Rock Progressif Français - Une Histoire Discographique

François Robinet

Camion Blanc

Parlez de Rock français à des étrangers, ils vous riront au nez. Parlez de Rock français à des artistes étrangers, ils resteront cois et ne sauront quoi dire à part faire quelques allusions qu’ils veulent cocasses à Edith Piaf ou Maurice Chevalier. Certains sauront parler des RITA MITSOUKO, voire de l’écurie Boucherie Productions, mais la plupart seront incapables de citer ne serait-ce qu’un seul nom pour illustrer la thématique. Mais parlez de Rock français en France, et le résultat ne sera pas plus brillant. Pour beaucoup, le Rock hexagonal se limite à Johnny Hallyday et quelques suiveurs yé-yé, à TELEPHONE évidemment, et une poignée oseront même citer les BB BRUNES ou les NAAST. Peut-on leur en vouloir alors que les médias ont joué le jeu de l’uniformisation pendant des années, nous laissant à croire qu’en France, seule la variété avait droit de cité et d’exister ? Alors, lorsqu’on aborde le sujet encore plus délicat du Rock progressif national, la question devient encore plus épineuse qu’un massif de rosiers. Le Rock progressif a-t-il existé un jour en France en dehors des valeurs sûres d’ANGE et MAGMA ? Bien évidemment, et c’est à un certain travail de réhabilitation que s’est attelé François Robinet, qui avec son ouvrage Rock progressif français - Une histoire discographique a ouvert les vannes (qu’il me pardonne ce jeu de mot) de la vérité en dressant un portrait presque exhaustif de la scène française, des origines à nos jours.

Né en 1993 à Dunkerque mais Auvergnat depuis de nombreuses années, François Robinet est professeur agrégé d'histoire et chercheur en histoire contemporaine ; il étudie les mouvements dits populistes qui apparurent à la fin du XIXème siècle en France, en Espagne et aux Etats-Unis, et par extension, la sociologie électorale. Rédacteur en chef d'Albumrock depuis 2020, il rédige régulièrement des chroniques pour ce webzine dans les styles qui le passionnent - Rock progressif, Hard rock, Heavy traditionnel, Rock sudiste, Blues rock - et couvre autant l'actualité qu'il revisite le passé, notamment les 1970's.


Cette biographie de l’auteur fournie par la maison d’édition nous permet de comprendre que François n’est pas le premier venu pour parler de musique, aussi pointue soit-elle. Car le progressif français fait partie de ces catégories de musique qu’on évoque dans les cénacles les plus secrets, un trésor qu’on ne partage qu’entre initiés, et qui a le mérite d’être exposé au grand jour une nouvelle fois, de façon plus concise, mais tout aussi passionnée.

Car il est difficile de brosser un portrait couvrant quatre ou cinq décennies sans tomber dans le roboratif. Plus qu’un livre, cet ouvrage est à considérer comme un dictionnaire aux multiples entrées, une saga presque objective résumée à ses faits, et au recensement des albums ayant jalonné le parcours des groupes français parmi les plus passionnants que notre culture ait connus. Evidemment, pour en arriver là, il faut avoir en amont accompli un travail de recherche assez conséquent, sous peine de passer pour un cuistre. Alors, si d’un côté il est inutile de vous attendre à une exhaustivité qui n’est pas de mise, sachez que de l’autre vous ferez connaissance avec ces groupes que l’histoire a malheureusement rangés sur les étagères de l’oubli, pour diverses raisons, dont la durée de vie est la principale. Mais en sortant de la lecture de cet ouvrage, vous réaliserez à quel point la scène progressive française a été aussi riche que son homologue anglaise, et que sa rivale italienne, les deux références géographiques en la matière. Si les groupes français ont vite imité les références étrangères, comme l’avaient fait leurs grands frères yé-yé dans les années 60, d’autres ont au contraire créé leur propre langage, à l’image des mythiques MAGMA ayant accouché d’un style et d’un vocable à part entière.


