Primordial Arcana

Wolves In The Throne Room

20/08/2021

Relapse Records

Pour un peu, nous fêtions un anniversaire, et pas des moindres. En effet à un an près, les américains de WOLVES IN THE THRONE ROOM célébraient leurs vingt ans d’existence avec Primordial Arcana. Ils auraient pu mieux calculer leur coup, ce septième album étant un évènement qui aurait pu être encore plus grand, pour une célébration qu’ils auraient amplement méritée. Mais le long silence imposé à la suite de la publication de Thrice Woven devait être rompu, quatre ans étant un laps de temps suffisamment raisonnable pour revenir dans le giron des fans. C’est ce qu’ont dû se dire les frangins Weaver, ou pas, puisque ces deux-là ne fonctionnent qu’à l’instinct, et laissent leur inspiration guider leurs pas. Cette même inspiration qui les guide depuis Diadem of 12 Stars sur les chemins de traverse de l’expérimentation, sans vraiment le savoir, de façon tout à fait naturelle. Evacuons immédiatement le côté « précurseur » du groupe, qui en termes de BM atmosphérique s’est toujours rapproché de ses collègues d’AGALLOCH ou PANOPTICON, et a toujours incarné l’avant-garde de la première ligne US de violence harmonique. Car WOLVES IN THE THRONE ROOM est bien plus qu’un simple nom sur une légende ou l’inverse, et autre chose qu’un simple gimmick qui en son temps a fait le sien.  

Quasiment vingt ans après son démarrage tonitruant et plus de dix après la fin de son triptyque encore incroyable Diadem of 12 Stars/Two Hunters/Black Cascade, WOLVES IN THE THRONE ROOM est apaisé car débarrassé de ses oripeaux de héros de l’underground, l’un des rares capables de rehausser le niveau du BM sans le distordre dans tous les sens. Son nom a toujours été évoqué pour incarner la relève de la grandeur scandinave en mode américain, et aujourd’hui, en 2021, le groupe profite enfin d’un statut chèrement acquis pour faire ce qui lui semble le plus juste : simplement jouer la musique qu’il ressent, célébrer la nature, l’union entre les différentes perceptions de l’art et l’environnement, sans chercher à défricher de terrain supplémentaire.

Enregistré comme il se doit dans cette fameuse « cabane en bois » faisant office de studio, construite pour l’occasion, Primordial Arcana est sans aucun doute possible l’album le plus personnel du trio. Premier à se dispenser totalement d’un regard extérieur, refus d’engager un producteur pour garder la mainmise sur le résultat final, c’est un album qui marque une pause, et qui synthétise tout ce que le groupe a pu proposer jusqu’à lors. D’aucuns diront à juste titre que cette dispense de quatrième homme entraîne une certaine complaisance dans la composition et l’agencement des idées, et l’opinion est assez juste. Ceci entraînera donc une certaine charge de déception chez les fans les plus accros à l’expérimentation, mais comblera de bonheur tous ceux ayant compris la finalité d’un tel concept : confronter la violence d’un monde sans pitié à la beauté de la nature environnante, la seule chose qui vaille encore le coup de se battre.

De fait, musicalement, cette septième épitre reste en terrain très balisé. Si le son est parfait, clair et puissant, et laissant la place à des nuances de taille, la globalité créative n’avance pas d’un pouce, et nous ramène presque en arrière, aux débuts du groupe, lorsqu’il se cherchait encore, alors même qu’il s’est trouvé depuis longtemps. La dualité conceptuelle n’est pas inintéressante en soi, et finalement, sans surprendre,  Primordial Arcana surprend de sa perfection. Le fil rouge en clapotis d’eau sur fond venteux permet de se croire perdu en pleine forêt, avec cette eau fraîche et pure coulant entre vos doigts, et ces feuilles s’agitant sous un vent vous caressant les tempes. Loin des turpitudes blasphématoires ou des obsessions Viking de ses homologues de terrain, le trio américain préfère se focaliser sur les espèces vivantes, sur une échappatoire possible à cette folie ambiante. Avec ces claviers omniprésents en contrepoint, cette voix enterrée dans me mix comme un grondement lointain, la gravité de certains riffs qui témoignent de débuts en fanfare, ces huit morceaux sont un instantané fidèle du groupe en 2021, qui accuse une longue carrière consacrée à l’expérimentation. Mais cette expérimentation était tout sauf gratuite, et on en constate les résultats aujourd’hui : la musique est arrivée à maturation, et il y a fort à parier que le groupe n’ira pas plus loin ni plus haut.    

