Faut-il encore revenir sur le fait que la Suède est devenue le nouvel Eldorado du Rock, du Metal, de l’AOR, et finalement, de pratiquement tous les sous-genres que nous affectionnons depuis les années 80 ? Oui, non pour l’effort de mémoire, mais pour en souligner l’importance, et surtout, l’évidence, qui s’impose de mois en mois et d’années en années au travers d’albums impeccables, parfois enregistrés par des formations si jeunes qu’elles n’en ont que quelques mois d’existence. Sur un plateau, je vous apporte un nouvel élément de démonstration, un tableau d’or et d’argent, qui porte sans efforts sous ses reflets le premier LP d’un quatuor qui va se faire remarquer, spécialement au regard des amoureux de la mélodie et des amateurs d’harmonies travaillées sur fond de Rock domestiqué. Domestiqué, mais pas castré et la précision est d’importance. Pas forcément viril sur le fond et la forme, mais pas non plus du genre à se frotter à vos mollets pour réclamer les câlins qu’il pense avoir mérité. Le nom de cette charmante petite bête qu’on a déjà envie d’adopter ?

WILDNESS. Mais pas la sauvagerie d’un comportement agressif, non, plutôt celle des grands espaces suédois qui se bronzent au soleil de la west coast américaine des eighties, tout en respectant leur propre héritage, né des exactions de guides de montagne de l’orée des années 2000 qui connaissaient bien les pistes noires à éviter. Que dire sur ce quatuor que leur musique n’osera vous dévoiler ? Leurs noms peut-être (Gabriel Lindmark – chant, Adam Holmström & Pontus Sköld – guitares et Erik Modin – batterie/chœurs), qui n’évoqueront pas grand-chose, mais qui ont stimulé les signataires allemands d’AOR Heaven, qui aurait pu et dû se disputer les faveurs scandinaves avec leurs homologues de Frontiers, tant les morceaux de ce premier éponyme n’auraient pas fait tâche dans leur écurie.

Des références, celles de KISS, DOKKEN, DEF LEPPARD, ACCEPT, MEGADETH, DANGER DANGER, RIOT, EXTREME, HUEY LEWIS AND THE NEWS, PANTERA, PHIL COLLINS, FM, EUROPE, DREAM THEATER, QUEENSRYCHE, ANNIHILATOR, H.E.A.T, ECLIPSE, W.E.T., TALISMAN, TOTO, WINGER, SAVATAGE, EUROPE, RED DAWN, NO SWEAT, RESCUE, VAN ZANT, et dont les plus puissantes sont certainement là pour ne pas sombrer dans la mièvrerie de révérence un peu trop FM, mais qui balisent bien le terrain propice aux rencontres romantiques tout comme aux ballades sauvages dans une nature pas si hostile que ça. Un son aux antipodes du climat local, chaud et rond, accueillant et pas forcément dérangeant, mais surtout, deux qualités notables, celle de compositions intelligemment élaborées, et celle d’une interprétation engagée et passionnée, qui nous séduisent d’entrée. Multipliant les hits, et faisant suite à une poignée de singles parus en signes avant-coureurs (« Collide » en 2015 et « Turning The Pages » en 2016), Wildness est une démonstration de simplicité faite musique, aussi tendre qu’elle n’est hargneuse, et qui nous démontre s’il en était besoin que ces malins suédois sont vraiment prophètes en leur style. Ils ont su depuis longtemps capturer l’essence d’un Hard Rock mélodique à outrance, payant son tribut aux origines des BON JOVI, des BRIGHTON ROCK, mais aussi des STYX, JOURNEY, SHY, MAGNUM, DOMAIN, et autres influences majeures du créneau, tout en y ajoutant leur patte nordique consistant à soigner des couplets pour transcender des refrains qu’on retient jusqu’au petit matin. Et une fois de plus, ce LP en est bourré, de sa première minute à sa fin annoncée. Qu’on regrette d’ailleurs, même si elle intervient cinquante-cinq minutes après son entame d’airain.

