DEPRESSED fait partie de ces groupes qui ont eu besoin de temps pour véritablement asseoir leur réputation. L’histoire avait pourtant bien commencé avec la sortie d’une démo référentielle, Diabolical Servents of the Cross en 1999 qui leur permis de propager leur bonne parole brutale, mais las, les choses ne se passant jamais comme prévu, c’est quinze années supplémentaires qu’il leur fallut attendre pour enfin exposer leurs vues sur longue-durée. Pourtant ces vues étaient claires dès la formation du groupe, et assumées par Giovani Venttura (chant) and Rodrigo Jardim (guitare). Jouer un Death Metal agressif et authentique, non édulcoré, et proposant un survol de toutes les tendances brutales d’un sous genre fatal. Alors, en 2015, lorsque le temps fut venu d’enregistrer le premier LP, il n’y avait plus de temps à perdre sur un quelconque passé révolu, et il fallait foncer. Chose fut faite avec le terrassant Afterlife in Darkness, distribué en indépendant et qui mettait les choses clairement au point. On sentait le groupe affuté, et galvanisé par des premières parties grappillées les années précédant l’album en ouverture de KRISIUN et ROTTING CHRIST. Aujourd’hui, quatre ans plus tard le groupe s’est imposé sur la scène extrême lusophone grâce à des concerts dantesques et une réputation de machine à broyer tout sauf usurpée, et c’est donc via un second LP que les brésiliens nous récompensent de notre fidélité, sans changer d’un iota leur approche, toujours aussi brutale. Beyond The Putrid Fiction se présente donc sous la forme de douze morceaux promus par le label Black Lion Records, certainement très satisfait de sa signature. Car le Death qui anime les sillons de cette seconde réalisation est évidemment sans compromission ni compassion pour nos oreilles, tout en respectant un code de modération qui n’édulcore pas la bestialité ambiante. En gros, du boucan organisé, mais pas stérilisé.

Au menu, douze morceaux sans compromis, tous animés d’une rage sous-jacente prête à exploser au moindre break et à la moindre accélération. Doté d’une production énorme, aux graves agressifs et aux aigus régressifs, Beyond The Putrid Fiction fait chaque seconde honneur à sa superbe pochette signée par Mark Cooper. On y sent le background d’un groupe né à l’agonie des nineties, et désirant en retrouver le souffle épique et morbide. Avec des influences assez évidentes, nageant dans les eaux troubles de HATE ETERNAL, DEICIDE et autres KRISUIN, ce second LP est une démonstration de savoir-faire cruel et puissant, à la rythmique concassante et aux guitares à la gravité délicieuse. Pas avares de leur créativité, les brésiliens nous assomment donc d’une douzaine de compositions à l’énergie ne se démentant jamais, quoique l’agression globale tolère très bien quelques aménagements plus lents. Mais la vitesse de croisière reste tout de même assez élevée, et les riffs, adeptes d’un vibrato hystérique comme l’exige la tradition, confèrent à l’ensemble un parfum de folie générale le confinant à la partouze de démons lubriques. Ce qui frappe au prime abord, et au second aussi d’ailleurs, c’est cette sensation de rage qui anime les musiciens, comme s’ils étaient conscients de l’enjeu et de la revanche à prendre sur le destin. Cette rage se manifeste dès les premières secondes de « Beyond the Putrid Fiction », qui ne prend que quelques instants pour planter le décor avant de lâcher une pluie de blasts dévastatrice. Personne n’est donc pris en traître, et le Death des années 90/2000 nous prend immédiatement à la gorge dans une étreinte sadique, mais terriblement joussive. Les multiples changements de line-up ayant constamment ralenti la marche en avant du groupe ne sont désormais plus qu’un lointain souvenir, même si Giovani Venttura (chant, ex-CORPSES CONDUCTOR, ex-VIOLENT, ex-CHAOS INC, ex-GOLEM, ex-PAINLESS, ex-ATOMIC MASS, ex-COGUMELO DIABOLICO, ex-DEPRESSED GOD) reste le seul membre d’origine et le garant de la légende passée. Mais les légendes peuvent parfois connaître une suite selon l’opiniâtreté de leurs rédacteurs, et gageons que celle de DEPRESSED est loin d’être achevée.

Alternant la violence crue et la violence brute, le quintet brésilien (Giovanni Norbiatto - basse, Giovani Venttura - chant, Murillo Hortolan & Douglas Ratam - guitares et Rodrigo Butcher - batterie, le petit dernier arrivé en 2019) se montre aussi à l’aise dans la boucherie haut rendement que dans le dépeçage patient, et un morceau comme « Into the Realm of Abhorrence » prouve que les lusophones sont certes des brutes épaisses, mais des brutes intelligentes et conscientes de l’impératif de variété. C’est ainsi que le désir initial de couvrir tout le spectre d’un Death brutal est toujours assouvi en 2019, et que ce second LP à des allures de synthèse globale et parfaite d’un mouvement cruel, mais agencé. On aime évidemment ce turn-over constant de plans qui s’entrechoquent, dans la plus grande tradition extrême des trente dernières années, mais surtout cette utilisation d’un mid tempo vraiment étouffant que des blasts sans pitié viennent accentuer avec une folle régularité. Le chant de Venttura, toujours aussi grave et en dualité confère à l’ensemble une aura vraiment morbide de psychopathe en goguette, mais c’est le travail global qui marque les esprits, avec une cohésion d’ensemble le confinant à un maelstrom de violence à peine interrompu par des soli mélodiques à souhait. Tout est efficace, pertinent, et si les titres sont d’une durée raisonnable, les plus longs ne manquent jamais de jus et nous proposent des motifs catchy facilement reconnaissables (« Blame it on Hate » dont la redondance du motif central laisse les oreilles qui saignent mais l’âme sadique satisfaite de tant d’égards). Certes, les musiciens ne traînent pas en route, mais lorsqu’ils temporisent, ils le font par volonté et avec flair, et non comme simple réflexe. Ce qui permet au monstrueux « Mandatory Coexistence » de multiplier les coups de vibrato et de nous aplatir d’une épaisseur conséquente.

