Premier roman de Saad Jones, Violent Instinct est un roman qui vous emmène à travers le monde dans la peau d'un chanteur d'un groupe de Death Metal, HM, nommé Tilio. Un groupe qui rencontre un grand succès, soudain, un groupe qui vient d'Angleterre, le pays où la presse s'emballe très vite sur de nouveaux groupes.

L'histoire commence par le récit de Tilio gisant sur la scène, baignant dans son sang suite à un coup de feu avant un flashback et l'introduction de Zafer le guitariste de HM, de Dan, un fan de HM, gardien de nuit d'un parking et auteur d'un blog au sujet de son groupe favori.
La fin sera moins glorieuse si tant est qu'elle l'était au début, pas si évident que cela. Je ne vais pas spoiler l'histoire mais un évènement va faire prendre conscience à Tilio qu'il ne vit pas réellement son existence, qu'il n'est qu'un zombie allant de salle en salle et de pays en pays, faisant chaque soir ce pourquoi tout le monde pense qu'il est fait, chanter les paroles de Zafer à s'en faire péter les cordes vocales. Le réveil va être dur et douloureux pour Tilio.


L'auteur prend le temps de décrire son récit à coup d'adjectif, de longues phrases pour immerger le lecteur dans son univers. Si le début du roman est un peu difficile car les descriptions sont presque trop réelles, l'invitation au voyage se fera plutôt dans la deuxième partie du livre avec des mots qui invitent plus à l'escapade imaginaire, peut-être n'est-ce là qu'un point tout à fait personnel. En fait, le début du livre est très riche en renseignements, le caractère des personnages, la façon dont Tilio traverse les journées, la description des nuits de Dan dans son parking à écouter la radio et par dessus tout cela, Saad Jones imprime un rythme qu'il va garder tout au long du livre, passant d'une situation à l'autre, en l'espace d'un changement de paragraphe. Si sur la fin du livre, cela imprime un rythme qui convient parfaitement, sur le début, cela peut paraître un peu brouillon, mais c'est le temps de rentrer dans l'univers de Saad Jones et de ce groupe de Death Metal Anglais à l'ascension fulgurante tout comme sa chute qui se dessine au fur et à mesure des pages. La construction du roman est vraiment comme un montage de film avec le passage d'une scène à l'autre de façon brusque, nécessitant une gymnastique intellectuelle importante mais pas désagréable.
On remarque tout de même que les descriptions des différentes situations peuvent être perçues comme des clichés, le chanteur drogué, Marie, une fille que notre personnage centrale rencontre au Liban, et son parfum, sa personnalité, le conflit Israélo-Libanais, la vie peu trépidante de Dan, le fan du groupe, l'amour qui s'invite un peu partout, il y a des choses que l'on voit venir et c'est un peu dommage. Mais il y a aussi de l'empathie envers ce pauvre Dan à qui rien ne réussi, ni l'amour, ni le travail, ni les amis, ni même sa passion puisque c'est ce qui va l'amener au fond du gouffre.

Saad Jones réussi tout de même à tisser une histoire qui semble tellement emprunte de faits réels que le début du livre m'a longtemps empêcher de rentrer dans ce roman. La vision de cet homme sur lequel on tire alors qu'il est sur scène rappelle forcément les évènements tragiques du Bataclan et j'ai failli ne pas y revenir pensant que c'était trop copié sur cette soirée de novembre, grave erreur, il n'en est rien même si le terrorisme est également présent dans cette histoire, et que les tueries de masse font également partie du récit.

Chaque chapitre porte le nom d'un titre de Metal, on passe de "Propaganda" à "Edgecrusher", de "Ashes In Your Mouth" à "From Broken Vessels", il nous manque juste la bande son de ce que l'auteur nous décrit. Quel peut bien être la musique qu'envoie SANDEMONIUM, à quoi ressemble ce morceau "Rubbles" ? Au long de ces 250 pages, Saad Jones nous décrit également l'envers du décors d'un groupe de Metal, loin du strass et des paillettes, on vit avec des musiciens totalement déconnectés, déracinés et qui perdent également parfois la raison qui les pousse à monter sur scène tous les soirs. On rencontre également, des fans dévoués, des passionnés près à tout perdre, près à tous les risques pour que le Metal et ce en quoi ils croient puisse se faire entendre. Mais à travers la vie des musiciens et des fans, Saad Jones nous adresse également une vision sociétale pas très glorieuse, les haters d'internet, le déracinement des personnes en raison des conflits incessant de certaines régions du globe, la culture de l'échec avec un gros focus sur la façon dont est traité un échec, tant dans les médias que dans l'entourage de la personne qui la vit et ce manque de mise en valeur de ce que cette même personne a réussi. Sans dévoiler l'histoire, chacun va essayer de comprendre pourquoi Tilio en est arrivé à cette situation de burn-out sans vraiment mettre en avant ce qu'il réussi pour y échapper et retrouver la main sur sa propre vie et reprendre goût à ce qu'il a délaissé il y a peu de temps.

