Carju Niebiesnyj

Batushka

19/03/2021

Witching Hour Productions

Nous avons eu deux CHRISTIAN DEATH, deux QUEENSRYCHE, deux YES, nous voilà maintenant avec deux BATUSHKA depuis la scission de 2018. D’un côté,  ХРИСТОФОР'S БАТЮШКА, mené tout seul comme un grand par Христофор, aka Krzysztof Drabikowski, de l’autre le БАРФОЛОМЕЙ'S BATUSHKA, celui qui nous intéresse aujourd’hui, celui de Барфоломей, aka Bartłomiej Krysiuk. Y gagnons-nous en quantité et en qualité ? N’ayant pas écouté l’album de ХРИСТОФОР'S БАТЮШКА paru en 2019 (mais doté d’une bonne réputation sur la toile), je ne saurais dire, mais ce que je sais, c’est que ce second EP de BATUSHKA version Bartłomiej Krysiuk est excellent, et qu’il poursuit le travail entrepris sur le précédent moyen-format de 2020, Raskol. Formé en 2015, puis ayant bifurqué suite à une séparation fracassante et peu amicale en 2018, BATUSHKA a déjà proposé dans sa nouvelle version un longue-durée, Hospodi, moyennement loué par les amateurs de Black Metal de l’est. Mais sans extrapoler sur les goûts des fans d’extrême, je peux quand même affirmer que Carju Niebiesnyj risque de les séduire de son formalisme flagrant, et de sa violence ouverte.

Pas grand-chose de neuf à souligner sur le front polonais, mais un beau formalisme de ton qui confère à ce nouvel EP une aura guerrière soulignée par sa thématique historique. Le thème central du nouvel album est donc consacré au tsar Nicolas II et au destin tragique de sa famille, intimement lié à l’histoire russe. Les visuels, qui sont l’œuvre de Maciej Szupica, sont inspirés des peintures de Vasily Perov, et en particulier du tableau Last Journey, ce qui permet à cet EP de viser une belle cohérence, et une esthétique artistique globale ferme et précise.

Musicalement parlant, nous évoluons dans les eaux troubles du BM de l’est des années 2010, et en citant les HERMH, ΜΠΑΤΟΥΣΚΑ, БАТЮШКА ou autres VLADYKA, nous posons des balises assez viables qui couvrent le terrain. Très âpre et belliqueux, le BM des polonais est toujours probant, convaincant et laisse assez de place aux interstices pour coller à sa son thème. Décomposé en six longues pistes éponymes, Carju Niebiesnyj fascine par son alternance d’ambiances, collant de près à la violence du parcours de son héros, en basant ses attaques sur des blasts francs et des riffs glaciaux. Les chœurs, très agencés rappellent évidemment le BM nordique, mais la puissance dégagée par ces six morceaux est assez admirable, suffisamment pour cacher sous le tapis le formalisme de la démarche. Impeccablement produit, Carju Niebiesnyj séduit par sa qualité et non son originalité. Tous les plans peuvent plus ou moins être anticipés, et les performances individuelles, solides, ne mettent personne en avant, si ce n’est ce fantastique batteur aux percussions incessantes.

Le line-up reflète le bagage des musiciens (Paluch - basse, Paweł Jaroszewicz - batterie, P - guitare, Барфоломей - chant, Błażej Kasprzak - chant, et Jaca - chant), et les noms d’EXIT WOUNDS, MEAT SPREADER, SQUASH BOWELS, ANTIGAMA, FAUST, PYORRHOEA, BELPHEGOR, NARGAROTH, NERVE, OBSCURE SPHINX, SYMBOLICAL, ou SOUL SNATCHER sont cités sur le CV des musiciens. Des pros donc, qui connaissent leur boulot, et qui connaissent aussi le bestiaire BM par cœur, au point d’en réciter les légendes avec une belle application. Très violent, cet EP fait toutefois la part belle parfois à des harmonies vocales célestes pour nous offrir un peu de poésie harmonique (« Pismo V »), mais le fond du propos reste dans une lignée de froideur extrême et de bestialité clinique (dans le bon sens du terme).

La progression globale est donc cohérente, et le cheminement se fait en toute logique, pour aboutir à l’emphatique final de « Pismo VI », conclusion logique d’une histoire tragique qui trouve son dénouement dans la mort. Riffs sombres et épais, voix qui se perd dans des borborygmes agonisant, pesanteur Doom pour accentuer le malaise, cet épilogue est une acmé en soi, et le point d‘orgue d’une œuvre pas si anonyme quelle n’en avait l’air au prime abord. On apprécie le mélange des voix, on adhère au propos de la rythmique inamovible et monolithique, et à la lancinance des guitares qui ne changent jamais le ton et qui acceptent de se faire bouffer par les arrangements grandiloquents d’arrière-plan.

Rien de fondamentalement perturbant, mais de quoi souligner un pan d’histoire de façon idoine et respectueuse. Attendons de voir maintenant la réaction de l’autre BATUSHKA pour savoir si le public sortira vainqueur de cet affrontement.           

