Dans la série « le chocolat c’est bon, la noix de coco aussi, alors mélangeons les deux dans un gâteau », voici la dernière recette à la mode Frontiers, qui n’en peux plus de faire cohabiter des musiciens de légende pour tenter de les faire accoucher d’un plat digne de leur réputation. Ok, 1+1=2, mais selon le CEO du label italien, 1+1 doit faire au moins quatre, histoire de valider des projets qui semblent de bonnes idées, tout du moins sur papier. Alors, je ne vais certainement pas me fatiguer à recenser ici tous les délires du bonhomme, mais juste vous présenter son dernier « poulain », monté par des fameux jockeys.

A gauche du plan de travail, Kee Marcello, ex-tricoteur chez les EUROPE suite au départ de John Norum, et ex-membre d’EASY ACTION. A droite, près de l’évier, Tommy Heart, vocaliste des FAIR WARNING. Et au milieu, près de la planche à découper, Ken Sandin à la basse (SWEDISH EROTICA, ALIEN, KEE MARCELLO BAND, JIM JIDHED) et Marco Di Salvia à la batterie (PINO SCOTTO, HUMAN REGRESSION, POLARIZED, NODE, PERPETUAL FIRE, VALAS), pour trois quarts d’heure de préparation sous la supervision « Top Chef » de l’infatigable mentor maison Alessandro Del Vecchio, une fois de plus dépêché à la production. Tout ça à comme un air de déjà-vu, et surtout de déjà-entendu, malgré le caractère somme toute inédit de la chose en termes de personnel. Evidemment, aucune surprise à attendre d’une telle combinaison, en connaissant le background musical des chefs en question, et oui, puisque vous posez la question, la réponse l’est, nous avons donc affaire à un pur album de Hard-Rock mélodique, de ceux que Frontiers nous délivre avec une régularité métronomique…Inutile donc d’attendre une pièce montée de nougatine recouverte de zestes de citrons confits en forme de cygne, le dessert est roboratif mais rigoureusement classique, et fond en bouche d’un goût sucré mais relevé, et laisse l’estomac repu, à défaut d’avoir stimulé vos papilles de nuances inconnues.

Une fois ce préambule culinaire terminé, attelons-nous à la tâche. Avec KEE OF HEARTS et son jeu de mot évident tablant sur les patronymes de deux musiciens que tout le monde connaît bien, Frontiers n’a pris aucun risque, et a laissé ses héros du jour composer ce qu’ils savent faire de mieux, et qui offre une continuité logique à leur travail passé. Si le son concocté par Del Vecchio est une fois de plus parfait, quoique légèrement uniformisé, il est tout à fait en rapport avec les morceaux délivrés, qui restent en terrain Hard’n’Heavy mélodique très balisé. Inutile de louer une fois de plus les qualités techniques des protagonistes enrôlés, puisque Kee fait du Marcello, que Tommy chante avec le Heart, et que la section rythmique est largement assez solide pour laisser ses deux vedettes s’exprimer, sans avoir à jouer des coudes pour s’imposer. Il est évident que les fans de FAIR WARNING ne seront guère surpris par le résultat, mais avouons tout de même que sur ces onze pistes, la plupart tiennent admirablement bien la route, tout en se gardant bien de prendre le moindre risque. Le timbre de voix de Tommy est toujours aussi flamboyant, se rapprochant même du lyrisme d’un Michael Sweet, sans que le groupe fraîchement formé ne tombe dans le piège STRYPER redouté. On évolue donc entre Heavy allégé, Hard boosté et AOR franchement musclé, du clé en main radiophonique, parfaitement adapté au marché italien qui va certainement accueillir à bras ouvert ce premier LP. D’ailleurs, certains segments auraient fait un malheur à l’agonie d’eighties encore affamées d’harmonies viriles (« Bridge To Heaven », l’archétype de chanson qui aurait fait trembler le Billboard plus que de raison), tandis que d’autres jouent plutôt la carte de la force tranquille d’un Heavy harmonique explosif (« The Storm »).

