Quitte à traîner mes basques dans le nord de l’Europe, autant y user aussi le fond de mon pantalon, et puis mon reste de système nerveux, déjà salement mis à l’épreuve par des années de pratique sonore chaotique. En en parlant d’Europe du Nord et de chaos, j’ai le plaisir de vous introduire aux plaisirs bruitistes de tarés locaux, résidents d’Helsinki, qui depuis quelques années secouent leur Finlande natale de leurs exactions Grind pas vraiment complaisantes. On le sait, le Grind est exutoire, mais aussi foutoir, lorsqu’il est utilisé comme excuse et non comme but. La facilité de tout bousculer efficacement n’est pas donnée à tout le monde, et on ne recense plus le nombre de combos qui s’incrustent dans le style comme des puces sur le dos d’un pauvre cabot exsangue. Mais les KLEPTOCRACY sont tout sauf des parasites, et savent jouer, ce qui n’est pas le moindre des arguments lorsqu’on traite du cas éminent du Grind à tendance Core. Toutefois, ne vous attendez pas à une quelconque empathie de leur part, puisque ces trois flingués là (M - chant, H - guitare/chœurs et J - batterie) n’ont pas l’intention de ménager vos oreilles en y collant du miel, mais bien de les détruire à grands coups de blasts et de cris mi- porcins, mi- oursins. La tactique est d’usage, mais ce qui rend le barouf de ces finlandais si goûtu est son aspect purement analogique, qui nous évite les dérives synthétiques du Gore, difficiles à digérer une fois les cinq minutes passées. Ici, on joue le Grind comme on joue sa vie, avec flair, intelligence et d’un air débonnaire, qui peine à cacher le professionnalisme des gus. Il faut dire que les trois oiseaux traînent leur manche dans le milieu depuis suffisamment longtemps pour savoir ce qu’ils veulent, ce qu’en témoigne une discographie certes peu achalandée, mais de qualité.

D’ailleurs, l’énigme se pose quant à cet album, qui se voit flanqué de quinze titres dans ma version personnelle, alors que celle proposée gratuitement sur le Bandcamp des donzelles ne propose que sept saillies. Il semblerait que le dossier que j’ai déniché opte pour un mash-up entre les deux réalisations su combo, leur premier EP/LP, The Recipe for the Apocalypse, publié il y a trois ans, et ce plus récent éponyme, sorti début février. Difficile donc de dénouer le vrai de l’extrapolé, mais dans son habillage un peu plus longuet, ce second EP se montre performant et parfait, dans un veine de Grind du nord de tradition, qui ne crache pas sur un brin de révérence aux NASUM, THE KILL, ASSUCK, et autres défenseurs du droit de foutre le bordel librement. Tout ceci est bien évidemment très formel dans la déconstruction de l’harmonie, mais la cohésion dont font preuve les trois lascars est assez convaincante, d’autant plus qu’ils n’hésitent jamais à déborder du simple cadre de l’ultraviolence pour imposer quelques glauques ambiances. Parfois, le retour dans le passé louche vers un Crust salement malmené (« Sarajevo »), qui peut toujours compter sur une précision diabolique, des breaks mesurés au millimètre, et un batteur tentaculaire qui place des roulements et autres descentes avec un flair confondant. Bons musiciens, les KLEPTOCRACY penchent parfois du côté Dark Death où ils risquent de nous faire basculer (“Lies After Lies”), mais tiennent le rythme sans forcer, ce qui rend leur Grind encore plus outrancier. Plus qu’un simple EP, Kleptocracy est une véritable crise de folie, qui nous prend aux tripes et nous secoue comme un schmilblick enneigé, nous fracassant la tête à l’envers, et nous laissant avec un nombre conséquent de plans à remettre à l’endroit. On sait la cruauté nordique très ludique, mais l’approche de ces tarés est vraiment déjantée, et impossible de résister à ces embardées entonnées à deux voix et à blasts déployés, qui nous rappellent que le Grind, lorsqu’il est bien joué, reste la catharsis idéale de tous les psychotiques en thérapie bruitiste musicale.

En vingt petites minutes, le trio passe en revue toutes les figures à placer, en les agrémentant d’une créativité leur permettant d’explorer des recoins insoupçonnés, à la jonction du Crust, du D-beat et d’un Grind salement allumé. On ne s’ennuie guère plus d’une seconde en leur compagnie, et si évidemment les titres jouent la carte de l’inévitable brièveté, ils placent suffisamment d’idées pour nous enthousiasmer. Petit coup de semonce à la NAPALM DEATH/ANAL CUNT (« Vituttaako ? », deux secondes mais rigolo), et mid tempo qui se dégoûte d’un chant à la limite du vomi dans le frigo (« Totuus, Tyhjä Sana »), et l’affaire est dans le sac, bien compacté et pesé pour ne pas vous arnaquer sur la balance avant de payer. Tout ceci est éminemment jubilatoire, dans un foutoir qui reste largement assez structuré pour ne pas écœurer, et en substance, Kleptocracy marque les esprits en se positionnant dans le peloton de tête des sorties Grind de cet hiver. Bourrinons mes frères, mais bourrinons avec passion.


