Les sorties s’enchaînent et se ressemblent parfois, et il arrive que la logique suive des principes un peu aléatoires. Si vous faites un tout petit effort de mémoire, vous vous souviendrez peut-être d’un groupe de Dallas dont je vous avais parlé il y a quelques temps. Un groupe assez difficilement situable sur la mappemonde de l’extrême, mais convaincant par sa diversité.

Les CARA NEIR avaient en effet partagé des faces récemment avec leurs compères de WILDSPEAKER, à l’occasion de la sortie d’un split parrainé par Broken Limbs, qui cette fois ci, a pris la charge d’un LP conséquent.

Pas n’importe lequel, le quatrième de la carrière du groupe amorcée en 2008, et qui fait donc suite à Part I/Part II, d’abord parus en deux EP différents, Stagnant Perceptions en 2011 et Portals To A Better, Dead World deux années plus tard.

Mais si le temps passe, l’optique reste la même, décidée mais un peu floue, nette et aux contours pourtant troubles.

Quel créneau occupe donc ce duo improbable (pour mémoire, Chris Francis (Chant, textes) et Garry Brents (Guitares, basse, batterie, programmation et chœurs)), qui refuse de se fixer sur des idées bien définies ? Un créneau libre, qu’eux seuls pourraient expliquer vaguement si l’envie leur en prenait. Mais ne comptez pas sur eux pour ça.

Ce qui est certain, c’est que thématiquement, les CARA NEIR n’ont pas changé leur philosophie sombre d’hémisphère cérébral. Ils ont toujours une vision très pessimiste du sort de l’humanité, et Chris a une fois de plus concocté des textes en phase avec sa conception noire mais lucide du monde. Ainsi, pour lui, la tristesse éternelle est l’état de pensée normal de tout un chacun, ce qui n’est heureusement pas le cas, mais qui semble assez réaliste pour peu qu’on sache observer ce qui nous entoure.

S’il est certain que l’être humain aime à se plaindre de son état, s’il est sûr que le monde court à sa perte, la musique des deux hommes s’accorde très bien de ce regard sombre porté sur notre espèce et notre mode de vie. Là non plus, les choses n’ont pas changé, puisqu’on retrouve toujours cette collision entre mélodies amères et violence instrumentale crue, qui se matérialise autour d’un axe Black très prononcé.

Post BM ou BM ? Telle est la question qu’il n’est pas forcément utile de se poser, puisque les morceaux constituant l’ossature de Perpetual Despair is the Human Condition existent en tant que tel, sans se soucier des querelles de voisinage. Si parfois l’emprunte libre et harmonique du Post BM s’impose au travers de suites de notes mélancoliques, ou de structures évolutives fascinantes, le BM pur et dur se taille quand même la part du lion, et s’incarne dans un magma de blasts essoufflés, ou autour de ces lignes vocales abrasives qui ne tiennent pas compte de la résistance pulmonaire humaine. Les constatations émises à l’occasion de l’analyse du split avec WILDSPEAKER n’ont pas changé, et on retrouve donc une succession de morceaux aux durées variées qui se présentent comme autant de vignettes pragmatiques.

Certaines aiment prendre leur temps et imposer leurs thèmes sur la longueur, d’autres préfèrent ne pas s’appesantir, et lorsque le timing est vraiment serré, le spectre d’un Powerviolence aux délicates touches de Black se matérialise plus clairement (« Window To The Void », mais avec eux, le vide n’existe pas et est toujours rempli de sons dissonants).

A l’inverse, lorsque le schéma est plus complexe, le résultat est plus ambitieux et ambivalent. Trois titres en particuliers se dégagent, l’initial « Spiteful Universe », « Normalcy » et « Chapter I : Coastline Black », qui tous franchissent la barre des six minutes pour des constructions en gigogne fascinantes.

Ce qui n’empêche nullement le duo de se perdre parfois le long de chemins étranges, comme à l’occasion de l’envoutant mais violent « Trials Of The Lost », qui laisse enfin une basse free prendre en charge quelques lignes mélodiques concentriques avant de tout briser en son centre pour imposer des digressions oniriques cauchemardesques, malgré quelques harmonies de guitares délicates.

On retrouve l’allant Black du groupe sur le terrassant « Normalcy », qui entame sa course sans reprendre son souffle, et qui oppose des guitares presque effacées à une section rythmique martelée, et la cavalcade ne semble pas vouloir marquer le pas, puisque la thématique principale s’étend sur plusieurs minutes avant de laisser la place à quelques cassures très brèves et minimalistes.

A contrario, le final emphatique « Chapter I : Coastline Black » aborde les choses avec beaucoup moins de vélocité pour se rapprocher d’un BM très brut au pas très lourd et lent et aux guitares concentriques. Ce son de guitare est d’ailleurs assez symptomatique du groupe qui semble affectionner les productions un peu arides et sans artifices, ce qui rend leur musique encore plus proche de ses possibles racines.

