It All Began With Loneliness

The Anchoret

23/06/2023

Willowtip Records

Nouveau projet mené tambour battant par James Knoerl (batterie, DEATH'S EMINENCE, LIKE FLIES, THUN, ABIOTIC (live), AVIATIONS, BLUMEN, BRAND OF SACRIFICE, GARGOYL, WITH A SMILE, ex-EVOKING WINDS, ex-THE FACELESS (live), ex-THREAT SIGNAL (live)) et Sylvain Auclair (chant, HEAVEN'S CRY, ex-UTOPY, ex-WIDESIDE), THE ANCHORET n’est pas qu’un groupe de Metal progressif de plus. Non, les deux têtes pensantes l’ont voulu beaucoup plus ouvert, confrontant les flutes et le mellotron aux accents d’un Metal extrême qui l’est vraiment, pour produire un son différent de ceux des références les plus connues du milieu.

Cette différence est affirmée dès « A Dead Man », deuxième de couverture d’une richesse incroyable, et qui place d’emblée le projet sous le signe de la perfection, mais aussi de la liberté de ton. Immédiatement, nous sommes saisis par le jeu incroyable de James Knoerl, qui ose placer des blasts dans un contexte Progressif classique, tandis que son complice plaque des lignes de chant simples et pures sur une texture complexe, en écheveau de sons qui se télescopent et d’influences qui se fondent les unes dans les autres.

Autour des deux hommes, un trio pour le moins capable. Andy Tillison aux claviers, Eduard Levitsky à la basse et Leo Estalles à la guitare, pour un long voyage aux tonalités parfois orientales, souvent alternatives, dans un désir de fournir une carte d’embarquement à PORCUPINE TREE, OPETH, DREAM THEATER et même SPOCK’S BEARD.

Cette énergie incroyable se manifeste même lors des passages les plus calmes. Le quintet joue serré, mais laisse de l’air aux parties les plus mélodiques, et alterne avec flair l’intensité et l’ouverture, un peu comme si CYNIC s’appropriait le répertoire de YES en suivant des partitions de MOTORPSYCHO. Le métissage est donc de mise, mais la cohérence reste l’obsession majeure. Car la diversité peut vite se transformer en porte ouverte à tous les excès de bricolage, ce qui, à terme, peut transformer un excellent album de Progressif en auberge espagnole pas vraiment sélective.

Cohérence, mais beauté, et poésie.

Le travail des musiciens est à ce point remarquable qu’on finit par fermer les yeux pour tenter d’imaginer une histoire et un décor idoines, pour s’évader d’une réalité bien trop triste. « Until the Sun Illuminates » ose un sax s’époumonant sur un instrumental que Métropolis 2000 proposait sur sa fin, et si les points communs entre les deux formations sont nombreux, elles ne peuvent pas pour autant être vraiment comparées. Beaucoup plus perméable au Post Metal que ne l’a jamais été la formation de John Petrucci, THE ANCHORET se fait jonction entre les époques, allusif aux nineties, mais directement inspiré par les années 70, lorsque le genre était au pinacle de sa gloire.         

Intrigué par cette pochette étrange, qui semble symboliser une fuite indispensable, l’auditeur s’immergera sans peine dans cette histoire d’introspection, aux nombreux chœurs riches et denses, et aux évolutions naturelles pleines de grâce. On a même de temps à autres le sentiment de suivre une histoire qui emprunte des chemins de traverse et des ruelles sombres, posant les jalons d’une sous-intrigue parallèle, qui au bout du compte s’intègre à la narration principale. C’est le cas du fulgurant et magnifique « Someone Listening », imbrication subtile et fragile comme du cristal, et qui pourtant s’appuie sur un jeu de guitare agressif et une batterie en constant mouvement.

Etant totalement fan du genre, et spécialement de ses représentants les plus intrépides, j’ai été conquis par ce long disque aux ambiances veloutées et/ou puissantes. Si le fil d’Ariane est facilement visible, les surprises ne manquent pas, mais c’est évidemment le côté sensible et humain de l’affaire qui fait son charme, la perfection instrumentale le disputant à la sincérité musicale.

Et ce saxo…Omniprésent du début à la fin de l’album, il lui donne une tonalité eighties très prononcée, comme une bande-originale de dérive nocturne et de rencontres entre divers personnages abimés par la vie, partageant leur solitude le temps d’une discussion. Lieu de rencontre improbable, abribus perdu dans la ville, It All Began With Loneliness est une sorte de série noire ou de drame joué live en studio, peaufiné à l’extrême, mais ni aseptisé ni édulcoré.    

La longueur du projet respecte le cahier des charges du Progressif traditionnel, et la diversité d’approche permet une écoute précise, à la recherche du moindre détail important. L’intro de « Buried » par exemple, entre Metal extrême et Progressif agressif, les assonances et dissonances du long et envoutant « All Turns to Clay » qui une fois encore se la joue TOOL en version moins contemplative et nombriliste, l’efficacité trouble de « Unafraid » qui emploie toujours ces chœurs déviants à plein régime, comme pour célébrer une messe intime et fantomatique dans une église fatiguée aux bancs usés par le temps.

