Nordarikets Strid

Greve

31/01/2020

Purity Through Fire

Je ne suis pas certain d’avoir été fasciné par un album de Black symphonique depuis les chefs d’œuvre intemporels d’EMPEROR. J’ai été fasciné dans les années 90 par In The Nightside Eclipse et Anthems To The Welkin At Dusk, par cette technique incroyable soulignée d’aspirations de grandiloquence, mais le mélange d’arrangements synthétiques, de violence outrancière a vite montré ses limites. Non que je me contente d’efforts plus bruts, plus underground et réclamant une connaissance approfondie des bases, mais j’avoue me pencher plus facilement sur les efforts avant-gardistes et expérimentaux qui selon moi apportent bien plus à la cause qu’une énième digression mystique et cosmique se contentant de répéter les recettes déjà utilisées, de façon plus ou moins pertinente. Mais, puisqu’il y en a un, je ne refuse pas les ambiances étranges, les errances occultes, si tant est qu’elles s’accompagnent d’une musique créative et fertile, ce qui m’amène au sujet du jour, GREVE. Fondé par deux habitués et figures bien connues de la scène suédoise, ce projet qui pourrait être annexe propose aujourd’hui son premier longue-durée, faisant suite eu EP Nidingsdad Utav det Uraldriga, publié plus tôt dans l’année. Après avoir lâché deux titres en carte de visite, le groupe se fend donc d’un véritable premier album, qui ne fait que confirmer un potentiel déjà largement entrevu précédemment. Mais rien d’étonnant à cela lorsqu’on constate qui forme l’ossature du combo. Duo donc, composé de l’omnipotent Swartadaubuz au chant, à la guitare, basse et claviers, accessoirement pilier du label Ancient Records avec ses nombreux projets (AZELISASSATH, BEKËTH NEXËHMU, DIDERDÖGEN, GNIPAHALAN, MUSMAHHU, MYSTIK, TROLLDOM, DAUDADAGR), et de Lik au chant (BEKËTH, NEXËHMÜ, HELGEDOM), GREVE est donc l’association de deux hommes se connaissant parfaitement, et se complétant de la même façon.

Leur unique but avoué : jouer du Black scandinave de seconde génération. Et sous cet aspect-là, Nordarikets Strid est plus qu’un premier album, il est une assertion. Une déclaration d’amour passionnée à un style, une absence totale de compromission, mais aussi un plongeon dans le temps, aux alentours de 1996, pour retrouver l’essence des pionniers qui à l’époque, avaient compris que le Black Metal n’était pas qu’un simple exutoire de violence mais bien une forme artistique musicale aboutie. Inutile donc de vous attendre à un énième ersatz underground d’une bestialité infondée et cacophonique, ces huit morceaux (dont une intro et une outro) cherchent donc le point de convergence parfait entre la brutalité et la musicalité, en confrontant les mélodies aux rythmiques puissantes, tout en cherchant constamment le petit détail qui fera la différence. Détail ou arrangement, puisqu’on sent que Swartadaubuz ne s’est pas contenté de répéter ad nauseam des philosophies déjà exploitées dans ses projets autres. Ainsi, un morceau aussi monstrueux (dans tous les sens du terme) que « I Svarta Solens Magi » définit à merveille les aspirations de son auteur. Batterie qui blaste à tout va, nappes de synthé qui se superposent en des strates solides, chant en arrière-plan, soudainement réduit à l’état d’incantations en gargouillis, pour une plongée dans des abysses personnels dont nul ne sort indemne. Sorte de version très condensée et simplifié d’ARCTURUS et EMPEROR, GREVE rappelle aussi les missions d’OPHTALMIA, avec cette propension à conférer à sa musique une patine mystique sur une trame très concrète. Nous retrouvons donc les fameux riffs concentriques qui ont fait la trademark du genre, mais aussi la volonté de s’extirper d’un contexte trop rigide.

Musicalement, GREVE ne révolutionnera pas grand-chose, mais tel n’est pas son but. Le sien est plutôt de s’inscrire dans un formalisme traditionnel et de redonner ses lettres de noblesse au Black symphonique humble, par l’entremise de morceaux misant sur la cohésion et non la dispersion. Les néophytes auront parfois du mal à faire la différence entre les chapitres, mais c’est cette homogénéité qui permet au projet de se montrer plus hypnotique que répétitif, même si les lignes mélodiques ont tendance à répéter les mêmes mantras. On aime par-dessus tout ce chant classique, geignard, légèrement enterré dans le mix qui laisse soudainement place à des hurlements bestiaux, cette batterie en programmation qui reproduit les figures du tentaculaire Hellhammer, et ces évolutions pas forcément très marquées sur l’instant, mais qui au long cours finissent pas imposer des accélérations, des changements d’humeur, et des cassures Heavy du plus bel effet. Avec une production claire qui ne cède pourtant pas à l’envie de devenir abordable (même la basse est discernable, ce qui en dit long), Nordarikets Strid est donc une tranche de vie suédoise qui nous ramène des années en arrière. On pourra regretter le systématisme des harmonies, qui ont tendance à se répéter sans varier d’un pouce, mais on soulignera le côté majestueux et emphatique du groupe lorsqu’il se laisse aller à la lenteur et la mélancolie (« Ur Nordiskt Vrede » avec son travail à la guitare qui empile les couches claires et saturées avec flair). « Offerbål till Gudarna » en final offre le déferlement que l’on est en droit d’attendre d’un tel projet, avec cette rythmique en mid qui rappelle IMMORTAL, et au bout de trente-huit minutes, Nordarikets Strid a atteint son but sans forcer, à savoir nous ramener à la source et nous abreuver de sonorités passées, mais pas passéistes pour autant.

