaires élogieux. Et si vous voulez en savoir plus sur les groupes d'il y a 30 ans, allez faire un tour sur ma chaine : Shud, Dagon, Misanthrope ou Nomed vous y attendent...

27/09/2020, 21:23

Moshimosher

Concernant le clip de Belphegor, je suis un peu déçu... Je trouve qu'il y a de belles images (non, non, je ne parle par d'Helmuth), bien puissantes, mais qu'elles sont mal exploitées... dommage...

27/09/2020, 20:28

Jus de cadavre

From Mars To Sirius... que de souvenirs ! Même si je ne suis pas un fan absolu de Gojira, à la sorti de cet album je me suis dit "ça y est la France tient enfin un groupe qui va exploser mondialement". Pour moi ils étaient au sommet artistique à(...)

27/09/2020, 16:56

Arioch91

L'influence de Toxik est celle qui me vient tout de suite en tête mais ça a l'air pas mal.A approfondir.

27/09/2020, 16:40