Premier roman de Saad Jones, Violent Instinct est un roman qui vous emmène à travers le monde dans la peau d'un chanteur d'un groupe de Death Metal, HM, nommé Tilio. Un groupe qui rencontre un grand succès, soudain, un groupe qui vient d'Angleterre, le pays où la presse s'emballe très vite sur de nouveaux groupes.

L'histoire commence par le récit de Tilio gisant sur la scène, baignant dans son sang suite à un coup de feu avant un flashback et l'introduction de Zafer le guitariste de HM, de Dan, un fan de HM, gardien de nuit d'un parking et auteur d'un blog au sujet de son groupe favori.
La fin sera moins glorieuse si tant est qu'elle l'était au début, pas si évident que cela. Je ne vais pas spoiler l'histoire mais un évènement va faire prendre conscience à Tilio qu'il ne vit pas réellement son existence, qu'il n'est qu'un zombie allant de salle en salle et de pays en pays, faisant chaque soir ce pourquoi tout le monde pense qu'il est fait, chanter les paroles de Zafer à s'en faire péter les cordes vocales. Le réveil va être dur et douloureux pour Tilio.


L'auteur prend le temps de décrire son récit à coup d'adjectif, de longues phrases pour immerger le lecteur dans son univers. Si le début du roman est un peu difficile car les descriptions sont presque trop réelles, l'invitation au voyage se fera plutôt dans la deuxième partie du livre avec des mots qui invitent plus à l'escapade imaginaire, peut-être n'est-ce là qu'un point tout à fait personnel. En fait, le début du livre est très riche en renseignements, le caractère des personnages, la façon dont Tilio traverse les journées, la description des nuits de Dan dans son parking à écouter la radio et par dessus tout cela, Saad Jones imprime un rythme qu'il va garder tout au long du livre, passant d'une situation à l'autre, en l'espace d'un changement de paragraphe. Si sur la fin du livre, cela imprime un rythme qui convient parfaitement, sur le début, cela peut paraître un peu brouillon, mais c'est le temps de rentrer dans l'univers de Saad Jones et de ce groupe de Death Metal Anglais à l'ascension fulgurante tout comme sa chute qui se dessine au fur et à mesure des pages. La construction du roman est vraiment comme un montage de film avec le passage d'une scène à l'autre de façon brusque, nécessitant une gymnastique intellectuelle importante mais pas désagréable.
On remarque tout de même que les descriptions des différentes situations peuvent être perçues comme des clichés, le chanteur drogué, Marie, une fille que notre personnage centrale rencontre au Liban, et son parfum, sa personnalité, le conflit Israélo-Libanais, la vie peu trépidante de Dan, le fan du groupe, l'amour qui s'invite un peu partout, il y a des choses que l'on voit venir et c'est un peu dommage. Mais il y a aussi de l'empathie envers ce pauvre Dan à qui rien ne réussi, ni l'amour, ni le travail, ni les amis, ni même sa passion puisque c'est ce qui va l'amener au fond du gouffre.

Saad Jones réussi tout de même à tisser une histoire qui semble tellement emprunte de faits réels que le début du livre m'a longtemps empêcher de rentrer dans ce roman. La vision de cet homme sur lequel on tire alors qu'il est sur scène rappelle forcément les évènements tragiques du Bataclan et j'ai failli ne pas y revenir pensant que c'était trop copié sur cette soirée de novembre, grave erreur, il n'en est rien même si le terrorisme est également présent dans cette histoire, et que les tueries de masse font également partie du récit.

Chaque chapitre porte le nom d'un titre de Metal, on passe de "Propaganda" à "Edgecrusher", de "Ashes In Your Mouth" à "From Broken Vessels", il nous manque juste la bande son de ce que l'auteur nous décrit. Quel peut bien être la musique qu'envoie SANDEMONIUM, à quoi ressemble ce morceau "Rubbles" ? Au long de ces 250 pages, Saad Jones nous décrit également l'envers du décors d'un groupe de Metal, loin du strass et des paillettes, on vit avec des musiciens totalement déconnectés, déracinés et qui perdent également parfois la raison qui les pousse à monter sur scène tous les soirs. On rencontre également, des fans dévoués, des passionnés près à tout perdre, près à tous les risques pour que le Metal et ce en quoi ils croient puisse se faire entendre. Mais à travers la vie des musiciens et des fans, Saad Jones nous adresse également une vision sociétale pas très glorieuse, les haters d'internet, le déracinement des personnes en raison des conflits incessant de certaines régions du globe, la culture de l'échec avec un gros focus sur la façon dont est traité un échec, tant dans les médias que dans l'entourage de la personne qui la vit et ce manque de mise en valeur de ce que cette même personne a réussi. Sans dévoiler l'histoire, chacun va essayer de comprendre pourquoi Tilio en est arrivé à cette situation de burn-out sans vraiment mettre en avant ce qu'il réussi pour y échapper et retrouver la main sur sa propre vie et reprendre goût à ce qu'il a délaissé il y a peu de temps.

Agréable à lire, avec un vocabulaire plutôt simple qui donne une facilité d'accès au roman appréciable, nous n'avons pas là une histoire des plus renversantes mais il se rattache à suffisament d'élements de la musique Metal pour captiver les fans sans pour autant en épouser totalement le langage, une personne qui n'écoute pas de Metal pourra se laisser emmener par les histoires d'amour, les conflits, la gestion personnelle des différents évènements sombres qui surgissent et cette fin tragique que l'on voit se dessiner au fil des pages et dont Saad Jones nous donne le goût en tout début de livre avec cette même question qui reste sans réponse : "Où est Marie ?"

