Feeding the Machine

Wolf

13/03/2020

Century Media

Aujourd’hui, la question du loup reste d’actualité en Europe. Doit-on laisser le loup gris faire son retour en France, introduire de nouveaux couples dans les régions, ou abattre les spécimens restant pour protéger les troupeaux, et soi-disant, la population ? Selon certains avis, le loup n’a pas lieu d’être dans nos forêts et représente un danger, tandis que d’autres, plus en accord avec les lois naturelles les défendent corps et âmes, assumant leur place dans la chaîne alimentaire et l’équilibre naturel des choses. Je n’émettrai pas d’avis sur la question, mais j’admettrai volontiers qu’il y a un loup que vous aurez du mal à tuer, même avec tout un arsenal à votre disposition. Ce loup la est suédois, et travers les décennies non sans encombre, mais se relevant plus fort à chaque fois. Ce loup la a vu le jour au milieu des années 90, a lutté pour sa survie, s’en est terré dans le silence le plus absolu pendant des années, avant de revenir les crocs encore plus affûtés, et le troupeau renouvelé. WOLF, c’est un peu le garant suédois de la meute, le chef de file, celui qui avance pour protéger les autres. Et si nous étions sans nouvelles depuis six ans, nous demandant même si la bête n’avait pas été abattue quelque part du côté d’Örebro, nous voilà rassuré par le nouveau cri, qui intervient quand même six ans après le dernier hurlement Devil Seed. En six ans, la bête a donc mué, puisqu’on ne retrouve dans ses rangs qu’un seul membre original, l’inamovible Niklas "Viper" Stålvind, toujours fermement accroché à sa guitare et son micro. Le leader naturel s’est donc entouré de nouveaux comparses, ne gardant à ses côtés que Simon Johansson à la guitare, pour accueillir une nouvelle section rythmique composée de Pontus Egberg à la basse (DARK ILLUSION, KING DIAMOND, KRYPTONITE, TAINTED NATION, TREAT) et Johan Koleberg à la batterie (ex-SCUDIERO, ex-ANIMAL, ex-HAMMERFALL, ex-LION'S SHARE, ex-SECTION A, ex-THERION, ex-CHRIS LANEY, ex-FRONTIERS) depuis l’année dernière.

En six ans, le groupe a largement eu le temps de revoir ses positions datées, mais à l’écoute de Feeding the Machine et sa pochette subtile et étrange, on comprend vite que peu de choses ont changé. L’amour du Heavy Metal guide toujours Stålvind sur le chemin de la franchise, et ces douze nouveaux morceaux ne dévient que très peu de la trajectoire d’origine, prônant toujours des valeurs essentielles du Heavy Metal des années 80 et 90. Car WOLF a toujours plus ou moins été le parrain de cette vague nostalgique qui agite le pays depuis vingt ans maintenant. A l’heure d’une nostalgie qui refuse de céder un pouce de terrain, le quatuor peut donc assumer son statut de précurseur et continuer son avancée, lui qui n’a jamais produit d’album vraiment décevant. En optant pour le statu quo, les musiciens n’ont donc pris aucun risque, même si certains morceaux se décalent un peu des automatismes de production usuels. Les principales qualités du groupe sont plus présentes que jamais, avec ce refus obstiné de tomber dans les travers du vintage un peu trop joyeux, pour incarner un Heavy Metal subtilement sombre et légèrement plombé, sans pour autant laisser de revers ces mélodies typiquement scandinaves. On retrouve alors cet équilibre très stable entre lourdeur et efficacité, manifeste dès « Shoot To Kill », qui sous couvert d’un Speed débridé place ses billes et refuse l’euphorie d’une célébration un peu trop gaie. On sent que les influences montrent de plus en plus le bout de leur partition, avec toujours cette tendance à piocher dans le répertoire US de quoi s’alimenter. De fil en aiguille, on pense de plus en plus à une alliance entre les USA et le nord de l’Europe, via un mélange MERCYFUL FATE/METAL CHURCH, avec ce petit plus suédois qui transforme le Speed le plus dru en souplesse accrue.

