Cenas Brutais

Eskröta

28/02/2020

Autoproduction

Sous cette splendide pochette genre Serial Mum de John Waters revu et corrigé par un graphiste maniaque des pin-up et d’Angelina Jolie, se cache l’album Thrash/Crossover de ce pas si joli mois de mai. Et qu’à cela ne tienne, il ne nous vient ni des Etats-Unis, ni d’Allemagne, ni de Colombie, mais bien du Brésil, terre fertile en décibels et autres exactions bruitistes. Du Crossover d’accord, mais qui penche légèrement du côté Hardcore où il risque de slammer, puisque le son des ESKRÖTA est clairement ancré dans le Punk. Formé en 2017, ce trio ne prend donc pas de gants et revendique fièrement ses influences, et fait montre d’un appétit féroce sans se vautrer dans la vélocité et les arrangements faciles et ludiques du Crossover de tradition. Très colérique, ce premier pamphlet fait donc la part belle aux riffs hargneux, aux lignes vocales belliqueuses et subtilement Death, mais aussi aux chœurs revanchards qu’on imagine bien entonnés la bave aux lèvres. Constitué de trois amis/musiciens, ESKRÖTA est donc l’association d’un batteur (Jhon França, qu’on retrouve aussi à divers postes dans BLASTHRASH et CERBERUS ATTACK), d’une bassiste (Tamy Leopoldo, aussi dans ABORN) et d’une grogneuse/riffeuse (Ya Exodus, membre de KULTIST), qui une fois réunis font autant de barouf que les RATOS DE PORAO multipliés par les SEPULTURA époque Thrash, ce qui vous en dit plus long que bien des discours. Cenas Brutais et sa superbe pochette n’est toutefois pas le premier effort de la bande, qui s’est déjà autorisé un EP (Eticamente Questionável en 2018) et un split avec les collègues d’AFRONTA (Ultriz, l’année dernière), mais il représente la première accroche professionnelle d’un groupe qui a la rage et qui entend bien le montrer au monde entier.

Dans les faits, les ESKRÖTA jouent effectivement du Crossover, mais à la mode sud-américaine. Inutile donc d’attendre les traditionnels plans Mosh et autres cassures fluides, puisque leur approche est bien plus radicale. Je le disais plus en amont, les trois acolytes aiment le brutal et ne font aucune concession, rappelant le début du glissement de la scène Hardcore vers quelque chose de beaucoup plus Metal. On sent l’influence des groupes nationaux de la fin des années 80, mais la bestialité outrancière si chère à leur pays leur est toutefois inconnue. Leur Metal est certes véloce et sombre, mais il ne verse jamais dans la débauche, même si quelques morceaux font méchamment grimper la température et le tempo (« Condenados », Thrashcore, mais construit). Avec onze morceaux dans la besace pour moins d’une demi-heure au compteur, les originaires de São Paulo gardent la concision sous le coude, et avancent tête baissée pour nous rentrer dans le lard, attitude franche et constatable via la calotte « Grita » qui vous attend en début d’effort. La bête et les deux belles ne sont donc pas là pour rigoler, mais bien pour thrasher et crossoverer, misant tout sur des riffs simples et amples, des saccades évidentes, et des refrains aux chœurs guerriers et aux nappes vocales démultipliées. Ce qu’on retient de ce premier LP, c’est son énergie brute, sa férocité, mais aussi son enthousiasme sans bornes, qui nous emporte dès les premières mesures. Les instrumentistes se savent compétents mais pas historiques, et exploitent donc leurs capacités dans la limite du raisonnable, se reposant sur une efficacité de composition vraiment notable.

En restant honnête, on avouera que pas mal de titres respectent des structures similaires, que les riffs ne sont pas tous mémorisables mais plutôt volontairement rapides, dans la plus grande tradition du Hardcore le plus échevelé, que les breaks sont parfois un peu téléphonés, mais l’ambiance générale le confinant à la folie, on accepte cette linéarité en évaluant l’album dans sa globalité, et non dans le détail. Il faut dire que dans son rôle prépondérant de guitariste/hurleuse, Ya Exodus est méchamment convaincante, poussant des cris de damnée jusqu’à s’époumoner, et relançant l’attention à chaque baisse de régime. La section rythmique, sinon inventive est efficace, et fait ce qu’elle peut avec un beat qui ne varie que très peu, bloqué sur des accélérations répétitives, mais avec une telle frontwoman aux commandes, inutile d’en faire trop. Reconnaissons que le timing rend service à l’album, en le stoppant juste avant que l’agacement ne se manifeste, mais avec des tranches de vie aussi démentes que « Follow the Money », « Cárcere » ou « Não Vale Nada », inutile de faire la fine bouche, puisque le but du jeu est bien de headbanguer et de se trémousser. Mais le trio se montre aussi convaincant dans des formats moins évidents, et « Tribunal Popular » de faire montre de qualités Heavy, en tant que seul morceau à passer la barre des trois minutes. Inutile dès lors de formuler des reproches à un groupe dont la seule ambition est de se faire plaisir en nous faisant plaisir, puisque le but est facilement atteint. Et lorsque la voix de Ya se veut plus sournoise et vicieuse, le plaisir justement est total, et « Refugees » d’oser des figures moins imposées et plus Thrash.