     

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Pismo I

02. Pismo II

03. Pismo III

04. Pismo IV

05. Pismo V

06. Pismo VI


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 29/04/2022 à 14:50
75 %    573

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Hatebreed + Crowbar

RBD 18/06/2024

Live Report

Nostromo + Nwar

RBD 03/06/2024

Live Report

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

Je pense que DL100 causait du clip...Et là, on peut pas lui donner tort hein... ... ...

19/06/2024, 06:55

Gargan

Plutôt injuste comme commentaire, je m’attendais à qqch de super cheap alors qu’il n’en est rienet musicalement ça se tient (parfois même l’impression d’entendre du Alastis !).

18/06/2024, 22:28

Gargan

La pochette évoque un retour au sources, mais ça ne me fera pas oublier phantoms, qui reste indétrônable.

18/06/2024, 22:20

Kiss the Goat

Un renouveau dans ce qui se fait en français 

18/06/2024, 21:43

DL100

Ah ouais, quand-même... C'est hautement ridicule et pathétique là...

18/06/2024, 12:07

Gargan

Hmmm j'ai tendance à préférer cette version, c'est mal. J'ai le sentiment que c'est plus lisible et pêchu et - heureusement - le son des toms est préservé, le genre de détail qui devait persister. Vont-ils nous refaire le coup po(...)

17/06/2024, 09:04

RBD

C'est une bonne surprise. Kerry n'a eu évidemment aucun mal à bien s'entourer mais ses partenaires ont apporté une pêche supérieure aux derniers Slayer. Ce Thrash à fond est mieux inspiré que celui de "Repentless" sans(...)

16/06/2024, 18:58

Humungus

De ces deux extraits proposés, il ne ressort effectivement pas grand chose...En tous cas, beaucoup moins que sur la réédition de "Morbid visions" qui m'avait bizarrement beaucoup plu l'année dernière.En même temps, et je s(...)

16/06/2024, 08:52

Moshimosher

Franchement, très bonne surprise ! Et vraiment content pour eux qu'ils puissent continuer ! Malgré la vie, la mort continue et c'est bon !!! \m/

15/06/2024, 20:44

Arioch91

L'édition originelle est intouchable, avec un son qui lui est propre et qui l'identifie dès les premières secondes. Sans oublier ce son particulier des toms d'Igor, comme sur le Pleasure to Kill de Kreator.Avec ce réenregistrement, on est loin de (...)

15/06/2024, 19:42

Humungus

Ouais... ... ...Bah à l'écoute de ce titre, cela ressemble comme deux gouttes de foutre à NIFELHEIM hein.Et à du très bon NIFELHEIM qui plus est !De fait, étant über fan de ce groupe, j'attends cette galette avec impati(...)

15/06/2024, 09:11

Moshimosher

Bon, par contre, l'extrait me laisse dubitatif...

15/06/2024, 06:37

Moshimosher

En tant que grand fan, je suis partagé... mais bon, pourquoi pas ! Surtout que j'ai tous les albums d'Edge of Sanity (Until Eternity Ends compris) et une bonne moitié des Nightingale... donc, qui sait... s'ils sont aussi en digital, je pourrais me laisser tenter par c(...)

15/06/2024, 06:33

RBD

Les concerts ne sont qu'une partie de ce petit festival. La dernière fois il y avait des conférences, des "masterclass", un marché aux puces, etc. Ce n'est pas évoqué ici mais je m'attends à retrouver tout cela. La progra(...)

14/06/2024, 11:18

Gargan

Pas un groupe de métal « trad » pour des « états généraux », ça donne vraiment beaucoup d’envie et de crédibilité…

14/06/2024, 07:43

metalrunner

Merci pour la redécouverte Ravage in peace c est trop bon

13/06/2024, 20:13

LeMoustre

Oh la torgnole thrash !Ah oui on sent bien l'influence du Dark Fuckin' Angel période Don Doty a plein nez. Le tempo effréné, les vocalises dans l'esprit. Parfait Achat direct cash de chez cash.J'adore, tout a fait pile poil ma cam(...)

11/06/2024, 20:30

Arioch91

Écouté ce matin en mode découverte tout en bossant, pas l'idéal mais pas le choix.Au premier ressenti, j'ai pensé à un croisement endiablé entre le Darkness Descends de Dark Angel et le Pleasure to Kill de Kreator. On a connu pire (...)

11/06/2024, 12:28

Humungus

"System Shock est un sérieux prétendant au titre d’album Thrash de l’année"Itou mec !!! !!! !!!Pour ma part, je vois plus dans ce superbe album la patte des "Trois Grands Teutons" (KREATOR, DESTRUCTION &(...)

11/06/2024, 11:01

Jus de cadavre

La prod est une fois de plus monstrueuse, bordel il s'est fait attendre celui là !

11/06/2024, 08:49