Dans la série « le chocolat c’est bon, la noix de coco aussi, alors mélangeons les deux dans un gâteau », voici la dernière recette à la mode Frontiers, qui n’en peux plus de faire cohabiter des musiciens de légende pour tenter de les faire accoucher d’un plat digne de leur réputation. Ok, 1+1=2, mais selon le CEO du label italien, 1+1 doit faire au moins quatre, histoire de valider des projets qui semblent de bonnes idées, tout du moins sur papier. Alors, je ne vais certainement pas me fatiguer à recenser ici tous les délires du bonhomme, mais juste vous présenter son dernier « poulain », monté par des fameux jockeys.

A gauche du plan de travail, Kee Marcello, ex-tricoteur chez les EUROPE suite au départ de John Norum, et ex-membre d’EASY ACTION. A droite, près de l’évier, Tommy Heart, vocaliste des FAIR WARNING. Et au milieu, près de la planche à découper, Ken Sandin à la basse (SWEDISH EROTICA, ALIEN, KEE MARCELLO BAND, JIM JIDHED) et Marco Di Salvia à la batterie (PINO SCOTTO, HUMAN REGRESSION, POLARIZED, NODE, PERPETUAL FIRE, VALAS), pour trois quarts d’heure de préparation sous la supervision « Top Chef » de l’infatigable mentor maison Alessandro Del Vecchio, une fois de plus dépêché à la production. Tout ça à comme un air de déjà-vu, et surtout de déjà-entendu, malgré le caractère somme toute inédit de la chose en termes de personnel. Evidemment, aucune surprise à attendre d’une telle combinaison, en connaissant le background musical des chefs en question, et oui, puisque vous posez la question, la réponse l’est, nous avons donc affaire à un pur album de Hard-Rock mélodique, de ceux que Frontiers nous délivre avec une régularité métronomique…Inutile donc d’attendre une pièce montée de nougatine recouverte de zestes de citrons confits en forme de cygne, le dessert est roboratif mais rigoureusement classique, et fond en bouche d’un goût sucré mais relevé, et laisse l’estomac repu, à défaut d’avoir stimulé vos papilles de nuances inconnues.

Une fois ce préambule culinaire terminé, attelons-nous à la tâche. Avec KEE OF HEARTS et son jeu de mot évident tablant sur les patronymes de deux musiciens que tout le monde connaît bien, Frontiers n’a pris aucun risque, et a laissé ses héros du jour composer ce qu’ils savent faire de mieux, et qui offre une continuité logique à leur travail passé. Si le son concocté par Del Vecchio est une fois de plus parfait, quoique légèrement uniformisé, il est tout à fait en rapport avec les morceaux délivrés, qui restent en terrain Hard’n’Heavy mélodique très balisé. Inutile de louer une fois de plus les qualités techniques des protagonistes enrôlés, puisque Kee fait du Marcello, que Tommy chante avec le Heart, et que la section rythmique est largement assez solide pour laisser ses deux vedettes s’exprimer, sans avoir à jouer des coudes pour s’imposer. Il est évident que les fans de FAIR WARNING ne seront guère surpris par le résultat, mais avouons tout de même que sur ces onze pistes, la plupart tiennent admirablement bien la route, tout en se gardant bien de prendre le moindre risque. Le timbre de voix de Tommy est toujours aussi flamboyant, se rapprochant même du lyrisme d’un Michael Sweet, sans que le groupe fraîchement formé ne tombe dans le piège STRYPER redouté. On évolue donc entre Heavy allégé, Hard boosté et AOR franchement musclé, du clé en main radiophonique, parfaitement adapté au marché italien qui va certainement accueillir à bras ouvert ce premier LP. D’ailleurs, certains segments auraient fait un malheur à l’agonie d’eighties encore affamées d’harmonies viriles (« Bridge To Heaven », l’archétype de chanson qui aurait fait trembler le Billboard plus que de raison), tandis que d’autres jouent plutôt la carte de la force tranquille d’un Heavy harmonique explosif (« The Storm »).

