Des mecs qui font passer un message sans se prendre au sérieux, j’aime. Des mecs qui en plus agrémentent leur musique et leur discours d’une pochette fabuleuse, j’aime encore plus.

Je sais, ce sont des considérations un peu futiles et superficielles, mais après tout, on trouve le point d’accroche qu’on veut, et c’est comme ça.

Alors après avoir jeté un coup d’oeil à l’artwork éminemment fluo du deuxième album des américains de BRAIN DEAD, et parcouru les post de leur page Facebook, j’étais déjà bien décidé à dire le plus grand bien de leur œuvre.

Ça aussi, c’est une réaction très subjective, mais une fois assimilés les morceaux de ce Disaster Ahead, je me suis rangé à ma propre opinion, et finalement, j’ai eu assez raison.

Pour faire court niveau historique, sachez que ce groupe de gentils allumés existe sous sa forme actuelle depuis 2010, et que ses membres s’appellent Rez Peterson (CRUCIBLE, basse et chœurs), Josh Angel (batterie), Adam Axe (guitare et chœurs), et Joey Dalo (chant).

Le quatuor a déjà sorti un premier LP en 2014 (Indoctrinator), et il convient de ne pas les méprendre pour leurs homonymes venus du Wisconsin.

Non, eux viennent de Los Angeles, California, et jouent une mixture intéressante de Thrash et de Heavy, qu’ils balancent avec une attitude très Punk, mais beaucoup d’application dans l’exécution.

Nous n’avons pas affaire-là à des branleurs à peine capables de pomper les références qu’ils se plaisent à citer (et d’ailleurs ils n’en citent aucune), mais bien à des instrumentistes aguerris, qui connaissent leur Thrash et leur Heavy sur le bout des doigts et qui les régurgitent avec une bonne humeur contagieuse.

Disaster Ahead est à l’image de sa pochette (l’œuvre d’un graphiste nommé Dominic, qui détaille d’ailleurs le processus de création sur son site, que je vous invite à découvrir), que je me plaisais à décrire comme très alléchante en préambule, et ne se gêne pas pour foncer bille en tête sur l’autoroute de l’enfer Metal sans trop se poser de questions, mais en posant quand même quelques jalons.

Loin d’un Thrash bas du front ou d’un Heavy bidon, les huit morceaux de ce second album sont tous coulés dans le béton, mais suffisamment agiles pour ne pas finir comme vulgaire poteau sous un pont. On pourrait bien évidemment citer les sempiternelles références eighties pour le situer, mais comme nous les connaissons toutes déjà, l’entreprise s’avèrerait vaine dès le départ. Contentons nous de savoir que le Thrash de ces Californiens est aussi exubérant que percutant, et que l’ennui ne nous guette que très rarement, voire jamais.

Les quatre cavaliers de l’apocalypse à venir aiment à varier les tempi et les ambiances, passant d’un Heavy Thrash mélodique à un Thrash radical et décisif qui ne tombe jamais dans l’excès, mais combine les rythmiques et les riffs des plus grands représentants du genre, tout en tâtant un peu du Crossover des LUDICHRIST/NUCLEAR ASSAULT.

L’humour est évidemment une composante importante de leur démarche, mais n’empiète jamais sur le sérieux d’une musique mature et fun à la fois.

Et comme les mecs sont tout à fait capables de signer des hymnes diablement accrocheurs comme cet entêtant « Last Obsession » et son riff redondant rebondissant sur une basse élastique, qui ressemble à s’y méprendre à un mariage consommé entre EXODUS et MORTAL SIN, avec une petite et délicieuse touche de METAL CHURCH, on se laisse vite embarquer dans les aventures de leur personnage fétiche, ce Billy Brain dont on retrouve trace un peu partout sur leur Facebook (et qui semble se délecter des méchancetés qu’il fait subir à cette pauvre Hillary Clinton et ce clown de Donald Trump).

Des gimmicks donc, à la MAIDEN/SOD, un talent indéniable pour la mise en scène captant l’attention, et un album qui s’écoute comme on dévore un comics, avec son lot de personnages hauts en couleurs qui déambulent dans des paysages apocalyptiques et absurdes tels qu’ils sont dépeints sur cette formidable pochette.

Billy Brains nous narre donc un futur peu enviable qui nous attend au détour d’un désastre annoncé, mais le fait avec bonne humeur, et au son d’un Heavy Thrash tonitruant.

A vrai dire, les BRAIN DEAD sont à l’image de cette nouvelle scène Thrash complètement décomplexée, à l’instar des WARHEAD avec qui ils partagent la scène, et qui n’hésitent pas à associer fun outrancier et efficacité personnalisée.

On peut penser à une adaptation de la Troma en musique, avec plus de sérieux et d’application bien évidemment, mais on imagine très bien ce héros squelettique affronter ses ennemis au son de ce Metal agressif et paillard.

Tout commence d’ailleurs par une longue intro situant les débats, avant que le quatuor ne défonce le rideau pour imposer une explosion de Metal en fusion allumée par une mèche Thrash (« Anonymous »). Et une fois passé l’écueil de la voix si particulière de Joey, l’adhésion est totale, et on suit avec ferveur ces pérégrinations thrashisantes et subtilement Punk dans l’esprit qui savent se placer sous des auspices travaillées et légèrement sombres.

Les épisodes se suivent et ne se ressemblent pas du tout, ce qui est suffisamment rare pour être souligné, et « The Flight Of Oderus » de se mettre en relief via une basse gigantesque qui soutient un mid tempo apocalyptique, à mi-chemin entre le désert anglais à la Mad Max des ROGUE MALE et le nitro Thrash des OVERKILL.