Sans jamais sombrer dans le sentimentaliste exacerbé, les KEE OF HEARTS se frottent parfois et se piquent à un Hard FM de très haute volée, symptomatique de l’écurie qui les abrite, mais leur talent individuel leur permet de sinuer entre les facilités pour nous délivrer des couplets/refrains joliment ciselés (« Invincible », typique d’un son Californien qu’on pensait éteint). Le suédois et l’allemand affrontent donc leurs nationalités pour se situer en convergence de leurs idées, mais ont le malheur de privilégier un tempo un peu trop linéaire pour nous embarquer dans leur mission de super-héros. Plutôt up, ce rythme vient standardiser des morceaux qui à la base n’avaient déjà pas suffisamment d’idées pour nous déstabiliser, mais comme le but de l’opération n’est pas de provoquer l’originalité pour se démarquer, on accepte de valser entre Hard calibré et AOR aéré. Les soli de maître Kee ont toujours cette patte grandiloquente héritée des arabesques de mentor Malmsteen, même si parfois l’économie prédomine sur la folie. Tommy reste dans un registre qu’il maîtrise de timbre enflammé, mais les chœurs permettent de faire décoller des refrains intelligemment radiophonisés (« Crimson Dawn »).

De temps à autres - et si la caution évangélique de STRYPER plane toujours au-dessus de la cuisine de l’église - on s’éloigne un peu des recommandations les plus usitées pour oser décorer le dessert d’un chaloupé qui le rend moins préfabriqué (« Mama Don’t Cry », et ses enchevêtrement vocaux sensibles), et on tente même une finition Pop Rock aux guitares plus aériennes (« Twist of Fate », proche d’un très bon JOURNEY).

Mais Kee of Hearts reste l’exemple même d’album difficile à décrire pour un journaliste dont les mots ont du mal à s’adapter à un contexte déjà largement disséqué. Si la carrure des individualités permet à ce projet de passer la rampe sans trop glisser, il n’en reste pas moins que le classicisme empêche toute formulation précise et encadrée, et vous laisse un peu seuls face à un disque que vous aurez le sentiment d’avoir largement écouté, sans même avoir commencé à le jouer. La réside le cœur du problème, et la dichotomie Frontiers, qui nous rebute en employant toujours le même procédé, procédé qui a fait leur gloire et qu’ils ne peuvent donc mettre de côté. Loin de moi l’intention de vous dégouter d’un excellent album avant même de vous avoir laissé l’expérimenter, puisque ses points forts sont les mêmes que tous les concepts italiens passés. Des instrumentistes de haute-volée, qui restent en terrain foulé, mais qui justement, ne se foulent pas trop pour en sortir et tenter des choses un peu plus culotées.

En substance, et en toute objectivité, KEE OF HEARTS mérite les éloges de son travail, mais fait regretter que des mecs de la trempe de Marcello et Heart se laissent aveugler par leur propre lumière au point d’occulter celle qui les entoure.

Alors, oui, le chocolat et la noix de coco, c’est bon, et le gâteau est savoureux. Mais on aurait aimé une petite touche de muscade, ou une combinaison un peu moins facile pour garder une saveur moins stéréotypée dans le palais.


Titres de l'album:

  1. The Storm
  2. A New Dimension
  3. Crimson Dawn
  4. Bridge To Heaven
  5. Stranded
  6. Mama Don't Cry
  7. Invincible
  8. S.O.S
  9. Edge of Paradise
  10. Twist Of Fate
  11. Learn To Love Again

