Dans la vie, il faut d’abord croire en soi-même avant que les autres ne puissent croire en vous. Et en musique, le flashy, le fort en gueule, ça paie souvent, spécialement lorsque vous traînez vos guêtres du côté du Glam, du Sleaze, et du Hard Rock survitaminé. Il est certain que ces créneaux ne sont pas vraiment faits pour les introvertis, les timides et les réservés, et ceux qui souhaitent traverser la vie sans se faire remarquer. Et puis, quel mal y a-t-il a se la péter, puisque de toute façon le show-business est fait pour ça, pour nous faire rêver, nous permettre de nous évader et de mimer nos idoles devant un miroir pour nous laisser croire que nous aurions pu être Marc Bolan si nous étions né Marc Bolan. Cette attitude, les australiens de SNAKE BITE WHISKY l’ont bien comprise, et ces hirsutes n’hésitent pas à s’autoproclamer « groupe Sleaze australien numéro 1 », ce que leur premier album semble confirmer de sa morgue et de sa hargne sexuée. Fondé en décembre 2014 du côté de Brisbane, ce quatuor ne fait pas dans la dentelle mais plutôt dans le cuir et les moues boudeuses, les fanfreluches leather et les gestes obscènes. Une certaine façon de perpétrer l’esprit originel du Strip dont ils se réclament, à juste titre puisque leurs chansons ont le panache des permanentes laquées du public de cette scène. Quatre musiciens donc, avec foi mais sans loi (Jay R - chant, David Arens - guitare, Stacii Blake - basse et Al « Ace » Buvka - batterie), qui nous ont déjà offert quelques petites pépites de format divers, en commençant leur parcours par un single bien troussé. Puis, ce furent deux EP’s qui entérinèrent leur soif de gloire, Two Steps to Oblivion et Dirty, en 2016, avant que le combo haut en couleurs ne se fasse remarquer par les radios, les plateformes, et signe un deal avec Pavement Entertainment aux USA pour une distribution via Sony Red. C’est donc bien épaulés que les australiens affrontent aujourd’hui la concurrence internationale, d’autant plus que This Side of Hell semble un outsider sérieux dans la catégorie poids moyen du Glam.  

Se décrivant comme un cocktail survitaminé composé d’une bonne rasade du GUNS des débuts épicée d’une épaisse couche de liqueur MOTORHEAD, les SNAKE BITE WHISKY se posent en ardents défenseurs d’une certaine conception du Sleaze d’il y a trente ans, et n’hésitent pas à nommer quelques influences pour vous permettre de les appréhender. Ainsi, les noms de FASTER PUSSYCAT, LA GUNS, BEAUTIFUL CREATURES, MOTLEY CRUE, JOHNNY CRASH, SKID ROW serviront de balises, même si le Hard Rock des australiens a ce côté sauvage qui caractérise les sorties nationales les plus Rock. Ici, pas question de diluer sa hargne dans de jolies mélodies pour séduire les adolescentes, le Hard doit rester abrupt, dur, mais gouailleur juste ce qu’il faut pour ne pas trop se prendre au sérieux. Sans prétendre révolutionner quoique ce soit, ces quatre cousins du bout du monde ont pris leur temps pour dessiner les contours du leur, et en dix morceaux, font le tour de la question, abordant chaque thématique avec sérieux, mais avec le détachement nécessaire pour ne pas passer pour de vilains prétentieux. Dotés d’un son très sec, faisant claquer la basse comme un fouet, This Side of Hell n’est rien de moins qu’un concentré de séduction virile, qui recycle des riffs éprouvés et des méthodes assumées, faisant montre d’un surplus de puissance qui permet de se distinguer de la masse. Pas question de sombrer dans l’excès de sentimentalisme, les mecs sont là pour frapper fort et vite, vous organiser une party de l’enfer, et repartir avec les petites culottes de votre mère. Et on sent cette envie de choquer et de marquer dès « Damnation Alley », que les FASTER PUSSYCAT auraient pu entonner en compagnie des ZODIAC MINDWARP il y a quelques décennies. Esprit greasy, licks qui collent au palais, implication totale, tels sont les arguments d’un combo qui préfère exploser que briller, et qui ne perd pas de temps en conjectures.

D’une simplicité qui le confine à l’économie, ce premier LP fait la part belle aux guitares hargneuses et aux rythmiques qui pulsent, et si le chant très étrange de Jay R pourra rebuter quelques âmes sensibles (on a parfois l’impression d’entendre le Rob Zombie des jeunes années tenter d’imiter Taime Downe), le feeling Punk de l’ensemble qui ne trahit pas l’allégeance Rock aura de quoi séduire les plus durs des tendres. D’ailleurs, les anciennes méthodes de drague de Bolan sont recyclées, dans le riff de « Down In The Dirt » qui travestit le « 20th Century Boy » pour le faire tapiner du côté des premiers trottoirs arpentés par les GUNS. C’est sauvage, mais ça reste compréhensible, et surtout, ça n’abuse pas de gimmicks pour combler les vides, même si l’utilisation de quelques chœurs juvéniles agrémente l’ensemble d’une petite touche de perversion. On se laisse alors aller à dodeliner, et lorsque le tempo monte d’un cran, le tout prend des allures d’hymne adolescent pour brûleurs de bitume incandescent (« Ain’t Dead Yet » gueulait l’écossais. Mais les australiens savent aussi beugler). Comme une version survitaminée des premiers L.A GUNS, This Side of Hell nous décrit un enfer somme toute assez sympathique, ou s’envolent des feux-follets de syncope à la AEROSMITH (« Spin »), et où se dandinent quelques drôlesses au charme dangereux, mais aux baisers fougueux (« B.A.M », subtil mélange scolaire de bisbille entre les garçons et les filles sur fond de tempo à la MOTORHEAD). Du classique donc, mais joué avec une telle énergie qu’on ne se perd pas en justifications, et qu’on ne cherche pas à raccrocher ce wagon à la bonne locomotive. Se rapprochant parfois d’une traduction sommaire et brutale des BACKYARD BABIES (« Last Man Standing »), ce premier LP fait exploser le potentiel d’un groupe qui trouve sa raison d’être sur scène, et qui s’apprête justement à les cramer de ses hits envenimés.