On retrouve évidemment sur l’album les deux singles déjà publiés, qu’on réécoute avec une joie affichée, ceux qui justement nous ont attiré dans le giron d’un quatuor à la simplicité assumée. « Collide », nous avait convaincu du potentiel mélodique d’une formation typique, de ses chœurs enflammés et de son refrain qu’un Ted Poley aurait pu faire sien sur son album solo, ou en compagnie de DANGER DANGER. « Turning The Pages », placé en final rappelle les envolées lyriques et les aventures homériques du SURVIVOR le plus musclé, sans pour autant se départir de cette flamboyance typiquement européenne, qui a tendance à laisser quelques aspérités traîner pour ne pas rendre sa musique trop policée. Un refrain qui trépide, des voix qui s’entremêlent d’un débit rapide, le mariage est parfait, et l’union consommée, à tel point qu’il est possible en se basant sur ces deux seules interventions de démontrer les capacités d’un quatuor décidément très convaincant dans le ton. Mais sur onze morceaux, onze valent le détour, et l’ensemble dégage un sentiment de best-of du genre et du combo lui-même, comme s’il avait fallu prouver ses capacités sans nous laisser le temps de respirer. Pourtant, Wildness est aéré, très. On y retrouve parfois des guitares sentant bon le Gary MOORE des mid eighties, des arrangements de clavier symptomatiques des bandes FM US de la même décennie adorée, quelques effets bien placés et dignes d’une B.O bien troussée, et surtout, un engagement de tous les instants qui empêche le projet de sombrer dans un classicisme trop formel qui aurait pu le plomber. Une paire de guitaristes plus que capables, un singer/frontman au timbre velouté et chaud, et une rythmique solide mais fluide qui assure une assise au reste du groupe, qui se permet dès lors à peu près tout. Bilan ? Une réussite totale, qui aurait trusté les ondes il y a quelques décennies, lorsque l’amour d’une musique radiophonique bien faite prédominait sur la recherche de prise de risque avortée.

Les moments de calme et de douceur sont bien sur présents, romantisme oblige, mais ne versent jamais dans la mièvrerie d’une déclaration d’amour flétrie, ce que prouve sans conteste « Your Last Romance » et « The Flame », qui réinventent l’art de l’intervention en solo dramatique sur fond de claviers caressés. Dans une veine que les ECLIPSE et BAD HABIT connaissent par cœur, les WILDNESS ne se font certes pas passer pour les sauvages qu’ils ne sont pas, même si quelques accès de puissance groovy leur permettent de se rapprocher d’un Hard-Rock moins calibré, et moins bridé (« Highlands » au déhanché rythmique diabolique). Si les titres sont développés et n’hésitent pas à passer la barre des cinq minutes plafonnée, ils présentent suffisamment de qualités et d’inventivité pour ne pas lasser, pouvant compter sur des harmonies splendides et des arrangements limpides pour faire passer le temps plus vite qu’il n’y parait (« Down In The City »).

Incursions acoustiques pour Rock Heavy qui pique (« Welcome The Night »), ébènes et ivoires martelés comme à la grande époque d’un AOR sublimé (« Alibi », hit en puissance remarqué), le parcours est tout sauf du combattant, mais aux reliefs assez prononcés pour ne pas s’endormir durant la randonnée. Le talent des instrumentistes est évidemment prépondérant, bien qu’une indéniable humilité les empêche d’en faire trop et de gloser dans le vide, la production parfaitement couchée est lisse mais pas aseptisée, et de fil en aiguille, ce premier LP s’incruste dans les neurones et le cœur pour ne plus les quitter, et procurer un sentiment d’euphorie que la mémoire retient sans souci.

Les suédois encore, toujours, à la vie à la mort. Mais les surdoués sont ce qu’ils sont et autant l’accepter. Comme d’accepter le fait que les WILDNESS avec Wildness s’imposent comme une nouvelle valeur ajoutée, et ont signé un disque qui risque fort de devenir un classique instantané.


Titres de l'album:

  1. War Inside My Head
  2. Stranger
  3. Shadowland
  4. Alibi
  5. Collide
  6. Highlands
  7. Your Last Romance
  8. Down In The City
  9. Falling Down
  10. The Flame
  11. Welcome The Night
  12. Turning The Pages

Facebook officiel


par mortne2001 le 03/12/2017 à 14:14
85 %    219

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Skeletoon

They Never Say Die

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

ouais c'est clair ça tabasse toujours autant, et comme a chaque sortie je me demande si un jour ils vont revenir en europe...


C'est sûr qu'avec une pochette comme cela, on a tout de suite envie d'acheter l'album...


Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)


cool report !

peut etre aussi moins de monde car affiche avec au final tres peu de black comparé aux précédentes éditions j'ai l'impression,mais ca reste plutot bien fat comme affiche ! il va bien falloir que je me deicide a bouger mon boule en Hollande.


ca faisait longtemps que je n'avais pas ecouté Hate, et merdum ? c quoi c'truc tout mou