Vous n’allez pas me la faire, vous êtes comme tout le monde, vous aimez faire la fête. Et faire la fête, en version Metal, ça donne « appeler des potes et commander un fut de bière, pour accompagner les pizzas qui n’auront pas le temps de prendre la poussière ». Je, tu, il, nous sommes tous passés par là, alors autant l’avouer, et assumer des travers somme toute assez innocents. Et bien sachez mesdames et messieurs, que les musiciens ne sont pas différents de vous, spécialement lorsqu’ils évoluent dans un créneau charnu, et qu’ils aiment à tremper leur part de calzone dans une nostalgie tout sauf déplacée. Et le postulat est valable en France comme ailleurs, en Italie ou aux USA, d’où proviennent ces nouveaux chantres d’une agression sympathique et légèrement hystérique. Pour autant, et malgré le style, ces olibrius ne viennent pas de Venice, et même pas de Californie, puisque c’est de leur New-Jersey natal qu’ils nous écrivent cette petite carte postale bruyante, tamponnée du cachet d’un Bloomfield que l’on pressent pourtant assez déserté.

Ce qui ne les empêche nullement de célébrer des années 80 que personne n’a pu oublier, et certainement pas les accros du skate et autres sensations à casquette. Celles que portaient les maniaques du riff en cyclade, et de la rythmique en giclade, et qui s’amusaient comme des petits fous à mélanger le Hardcore le plus cru au Thrash le plus bourru.

Crossover ?

Bien vu, et pas n’importe lequel, le meilleur, celui que les DRI et SUICIDAL ont inventé et popularisé.

THE DONNER PARTY, c’est un peu la notion du fun infini, celui qu’on partage avec ses amis sur un trottoir ou un soir de pluie, et qui finit par vous faire éclater de rire, une fois la douzième bière finie. Ross, Matt, Matt et Mike ne s’embarrassent pas de principes, et ne cachent aucunement leurs influences, encore moins leur philosophie. Il faut dire qu’en ouvrant pour D.R.I, leurs accointances n’auraient pas pu rester enfouies, d’autant que les quelques journalistes ayant tendu l’oreille sur leur raffut ont osé les comparer aux légendes de NUCLEAR ASSAULT, SACRED REICH, SODOM et évidemment MUNICIPAL WASTE. Mais ces parallèles, loin d’être le fruit d’un enthousiasme un peu forcé, sont évidemment vrais, même si on pourrait ajouter au tableau les magnifiques EXCEL, et des WEHRMACHT moins potaches. Et la liste est loin d’être exhaustive, puisque ces quatre petits malins citent quelques refrains qu’on connaît bien, de ceux que les GAMA BOMB, OVERKILL, EXODUS ou S.O.D/M.O.D ont un jour chanté ou braillé. Après un premier EP assez remarqué, les boys sont remontés sur leur planche pour préparer leurs foulées sur les planches, et donc nous offrir un LP qui se met à la hauteur de leur réputation naissante. Et sous ses airs hilares, Pizza Patrol ne se contente pas de rallier la cause des Ninja Turtles, et assume ses déviances pour nous offrir le truc le plus immédiat et frais de cette rentrée. Pour un peu, et sans savoir à qui cette musique est dédiée, on se croirait de retour en 87/88 pour une ultime virée débridée, tant les riffs et les rythmiques sentent bon la nostalgie bien digérée. 

Sous une production ébouriffante de clarté et de puissance se cache donc le LP de septembre, de ceux qui ridiculisent la concurrence. Huit morceaux pour à peine vingt minutes, le timing est parfait, et la ronde vivement menée. Musiciens capables, dotés d’un son amplifié et profond, les THE DONNER PARTY ne se posent pas d’inutiles questions, et foncent dans le tas, si vite qu’ils se piquent parfois à un Thrashcore qui gratte aux abois (« Zone Out », merci D.R.I, WEHRMACHT et CRYPTIC SLAUGHTER). Mais la folie contagieuse est si exubérante qu’on rentre dans la danse, et qu’on headbangue comme de gros tarés, autour de celui qui a osé finir la dernière part de salami/gruyère que tout le monde voulait dévorer. Alors, dès lors que les guitares giclent comme une bouteille de ketchup mal refermée, que le chant se veut calqué sur le modèle d’un Kurt Brecht toujours juvénile mais vraiment énervé, et que la rythmique pilonne sans se relâcher, le programme de la soirée est assez facile à deviner. Du Thrash, en quantité, du Hardcore, à satiété, et des compositions qui ne refusent pas l’apport mélodique qui leur permet de décoller. Et le paradis crossover est à portée de cri, tant les gesticulations musicales du quatuor nous suggèrent des modèles que l’on écoute encore trente ans après. Difficile toutefois d’en faire une description fidèle, puisque ce genre d’euphorie fait appel à un ressenti auditif plus que visuel, mais faites-moi confiance. S’il y a quelques décennies vous étiez déjà fan de cette outrance, vous retrouverez votre jeunesse sans aucune souffrance. Ici, faire du bien est un dogme, et avouons que ces américains ont tout compris.