Traité chronologiquement, l’ouvrage est donc décomposé par périodes, mais n’en a pas pour autant une structure gênante d’annuaire. Les périodes s’accompagnent d’ailleurs souvent d’un ancrage de style, que l’on parle de la scène de Canterburry ou du mouvement RIO (Rock in Opposition), jusqu’au renouveau du Néo-progressif des années 90. Evidemment, au vu de leur durée d’existence, certains groupes font l’objet d’une simple évocation ou d’une anecdote, spécialement dans les années 70, l’âge d’or du genre. D’autres au contraire servent de fil rouge à l’histoire, qui s’étale sur cinquante ans parfois, et il n’est guère surprenant d’apprendre que seuls deux noms sont imprimés à cent pages d’intervalle dans le livre. Ce sont évidemment les deux locomotives d’ANGE et MAGMA que l’on suit des années 70 aux années 2000, ce qui n’empêche pas l’auteur d’offrir une tribune conséquente à d’autres ensembles tout aussi importants. Connaissant bien la scène pour en avoir écouté la majeure partie des œuvres, j’avoue avoir une préférence pour quelques OS des seventies, les magiques ATOLL évidemment, AME SON, ALICE, ou les théâtraux et activistes ETRON FOU LELOUBLAN…

En gros, ce voyage dans l’univers si complexe du Rock progressif à quelque chose de passionnant, mais prend aussi des airs de chasse au trésor, dans le sens le plus littéral du terme. Les albums étant parfois sortis de façon très confidentielle, ils atteignent aujourd’hui des sommes astronomiques en version originale, d’autant que les rééditions sont parfois rares. Et les labels font donc partie intégrante de l’odyssée, ces labels parfois microscopiques ou montés par les musiciens eux-mêmes, mais plus qu’une œuvre froidement disséquée, il convient de voir en cet ouvrage la vie d’une grande famille, qui si elle était encore respectée et enviée dans les années 70, a rapidement été reléguée en bout de table dans les années 80. La répétition des noms des musiciens, les passions communes, ce rêve d’une autre musique, moins formatée et susceptible de séduire les masses consommatrices, nous implique au premier degré et nous intègre à la légende que François raconte avec délice, et on imagine bien l’auteur assis à son bureau, cerné par les vinyles, se délectant d’une musique hors des âges et des modes.


Que vous soyez ou non réceptif à cette musique n’est pas le problème, même s’il est conseillé d’avoir des notions du genre pour une lecture plus confortable. Mais plus qu’un simple recensement, Rock progressif français - Une histoire discographique est une réhabilitation de tout un pan de la culture musicale française, trop souvent oubliée ou tournée en dérision. Des villages, des gens simples ou au contraire des histoires de planètes perdues, des légendes, Emile, des violons, Kobaïa, un vélo, du Jazz, du classique, et ces légendes perdues que l’on se raconte encore un peu au coin d’un feu de bois.    

(Un grand merci à ma belle normande Angélique pour cet ouvrage)   

          


par mortne2001 le 06/02/2021 à 17:36
   138

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Saddam Mustaine

Megadeth, Ugly Kid Joe, Manowar les principaux en effet, qui ont un personnage qui suit le groupe, j'en oublie... 

04/03/2021, 19:15

Saddam Mustaine

Megadeth, Ugly Kid Joe, Manowar les principaux en effet, qui ont un personnage qui suit le groupe, j'en oublie... 

04/03/2021, 19:15

L\'anonyme

@ metalrunner: tout à fait d'accord avec toi.Je pense qu'Iron Maiden a beaucoup oeuvré dans le metal en ce qui concerne les pochettes d'albums. D'abord parce qu'ils ont instauré une forme de rituel que certains ont repris en gardant le mê(...)