Dans ces moments-là, on pense à la genèse du BM des années 80, BATHORY en tête de liste, avec une légère pointe de HELLHAMMER, patente sur cette dernière intervention. Mais la montée en puissance logique nous oblige à ancrer les CARA NEIR dans une époque plus contemporaine, même si finalement, ils échappent à toute datation, justement par ce mélange de sonorités anciennes et cette façon de décomposer leurs morceaux en plusieurs couches.

Au final, Perpetual Despair is the Human Condition remplit doublement, voire triplement sa mission. Il dépeint en effet à merveille et sans complaisance l’état d’un monde malade de ne pas savoir s’extirper de sa condition, tout en s’inscrivant dans une logique d’évolution de carrière. La versatilité ne nuit en aucun cas à la cohésion, et même en empruntant des éléments de BM, de post BM, de Hardcore et de Grind, le duo de Dallas a réussi à se forger une identité propre, certes assez opaque, mais pertinente.

Il est en tout cas certain que l’humanité n’ira pas mieux en écoutant leurs litanies, mais elle prendra au moins conscience de son pire travers.

 Refuser le bonheur pour ne pas tomber de trop haut.


Titres de l'album:

  1. Spiteful Universe
  2. Normalcy
  3. Pushing Failure
  4. Bound by Believers
  5. Window to the Void
  6. Trials of the Lost
  7. For You
  8. Chapter I: Coastline Black

Cara Neir Bandcamp

par mortne2001 le 27/10/2016 à 17:07
82 %    272

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Orthostat

Monolith Of Time

Obscenity

Summoning the Circle

Psy-no-ark

Nodvs Gordivs

Stranguliatorius

Rope Soap Tabouret

Nebula Orionis

Starthrone

Valiant Bastards

Harbingers of Chaos

Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Concerts à 7 jours

+ Father Merrin + Dragunov

02/03 : Black Baron, Nancy (54)

Photo Stream

Derniers coms

Merci pour ce petit clin d’œil à Heavy Sound et content de t'avoir eu au sein de l'équipe dès les tout débuts de l'aventure... et longue vie à Sleeping Church Records et Metalnews !


Rien qu'avec ces deux noms ça promet d'être très poétique en effet !


Allons allons, j'ai des gens qui m'aident bien autour de moi, tu sais de quoi je parle Jus de cadavre... c'est aussi grâce à des personnes comme toi que tout cela est possible.


Cool oui l'interview ;) Un groupe, un label et le zine... Je sais pas comment tu fais Simo ! :D


Merde, mais c'est mortel RITUALS ! J'étais complètement passé à côté... Chouette interview encore une fois et bonne continuation à Sleeping Church Records ;-)


@Kerry King : Si tu aimes Gus Van Sant, tu aimeras...


J'ai jamais regardé le "Last Days" je me demande si il vaut le coup ?

Lords of Chaos je me demande quand il sera dispo ça fait longtemps qu'on annonce le film.


Ca sent mauvais tout ca...


Tout pareil Simo ! Bienvenue Acid, ça fait plaisir une nouvelle plume ! :)


Et voilà c'est corrigé...


Parce que dans la com' du label, c'est le pays qui est indiqué... j'avoue que je n'ai pas vérifié mais effectivement en voyant Vindsval, j'aurais du corriger de moi-même, désolé c'est bien Français...


Avec cette chronique, nous accueillons dans notre équipe Acid
Vous retrouverez d'autres articles de sa part prochainement mais toute l'équipe de Metalnews.fr lui souhaite la bienvenue, en espérant que sa plume vous séduise et qu'elle vous fasse découvrir de nouveaux groupes ou vous confor(...)


Pas mal, rien d'extraordinaire et ça reste du black Telerama-compatible (ça m'empêche pas de beaucoup aimé BaN) mais il y a 2 choses que j'apprécie :

1) Ils avaient fait une itw du gars de Throane et je m'étais dit, c'est bien mais ils pourraient quand même s'intéresser à BaN q(...)


les Vegan et auters Veggie nous les cassent sévère


Ouais le "Rock" c'est la grande mode, c'est hype. Faut profiter du filon avant que ça s’essouffle !
Et si Nirvana a eu son "Last Days" de Gus Van Sant, fin c'est sur Cobain plutôt. Plus une palanquée de docu plus ou moins bon.


J'avais adoré le premier album... celui-là ne m'a pas déçu. Un groupe qui mériterait d'être plus connu.


C'est entraînant


Débat intéressant.
Autant la gars de Tyr assume complètement son truc, et c'est son droit, du moins tant que le pays d'où il vient maintient la légalité de cette pratique. Autant une asso qui se veut vegan, moi je trouve ça étrange qu'elle cautionne ça en étant partie prenante de l'(...)


Avec tout ça, TYR ne fera jamais la 1ere partie de GOJIRA . Je ne suis pas vegan je n'ai jamais écouté TYR, mais on peut aussi boycotter les concerts dont les groupes sont chasseurs ou bossent dans des abattoirs. Pour les chasseurs , il y a de tout du saoulot, du viandar mais aussi du responsabl(...)


Cette année ça y va les films qui retracent l'histoire d'un groupe...

Queen, Mayhem, Motley Crue les trois a la fois, a qui le tour ? Limp Bizkit lol

Nirvana ils ont jamais rien fait ? Je me demande.