D’ailleurs, « Mountain Magick » donne le ton de son intro Ambient et presque Post-Rock. Quelques notes éparses, le vent, les bruits des oiseaux et de la nature, pour un accueil sous la pluie. Presque chamanique, ce premier morceau indique que les frères Weaver ont atteint leur nirvana personnel, et qu’ils comptent bien nous y accueillir.

Sans connaître le nom de WOLVES IN THE THRONE ROOM, Primordial Arcana serait immédiatement considéré comme une œuvre majeure du Black Metal atmosphérique. Seul ce nom célèbre empêche l’album d’accéder à ce statut, problème récurrent rencontré par les vrais leaders qui ont déjà donné naissance à des travaux pharaoniques et responsables d’avancées majeures. Il est certain que le mysticisme des premiers albums en est presque absent, une certaine quiétude animant l‘ensemble. La lenteur et la lancinance de « Spirit of Lightning » et ses arrangements, célébrant le BATHORY le plus impérial, la grandiloquence de « Underworld Aurora » et ses percussions apocalyptiques, les ambitions claires et gigantesques de « Masters of Rain and Storm » et ses dix minutes de riffs accrocheurs sur tapis de synthés discrets mais bien présents, les ingrédients sont donc dosés avec un soin particulier, et la perfection n’est pas si éloignée qu’elle n’en avait l’air aux premières minutes de prise de contact.

WOLVES IN THE THRONE ROOM se met donc à nu avec cet album et restreint son champ d’action à sa zone de confort. Rien ne viendra vous déstabiliser ni vous effrayer sur ce disque, pas même sa pochette en nature morte. Car la nature est bien vivante dans l’esprit de ces trois musiciens qui depuis longtemps, ont compris l’essentiel : la terre, le feu, l’eau, l’air, et tout ce qui nous permet de vivre en harmonie avec ce qui nous entoure. Presque apaisé dans sa colère, Primordial Arcana est bien un arcane primal, et le signe que les américains ont gagné leurs galons sans avoir à mériter encore plus d’épreuves à relever.

Les loups sont lâchés sous la pleine lune, mais dorment su sommeil des justes. La salle du trône n’est plus menacée depuis longtemps.

    

             

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Mountain Magick

02. Spirit of Lightning

03. Through Eternal Fields

04. Primal Chasm (Gift of Fire)

05. Underworld Aurora

06. Masters of Rain and Storm

07. Eostre

08. Skyclad Passage


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel



par mortne2001 le 16/10/2021 à 18:17
88 %    233

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


sofs
@5.51.210.183
18/10/2021, 21:19:16

Des loups dans les chiottes. Très fin comme nom de groupe...

La musique est à l'avenant: bien chiasseuse.

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Kraftwerk 3 D

RBD 14/05/2022

Live Report

Mosh Fest 7

RBD 12/05/2022

Live Report

The Exploited + Fat Society + F.O.M.

RBD 27/04/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 1

mortne2001 25/04/2022

La cave

DEFICIENCY : entretien avec Laurent Gisonna (guitare/chant)

Chief Rebel Angel 20/04/2022

Interview

Author and Punisher + Mvtant + HAG

RBD 10/04/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Kaleidobolt + Sacri Monti 24/05 : Shop , Chalons-en-champagne (51)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kairos

Le groupe s'appelle tout de meme fromage de bite de bouc. L'imagination des groupe de metal m'etonnera toujours

18/05/2022, 19:41

xghx

Toujours aussi naze.

