MANILLA ROAD au même titre que VENOM offrent une vision très old-school et primaire du Metal, y mélangeant le Black, le Speed, le Death, le Doom, bref tout ce qui est crade et pue la mort ! Au premier abord, on a souvent un mouvement de recul en ce demandant où veut en venir le groupe, mais au final c'est l'authenticité qui finit toujours par ressortir. Un ex-membre de MANILLA ROAD revient avec un nouveau groupe, offrant là son premier album, Law Of The Burning, il s'agit de Mark Anderson, bassiste du groupe de 2000 à 2002, qui tient ici le chant et la guitare au sein du trio BESTIALORD. L'homme est accompagné de Chris Johnson, batteur de SANCTUS INFERNUM aux côtés de Mark justement, la basse étant ici tenue par Rob Harris pour compléter le trio, format de groupe standard pour le style.

Alors, pour ceux qui connaissent SANCTUS INFERNUM, on est justement pas très loin avec ce Law Of The Burning mais en même temps assez loin. Dans les intentions, on sent que la patte est la même sauf que là où ici tout est brut, peut être un peu trop parfois, avec SANCTUS INFERNUM, c'est plus produit, plus moderne également dans la production. C'est d'ailleurs ce qui frappe en premier, le côté plat de la production, le grain de la guitare est aussi habillé qu'une playmate sur la page de juillet d'un calendrier pour chauffeur routier (ah le cliché !), la basse est plutôt noyée dans l'ensemble et la batterie est d'un naturel assez déconcertant. Toutefois, à l'image d'un "Loathed Be Thy Name", le travail d'arrangement et de production est bien plus fin que ce que l'on entend en surface, le style exigeant que vous vous immergiez totalement dans la musique, et au final, BESTIALORD démontre qu'il n'est pas obligé de survitaminer les guitares, d'en avoir 2 ou 3 d'ailleurs, de trigger la batterie, pour faire vivre des émotions à l'auditeur. Il faut juste savoir lâcher prise pour entrer dans l'univers proposé là, une chose de plus en plus difficile dans notre société qui nous pré-mâche un peu tout maintenant.

Attention, il y a bien quelques défauts sur cet album, le style brut et old-school ne couvre pas tout, la verrue de la guitare en son clair au début et à la fin d'"All Fall Down", un son de caisse claire trop présent ("The Doom That Came") expriment des choix qui, s'ils avaient été dans le sens de l’esthétisme, n'auraient pas dénaturer pour autant le propos initial. Et lorsque le trio s'essaient à ralentir le rythme, ce n'est pas encore au niveau du reste, pour exemple cet ultime "What Is The End" qui brille surtout pour son solo central et nous laisser entrevoir un potentiel également dans ce domaine, mais ce titre n'est pas tellement marquant, il ne s'y passe pas grand chose malheureusement. 

Pour le reste, la musique de BESTIALORD n'est pas extrême, souvent proche du Heavy Speed Metal d'un VENOM, c'est la voix de Mark Anderson qui la rend moins accessible. Un peu comme ACID WITCH, la voix tire sur le rendu Black Metal par son aspect crasseux, enlaidie par une approche gutturale qui correspond parfaitement avec l'effet escompté. Cet album n'est cependant pas aussi inspiré que les grandes oeuvres de MANILLA ROAD, il manque encore un peu de folie, on a envie de taper du pied mais pas encore envie d'headbanguer avec mamie venue pour le gigot du dimanche, un album moyen qui passera comme il est venu mais qui permettra de dire plus tard, "voilà comment tout a commencé", les bases étant tout de même solides.

Track-list :

 01. The Doom That Came
 02. Vermin
 03. All Fall Down
 04. Law Of The Burning
 05. Marduk Kurios
 06. I Am Pain
 07. Loathed Be Thy Name
 08. Above The Vaulted Sky
 09. What Is The End

Facebook


par Simony le 29/12/2017 à 08:27
61 %    168

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Maligner

Attraction To Annihilation

Black Bart

Casnewydd-Bach

Obszön Geschöpf

Master Of Giallo

Azusa

Heavy Yoke

Soulfly

Ritual

The Struts

Young & Dangerous

Northward

Northward

Malm

Kollaps

Bonehunter

Children Of The Atom

Amaranthe

Helix

Gaslarm

Dusk Mothers Children

Tourniquet

Gazing At Medusa

W.m.d.