Inutile de rentrer dans un détail superflu, tous les morceaux sont bien cuits mais savent rester crus, et coulent le long des oreilles avec une fluidité d’huile bien étalée. Les ingrédients sont épicés, le chorizo bien employé, et le piment savamment dosé pour vous faire tousser sans vous obliger à régurgiter. Dès lors, le repas s’organise en fonction des appétits, et les plus affamés de se jeter sur les conséquents « Danger In Blue », qui évoque les dérives policières sur fond de gros Thrash à la OVERKILL pas tâché de bière, ou l’introductif « Retlawkoob » qui balance en amuse-gueule l’une des intros les plus concassante du siècle.

Pour ceux qui aiment dîner sur le pouce pour ensuite s’éclater en se jetant une bonne mousse, les parts finement coupées de « Pizza Patrol » et son riff redondant à la SACRED REICH, de « Zone Out » rapidement tranché d’un Thrashcore féroce dominé d’une basse en coup de crosse, ou « Enough », qui indique la fin d’un banquet surement apprécié, seront idéales pour se rassasier sans perdre de temps.

Pour ceux qui aimeraient consulter la carte avant de prendre leurs couverts, sachez qu’ici on mange avec les mains et qu’on se suce les doigts lorsque le Crossover y coule. Pas de fioritures, juste l’essentiel d’un mélange explosif qui laisse le palais à vif et l’estomac dans le même état.

Alors, permettez-moi un conseil. Prenez votre téléphone, invitez quelques proches qui ont tous quelque chose qui cloche, et glissez ce Pizza Patrol dans votre petit pick-up. Effet garanti pour voltige de perruques d’abrutis, qui vont certainement confondre platine et micro-ondes à la fin de la nuit. THE DONNER PARTY. Une fête qui va certainement faire beaucoup de bruit, et vous condamner à être banni du voisinage à vie !


Titres de l'album:

  1. Retlawkoob
  2. Oxygen Thief
  3. Pizza Patrol
  4. D.B.Z.
  5. Danger In Blue
  6. Dollar Ditch
  7. Zone Out
  8. Enough

Facebook officiel


par mortne2001 le 22/09/2017 à 14:41
80 %    413

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
22/09/2017 à 16:43:07
"Vous n’allez pas me la faire, vous êtes comme tout le monde, vous aimez faire la fête. Et faire la fête, en version Metal, ça donne « appeler des potes et commander un fut de bière, pour accompagner les pizzas qui n’auront pas le temps de prendre la poussière ». Je, tu, il, nous sommes tous passés par là, alors autant l’avouer, et assumer des travers somme toute assez innocents"

Énorme ! :D

Ajouter un commentaire


Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Cruella

Metal Revenge

Northtale

Welcome To Paradise

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes


1) ManOfShadows + 1 !
2) C'est quoi "la résidence" ?


Bonne nouvelle. Je n'attendais pas un nouvel album de leur part si tôt.


J'ai eu peur ! En lisant les deux premières lignes et en voyant la photo, c'est mon cœur qui a faillit s’arrêter de battre. Murphy est un vocaliste unique et légendaire. Bon courage et bon rétablissement à lui.


C’est pas trop tot


Pas un petit passage par chez nous, dommage...


A noter qu'il s'agit d'un EP (5 titres) et non du 3ème album des chiliens à proprement parler.


Oui le morceau en écoute est... éprouvant ! Bien plus violent que certains groupes de métal. Je suis pas sur que ce soit pour moi par contre...
PS: Elle donne une interview dans le dernier New noise.


Ouch... je n'ai écouté qu'un seul morceau et pourtant je suis sur les rotules. C'est d'une intensité rare. Cathartique. Quand elle hurle, on a juste envie de hurler avec elle, encore plus fort pour... je ne sais pas vraiment en fait ! Tout bonnement impressionnant. Et éprouvant !
Merci mec(...)


Enjoy The Violence !