Voilà donc de quoi vous occuper si vous manquez d’activités, et si le contenu de Cenas Brutais n’est pas totalement à la hauteur de sa pochette, il n’en reste pas moins un beau témoignage de la scène Crossover brésilienne, totalement à part du reste du monde.             

                                       

Titres de l’album :

                      01. Grita

                      02. Tribunal Popular

                      03. Vai se Arrepender

                      04. Cárcere

                      05. Cruzamento Maldito

                      06. Condenados

                      07. Não Vale Nada

                      08. Massacre

                      09. Follow the Money

                      10. Refugees

                      11. Filha do Satanas

Facebook officiel



 

par mortne2001 le 19/08/2021 à 14:33
75 %    104

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report

Lofofora + Verdun

RBD 01/11/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 1

Simony 26/10/2021

Live Report

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
grinder92

Tant que c'est Bill Steer à la guitare, ça apportera quelque chose...Surgical et Torn ne sont pas révolutionnaires. Apportent-ils quelque chose comme avaient pu le faire Necroticism et Heartwork ? Personnellement, je ne pense pas. Fallait-il s'abstenir ? (...)

01/12/2021, 18:39

Johnny KKmetal

Oui le dernier Carcass semble diviser les gens.Même si c'est un bon disque, je suis de l'avis de Korgull en pensant qu'il n'apporte rien 

01/12/2021, 18:05

Simony

Bien sur cher Hummungus !

01/12/2021, 17:30

PORNOPUTE

Les mémoires d'un escroc ! Race maudite!

01/12/2021, 16:57

RBD

Boucherie ou pas, les avis sont tranchés en tout cas.

01/12/2021, 14:11

JOhnny KKmetal

Un grand merci à Simony pour le partage

01/12/2021, 13:50

Humungus

En son temps, pourras-tu STP annoncer dans les news la date du futur show ?

01/12/2021, 11:33

Humungus

Malheureusement pour moi, tout comme le précédent album, c'est je trouve pas assez Doom...Mais bon... C'est quand même bien torché hein.

01/12/2021, 11:29

@Arioch91

@LeMoustre, moi c'est tout l'inverse. Blood In m'a laissé de marbre complètement. Même le morceau avec Kirk Hammett ne m'a laissé rien de mémorable. Mais ce Persona Non Grata, c'est déjà mieux.Bon après... Gary(...)

01/12/2021, 08:52

Arioch91

<MAUVAISE_LANGUE>Les Mémoires de Paul Stanley ? 608 pages ?Vu tout ce qu'il a dû se sniffer, je suis surpris que ça tienne en autant de pages !

01/12/2021, 08:47

Satan

Assurément la pochette la plus chère de l'Histoire!

29/11/2021, 12:11

LeMoustre

Très déçu au final, Blood In Blood Out est tellement plus sympa que ce disque qui ne m'a fait ni chaud ni froid

29/11/2021, 11:51

dafa

quelle daube

28/11/2021, 19:47

RBD

Je suis en retard, mais c'est un document précieux pour son authenticité. Ce type d'interviews dérapantes sur des radios associatives étaient la règle à cette époque pour les groupes de cette première vague du Death français(...)

27/11/2021, 14:38

Mamoushka

Si Vivian Slaughter est UN MUSICIEN, le rédacteur est UNE TRUITE

26/11/2021, 19:05

Humungus

J'étais passé totalement à côté de cette "news"...J'aurais dû poursuivre sur ma lancée.

26/11/2021, 08:38

Humungus

Erratum : Vivian Slaughter est une femme.(C'est d'ailleurs la femme de Maniac)

26/11/2021, 08:32

Eric

Merci du plaisir d écouter cette musique

25/11/2021, 17:59

Saddam Mustaine

Meme Hellhammer a laissé les parties de Varg sur le premier album de Mayhem, le pere Mustaine c'est le mec le plus rancunier au monde mdr obligé Ellefson lui a fait une crase qu'on ignore. 

24/11/2021, 18:26

Chemikill

Oui c'est en tout cas lui qui a fait la tournée avec eux. 

24/11/2021, 14:02