Les Enfants du Cimetière

Ponce Pilate

Si vous connaissez cet album, il n’y a pas trente solutions. Soit vous êtes un véritable passionné du Hard français des années 80 et un complétiste indécrottable, soit vous étiez proche des musiciens impliqués dans le projet, soit vous êtes tombé sur cet album par hasard à l’époque (auquel cas, vous pouvez le remercier, il vous a fait un joli cadeau…) soit vous l’avez découvert à postériori grâce à la légende née sur Internet, qui depuis son émergence à grande échelle permet de réhabiliter des œuvres complètement passées inaperçues à l’époque. Je l’avoue, je fais partie de la dernière catégorie, et j’ai appris à connaître PONCE PILATE grâce aux obsédés de l’inédit et de la perle rare qui animent des blogs aussi passionnants que riches en découvertes. Et je remercie grandement celui ou celle qui m’a permis d’écouter Les Enfants du Cimetière, les disques de cette trempe étant plutôt rares de nos jours, et encore plus à l’époque. PONCE PILATE est en quelque sorte une énigme magnifique, et surtout, le résultat de la passion de deux hommes pour une musique à part, en convergence des genres, et qui ne tenait surtout pas compte des modes en cours de son temps. Plus qu’un groupe, nous parlons-là d’un duo, celui formé par Yann Parpeix (chant, guitare, batterie, claviers) et Christian Dussachal (basse), à Tours en 1979, et qui n’aura laissé pour seule trace discographique que cet unique album qu’il est aujourd’hui encore relativement difficile de définir. Hard Rock par un fond agressif, progressif pour sa volonté mélodique complexe, Rock plus généraliste lorsque l’ambiance s’allège, sombre, unique, et reflet d’une époque ou le cloisonnement ne touchait pas tout le monde dans le domaine du Rock lourd. Alors que leurs contemporains les plus fameux choisissaient de choisir et d’opter pour leur influence favorite (MAIDEN, SCORPIONS, DEEP PURPLE, METALLICA, JUDAS), les PONCE PILATE préféraient zoner dans les couloirs du temps pour s’imprégner des seventies autant que des eighties. C’est pour ça qu’on retrouvait dans leur musique des éléments d’IRON MAIDEN, mais aussi d’ANGE, ALICE, et pas mal d’autres chantres de la mélancolie progressive et Folk d’une décennie fleurie.

Cet album est donc rare à plusieurs niveaux. Il l’est sur un plan commercial, puisque le vinyle fut autoproduit et ne sortit qu’à cinq-cents exemplaires, en faisant l’un des collectors les plus difficiles à trouver et les plus chers (pas moins de cent-cinquante euros pour en obtenir une copie valable), mais aussi sur un plan artistique, la musique présentée en ces sillons n’ayant que peu d’équivalent en 1985. Alors que le monde du Metal s’apprête à connaître sa grosse mutation et à s’installer dans les foyers grand-public, Yann Parpeix choisit une option moins simple et opte pour un crossover de légende, en convergence des styles cités plus haut. Bénéficiant d’une excellente production malgré ses petits moyens, Les Enfants du Cimetière était à l’image de sa pochette, noir et blanc et brumeuse, et ne se livrait qu’aux oreilles les plus rompues à l’ouverture. En choisissant de flanquer son premier et unique LP de cette photo inquiétante et intrigante, le duo de tourangeaux prenait le contrepied de ses collègues de l’époque, et évitait les clichés Metal les plus lénifiants. Mais ce qui est remarquable ici, c’est le travail accompli par Yann Parpeix, musicien surdoué comme les générations en connaissent une poignée, et qui en sus de la guitare et du chant, se chargeait de la batterie et des claviers, joués comme un piano et non comme un simple gimmick destiné à conférer une patine commerciale à la musique. C’est sans doute pour cette raison que les comparaisons avec DEEP PURPLE et URIAH HEEP n’ont pas manqué, et l’intro de « Ponce Pilate » n’est pas sans faire penser au Shock Rock de la décennie précédente, mais aussi aux comédies musicales de Broadway. Et cette pluralité d’inspiration permettait à l’album de se démarquer de la normalité de production des mid eighties, sans doute un peu trop d’ailleurs, ce qui n’a pas permis au groupe de récolter les lauriers qu’il aurait mérité. Guitariste très capable, batteur efficace, chanteur convaincant, pianiste élégant, Yann dominait de son talent les chansons de ce disque, elles aussi difficiles à situer, puisque passant d’une ambiance à l’autre avec un flair assez bluffant. Il n’est pas rare en effet qu’un morceau se pare d’atours classiques et Néo-Folk avant de verser dans le Heavy Metal le plus saignant, celui que pratiquait MAIDEN sur ses deux premiers albums, alors que d’autres perles comme « Les Cloches de l’Enfer » et sa délicatesse se lovaient au creux des côtés les plus romantiques de SORTILEGE et WARNING.

