« Les ennuis viennent généralement par trois. BRUTUS aussi »

Avec un nom pareil, on est en droit de s’attendre à une musique en chien de fusil, du genre qui montre les crocs du fond du jardin, campé sur ses solides pattes, un gun à proximité histoire de renforcer le pouvoir très dissuasif des mâchoires carrées et baveuses. Un molosse pas vraiment apprivoisable, un peu wild on the run, qui mordille les chevilles du facteur avant de lui bouffer les noix.

En gros, un voyage éclair de la bicyclette à la boîte aux lettres en protégeant ses parties pour ne pas les pleurer cinq minutes après.

Un traquenard Belge. Une incursion en territoire noisy/doggy flamand qui utilise la distorsion, le larsen comme armes de prévention, mais qui cherche quand même un moyen d’expression pour formaliser sa rage brute. Et vous savez quoi ?

C’est exactement ce qui vous attend au coin des gouttières de ce Burst qui pourrait quelque part symboliser le renouveau de la scène Post Noise Belge si elle n’était pas déjà aussi active.

Comme ils l’ont annoncé, les BRUTUS sont trois. Ou quatre, puisqu’ils vous impliquent activement dans leur démarche.

On retrouve donc à la guitare Stijn, Peter à la lourde basse concentrique et claquante, et évidemment, une figure de proue par dénomination logique, Stefanie, au kit et au micro.

Une batteuse/chanteuse tiens. Pas banal ça, et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’en tant que « leadeuse » naturelle, la dame cogne ses fûts comme personne tout en malmenant le micro de ses volutes vocales sinuant entre litanie hurlée et séduction assumée.

Mais le quatrième larron, vous donc, à pratiquement autant d’importance que les trois membres à proprement parler. Car c’est vous qui allez vous trouver au centre de cette démonstration de puissance qui laisse les oreilles hagardes et la garde baissée. Ils veulent que vous dansiez, et aussi étrange que cela puisse paraître, c’est peut-être la première chose que vous allez faire. Bizarre non de concevoir une gestuelle rythmique cohérente alors même qu’un flot de décibels vous inonde les cages ? Pourtant, c’est assez logique, encore faut-il écouter et ressentir la musique des BRUTUS pour concevoir un pas de deux bien chassé.

Alors, des brutes ces Belges ? Oui et non, car aussi violente et abrasive soit leur musique, elle reste musique. Nous sommes loin du Post Rock apocalyptique ou de l’art Noisy des SONIC YOUTH, mais plutôt proche d’un Rock européen dopé aux essences de térébenthine US, bien que la guitare de Stijn se veut incendiaire et que la basse de Peter occupe quasiment deux tiers de l’espace sonore. Il serait facile de comparer ce trio aux COILGUNS par exemple (les voisins Suisses), ou même aux homologues d’EL YUNQUE (même pays, violence moins larvée et moins euphorique), mais en fait, leur univers est tellement versatile qu’il convient de ne pas placer de référence sur le parcours d’une chronique qui se veut hommage à leur talent naturel.

C’est évidemment puissant, parfois dissonant, et même, de temps à autres, apaisant dans l’agressivité, qui couve sous un feu de désir destroy (« Bird », sublime de colère romantique qui tombe les deux cœurs unis dans le Post Metal le moins contemplatif et le plus harmonique dans les déviances).

Et finalement, le point de convergence entre Post Metal, Hardcore, Noisy Rock et Post Rock gonflé est atteint dans un équilibre même pas instable, sans doute à cause de l’osmose incroyable entre ces trois musiciens qui semblent se connaître par cœur.

Ensemble, Stefanie, Peter et Stijn sont probablement le meilleur groupe de leur catégorie. Cette façon qu’ils ont de faire sonner leur instrument en solo tout en jouant l’esprit de fusion est admirable, et donne naissance à des chansons proprement hallucinantes d’audace, comme cette réappropriation Power Pop d’une structure Noisy de base sur le hit « Crack/Waste », qui cavale d’un tempo de folie sur une mélodie sucrée, hurlée et chantée par une Stefanie dont le jeu de batterie et les vocaux de folie se lovent en un unisson fabuleux.

On pense à une version en pleine montée des PIXIES et des DEUS, le tout joué par des Peter, Paul and Mary sous acides, qui assumeraient leur côté romantique sans occulter leur part sombre dans les couloirs d’une nuit sans rêve.