Sans révolutionner le petit monde du Death Metal barbare et brutal, les DEPRESSED y laissent une empreinte durable et profonde, maintenant constamment la pression pour ne laisser qu’un champ de ruines, d’os et de sang derrière eux. Une bien belle réalisation qui sent la barbaque, qui casse la baraque, et quelques cervicales au passage. Une façon très brésilienne de voir les choses, mais qui accepte le legs américain en la matière. Souhaitons à ces maniaques du plan fatal une longue carrière parsemée de morts musicales violentes et autre souffrances harmoniques.           


Titres de l’album :

                        01. Marching into Damnation

                        02. Beyond the Putrid Fiction

                        03. Into the Realm of Abhorrence

                        04. Delight in Pain

                        05. Blame it on Hate

                        06. Unholy Conveant

                        07. Mandatory Coexistence

                        08. Descending into Madness

                        09. Thy Fragment of Light

                        10. Cease and Decease

                        11. Cult of Treason

                        12. Satanic Riots

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 16/03/2020 à 18:13
82 %    143

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

Conny Bloom

Game! Set! Bloom!

Death. Void. Terror.

To The Great Monolith II

Vulcano

Eye In Hell

Vaisseau

Horrors Waiting In Line

Justify Rebellion

The Ends Justify The Means

Uncut

From Blue

Invocation

Attunement to Death

Lag I Run

Vagrant Sleepers

White Ward

Love Exchange Failure

Pissed Regardless

Imperial Cult

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Intéressant, on pourrait savoir qui a fait l'artwork? il est magnifique et je trouve dommage que les crédits des artistes ne soient que rarement mentionnés alors que c'est eux qui fournissent le contenu.


Tu nous feras deux pater et trois avé en pénitence.


J'avoue avoir utilisé la désignation d'Encyclopaedia Metallum sans chercher à vérifier tellement j'ai confiance en ce qui y est mis habituellement.


Dimmu Borgir en PLS ! Impressionnantes les orchestrations, et pourtant je ne suis vraiment pas client de Black sympho !


J'aime toujours Revenge, mais je trouve que le groupe a sacrément perdu de son aura malsaine et dérangeante aujourd'hui... Trop d'albums et surtout trop de live selon moi, ça perd en "mystère"... Après c'est toujours bien bestial et nihiliste comme on aime, mais bon. Enfin ce n'est que mon avis(...)


Effectivement pire mascotte de tous les temps.
Elle porte un nom je crois d'ailleurs mais je ne sais plus lequel...


Bien plus Grunge que Sludge Doom ce truc...


Excellent groupe, avec un son en avance, des putains de riffs et la plus horrible mascotte qui soit.


pas le 27 Avril mais c est le 17 Avril voir site;
https://wickedmetalreview.wixsite.com/wickedmetalreview/post/reptilium-adrenochromacy?fbclid=IwAR3mQiBqH-HFePj2K1w3WrzchVjL2mABPa-drsZ2slIrmbxKotYt1qe3r6g


Ah, effectivement : la pochette est terrible !!


merci pour ton report
Je n'ai pas pû me déplacer pour cette affiche monstrueuse, ce qui rend la lecture douce et cruelle à la fois.


Un produit plastique crée de toutes pièces, sasns identité ni âme. Merci Nuclear Blast de cracher sur le patrimoine.


Seul le premier album était excellent, les 2 autres dont celui-ci de moins en moins bons.


Et bien... quelle chronique Mr Mortne une fois de plus !
Un album pas encore écouté pour ma part, mais j'ai limite l'impression pourtant, tellement on en entend parler partout. J'y jetterais une oreille certainement, en asseyant de faire fi des polémiques l'entourant.


Ah ah ah !!!
C'te pochette est juste géniale bordel !


Effectivement le chant fait très Hreidmarr.


Concernant le chant je me suis fait la même réflexion oui ;)


J'aime beaucoup les grattes. Le chant fait sacrément penser à du Hreidmarr (metal archives ne dit rien sur le line-up mais, quand même !).


Pour l'instant je n'ai pas eu vent d'annulation quant au Festival de Nîmes. Comme il s'agit d'une suite de concerts indépendants à jours séparés étalés sur un mois il n'est pas nécessaire d'envisager une annulation en bloc pour le moment, je pense. Les premiers concerts de la deuxième quinz(...)


Son état à l'air assez sérieux. Plus ça va, plus la grippette qu'on nous a vendu devient de plus en plus vénère.

sinon la news mériterait d’être réécrite, un peu trop de répétitions et désagréable à lire.