Notons d’ailleurs le travail fantastique abattu la quatre-cordes en main par Rez, qui s’amuse beaucoup de ses arabesques sinueuses (« War », instrumental malicieux qui rebondit de plan en plan à la DEATH ANGEL), ainsi que les velléités progressives d’un morceau fabuleux comme « Panic », qui débute sous des arpèges à la « Brain Death » de NUCLEAR ASSAULT (ça tombe bien quand même…), avant de se laisser porter par une vague Heavy Thrash aussi mélodique que catchy.

Ne reste plus au morceau éponyme qu’à refermer ce deuxième tome des aventures de Billy Brain de la façon la plus radicale qui soit, en adaptant les tics de la première vague Thrash US qui prônait le moderato au niveau du tempo tout en nous assommant de riffs marteaux.

Chœurs omniprésents, rythmique créative et guitares saccadées sur fond de chant possédé, ce second album des thrasheurs allumés de BRAIN DEAD est une réussite assurée, qui s’éloigne des canons trop connotés, pour proposer SA version d’un gros Heavy thrashisé et nucléé, qui nous fait sourire autant que headbanger. Quand je vous disais que cette pochette m’avait inspiré…

 On ne va quand même pas s’en priver ?


Titres de l'album:

  1. Anonymous
  2. The Flight of Oderus
  3. De-Reality
  4. Disaster Ahead
  5. Last Obsession
  6. War
  7. Panic
  8. Brain Dead

Site officiel


par mortne2001 le 11/12/2016 à 18:46
80 %    439

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Backyard Babies

Silver & Gold

Pestilent Death

Chapters of Depravity

Torch Runner

Endless Nothing

Noctambulist

Atmospheres of Desolation

Gods Forsaken

Smells of Death

Mass Destruction

Panic Button

Vigilance

Enter The Endless Abyss

Conjurer

Sigils

Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019 Part. II

Simony / 26/06/2019
Punk Rock

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019

Simony / 23/06/2019
Punk Rock

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Concerts à 7 jours

+ Gorgasm + Cenotaph

03/07 : Quartier Libre, Reims (51)

Photo Stream

Derniers coms

J'aime beaucoup le premier album mais je suis passé à côté du deuxième. Vu le côté classique mon intérêt dépends aussi beaucoup de l'humeur du moment. Mais Willetts à retrouver un peu de voix j'ai l'impression.


Bof. Bof depuis toujours. La relève de Bolt-Thrower n'est pas assuré sur ce coup-là. Sans grand intérêt ce groupe et surtout une déception car j'en espérais beaucoup.


Le son était aussi radical que leur musique... Le genre de concerts où le circle-pit n'a pas sa place en somme, et où le public se prend juste un mur du son qui le paralyse.


Excellent ! Tout ça nous fait rêver et voyager avec vous. Merci !


Le morceau passe bien mais rien d'extraordinaire pas même en terme de old school. Video faite par un veteran de retour d'Iran d'après ce que je lis à la fin, le geste y est mais je doute de son intêret au vu de sa qualité que je trouve très passable.


Excellent !!! on y est totalement ! vivement la suite !


"On a le choix dans les saveurs proposées : 54 ou 58 degrés, l’un étant aussi dégueulasse que l’autre. Le premier shot goûte le pneu et râpe bien le gosier, le deuxième passe nettement mieux vu que le premier a annihilé ton sens du goût et cautérisé de ta langue jusqu’à ton estomac(...)


En effet, ça avait l'air ! Vu qu'un seul morceau en passant devant la Temple, mais ça ne faisait pas mine du tout !


Leur prestation au Hellfest fut d'une rare intensité.


En tout premier lieu, pardon de préciser que sur la photo choisie, on voit l'autre fou dangereux de Karl Logan qui pourtant ne fait plus partie du groupe. Si on veut le voir, c'est maintenant vers les archives de la police américaine qu'il faut se tourner...
En second lieu, Manowar est égal(...)


... et ce fut une des plus grandes prestations de ce Hellfest 2019. Personnellement je ne fus pas surpris car la dame exerce une musique d'un très très haut niveau, que ce soit émotionnellement ou techniquement parlant.
Par contre, je (ne) remercie (pas) tous les crevards et autres irrespec(...)


Surtout que officiellement c'est oas Entombed, c'est avec Hellid qui a reformé le groupe avec deux anciens époque Clandestine.


Un commentaire qui fait plaisir à lire, merci lolo pour ce retour.


Album acheté la semaine dernière à la suite de la lecture de cette chronique (+visionnage des deux deux clips disponibles, certes).
Je dois encore creuser mais les premières écoutes sont plus que prometteuses.

Un grand merci au chroniqueur, dont la plume m'a donné envie de m(...)


On a tous raison, sur le fil de coms, mais n'étant pas un fan absolu des albums d'Entombed depuis perpette (allez, Wolverine Blues reste le dernier indispensable à mon sens) disons que ce titre suscite de l'intérêt. Après, il est placé en opener, alors, de là à penser que c'est le meilleur t(...)


Bien, efficace, mais en effet pas très original...


J'y entends Grave époque Soulless vers 1'40, mais c'est vrai que le morceau est pas mal. De là a créer un intérêt pour l'album ?


Truc entendu 14 779 fois donc rien d'exceptionnel, mais ça envoi.


Idem, agréablement surpris...


Il est bien ce titre ! Etonné agréablement je suis.