The Vulture's Amulet

Lady Beast

03/04/2020

Reaper Metal Productions

Hard Rock old-school, Metal old-school, Power Metal old-school, Deathcore, Thrash old-school, Death old-school, Deathcore, Blackened Thrash old-school…C’est ainsi que déroulent les nouveautés dans mon classeur, et autant dire que deux fois sur trois, je me retrouve à chroniquer l’album de nostalgiques qui refusent la vision d’un Metal contemporain. Le tout n’est pas forcément désagréable pour un quinquagénaire comme moi, et qui a grandi au son des influences de tous ces groupes portés sur un passé qu’ils ne souhaitent pas révolu. Mais l’un dans l’autre, tout ceci ne serait-il pas la partie immergée de l’iceberg cachant une partie encore plus immergée et plus intéressante ? Le débat est d’importance, et cache une question existentielle : plaisir facile, ou travail de fond complexe pour essayer de dessiner les contours d’une époque ? Car en fait, je serais bien à mal de dire quel courant domine le marché actuellement, en termes d’approche artistique, n’écoutant quasiment que des albums qui auraient pu être enregistrés dans les années 80…Cette décennie n’en finit plus de faire des victimes dans les rangs des musiciens du vingt-et-unième siècle, persuadés que le plus important a été dit entre 1980 et 1984, à l’image des américains de LADY BEAST, qui publient aujourd’hui leur quatrième longue-durée. Dans le fond, la forme et le packaging, rien ne distingue les originaires de Pittsburgh, Pennsylvanie de tous leurs homologues passéistes et fans de riffs immédiats. La preuve, puisque les sites spécialisés n’hésitent pas à les comparer à KOBRA AND THE LOTUS, SATAN’S HALLOW, WARLOCK, HUNTRESS, KRAMP, UNLEASH THE ARCHERS ou IRON MAIDEN évidemment, et autant dire que toutes ces comparaisons sont fondées. Et depuis leur création en 2009, les américains n’ont eu de cesse de mettre en place un programme de voyage dans le temps, appuyant chacune de leurs interventions d’une conviction sans failles.

Composé de cinq musiciens (Deborah Levine - chant, Andy Ramage - guitare lead, Chris Tritschler - guitare rythmique, Greg Colaizzi - basse et Adam Ramage - batterie), LADY BEAST est l’archétype de groupe qui synthétise les courants en vogue au début et milieu des eighties, avec une passion indéfectible pour le Heavy Metal de la NWOBHM, qui lui-même se sevrait de Rock des années 70. Après trois longue-durée publiés depuis 2012 (Lady Beast, Lady Beast II, Vicious Breed), plus une compilation sortie l’année dernière et se concentrant sur leurs jeunes années (The Early Collection), le quintet passe donc à la vitesse supérieure, migrant des rangs de Cruz del Sur à ceux de Reaper Metal Productions, un label bien de chez eux, sans vraiment changer leur guitare de flight-case. On retrouve sur ce nouveau chapitre tout ce qui a toujours fait le charme du groupe et de sa musique, ces structures simples et ces refrains collégiaux, cette agressivité de tous les instants ne se démentant jamais, mais aussi cet art pour transcender des motifs classiques et les sublimer d’une touche personnelle. Oscillant toujours entre Power/Speed et Metal plus traditionnel, The Vulture's Amulet poursuit donc les travaux antérieurs en appuyant sur le perfectionnisme, chaque morceau étant un cas d’école à lui seul. Avec Deborah au chant, on pense évidemment à WARLOCK, à HELLION, mais dans les envolées les plus mélodiques, le spectre de THIN LIZZY arrive à passer ses chaînes dans les interstices pour aérer le tout. Convaincant sur des tempi rapides, les musiciens le sont encore plus sur des rythmiques médiums à l’atmosphère plombée, et il n’est guère étonnant de constater que les morceaux les plus volontairement Heavy sont les meilleurs de leur répertoire.