Achat

par Simony le 15/10/2019 à 10:00
   91

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


JTDP
membre enregistré
06/11/2019 à 14:59:17
De mon côté, si effectivement ce roman de Saad Jones souffre des défauts d'un premier roman, j'en retire personnellement une expérience de lecture marquante. La force de son roman est, je trouve, dans l'atmosphère, l'ambiance qu'il a réussi à créer et retranscrire. Les passages du roman qui se situent au Liban, notamment, avec ses descriptions aussi bien des paysages que de la société, m'ont vraiment transportées ! C'est un livre avec une aura particulière me semble-t-il, ce qui est assez rare, et renforcé , bien sûr, par le personnage énigmatique que s'est créé l'auteur...

Ajouter un commentaire


Asphodèle

Jours Pâles

Picture

Wings

Birdeatsbaby

The World Conspires

Airbourne

Boneshaker

The Deathtrip

Demon Solar Totem

Shadow Limb

Burn Scar

Denner's Inferno

In Amber

Sorcery

Necessary Excess of Violence

Voyager

Colours In The Sun

Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

Desolation

Screams of the Undead

Une Misère

Sermon

Aro Ora

Wairua

White Mantis

Sacrifice Your Future

Hatred Dusk

Hatred Dusk

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Je ne voudrais pas vous faire peur mais le festival ne se déroule pas sur 3 jours mais su 4, à savoir du 18 au 21 !
Et le timing n'est pas encore dispo, on sait juste qui jouera quel jour.

https://www.graspop.be/nl/line-up/schedule/vrijdag/


+1.


Enorme la pochette. Et l'album sans être une tuerie, s'écoute ma fois sans sourcilier...


JTDP +1.
Tu m'as d'ailleurs devancé de quelques minutes car tu as posté pendant que j'écrivais justement ceci :
Limite surprenant que l'on déblatère autant de la presse papier spécialisée sur la toile non ?
Preuve que cette dernière a encore tout son sens je trouve.
P(...)


Dernière phrase pleine de bon sens, mon cher. C'est quand tu vois les mags étrangers que tu comprends mieux les écarts.


"Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses"

Ah ben, je crois même que la grande majorité ne se payent pas du tout...

Pour Rock Hard et la "Metaltèque Idéale", si je ne me trompe pas, c'est surtout une opération com(...)


Clair que les 2 points faibles de Metallian sont la compétence des chroniqueurs et les questions aux ITW, faites par mail à 90%. Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses. Pour les kros, c'est pourtant pas compliqué en quelques lignes (d'aille(...)


@JTDP, +1 concernant Metallian et son aspect fanzine.

C'est clair que certaines interviews sont mal branlées et que celles du ou des groupe(s) en tête d'affiche ne sont pas plus volumineuses que d'autres.

Ce qui me dérange le plus, ce sont les chroniques d'albums.
(...)


Dans l'éternel débat des mag' papiers encore existant, de mon côté, New Noise et Rock Hard sont le haut du panier.
New Noise pour leur éclectisme qui fait vraiment du bien (j'ai, par exemple, découvert BRUTUS grâce à eux, une de mes plus belle rencontre musicale et mon meilleur concer(...)


Perso je trouve les premieres années de Rock Hard vraiment excellente, apres le magazine n'a plus innové.


J'ai acheté Metallian il y a quelques mois. Des années que je n'avais acheté un magazine papier. J'y ai lu 3 ou 4 interviews corrects (les groupes que j'aime). Ce torchon, bien fichu, a toujours le chic pour interviewer les groupes les plus nazes de la scène métal. Il empeste toujours l'extensi(...)


S'il n'y avait que l'alcool hein...


Hard Force, Hard N Heavy et Hard Rock mag c'était de la bombe dans les années 90.

Rock Hard c'était genial dans les années 2000.

Aujourd'hui Rock Hard et Metallian sont les survivants et fond le minimum je trouve, mais vu qu'il n'y a plus que eux...


Je comprends pas ce qu'il fou, il commence à jouer pour aller ensuite dans le public WTF...

Ca va mal.


Ouais une grosse pensée pour l'équipe qui tourne avec lui et qui subi cela, c'est vraiment triste.


Une vidéo du naufrage... https://www.youtube.com/watch?v=uYzzyxDHkc0


Les mags étrangers, lisant difficilement l'anglais, tu comprendras que je m'en cogne avec une certaine force.

Oui j'ai connu Noise Mag', du temps d'Alex Citram mais je préfère RockHard, même si sa ligne éditoriale penche il est vrai trop sur un certain Hard Rock provenant d'Austral(...)


Ça n'étonnera personne. Ça devait bien arriver un jour. J'ai pas vu d'image mais apparemment il serait carrément tombé de la scène... franchement c'est une bonne chose, c'était au delà du pathétique sur scène (déjà au Motoc l'année dernière). En espérant qu'il soigne vraiment son turb(...)


Ah ben faut pas être trop difficile, à mon humble avis, surtout si on compare avec les mags étrangers (purée, z'avez lu Deaf Forever, Legacy mag, voire en France Noise mag, bien plus complet, même si ça cause pas de metal exclusivement loin de là ? C'est autre chose, niveau qualité et conten(...)


Non, du tout. Les deux groupes se partagent la couverture, c'est tout.