Mais dès le départ, et après une intro mettant dans le bain, Les Enfants du Cimetière étonnait, déstabilisait, et obligeait l’auditeur à puiser dans ses connaissances pour se laisser aborder. En choisissant un Hard Rock teinté d’arrangements Space Rock, le duo se rapprochait d’HAWKWIND et des seventies, évoquant même le bruit d’un flipper descendu d’une galaxie Hard-Rock éloignée. S’il sonnait la plupart du temps unique et décalé, le groupe savait aussi s’accommoder d’accents plus volontiers Rock, avec même des inflexions Boogie qu’on retrouvait chez les STOCKS ou GANAFOUL (« Violence et Faits Divers »), sans jamais repiquer des plans trop évidents à ses copains. Mais ce sont évidemment les morceaux les plus excentrés et étranges qui fascinaient le plus, avec en premier lieu, le tendu et emphatique « La Vierge de Fer », qui n’aurait pas dépareillé sur Iron Maiden ou Killers. Rythmique à la « Running Free », tierces de guitare symptomatiques, le tout enrobé dans une couleur de kermesse Metal sentant bon la campagne, avant qu’une soudaine cassure presque élisabéthaine ne vienne interrompre l’avancée pour nous propulser dans un univers plus grandiloquent et mélodique. Mélangeant avec bonheur les couleurs et les teintes, le duo n’avait pas peur de se mettre à dos un public plus friand de plaisirs faciles, et c’est sans doute ce qui leur a couté une plus grande exposition (ça et le faible tirage de l’objet en question évidemment). Alors, tout y passait pour rester original, du chant parlé pour raconter l’histoire de Ponce Pilate, jusqu’à ces claviers omniprésents ne rongeant pas le frein de l’agressivité des guitares, les parallèles avec le Michel Polnareff le plus classique (« Morphine Queen », dont les premières secondes ressemblent à une reprise du « Bal des Lazes » par GOBLIN pour un giallo inédit de Dario Argento), lyrisme du chant, soudaines montées en puissance purement Heavy Metal, et final envoutant, plus volontiers Rock et Hard, mais toujours dominé par la théâtralité du chant de Yann Parpeix (« Les Anges de Balthazar »).

Vous l’aurez compris, il y avait donc peu de chances pour que PONCE PILATE incarne le fer de lance du Hard français de la seconde moitié des eighties, eu égard au parti-pris complexe et trop riche choisi. N’ayant que peu de choses en commun avec la vague des SATAN JOKERS, ADX, HIGH POWER (quoique ces derniers étaient sans doute ce qui se rapprochait le plus de cette musique), SORTILEGE et autres DEMON EYES et FISC, les deux originaires de Tours ont fait ce qu’ils ont pu avec leurs maigres moyens, et ont donné une leçon de créativité à toute la vague Hard française de l’époque. Réédité en 2017 par le label grec No Remorse Records, Les Enfants du Cimetière est à nouveau écoutable par le plus grand nombre, et je ne saurais que trop vous conseiller d’acheter ce CD avant qu’il ne soit trop tard (limité à cinq-cents exemplaires). Histoire qu’il ne connaisse pas le même sort que le LP sorti trente-deux ans plus tôt…                          

                                                             

Titres de l’album:

01. Prologue

02. Imagine

03. Violence et Faits Divers

04. Les Cloches de l’Enfer

05. Laetitia

06. La Vierge de Fer

07. Ponce Pilate

08. Isthar Vandemm et Gosthal

09. Morphine Queen

10. Les Anges de Balthazar



par mortne2001 le 20/07/2020 à 18:02
%    117

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


LeMoustre
@93.4.16.166
21/07/2020, 15:32:35
A savoir que Tentation a repris "Les Anges de Bathazar" sur son split avec Iron Slaught. Superbe travail au demeurant.