Titres de l'album:

  1. Foreseeable Future
  2. The Flame
  3. Everyday...
  4. Generation Me
  5. Black & White
  6. Reach
  7. Grievance
  8. Sarajevo
  9. Lies After Lies
  10. U.S.A.
  11. Marttyyrikuolema
  12. Kuole Pois
  13. False Alarm
  14. Vituttaako?
  15. Totuus, Tyhjä Sana

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 18/02/2018 à 17:06
80 %    383

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Izengard

Angel Heart

Hevius

Millenaire

Wayward Dawn

Haven of Lies

Carcariass

Planet Chaos

Cianide

Unhumanized

Ross The Boss

Born Of Fire

Worm

Gloomhole

Myrkur

Folkesange

Solarys

Endless Clockworks

Power Theory

Force of Will

Testament

Titans Of Creation

Konvent

Puritan Masochism

Murder One

Live In Lembarzik

Harem Scarem

Change the World

Dreamlord

Disciples of War

Denial

Antichrist President

Trepalium

From The Ground

Mutilatred

Ingested Filth

Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

J'irais Mosher chez vous ! Episode 3 : Thaïlande

Jus de cadavre / 06/04/2020
Asie

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

J'avais chroniqué "Sideral Torment" dans la rubrique Remember consacrée à des albums hors actualité. Il doit falloir faire une recherche spécifique dans cette rubrique qui n'a pas dû disparaître puisque l'ensemble est toujours en ligne.


Sérieux la news...


Groupe dont je suis über fan depuis le lycée.
"Pour se poser en garant de la légende ; ce qu’il est à n’en point manquer"...
What else ?


J'espere que tout les festivals feront ce que fait le hellfest, de reporté a 2021.

J'ai rdv a nimes avec les foo fighters, nightwish, deep purple.


Le but d'une assurance c'est de ne pas payer. Quand il rembourse pas c'est qu'il ont "bien" travaillé... Comme dis plus haut "une assurance honnête ça n'existe pas"
Les assureurs sont entourés d'experts, de médecins, etc... Une pandémie (respiratoire, pulmonaire) comme celle que nous vi(...)


Une assurance honnête, ça n'existe pas. Point final.


@RBD : quel album avais-tu chroniqué chez VS ? Je ne retrouve pas ta signature dans les archives... Pour le reste je souscris entièrement à tes propos ! Quant au label on apprend, dans une interview qu'ils ont donné à Rock Hard je crois (le n°206 ou 207, je ne sais plus) qu'en fait ç'a bien f(...)


Bon courage à lui !


Courage à eux, en ces temps très difficile, j'applaudie des deux mains la cagnotte, et leur volonté de mettre 20.000 boules alors qu'ils vont être eux aussi en difficulté financière. Franchement Bravo.

J'espère que pour mes amis du Festival L'homme Sauvage, cela se passera mieux(...)


Prendre une assurance qui a son siège dans la ville des Balkany, c'est un peu comme avoir des désaccords contractuels avec Manowar : c'est prendre un énorme risque...


Dans deux ans l'entrée du fest sera à 300€ et tout le monde trouvera ça normal, "association à but non lucratif" ...


Le refus d'Albingia était prévisible et je pense que c'est une réponse systématique. Ça va forcément finir devant les tribunaux. Il faudra un arrêté ministériel voire une loi pour contraindre les assureurs, qui vont s'agiter et négocier très dur en coulisses en faisant un chantage à l'ag(...)


Plusieurs sonorités glauques rappellent régulièrement le vieux projet Electro-Indus qu'il avait fait avec Dan Lilker, Malformed Earthborn. Même si ce n'est pas le même style musical et que la production a beaucoup évolué en plus depuis, on y retrouve une continuité de l'un à l'autre.


LA découverte Crust de ces derniers temps pour moi ce truc. Ce morceau est juste terrible !


Cancer de cette société... les assurances ! Ils ont réussi à rendre leurs prestations obligatoires à tous les niveaux.
Bruno Lemaire a été clair hier : "les assureurs peuvent et doivent faire plus que ce qu'ils font aujourd'hui pour contribuer à la solidarité nationale."
En es(...)


He beh... leur message concernant leur assurance a le mérite d'être très clair !


Il ne pouvait malheureusement pas en être autrement, vue la situation... Par contre, le coup de l'assurance, c'est vraiment SALE...


Waputainlaprod ! Me demande si je ne vais pas craquer à la sortie...


J'avais eu la chance de voir Carcariass en live avant qu'ils n'y renoncent, et bien plus tard j'avais chroniqué l'un de leurs albums sur VS. Il faudrait aussi que je remette la main sur ce vieux t-shirt...

Si la tentation du pur instrumental n'est pas nouvelle, j'espère moi non plus (...)


[PRÉCOMMANDE] Great Dane Records & CARCARIASS en partenariat avec Diggers Factory annoncent la sortie de Album "Planet chaos" de Carcariass sur 2LP de couleur rouge, limité à 300 exemplaires numerotée a la main . Cette édition ultra collector sera disponible uniquement en PRE-COMMANDE https://w(...)