Mount Carcass

Endseeker

16/04/2021

Metal Blade

Virage critique pour les allemands d’ENDSEEKER, qui abordent donc l’étape la plus critique de leur carrière avec ce troisième album tant attendu. Deux ans après l’acclamé The Harvest, le groupe de Hambourg garde donc la même ligne de conduite, avec son Death à cheval entre les époques scandinaves, et prône toujours la brièveté en restant sous la barre des quarante minutes pour garder l’efficacité intacte. Est-ce pour autant que la formule est la bonne et qu’elle va mettre à genoux tous les fans d’un Death bas du front, mais redoutablement puissant ? Pas sûr, puisque une fois encore, le quatuor reste dans des balises très serrées, et que son attitude immobiliste risque de décevoir ceux qui attendaient d’eux de grandes choses.

Enregistré, produit, mixé et masterisé par Eike Freese aux Chameleon Studios à Hambourg, et flanqué d’un artwork signé Markus Bart Grasseck, Mount Carcass est beau à l’enrobage, et conséquent en tympans. Avec ce son si ample et grave qui rappelle le meilleur des studios Sunlight rehaussé d’un pragmatisme à l’allemande, il va chercher son inspiration dans les mêmes coffres du passé, se montrant évidemment allusif au CARCASS le plus Heavy et destructeur, tout en rendant hommage aux vagues successives suédoises des années 90. De la lucidité donc, pas de fioritures, et des mélodies insérées dans un contexte froid et rigide, pour produire une musique éminemment prévisible, fonctionnant au premier degré et ne cherchant ni la nuance, ni la complication.

A la première lecture, il est évident que Mount Carcass va définitivement asseoir la réputation du quintet (Torsten - basse, Andre - batterie, Jury et Ben - guitares, Lenny - chant, soit un line-up inchangé depuis les débuts). Ses compositions sont fortes, frappent immédiatement, développent des gimmicks qui restent en tête, et s’appuient sur la cohésion existant entre des musiciens se connaissant fort bien. « Unholy Rites » ne met d’ailleurs que quatre minutes et une intro classique pour mettre tout le monde d’accord, et proposer un mélange AT THE GATES/ENTOMBED de premier choix. Les riffs sont formels, le chant délicieusement rauque et velu, la rythmique a un abattage conséquent, et le tout est aussi fluide que de la pâte à crêpes préparée à la farine Francine. Quelques secondes suffisent donc à s’immerger dans l’œuvre, qui se veut aussi directe qu’un enterrement sans témoins. « Merciless Tide », sur le même moule, propose donc un prolongement logique, et utilise les codes les plus traditionnels du Death nordique, avec ces licks frigorifiés qui se réchauffent au feu d’une rythmique incandescente, mais habile dans le mid tempo. La fournaise dans la glace, telle est donc l’ambivalence, mais le classicisme du travail et son absence totale de prise de risques gêne assez rapidement.

Dès lors, deux possibilités : accepter d’écouter un album dont on peut anticiper chaque break et chaque soli timide, ou rejeter l’ensemble sous couvert d’un anonymat créatif flagrant. En optant pour la première solution, vous pourrez vous délecter d’un assortiment de chansons solides, bien agencées, et suffisamment middle of the Death road pour être appréciées par tous les fans du genre. En choisissant la voie de droite, vous risquez de vous ennuyer assez vite en laissant tourner des titres qui justement tournent en rond, mais qui misent tout sur la production pour sonner efficace et violent. En jouant la sécurité à outrance, ENDSEEKER s’est donc fourré dans une impasse artistique qui le condamne à intégrer les rangs déjà chargés des nostalgiques appliqués, mais incapable de transcender leur admiration pour le passé. Dommage, d’autant que les musiciens ont largement le potentiel pour aller chatouiller des références moins éprouvées. Pour vous éclairer sur la déception éprouvée, j’en suis venu à regretter les LIK, dont j’ai pourtant dénoncé le plagiat à de nombreuses reprises. Mais à contrario des allemands, LIK n’a jamais hésité à insuffler à sa musique la folie nécessaire pour excuser ses emprunts les plus flagrants : et ici, tout est trop propre et bien rangé pour vraiment provoquer.          

Ce qui n’empêche pas certains morceaux de vriller le crane et d’endommager les neurones. Ainsi, le mid assez inspiré de « Bloodline » s’écarte un peu du chemin trop bien tracé, même si ses harmonies lénifiantes ternissent un peu sa puissance. « Cult », qui bondit avec une belle assurance propose des parties moins convenues, et nous entraîne dans un headbanging solide. Le title-track, saccadé comme il faut offre une récréation fort ludique, tandis que la reprise osée du thème de Jean Charpentier permet une sortie de route plus couillue.