18/05/2022, 16:04

Krohr

@KanelsBack : Elle a déjà eu lieu ^^

18/05/2022, 15:52

KaneIsBack

Yes ! Merci pour la découverte ! J'adore ces groupes type War Metal avec des boucs et des cartouchières partout. Là, c'est bourrin et raw comme il faut avec juste la petite dose de maîtrise qui empêche le tout de sombrer dans le n'importe quoi.

18/05/2022, 14:42

KaneIsBack

@Krohr : pas de soucis   L'important est que l'album tue. Une petite tournée Sacrifizer / Bütcher / Hexecut(...)

18/05/2022, 14:33

Krohr

@KanelsBack : autant pour moi, je suis tombé sur le skeud avec les titres bonus... ce qui fait que ça dépasse le format initial qui est en effet un EP.

17/05/2022, 20:38

KaneIsBack

"La mort triomphante" était un EP, "Le diamant de Lucifer" sera

17/05/2022, 15:59

RBD

Avec un nouvel album il y a trois ans, Opprobrium semblait décidé à repartir. Ce retour inattendu le confirme. S'il pouvait apporter un peu de pêche, c'est tout ce qu'il faudrait.

17/05/2022, 12:45

Krohr

Merci pour la découverte ! En effet, dans la même veine sanguinolente que Hexecutor ou Bütcher.Je suis allé yeuter leur biographie, pour info : "Le Diamant de Lucifer" sera leur deuxième album, le premier étant "La Mort Triomphante"(...)

17/05/2022, 12:28

metalrunner

Super new vite du live

17/05/2022, 11:33

Jus de cadavre

Tuerie ! ! ! Bon les mecs ne sont pas des lapins de 6 semaines, mais bordel, quelle maturité pour un premier album ! Un des meilleurs albums de Speed depuis fort longtemps selon moi !

16/05/2022, 08:47

RBD

Je continue à prendre des places très à l'avance pour les concerts (ou plus exactement les tournées) que je veux absolument voir. Et avec les reports consécutifs, on arrive à des délais de cabourd ! Et parfois les annulations des uns permetten(...)

15/05/2022, 01:03

RBD

C'est un festival de format quasi-familial entre connaisseurs, quelques dizaines de passionnés qui se lâchent ensemble chaque année pour le plaisir des groupes qui participent. Ils sont tellement extrêmes qu'ils ont rarement l'occasion de réunir aut(...)

15/05/2022, 00:50

Crouton

Plus de concert pour moi, trop cher, plus motivé pour passer une soirée debout dont la moitié à me faire chier devant des premières parties qui ne plaisent pas, le prix des conso, du merch et une prestation pas toujours de qualité quand c'est pas l&a(...)

14/05/2022, 12:35

Crouton

Les grands méchants metalleux satanistes qui fuient au premier crachat d'un chrétien.

14/05/2022, 12:22

Sphincter Desecrator

Juste ne pas tomber dans l'excès... Réserver les concerts du mois en cours, un peu plus tôt pour les trucs les plus attendus et pour lesquels on sait que ça sera tendu, ça me paraît raisonnable.Mais toujours courir après l'év&(...)

13/05/2022, 20:36

Gargan

Je crois par ailleurs que Nougaro avait chanté une ôde à leur sujet, ô Tulus, un truc comme ça.

13/05/2022, 13:14

grinder92

Escroquerie absolue ou influence parfaitement intégrée ?Franchement, y'a des riffs qui sont quand même très très très proches de certains riffs de Carcass (périodes Necro / Heartwork / Swansong) ! Et la prod est aussi lourde que sur Heartwork, (...)

13/05/2022, 10:04

Humungus

"Tu ne vas pas avancer 12 places à 40€ et six mois d'avance, avec de toute façon le risque que ça soit quand même annulé"Typiquement mon cas.Avant le Covid, je prenais régulièrement mes places plusieurs mois à(...)

13/05/2022, 06:46

Jus de cadavre

Oh putain comment ça pompe Carcass (les riffs, le chant, les compos, tout !)   ! C'est hyper bien fait, m(...)

12/05/2022, 18:39