Visiblement, les deux petits nouveaux se sont très bien intégrés, et l’album fait montre d’une osmose assez remarquable, même si les guitares de Niklas et Simon se taillent la part du loup, usant de riffs simples et directs pour soutenir des compositions classiques, entre Heavy survolté et Speed maîtrisé. « Guillotine » se rapproche d’une amitié germano-scandinave avec ses chœurs solides en arrière-plan et son riff redondant, alors que « Dead Man’s Hand » appuie sur l’enclume pour empeser l’ambiance et nous montrer que WOLF n’a rien perdu de sa puissance depuis ses primes années. La pesanteur ici n’est jamais étouffante, mais plutôt utilisée pour épaissir les climats, et le résultat donne des titres à cheval entre Hard vraiment séduisant et Heavy menaçant, avec toujours cette excellence instrumentale qu’on est en droit d’exiger des plus grands. L’efficacité semble toujours le maitre mot de l’entreprise, qui n’hésite pas parfois à moduler le tempo pour se montrer moins systématique et plus construit, comme en témoigne « Mass Confusion », très proche du METAL CHURCH de légende, et d’ailleurs, la voix de Niklas se rapproche de plus en plus de celle de Mike Howe, ce qui n’est pas le moindre des compliments. De là, les spécialistes, les allergiques, les lassés de la cause old-fashion vous diront que cet album n’apporte rien de plus au dossier, mais il y a pourtant une énergie et un allant qui me font penser que tout n’a peut-être pas encore été dit en termes de nostalgie. D’ailleurs, avec leur statut de précurseurs, les WOLF évitent les pièges habituels du copié/collé en fusionnant les genres, pour aboutir à des crossover assez intéressants et légèrement occultes (« The Cold Emptiness » et sa rythmique très Mikkey Dee).

Le tout est bien sûr encore très formel, mais on apprécie de retrouver le quatuor dans une telle forme. Peut-être que l’album eut gagné à se voir raccourcir de quelques minutes, mais peu de morceaux in extenso sont à incriminer, même les plus traditionnels (« Feeding The Machine »), et ce sont plutôt quelques riffs un peu trop faciles qui auraient dû être expurgés. Le groupe se permet parfois un peu de malice et de légèreté, et rappelle la fluidité rythmique des miraculeux NASTY SAVAGE (« Spoon Bender »), avec toujours cette grosse basse louvoyante comme une mère protégeant ses petits. Et si la fin de l’album montre quelques signes d’essoufflement, certains des morceaux parviennent à relancer la machine (« The Raven »), tandis qu’en bonus-track, la reprise d’ANGEL WITCH « Atlantis » se présente sous la forme d’un joli cadeau. Un bon retour dans la forêt pour les WOLF qui honorent leur parcours, et qui visiblement avaient des choses à dire. Quant à savoir si la meute va encore effrayer les moutons suiveurs de mode, c’est une autre question. Mais la bête est encore solide, et ne pliera pas sous la menace.

                                        

Titres de l’album :

                         01. Shoot To Kill

                         02. Guillotine

                         03. Dead Man’s Hand

                         04. Midnight Hour

                         05. Mass Confusion

                         06. The Cold Emptiness

                         07. Feeding The Machine

                         08. Devil In The Flesh

                         09. Spoon Bender

                         10. The Raven

                         11. Black Widow

                         12. A Thief Inside

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 18/07/2020 à 18:40
78 %    426

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kairos

Ouais dsl j'ai été un peu sec, mais l'autre andouille est venu gratuitement me baver sur les rouleaux... J'aurais dû employer l'adverbe "cordialement" à la fin de mon précèdent post. 

26/01/2021, 16:03

Bones

Mouais, mais par contre je vais rapidement le réécouter pour voir si mon approche a évolué. C'est vrai qu'il est réputé...  j'ai sans doute raté le coche.