L’un dans l’autre, nous frisons alors la moyenne supérieure. Impossible de se montrer plus sévère, puisque l’album sonne, cartonne, et bastonne. Mais impossible de se montrer plus clément, tant le tout sent la copie lambda remise une heure avant la sonnerie. Evidemment, les fans hurleront au scandale, mais je suis si convaincu du potentiel des allemands que je ne peux me contenter de cette relecture trop polie aux entournures. Alors, apprécions Mount Carcass pour l’intermède agréable qu’il est, tout en déplorant que l’étape du troisième album soit franchie avec autant de désinvolture et de complaisance.

   

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Unholy Rites

02. Merciless Tide

03. Bloodline

04. Mount Carcass

05. Count The Dead

06. Cult

07. Moribund

08. Frantic Redemption

09. Escape From New York (John Carpenter cover)


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 26/06/2022 à 18:19
72 %    124

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

J'irai Mosher chez vous ! Episode 4 : Seattle

Jus de cadavre 12/08/2022

J\'irai mosher chez vous

Suffocation + Kharkov

RBD 08/08/2022

Live Report

Hysteria

mortne2001 04/08/2022

From the past

Voyage au centre de la scène : DEATH POWER

Jus de cadavre 31/07/2022

Vidéos

Incantation + Akiavel + Horror Within

RBD 30/07/2022

Live Report

Appetite For Destruction

mortne2001 21/07/2022

From the past

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 3

mortne2001 18/07/2022

La cave

HELLFEST 2022 / Part 2 / Du jeudi 23 au dimanche 26 juin

Jus de cadavre 06/07/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

Merci ! Et non pour la veste à patch ha ha ! On était déjà bien grillés en tant que frenchies (avec notre accent et... nos bouteilles de rouge !) je voulais pas en rajouter pour se faire remarquer

12/08/2022, 13:44

Humungus

Non, non Jus de cadavre, tu as très bien fait de poster ce nouvel épisode.Même si je ne compte absolument pas aller à Seattle ou Vancouver un jour, c'est toujours très intéressant d'avoir une vision autre d'une ville, d'une r&eac(...)

12/08/2022, 13:08

Humungus

Mouais...En même temps, des groupes qui font du playback dans un hangar en guise de clip, y'a pas que ces deux là hein... ... ...

12/08/2022, 12:56

Moi

Je confirme, le réalisateur est le même pour les 2 vidéos, et le créateur de Gaerea

12/08/2022, 11:43

Jean

C’est vrai que la plupart des artistes ont déjà tourné dans des festivals cet été en France . C’est pas la folie 

12/08/2022, 09:06

Humungus

C'est moi ou l'affiche n'est vraiment pas folle cette année ?

12/08/2022, 07:10

Fred

Croisé une fois, ce mec est une sorte de connard fan de l'Action Française et nostalgique d'un temps révolu, dommage qu'il n'ait pas l'honnêteté d'en parler dans cet interview. Saoulant et gavant.

11/08/2022, 21:06

Jus de cadavre

Merci pour ce très bon report (comme d'habitude) RBD.Nous avons encore et toujours la même vénération pour Suffocation, hé hé. Un groupe éternellement en immense forme sur scène. On se demande quand ils baisseront de r(...)

11/08/2022, 18:39

Simony

Je retiens MOOR et DEATH FILE RED avec LYMBOLIC SCYTHE dans un coin de la tête parce qu'il y a quelque chose je trouve dans cette démo...Merci Mortne2001 pour cette mise en lumière des suintantes abimes du Metal

11/08/2022, 08:20

Satan

@ Gargan : Pour le coup le réalisateur est apparemment un membre de Gaerea par ailleurs...

10/08/2022, 21:36

zfiaj

épingleR

10/08/2022, 18:04

Gargan

Peut être plus au réalisateur du clip d'être blâmé, mais ça fait du buzz pour les deux après tout.

10/08/2022, 10:07

Hip Fire

❤️

10/08/2022, 05:28

Satan

Oui c'est assez moyen, même si pour le coup le seul vrai reproche vient du fait d'avoir utilisé le même décor. Car je rappelle que les univers musicaux sont drastiquement différents, donnant un rendu final lui aussi différent.

09/08/2022, 23:36

Orphan

Copié un clip pas terrible, d'un groupe du même pays au même endroit...bordel la s'est fort. A cela tu rajoutes la dégaine d'Mgla, la cagoule serigraphié et tu est à un niveau de fils de puterie pas mal la. 

09/08/2022, 09:29

Moshimosher

Ah, ouais... tout de même... ça craint ! 

09/08/2022, 00:36

Saul D

ca me rappelle mon premier numéro acheté du fanzine METALORGIE ( ils parlaient des démos de DEATh POWER), le #10 avec Kevin Kuzma et Blood Feast en couverture...

08/08/2022, 16:08

Simony

Sold out en 5 heures....

08/08/2022, 12:42

Gargan

Ils ont troqué le look pirate à celui de paysan (bottes et gibson, c'était assez inédit), un peu dommage &nb(...)

08/08/2022, 10:15

Humungus

Pour les frontaliers, ils seront également au Metal Méan le 20 août.

08/08/2022, 07:01