Facebook officiel


par mortne2001 le 23/09/2017 à 18:33
74 %    325

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Miscarriage

Imminent Horror

Death Agony

Desiderata : A Devastating Revelation

Damantra

Broken

Walls Of Blood

Imperium

Terre

Terre

Pristine

Road Back To Ruin

Tytus

Rain After Drought

Palehørse

Palehørse

Statement

Force Of Life

Cara Neir

Part III - Part IV

Project For Bastards

Project For Bastards

Aftermath

There Is Something Wrong

Nostromo

Narrenschiff

Charge

Ain’t The One

Herod

Sombre Dessein

(false) Defecation

Killing With Kindness

Rosy Vista

Unbelievable

Gorgon

Elegy

Interview avec AEPHANEMER

Acid / 23/04/2019
Aephanemer

Misanthrope Tournée des 30 ans / Sphaera

Simony / 21/04/2019
Gothic Death Metal

SOEN + GHOST IRIS + WHEEL - Backstage By The Mill - Paris

Kamel / 20/04/2019
Backstage By The Mill

Orphaned Land + Subterranean Masquerade

RBD / 18/04/2019
Folk Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Terrible encore. Putain ce que j'aime ce groupe bordel. Autant pour leur musique que pour ce qu'il représente. DARKTHRONE bordel !!! Super morceau !!! Hail DARKTHRONE !!!
(Mais il me semble que cela a déjà été dit non ?)

PS : Qui plus est, l'idée d'animer cette superbe poche(...)


Super morceau ! Hail Darkthrone !


Terrible encore. Putain ce que j'aime ce groupe bordel. Autant pour leur musique que pour ce qu'il représente. Darkthrone bordel !


1) "Je connais pas Parkway Drive jamais écouté"
Continuez ainsi mon brave !!!
2) "Hellhammer est reformé ?"
Bah alors Monsieur King ! Réveillez-vous !
C'est LA news de 2019 !
Mon érection en tous cas car futur visionnage de la chose en juin prochain au HELLFEST...


Hormis Slayer c'est pas fou les têtes d'affiche, je connais pas Parkway Drive jamais écouté.

J'ai vu l'affiche Hellhammer est reformé ?


Une vrai pépite cet album, comme dit dans la chronique froid, profond et à la fois somptueux.


Jus de cadavre + 1.
Et absolument pour tout ce que tu en dis...
(Sauf que moi j'y ai tout de même fait mon hajj en 2006)


Jamais fais le Wacken, et je ne le ferais sans doute jamais... Pourtant c'était la Mecque ce fest pour moi il y a des années, le truc que chaque metalleux se devait de faire au moins une fois ! Mais aujourd'hui j'en ai plutôt une image vieillote, un fest qui n'évolue pas, qui ne cherche pas à i(...)


Ca sent la revanche !!


(suite et fin)
Mais malheureusement, comme le dit très bien Simony "l'auto-parodie et la surenchère du groupe, et notamment de son chanteur S.A.S de L'Argilière a eu raison de bien des Metalheads qui ont vu en eux un bouc émissaire parfait".
C'est exactement ça en ce qui me concerne(...)


Jamais accroché à ce groupe :
Bien trop Prog et "branlette" pour moi.
Pour autant, je respecte beaucoup la formation pour ce qu'elle est aussi :
Des gars intègres, dans une recherche musicale constante, qui mènent leur barque contre vents et marrées depuis un sacré bout de te(...)


??? ??? ???
C'est seulement maintenant qu'ils annoncent des groupes présents pour août prochain ?!?!
Si oui, c'est vraiment se foutre de la gueule du monde.
Alors, j'ai bien conscience que les billets sont déjà tous vendus depuis des lustres et que le futur public n'a donc aucu(...)


Non cela semble être l'image choisie pour illustrer le trailer, mais sait-on jamais...


C'est ça la pochette ?


Enorme ce 1er Testament.
Avec une prod bien plus écoutable que celle du 1er Exodus, par exemple !


Merci. Sympa de voir que le groupe, en plus, pond toujours des albums de grande qualité comme le petit dernier.


Ah oui, quand même...


De la dentisterie au marteau piqueur ! Un bonheur !


RIP grand musicien.


Bah c'est une pochette de Prog quoi...