04/03/2021, 18:18

Bones

Mouais, sommaire très moyen... mais la couv claque. :-)Sont malins, les p'tits salopiots, ils savent que ça va générer de l'achat compulsif. :-D

04/03/2021, 17:04

Arioch91

Suis plus abonné.Je verrai à l'occasion si je le vois en kiosque mais bon.

04/03/2021, 13:26

metalrunner

Quelle pochette je pense quelle ont bcp aide maiden  

04/03/2021, 07:44

Ragnar56

Je viens d'apprendre la nouvelle via un commentaire sous une vidéo YouTube

03/03/2021, 22:55

MorbidOM

Une double provocation assez géniale ?Les true métalleux le prennent pour un guignol depuis longtemps et la ménagère Polonaise le vois sans doute comme le rebelle de salon indispensable à ce genre d'émission, une sorte de JoeyStarr

03/03/2021, 04:08

Bones

Ca fait une publicité maousse autour de Behemoth et leur donne la "crédibilité" qu'ils recherchent.Faire le buzz => vendre des disques.Je ne m'en fais pas pour Nergal, ce petit malin fait bien parler de lui et c'est l'objectif.

02/03/2021, 18:47

RBD

Nergal est un provocateur né, comme bien des artistes surtout dans des sociétés conformistes. Le fait d'aller cachetonner et se montrer dans une émission de télé-crochet est une double provocation assez géniale, autant envers les true mé(...)

02/03/2021, 16:07

Jus de cadavre

Message pas posté entièrement... bizarre...Du coup suite :"Nous en sommes à une période charnière" là je suis d'accord. Quand sur un site comme ici les gens commencent à defendre le christianisme c'est (...)

02/03/2021, 09:30

Jus de cadavre

"Si Nergal en a marre d'aller devant les tribunaux, qu'il change de pays ou de style musical, point barre"Mais tout le monde du coup crieraient au lâche ou au vendu ! Si à chaque fois qu'il y a un truc qui nous plaît pas dans notre pays on doit l(...)

02/03/2021, 09:26

Gargan

Si Nergal en a marre d'aller devant les tribunaux, qu'il change de pays ou de style musical, point barre. Tu assumes quand tu t'exposes ainsi, c'est pathétique ce oin-oin alors que ça joue les durs sur scène. Ceci étant, je réécoute Sv(...)

02/03/2021, 08:21

Yolo

Merci pour vos commentaires les guignols.

02/03/2021, 08:09

Satan

@ Jus de Cadavre : En effet, le délit de sale gueule semble se manifester à l'égard de Nergal. Et tu as raison de dire que c'est quand même lui qui se fait chier devant les tribunaux.Le christianisme ne fait plus peur aujourd'hui, mais il faudrait se (...)

01/03/2021, 16:06

Jus de cadavre

Débat épineux ! Mais pour le coup que ça plaise ou pas, Nergal (même si c'est uniquement pour se faire de la comm on est d'accord) lui il va au tribunal et il a des emmerdes judiciaires... Dans la scène aujourd'hui, et même parmi ceux qui se (...)

01/03/2021, 14:49

Satan

@ Orphan : Ce n'est pas du tout ce qu'a dit Yolo, là tu t'en fais le ventriloque. Après, sur le courage ou non de Nergal ça se discute en effet, mais dans ce cas-là il convient de mettre dans le lot 99% des artistes dits "blasphématoires"(...)

01/03/2021, 14:10

Simony

Ben d'ailleurs, à part de la bière et des T-Shirts, il n'y a même pas l'album en vente sur leur shop ? C'est quand même bizarre !

01/03/2021, 14:00

Orphan

@Yolo : Je te rejoins à 200%Il est facile de pietiner le christ et le catholicisme ...... pas sur qu'il ferais la même pour d'autre.A partir de la pour moi fin du débat.

01/03/2021, 12:12

Gargan

Vu aussi ce live de King Diamond sorti il y a quelques jours par Metal Blade : Songs for the Dead Live - The Fillmore in Philadelphia

28/02/2021, 19:16