On remarque d’ailleurs à peine une ou deux silhouettes sur ces mêmes bancs, deux silhouettes floues et humides qui se tiennent la tête, et qui parlent en silence. Deux êtres qui ont fait le choix de l’isolation, au risque de le regretter au moment de trouver une âme sœur pour briser le désespoir. Cette âme sœur peut être cette beauté trouble et musicale qui nous oblige presque à l’introspection, ou ces à-coups rythmiques qui accélèrent les évènements et forcent à choisir.

Et choisir d’écouter ce disque est un réflexe naturel. Une survie artistique obligatoire, une richesse collective au service d’individualités passionnées. Il n’est jamais trop tard pour trouver un sens à son existence. THE ANCHORET peut vous y aider, en toute humilité.

   


Titres de l’album:

01. An Office For...  

02. A Dead Man       

03. Until the Sun Illuminates

04. Someone Listening         

05. Forsaken  

06. Buried      

07. All Turns to Clay 

08. Unafraid  

09. Stay


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 00/00/0000 à 00:00
95 %    186

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

HELLFEST 2024 / Clisson

Jus de cadavre 15/07/2024

Live Report

Escuela Grind + BMB

RBD 08/07/2024

Live Report

The Mandrake Project Live 2024

Simony 05/07/2024

Live Report

Hatebreed + Crowbar

RBD 18/06/2024

Live Report

Nostromo + Nwar

RBD 03/06/2024

Live Report

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

On me dit dans l'oreillette que la femme de Rob (qui est française) est fan d'Indochine et qu'elle ne serait pas étrangère à cette décision de reprise... L'amour rend aveugle, mais sourd aussi apparemment.

18/07/2024, 14:59

Humungus

Monument.

18/07/2024, 13:39

Humungus

"Kirk et Rob reprennent "L'Aventurier" d'Indochine"... ... ...Le groupe qui aime à se tirer une balle dans le pied quoi !Après l'ignominie de la reprise de Johnny il y a quelques années...A la prochaine date franç(...)

18/07/2024, 09:35

Alain MASSARD

juste excellent!!!!

17/07/2024, 16:30

Tourista

''Shoot the babies in the nest, that's the real hunting''

17/07/2024, 08:37

Ivan Grozny

Pour ma part :Jeudi : Ashinhell / Immolation / Brujeria / Megadeth (aïe aïe) / Shining (le groupe norvégien) / Sodom / Cradle of FilthVendredi : Fear Factory / Savage Lands / Kanonenfieber / Satyricon / Emperor / Machine Head (la fin vite fait pour boire un coup) / (...)

17/07/2024, 01:16

Gargan

« Wher’ar’you Marshall ? » « yeahiyeaah wohooo !! »

16/07/2024, 21:51

LeMoustre

Sympa.En plus tête d'affiche au Pyrenean Open Air en septembre. Ça se loupe pas ça 

16/07/2024, 10:06

Cupcake Vanille

Ok c'est très différent de la période You Will Never Be One of Us qui était plus un mix sauvage et efficace entre un Slayer et Napalm Death. Todd Jones change encore de style vocalement, pour un truc plus vomissant rempli de glaire dans une ligne death(...)

15/07/2024, 11:11

RBD

Excellent ! Ils sont revenus tourner ce clip à la "Maison des choeurs" où nous les avions vus pour un concert inoubliable à l'automne 2023. Il s'agit d'une ancienne chapelle de style Louis XIV (mais pas baroque) accolée à l&apos(...)

11/07/2024, 16:43

Simony

@Tourista : je partage en tout point tes dires. Si ce n'est pour MAIDEN car je suis un incorrigible fan qui aimera toujours ce groupe et les voir sur scène mais je comprends parfaitement ton point de vue que j'applique à AC/DC par exemple. J'ai une super image de la d(...)

11/07/2024, 09:59

Simony

@Tourista : je partage en tout point tes dires. Si ce n'est pour MAIDEN car je suis un incorrigible fan qui aimera toujours ce groupe et les voir sur scène mais je comprends parfaitement ton point de vue que j'applique à AC/DC par exemple. J'ai une super image de la d(...)

11/07/2024, 09:59

Jus de cadavre

Quand NAILS se met au Speed Thrash   ! Bah ça bastonne !

10/07/2024, 19:48

Tourista

Pardon : présent à Paname.

10/07/2024, 18:41

Tourista

Présent.  Set-list hyper solide, groupe hyper en place et son aux petits oignons. Plaisir manifeste du chanteur (malgré sa crève) et accueil formidable (est-ce une surprise ?) du public. Le plus appréciable dans la forme c'était sa gestuelle dimensionn(...)

10/07/2024, 18:40

RBD

C'est vrai qu'il se maintient bien malgré les ans. Cela me rappelle il y a fort longtemps quand j'avais vu Blaze Bailey tourner en solo peu après son départ de Maiden. Mais Bruce est à un autre niveau de charisme et de talent, c'est clair.

10/07/2024, 12:43

wolf88

salut, ce n est pas Autriche mais Australie   

08/07/2024, 18:48

LeMoustre

Tuerie intégrale.Point.

07/07/2024, 14:33

Humungus

"Je préfère d'ailleurs aller jusqu'au Rockhal plutôt que de monter à Paris où tout n'est que galère et source de stress et d'énervement".Amen !

06/07/2024, 08:19

Gargan

Ah oui ! J’espère que ce sera l’occasion pour faire quelques dates, hâte de les revoir.

06/07/2024, 08:08