Mais sans conteste, chaque entrée à sa raison d’être, et chaque morceau déborde d’une vitalité et d’un espoir incroyablement tangible, même lorsque la furie prend le pas sur la mesure, comme sur cette cathartique ouverture « March », qui enfonce le clou UNSANE dans le cercueil LIZARD, sans se départir de ses excès mélodiques.

Un partout, balle au centre. Et au centre, cette balle va rebondir sur l’épique « Drive », qui après une intro progressive et grondante cède le pas de deux à une litanie Post Rock corrosive, et pourtant sublimée des caresses vocales de Lady Mannaerts qui ondule ses cordes pour mieux fracasser son kit et nous offrir un beat hypnotique.

Un refrain qui n’en est pas un, et une reprise à la DESCENDENTS, pour un morceau qui passe en revue tous les styles incorporés à leur univers. Admirable.

« Justice de Julia II » est à mon sens un autre haut fait de ce Burst qui semble exploser de sa créativité, et évoque tout autant la SIOUXSIE la moins opaque que les PUMPKINS, et qui permet une fois de plus à Peter de malmener sa basse en un tourbillon de distorsion, avant que Stijn et Stefanie ne le rejoignent pour un mantra orgiaque digne des meilleurs DEFTONES/THE OCEAN.

Mais tout n’est pas long et alambiqué, et « Horde II » se satisfait très bien de son court temps imparti, pour une fois de plus transposer un univers Pop dans un contexte Post Rock, se voulant aussi Noisy que Poppy.

Le final envoutant de « Child » est peut-être le lien le plus évident avec le Post Metal, de son tempo lent (très), de son plan de guitare tournoyant, et de son chant éthéré (très). Mais à ce moment-là de l’album, vous commencez à connaître les larrons, et vous vous doutez que tout ça ne va pas durer. Et bien sûr, ils explosent le tout d’un accès de rage Noise, qui dégénère encore sur une brutale accélération qui – c’est possible – créé un climat Post BM rugueux toujours peint des couleurs pastels de la voix de Stefanie.

Unique ?

Unique.

Dans un monde de valeurs, les BRUTUS pourraient être désignés sous l’appellation « meilleur groupe du monde ». Un groupe qui dans les studios de Vancouver est parvenu à restituer sa folie scénique. Un trio qui a réussi à synthétiser des genres pour donner naissance au sien.

Un groupe et un album qui font cohabiter la violence la plus stridente ou sourde et les harmonies les plus délicates.

 Un groupe et un album. Les deux étant indispensables. Il n’y a rien d’autre à savoir.


Titres de l'album

  1. March
  2. All Along
  3. Not Caring
  4. Justice De Julia II
  5. Drive
  6. Bird
  7. Crack/Waste
  8. Looking for Love on Devils Mountain
  9. Horde II
  10. Baby Seal
  11. Child

Site officiel



par mortne2001 le 27/02/2017 à 14:57
95 %    435

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Skeletoon

They Never Say Die

Temple Balls

Untamed

Starchild

Killerrobots

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)


cool report !

peut etre aussi moins de monde car affiche avec au final tres peu de black comparé aux précédentes éditions j'ai l'impression,mais ca reste plutot bien fat comme affiche ! il va bien falloir que je me deicide a bouger mon boule en Hollande.


ca faisait longtemps que je n'avais pas ecouté Hate, et merdum ? c quoi c'truc tout mou


*que pour les marathoniens


Concernant la bière si il faut choisir oui la Jup c'est mieux que la kro mais bon... on a sans doute trop pris l'habitude des bonnes bières artisanales qu'on trouve partout aujourd'hui ;)
Sinon oui au début (et / ou bourré) la salle c'est un peu Poudlard : quand on prend un escalier on sai(...)


j'aime bien , un album ou on discerne chaque intrument. A retenir dans un coin de la tête pour cet été.


Je n'y étais pas cette année, mais effectivement, très, très bon fest que celui-ci.
- J'ai effectivement entendu dire par quelques comparses qui eux avaient fait le déplacement que c'était l'année où il y avait le moins d'affluence. Bizarre au vu de l'affiche toujours aussi bandante.


Très beau récit, merci ! Cela donne envie. Je ne suis pas étonné de l'apathie du public Néerlandais, il paraît que ce sont les pires à travers toute l'Europe pour ça. Mais cela n'empêche pas de profiter.


Merci pour le report, ça donne envie d'y aller ! :)


Oui la pochette est superbe.