Souhaitons juste que le concept prenne plus d’ampleur et ne se limite pas à une autocitation permanente, et que le prochain album se débarrasse de quelques réflexes encore un peu encombrants.         

        

Titres de l’album :

                             01. Intro

                             02. Vid Dödens Tröskel

                             03. Nordarikets Strid

                             04. I Svarta Solens Magi

                             05. Det Gamla Rikets Ruin

                             06. Ur Nordiskt Vrede

                             07. Offerbål till Gudarna

                             08. Outro


par mortne2001 le 21/02/2021 à 18:38
75 %    61

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


POMAH
membre enregistré
22/02/2021, 08:04:05

Franchement la musique est bonne et je rejoins la chronique, mais la voix est juste insupportable, je comprends pas trop le chant. On dirait un ado qui les couilles coincé dans sa braguette.

Mais comme Deogen c'est sympa à écouter. 

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Saddam Mustaine

Megadeth, Ugly Kid Joe, Manowar les principaux en effet, qui ont un personnage qui suit le groupe, j'en oublie... 

04/03/2021, 19:15

Saddam Mustaine

Megadeth, Ugly Kid Joe, Manowar les principaux en effet, qui ont un personnage qui suit le groupe, j'en oublie... 

04/03/2021, 19:15

L\'anonyme

@ metalrunner: tout à fait d'accord avec toi.Je pense qu'Iron Maiden a beaucoup oeuvré dans le metal en ce qui concerne les pochettes d'albums. D'abord parce qu'ils ont instauré une forme de rituel que certains ont repris en gardant le mê(...)

04/03/2021, 18:18

Bones

Mouais, sommaire très moyen... mais la couv claque. :-)Sont malins, les p'tits salopiots, ils savent que ça va générer de l'achat compulsif. :-D

04/03/2021, 17:04

Arioch91

Suis plus abonné.Je verrai à l'occasion si je le vois en kiosque mais bon.

04/03/2021, 13:26

metalrunner

Quelle pochette je pense quelle ont bcp aide maiden  

04/03/2021, 07:44

Ragnar56

Je viens d'apprendre la nouvelle via un commentaire sous une vidéo YouTube

03/03/2021, 22:55

MorbidOM

Une double provocation assez géniale ?Les true métalleux le prennent pour un guignol depuis longtemps et la ménagère Polonaise le vois sans doute comme le rebelle de salon indispensable à ce genre d'émission, une sorte de JoeyStarr

03/03/2021, 04:08

Bones

Ca fait une publicité maousse autour de Behemoth et leur donne la "crédibilité" qu'ils recherchent.Faire le buzz => vendre des disques.Je ne m'en fais pas pour Nergal, ce petit malin fait bien parler de lui et c'est l'objectif.

02/03/2021, 18:47

RBD

Nergal est un provocateur né, comme bien des artistes surtout dans des sociétés conformistes. Le fait d'aller cachetonner et se montrer dans une émission de télé-crochet est une double provocation assez géniale, autant envers les true mé(...)

02/03/2021, 16:07

Jus de cadavre

Message pas posté entièrement... bizarre...Du coup suite :"Nous en sommes à une période charnière" là je suis d'accord. Quand sur un site comme ici les gens commencent à defendre le christianisme c'est (...)

02/03/2021, 09:30

Jus de cadavre

"Si Nergal en a marre d'aller devant les tribunaux, qu'il change de pays ou de style musical, point barre"Mais tout le monde du coup crieraient au lâche ou au vendu ! Si à chaque fois qu'il y a un truc qui nous plaît pas dans notre pays on doit l(...)

02/03/2021, 09:26

Gargan

Si Nergal en a marre d'aller devant les tribunaux, qu'il change de pays ou de style musical, point barre. Tu assumes quand tu t'exposes ainsi, c'est pathétique ce oin-oin alors que ça joue les durs sur scène. Ceci étant, je réécoute Sv(...)

02/03/2021, 08:21

Yolo

Merci pour vos commentaires les guignols.

02/03/2021, 08:09

Satan

@ Jus de Cadavre : En effet, le délit de sale gueule semble se manifester à l'égard de Nergal. Et tu as raison de dire que c'est quand même lui qui se fait chier devant les tribunaux.Le christianisme ne fait plus peur aujourd'hui, mais il faudrait se (...)

01/03/2021, 16:06

Jus de cadavre

Débat épineux ! Mais pour le coup que ça plaise ou pas, Nergal (même si c'est uniquement pour se faire de la comm on est d'accord) lui il va au tribunal et il a des emmerdes judiciaires... Dans la scène aujourd'hui, et même parmi ceux qui se (...)

01/03/2021, 14:49

Satan

@ Orphan : Ce n'est pas du tout ce qu'a dit Yolo, là tu t'en fais le ventriloque. Après, sur le courage ou non de Nergal ça se discute en effet, mais dans ce cas-là il convient de mettre dans le lot 99% des artistes dits "blasphématoires"(...)

01/03/2021, 14:10

Simony

Ben d'ailleurs, à part de la bière et des T-Shirts, il n'y a même pas l'album en vente sur leur shop ? C'est quand même bizarre !

01/03/2021, 14:00

Orphan

@Yolo : Je te rejoins à 200%Il est facile de pietiner le christ et le catholicisme ...... pas sur qu'il ferais la même pour d'autre.A partir de la pour moi fin du débat.

01/03/2021, 12:12

Gargan

Vu aussi ce live de King Diamond sorti il y a quelques jours par Metal Blade : Songs for the Dead Live - The Fillmore in Philadelphia

28/02/2021, 19:16