Lethal Revenge

Daeria

Fenix

Antagonism

Thrashocalypse

Newbreed

Law

Khandra

There is no Division Outside Existence

Riser

Temple of Addiction

Chthonic

Battlefields Of Asura

Cor Serpentii

Phenomankind

Interview AZUSA (Eleni Zafiriadou)

mortne2001 / 11/11/2018
Azusa

Cortez + Stuntman

RBD / 10/11/2018
Hardcore

The Studio Experience #3

grinder92 / 08/11/2018
Benighted

Photo Report - Garmonbozia 20 ans !

Simony / 06/11/2018
Anniversaire

Concerts à 7 jours

+ Venenum + Slægt

16/11 : Le Mondo Bizarro, Rennes (35)

Samavayo + Greenleaf

16/11 : Le Glazart, Paris (75)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

16/11 : Cc John Lennon, Limoges (87)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

17/11 : Le Trabendo, Paris (75)

Omnium Gatherum + Wolfheart + Nothgard

19/11 : Le Petit Bain, Paris (75)

Sick Of It All + The Worst Doubt + Lugosi

19/11 : Espace Icare, Issy-les-moulineaux (92)

Photo Stream

Derniers coms

Pauvre Abbath... lui qui a dû se sentir comme un couillon après l'écoute du dernier Immortal. "Personne n'est irremplaçable" est une phrase qui lui sied à la perfection désormais !


Un nouvel album, donc ensuite une tournée... Ça promet donc encore de grands moments de solitudes pour les musiciens qui l'accompagneront sur scène ! :D


Don't feed the troll.


Je vous rejoins assez tout les deux (notamment pour les truc prog' machin et le côté mainstream) mais avec un bémol tout de même : la chronique de Charlélie Arnaud qui, en plus de nous faire découvrir des pépites méconnus, le fait avec un ton, une plume et une passion qui font plaisir à lir(...)


Oui c'est vrai que je me base sur l'ensemble de leurs parutions et ce qui était vrai à leurs débuts ne l'est plus forcément. De mon côté, je me disais que c'était moi qui avait des goûts peut-être de moins en moins "mainstream" et y trouvais de moins en moins mon compte, mais je vois que je(...)


P'tite erreur dans la news, les gars : Schammasch vient de Suisse et Der Weg einer Freiheit d'Allemagne :-)


Mouais, moyennement d'accord avec la dernière partie de la phrase de Simony, la ligne éditoriale de ce magazine étant clairement orientée prog/mou du genou et délaisse quasiment toute la scène extrême / true / thrash. S'il y a trois chroniques par numéro sur ces scènes, c'est le maximum. Au(...)


Juste monstrueux ce morceau... comme tout l'album en fait !!!


Malheureusement, c'est le genre de une qui fait vendre. Rock Hard a déjà maintes fois expliqué le dilemme auquel ils sont confrontés pour trouver le juste milieu entre coup de cœur et aspect purement mercantile, reste qu'à l'intérieur la mise en avant de certains groupes encore obscurs est to(...)


Metallica qui ressort son dernier album potable en remaster. Et cover. Décidemment la presse n'a pas fini de se prostituer pour sauver ses miches.


Merci beaucoup !
Quel talent !


Merci beaucoup !
Quel talent !


@meloman , et si tu t’asseyai un peu sur tes doigts, ça te ferait du bien non ?
Et au passage va faire un tour ailleurs, pas besoin de pleureuses comme toi au propos totalement inutiles.


Excellente affiche également que voilà là !


@ meloman : euh... la bière "de la merde" une "idée stupide" ? On a pas les mêmes valeurs :D !
Faut se détendre hein... quand Opeth sortira quelques choses musicalement t'en fais pas on en parlera.


@Meloman: on se détend, pourquoi tant d'agressivité? Tu es certain de ne pas déjà avoir un gode Lordi coincé quelquepart?


Je vois le nom Opeth, je me dis que c'est une new musicale concernant le groupe en question...mais non ça parle de bières, bientôt le groupe sortira des godemichets à son effigie et vous vous empresserez de publier tout ça avec photo à l'appuie...évidemment.

J'appelle ça de la(...)


Merci pour ce récit très instructif, qui complète ce qu'on peut capter du processus en regardant les DVDs de studios-reports qui sont parfois joints aux albums. Effectivement une réactualisation s'imposait, tant l'évolution est allée vite.
On comprend comment le Metal extrême est devenu(...)


Superbe affiche une fois de plus ouais (BETHLEHEM !!!)...
Malheureusement, cette année, cela sera sans moi (sob).


Ouais, ça va saigner !