Agréable à lire, avec un vocabulaire plutôt simple qui donne une facilité d'accès au roman appréciable, nous n'avons pas là une histoire des plus renversantes mais il se rattache à suffisament d'élements de la musique Metal pour captiver les fans sans pour autant en épouser totalement le langage, une personne qui n'écoute pas de Metal pourra se laisser emmener par les histoires d'amour, les conflits, la gestion personnelle des différents évènements sombres qui surgissent et cette fin tragique que l'on voit se dessiner au fil des pages et dont Saad Jones nous donne le goût en tout début de livre avec cette même question qui reste sans réponse : "Où est Marie ?"

Achat

par Simony le 15/10/2019 à 10:00
   235

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


JTDP
membre enregistré
06/11/2019 à 14:59:17
De mon côté, si effectivement ce roman de Saad Jones souffre des défauts d'un premier roman, j'en retire personnellement une expérience de lecture marquante. La force de son roman est, je trouve, dans l'atmosphère, l'ambiance qu'il a réussi à créer et retranscrire. Les passages du roman qui se situent au Liban, notamment, avec ses descriptions aussi bien des paysages que de la société, m'ont vraiment transportées ! C'est un livre avec une aura particulière me semble-t-il, ce qui est assez rare, et renforcé , bien sûr, par le personnage énigmatique que s'est créé l'auteur...

Ajouter un commentaire


Denial

Antichrist President

Trepalium

From The Ground

Mutilatred

Ingested Filth

Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

Conny Bloom

Game! Set! Bloom!

Death. Void. Terror.

To The Great Monolith II

Vulcano

Eye In Hell

Vaisseau

Horrors Waiting In Line

Justify Rebellion

The Ends Justify The Means

Uncut

From Blue

Invocation

Attunement to Death

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Le Hellfest peut avoir lieu je pense mais les groupes américains c'est le probleme, pour le reste de l'europe ça peut le faire sans soucis, mais ça donne quoi sans les USA comme affiche...


Merci pour vos commentaires qui nous motivent à vous donner chaque jour le meilleur de l'info metal, mais presque.


C'est pas de nous hein Metal En Fer !
Toujours est-il que c'est bien marrant je trouve, une sorte de Gorafi Metal xD


Alors là bravo les gars !
Je dois dire que celui de cette année est vraiment très, très bon.
C'est effectivement super chiadé, et surtout j'ai ri plein de fois…
Pour ceux me connaissant, c'est gage de qualité au vu de mon intransigeance en la matière.


L'annulation du hellfest en tant que tel ne fait pas de doute, avec ou sans pq ...


HELLFEST : Des festivaliers réclament « moins de bruit pour une ambiance plus conviviale »


Sponsorisé par Lotus :-))))))))
Mouarf !


Ha ha ! Cela fait du bien de respecter la tradition dans les circonstances actuelles.


Juste GENIAL !
Bravo pour ce boulot et merci pour la poilade !!

J'en veux ENCORE !! :-)))))


Ah mais bravo, ces articles sont excellents


Excellent et très bien écrit. Merci pour la poilade!


Magique.
Merci


Enfin du vrai journalisme !


Thanks \,,/ good news


Je ne sais pas si le groupe a été créé de toute pièce, mais je l'ai découvert lors du Clermont metal fest et c'était très très bien . Ca joue très bien et le chant est au top niveau avec quelques poussées très graves. Ok elles sont charmantes et ce n'est pas déplaisant mais leur jeu es(...)


Putain, mais c'est encore plus merdique qu'avant. Ou comment progresser dans la médiocrité.


ce qu'il ne faut pas lire comme âneries ici...


Je rejoins aussi ton avis, me souviens encore de leurs débuts, c.était même pour ma part difficile d'avaler un album au complet d'une esti shot. Conqueror aussi dans le même chariot.


Pas mal du tout ça !
La production est excellente, très organique, proche d'une captation live mais restant fine et précise ! Ca promet.


L'artwork est l’œuvre d'un certain Jibus