Se focalisant sur des interventions courtes, les SNAKE BITE WHISKY instaurent un climat de hold-up sensoriel, et projettent l’image d’une horde sauvage débarquant dans un bar pour se jeter une rasade, coller de près aux gentes dames, et s’enfuir à cheval sans aucune explication. On se remémore en leur compagnie de quelques shots déglutis avec des potes (« Drinking For Two »), nous laissant la gueule à l’envers mais le cœur pas solitaire. Ce qui n’empêche pas une certaine émotion au moment de rentrer à la maison (« Another Day »), quelques ambitions (« New Revolution », plus lourd que la moyenne et au son à l’ancienne), mais surtout, une bonne dose de boogie pour revenir à la raison (« She Likes Machines »). Pas étonnant que ces fieffés greffiers du Sleaze miaulé se soit décrétés number one, puisqu’ils en ont les arguments, et que ce premier album est de la catégorie des œuvres qui agissent immédiatement. Mais il est inutile de bluffer lorsqu’une quinte flush vous brûle les mains. Il suffit de poser les cartes sur le tapis pour faire le malin et remporter la mise haut la main.   


Titre des morceaux :

                           01. Damnation Alley

                           02. Down In The Dirt

                           03. Ain’t Dead Yet

                           04. Spin

                           05. B.A.M.

                           06. Last Man Standing

                           07. Drinking For Two

                           08. Another Day

                           09. New Revolution

                           10. She Likes Machines

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 23/03/2019 à 14:54
82 %    310

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Mama's Gun

Mama's Gun

King Gizzard

Infest the Rats' Nest

Slave One

Omega Disciples

Adx

Bestial

Alerta

Tu Decides El Final

Metalite

Biomechanicals

Kludde

In De Kwelm

Equilibrium

Renegades

Darktribe

Voici l’Homme

Depraved

Raped Innoncence

High Command

Beyond the Wall of Desolation

Poppy

I Disagree

7 Weeks

Sisyphus

Engulf

Transcend

Witchgrove

Goetic Songs

Aerodyne

Damnation

Assassin's Blade

Gather Darkness

Heathen

Evolution In Chaos

Kmfdm

Paradise

Melechesh + W.E.B. + Selvans

RBD / 21/01/2020
Black Death Metal

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Concerts à 7 jours

Gloryhammer + Nekrogoblikon + Wind Rose

01/02 : Ninkasi Kao, Lyon (69)

Gloryhammer + Nekrogoblikon + Wind Rose

29/01 : Le Metronum, Toulouse (31)

+ Father Merrin + Ataraxie

31/01 : Le Klub, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Mdr mais c'est ça.

Je vous propose mon festival avec les affiches suivante.

Cradle of Deicide (Extreme Death sympho atmo)
Morbid Suffocation (Death Metal)
Paradise of Tragedy (Metal Goth)
Napalm Obituary (Death/grind)
Immortal Emperor (Black Metal)<(...)


Sadistic Sabbath !


Please welcome mon nouveau groupe : Carcass Terrorizer ! :-)


Ils ne se font plus chier les groupes pour trouver leur nom maintenant: tu prends le nom de deux groupes, tu les mélanges et c'est fait.


Mais non... C'est quoi ce debut d'année pourri.


Bizarre, le communiqué a disparu des réseaux sociaux depuis...


Même si ce n'est pas franchement une surprise, c'est tout de même une bien triste nouvelle, Absu étant un groupe cher à mon cœur... Ne reste plus qu'à espérer que le dernier album verra quand même le jour.


Rammstein pas nommé ?


Pour la musique comme pour le sport, ce dimanche était vraiment une journée de merde.


Il vaut mieux en rire...


C'était vraiment un batteur exceptionnel et novateur.
Il n'a peut-être pas fait la carrière à laquelle il aurait pu aspirer (à cause de l'instabilité de ses groupes) mais je suis convaincu qu'il laisse un héritage important


Houff... bien que je sois beaucoup plus fan de Death que de Cynic, ça fait un choc. Je l'avais vu en 2008 avec Cynic quand ils tournaient avec Opeth, le premier album après reformation venait de sortir.


Oui très impressionnant sur scène, il faisait tous les backing vocals en plus. Il n'avait que 20 ans à l'époque. Un tueur.


Vu sur scène avec Nile à l'époque : ce mec était un monstre avec son instrument ! Pour son premier concert avec le groupe il avait appris les morceaux de la setlist en seulement 3 jours...


le renouveau de la merde musicale


Achat obligatoire prochain !


Pas particulièrement convaincu. Peut-être à ré écouter...


J'ai pas tenue plus d'une minute, pourtant comme bien d'autres parmi nous je suis plutôt éclectique et assez bon public, mais là je suis comme les mecs dans le clip, c'est ennuyeux...


"le premier vecteur d’appréciation d’une œuvre, c’est sa capacité à déranger et à bousculer."
Ah bon ?
Si Bach avait su ça il se serait pas fait chier avec ses contrepoints


C'est effectivement très court, mais ça semble bien sonner à mes oreilles de néo-amateur du groupe. J'attends la suite !