26/01/2021, 13:14

Arioch91

@Humungus : SIC... And Destroy !   Comme disait Coluche : la politique ? C'est quand on est poli et qu'on a(...)

26/01/2021, 10:45

Arioch91

@Humungus : je confirme pour The Rack. Plusieurs fois j'ai essayé mais sans jamais accrocher.Y a des albums comme ça

26/01/2021, 07:56

Humungus

Toujours "intéressant" (SIC !!!) quand la politique s'insère ici... ... ...

26/01/2021, 07:38

Humungus

Ne pas "rentrer" dans "The rack" ?!?!Bizarre étant donné la monstruosité de cet album...Quoi qu'il en soit, je plussoie sur HAIL OF BULLETS !Pis n'oublions pas le merveilleux GRAND SUPREME BLOOD COURT non plus hein !!!(...)

26/01/2021, 07:35

Arioch91

@Bones : merci pour l'idée, vais m'écouter les trois albums de Hail of Bullets, juste histoire de rattraper mon retard concernant le père Van Drunnen.

25/01/2021, 20:12

Bones

Ce dernier Asphyx n'est pas une montagne de nouveautés mais il est super efficace. On sent les vieux briscards qui connaissent parfaitement leur affaire.Etant un gros fan de Van Drunen, je vais décortiquer ses paroles en ne doutant pas que les morceaux vont s'en tro(...)

25/01/2021, 18:39

Jus de cadavre

Ouais, ils frappent fort les anciens avec cet album ! 

25/01/2021, 18:17

LeMoustre

Chez Accuser, en période récente, c'est Demoniac qu'il faut écouter. Plus violent, sorte de Testament sous amphétamines, il est à mon humble avis le meilleur de ce que Thoms  a produite depuis Who Dominates Who. Ah, si, le premeir album est aussi (...)

25/01/2021, 17:03

LeMoustre

Opposer les casseurs qui seraient bons à expédier aux bagnes de Cayenne pour casser des cailloux et les envahisseurs du Capitole n'est pas une bonne idée. L'objectif est pas le même, les casseurs sont souvent des racailles de délinquants multiréc(...)

25/01/2021, 11:47

Stench

Très étrange à dire mais sur le titre "Tree years of famine", j'entends Overkill de "Skullkrusher". Sinon, excellent album, bien sûr !

25/01/2021, 11:46

Arioch91

Je suis fan du timbre vocal de Van Drunnen depuis le Consuming Impulse de Pestilence mais j'avoue n'avoir jamais accroché au The Rack d'Asphyx et ne me suis jamais penché sur les sorties du groupe. Pas plus pour Hail of Bullets (si je me gourre pas).Mais &ccedi(...)

25/01/2021, 11:04

Solo Necrozis

Piñata of Pus, Necro Thicc, Uteronecrotic Descent of the Divine...Haha ces titres de merde, j'en ris comme un con devant mon PC.

25/01/2021, 10:12

Simony

En tout cas, le livestream proposé samedi était une boucherie totale. Avec ou sans public, les mecs se donnent, Martin plaisantent entre les morceaux et v'là comment ça défouraille sévère. Total respect pour ces mecs qui en imposent, vraiment (...)

25/01/2021, 08:17

POMAH

L'ambiance est chaude par ici...

25/01/2021, 08:06

Humungus

J'en suis déjà à ma troisième écoute consécutive...ACHAT OBLIGATOIRE BORDEL !!! !!! !!!PS : Martin je t'aime.

25/01/2021, 04:25

Pozo (bass)

Thanks for the review!I'll put our spotify link if you wanna follow ushttps://open.spotify.com/artist/0QwY3TM6Lvo6Ba8VGC67YL

25/01/2021, 01:07

Chemikill

Parler de la musique serait déjà un gros morceau.

24/01/2021, 22:59

jtdef

Avec Joe Bidon et l'imposteur Harris ils sont mal barrés.

24/01/2021, 21:11