Sans jamais sombrer dans le sentimentaliste exacerbé, les KEE OF HEARTS se frottent parfois et se piquent à un Hard FM de très haute volée, symptomatique de l’écurie qui les abrite, mais leur talent individuel leur permet de sinuer entre les facilités pour nous délivrer des couplets/refrains joliment ciselés (« Invincible », typique d’un son Californien qu’on pensait éteint). Le suédois et l’allemand affrontent donc leurs nationalités pour se situer en convergence de leurs idées, mais ont le malheur de privilégier un tempo un peu trop linéaire pour nous embarquer dans leur mission de super-héros. Plutôt up, ce rythme vient standardiser des morceaux qui à la base n’avaient déjà pas suffisamment d’idées pour nous déstabiliser, mais comme le but de l’opération n’est pas de provoquer l’originalité pour se démarquer, on accepte de valser entre Hard calibré et AOR aéré. Les soli de maître Kee ont toujours cette patte grandiloquente héritée des arabesques de mentor Malmsteen, même si parfois l’économie prédomine sur la folie. Tommy reste dans un registre qu’il maîtrise de timbre enflammé, mais les chœurs permettent de faire décoller des refrains intelligemment radiophonisés (« Crimson Dawn »).

De temps à autres - et si la caution évangélique de STRYPER plane toujours au-dessus de la cuisine de l’église - on s’éloigne un peu des recommandations les plus usitées pour oser décorer le dessert d’un chaloupé qui le rend moins préfabriqué (« Mama Don’t Cry », et ses enchevêtrement vocaux sensibles), et on tente même une finition Pop Rock aux guitares plus aériennes (« Twist of Fate », proche d’un très bon JOURNEY).

Mais Kee of Hearts reste l’exemple même d’album difficile à décrire pour un journaliste dont les mots ont du mal à s’adapter à un contexte déjà largement disséqué. Si la carrure des individualités permet à ce projet de passer la rampe sans trop glisser, il n’en reste pas moins que le classicisme empêche toute formulation précise et encadrée, et vous laisse un peu seuls face à un disque que vous aurez le sentiment d’avoir largement écouté, sans même avoir commencé à le jouer. La réside le cœur du problème, et la dichotomie Frontiers, qui nous rebute en employant toujours le même procédé, procédé qui a fait leur gloire et qu’ils ne peuvent donc mettre de côté. Loin de moi l’intention de vous dégouter d’un excellent album avant même de vous avoir laissé l’expérimenter, puisque ses points forts sont les mêmes que tous les concepts italiens passés. Des instrumentistes de haute-volée, qui restent en terrain foulé, mais qui justement, ne se foulent pas trop pour en sortir et tenter des choses un peu plus culotées.

En substance, et en toute objectivité, KEE OF HEARTS mérite les éloges de son travail, mais fait regretter que des mecs de la trempe de Marcello et Heart se laissent aveugler par leur propre lumière au point d’occulter celle qui les entoure.

Alors, oui, le chocolat et la noix de coco, c’est bon, et le gâteau est savoureux. Mais on aurait aimé une petite touche de muscade, ou une combinaison un peu moins facile pour garder une saveur moins stéréotypée dans le palais.


Titres de l'album:

  1. The Storm
  2. A New Dimension
  3. Crimson Dawn
  4. Bridge To Heaven
  5. Stranded
  6. Mama Don't Cry
  7. Invincible
  8. S.O.S
  9. Edge of Paradise
  10. Twist Of Fate
  11. Learn To Love Again

Facebook officiel


par mortne2001 le 23/09/2017 à 18:33
74 %    387

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Cruella

Metal Revenge

Northtale

Welcome To Paradise

Mutilate

Contagium

Volt

The Grand Deception

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes


1) ManOfShadows + 1 !
2) C'est quoi "la résidence" ?


Bonne nouvelle. Je n'attendais pas un nouvel album de leur part si tôt.


J'ai eu peur ! En lisant les deux premières lignes et en voyant la photo, c'est mon cœur qui a faillit s’arrêter de battre. Murphy est un vocaliste unique et légendaire. Bon courage et bon rétablissement à lui.


C’est pas trop tot


Pas un petit passage par chez nous, dommage...


A noter qu'il s'agit d'un EP (5 titres) et non du 3ème album des chiliens à proprement parler.


Oui le morceau en écoute est... éprouvant ! Bien plus violent que certains groupes de métal. Je suis pas sur que ce soit pour moi par contre...
PS: Elle donne une interview dans le dernier New noise.


Ouch... je n'ai écouté qu'un seul morceau et pourtant je suis sur les rotules. C'est d'une intensité rare. Cathartique. Quand elle hurle, on a juste envie de hurler avec elle, encore plus fort pour... je ne sais pas vraiment en fait ! Tout bonnement impressionnant. Et éprouvant !
Merci mec(...)


Enjoy The Violence !