Ajouter un commentaire


Derniers articles

TEMNEIN

youpimatin 10/08/2020

Down 2009

RBD 08/08/2020

Universe

mortne2001 29/07/2020

F.F.W.

mortne2001 27/07/2020

Tiamat 2010

RBD 26/07/2020

Créda Beaducwealm

mortne2001 24/07/2020

Les Enfants du Cimetière

mortne2001 20/07/2020

Chimaira 2008

RBD 16/07/2020

Concerts à 7 jours
Wormrot + Trepan Dead + Mucus 18/08 : La Brat Cave, Lille (59)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kerry King

Dommage aussi cette histoire qu'il ne soit plus avec Entombed mais sous Entombed A.D.

D'ailleurs que devient Entombed de Hellid ? LG reste le membre charismatique du groupe pour moi.

10/08/2020, 22:03

Kerry King

Une légende. RIP.

10/08/2020, 21:59

Gargan

Riffs hypnotiques, chant excellent, merci pour la découverte.

10/08/2020, 13:36

Humungus

Phil is god.

10/08/2020, 10:38

Humungus

Pour l'avoir croisé back stage il y a quelques années, je confirme que ce type est la gentillesse même.

10/08/2020, 10:36

adq

En meme temps en piccolant et se shootant non stop c'est quasi inevitable maheureusement,,,

10/08/2020, 10:30

adq

connais pas mais merci pour la news people

10/08/2020, 10:28

Raumsog

Ouch c'est dur ça... Outre la carrière qu'on lui connaît, le type a quand même l'air foncièrement hyper sympa donc vraiment bonne chance à lui, "get the damn deal done" comme il dit!

10/08/2020, 09:26

LeMoustre

Entre lui et le cancer de LG Petrov, quelle tristesse.

10/08/2020, 08:57

Nubowsky

Quel dégoût..

10/08/2020, 07:11

Kerry King

Putain de chanteur LG ! La famille Metal est avec lui !

10/08/2020, 00:23

RBD

Tout à fait en phase avec cette présentation ! J'ai découvert le groupe avec cet album et j'ai été conquis. Je l'ai pris plutôt comme du Death Sludge à la Ulcerate et compagnie, dans une version plus accessible que les autres classiques de ce style que le groupe rejoint dès ce coup de maîtr(...)

09/08/2020, 22:50

RBD

Belle histoire dans cette épouvantable tragédie. Il doit y en avoir d'autres. Nervecell est un très bon groupe de Death brutal que je suis depuis leur premier disque.

09/08/2020, 21:53

RBD

Allons bon ! Tous nos voeux de force et de rétablissement.

09/08/2020, 21:47

Buck Dancer

J'ai d'abord eu peur en pensant qu'il était décédé, et vu ma réaction cela m'aurait fait un vrai choc, mais bien mauvaise nouvelle.
Allez LG, nique lui sa gueule à ce putain de cancer.

09/08/2020, 20:17

Buck Dancer

Vu en 2012 au Bataclan et j'ai pris un pied énorme. Et au contraire de toi RBD, j'ai eu cette sensation de spontanéité, qui manque cruellement a 99% des groupes metal que j'écoute. Phil hésitait pas à stoppé un morceau en plein milieu, pour mieux le recommencer ensuite, parce que le public ne(...)

09/08/2020, 16:32

KaneIsBack

Dans le genre LDOH-worship, c'est plutôt bon. Dommage que ça soit si court !

09/08/2020, 11:33

Jus de cadavre

2009 était sans doute l'une des meilleures année pour voir Down sur scène. Phil était sobre, son chant redevenu plus juste (forcément sans abus c'est plus facile), le groupe dans son ensemble était touché par la grâce. Ils avaient sorti 2 ans auparavant un album cathartique ou toutes leurs t(...)

09/08/2020, 11:01

LeMoustre

Deja épuisé

08/08/2020, 13:32

Buck Dancer

Par contre, quand même fort de voir que la sortie d'un morceau de Gojira est devenue un évènement mondial dans la scène metal.
Les mecs sont vraiment au sommet.

07/08/2020, 18:44