Une certaine vision de l’Amérique des années 80, celles des clubs de New-York et de Los Angeles, lorsque la scène Metal nationale se faisait les dents sur un répertoire puissant et bien méchant. La doublette « Sacrifice To The Unseen »/« Betrayer » est à ce titre un modèle du genre, avec ses attaques franches, son ambiance pesante et plus sombre, et ses assouplissements harmoniques qui permettent à LADY BEAST de proposer un Metal séduisant pour les fans de JUDAS PRIEST et SAVAGE GRACE, évitant les pièges de la redondance grasse allemande que les WARLOCK n’ont pas toujours su accommoder. Et avec un aveu de la trempe de « Metal Machine » en ouverture, pas de doute à avoir : le groupe ne trahira jamais la cause. Mais avec quatre albums dans la besace et une propension à se rapprocher toujours plus des origines, il n’y avait pas de crainte à avoir, et ce Metal mordant et speedé de nous mettre à genoux, les poings dressés, s’agitant aux syncopes d’un riff formaliste mais terriblement efficace. On aime cette hargne qui ne se dément pas, mais on adore aussi la voix d’une chanteuse qui ne se contente pas de brailler et qui pose des lignes vocales dignes de ce nom. Digne héritière de Leather Leone, Dawn Crosby, Doro Pesch et Ann Boleyn, Deborah Levine profite des riffs tricotés par ses deux guitaristes pour imposer une harangue crédible et convaincante. D’ailleurs, le travail accompli par la paire Andy Ramage/Chris Tritschler est exemplaire dans les faits, les deux hommes n’hésitant pas à recopier les plans retranscrits dans le manuel du parfait petit guitariste des eighties de quoi remplir leurs propres partitions. Ce qui nous donne du coupant syncopé (« Runes Of Rust »), ou du boosté gonflé aux entournures (« The Gift », avec une basse bien roulante et grondante de Greg Colaizzi), et surtout, une variété dans la pureté qui fait souvent défaut aux groupes du cru.

On ne s’ennuie jamais à l’écoute de The Vulture's Amulet, pas plus qu’on ne s’ennuyait en écoutant les groupes de l’époque. En retenant le meilleur et le plus symptomatique des combos héroïques (« The Champion », plus MAIDEN que des larmes de Paul Di'anno en 1983), en accélérant le tempo à intervalles réguliers (« Transcend The Blade »), en s’appuyant sur la précision germanique en matière de Heavy/Hard Rock (« The Vulture's Amulet »), LADY BEAST ne tire son inspiration que des plus grands, et signe un excellent album, certes de facture classique pour un effort old-school, mais dont les chansons en sont vraiment, et pas de simples et vulgaires accumulations de gimmicks. Je vous laisse juge de cette énième crise de nostalgie, mais dans les faits, ce groupe éminemment sympathique représente clairement le haut du panier du mouvement old-school, ne serait-ce que pour son application dans la composition.    

                                                                                                 

Titres de l’album :

                        01. Metal Machine

                        02. Runes Of Rust

                        03. The Gift

                        04. Sacrifice To The Unseen

                        05. Betrayer

                        06. The Champion

                        07. Transcend The Blade

                        08. The Vulture's Amulet

                        09. Vow Of The Valkyrie

Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 25/08/2020 à 17:40
80 %    313

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Jon _ interview d'un homme multi-facettes

Simony 23/11/2020

Interview

Future World

mortne2001 23/11/2020

From the past

Voyage au centre de la scène : les fanzines

Jus de cadavre 22/11/2020

Vidéos

Rammstein 2005 (Volkerball)

RBD 16/11/2020

Live Report

At The Mill _ Live Stream Performance

Simony 07/11/2020

Live Report

Dahey OWM

Simony 01/11/2020

Interview

Fear Factory + Misery Index 2006

RBD 28/10/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Saor + Borknagar + Cân Bardd 01/12 : Le Petit Bain, Paris (75)
Saor + Borknagar + Cân Bardd 02/12 : Le Rex, Toulouse (31)
Saor + Borknagar + Cân Bardd 05/12 : Cco, Villeurbane (69)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
LeMoustre

Retour qui fait rudement plaisir en effet. On a l'impression de revenir en 1989 au gré de The Descending ou de quelques parties Forbiddenesques parsemées entre moshparts typiques. Et puis Flores n'a pas trop muté, y'a bon.

30/11/2020, 14:38

Gargan

C'est Knokkelklang*, même chant. Album 2018 excellent par ailleurs. Ce nouveau projet confirme que 2021 sera une belle année metal et une bonne source de dépenses.

30/11/2020, 09:48

RBD

Je suis plutôt pessimiste, les rassemblements de ce type seront à mon avis l'ultime activité à redevenir autorisée avant le retour complet à la normale. Ils reviendront, mais en dernier. Ceci dit, les institutions catholiques viennent d'obtenir d(...)

29/11/2020, 19:33

mortne2001

"Pis de toute façon, moi, dès que cela sonne comme SLAYER j'achète de suite donc... ... ..."Je ne peux pas me battre contre ce genre d'argument, puisque j'utilise les mêmes

29/11/2020, 19:02

Gargan

4eme épisode, toujours aussi bien. Maintenant je les imagine jouer vetranatt dans la pièce rose haha

29/11/2020, 17:53

Humungus

Je serai bien plus jouasse que toi sur ce coup là mortne2001 :Tu trouves qu'EXHORDER a sorti l'album de sa carrière l'an passé... Bah je pense qu'il en est de même pour EVILDEAD aujourd'hui.Pis de toute façon, moi, dè(...)

29/11/2020, 14:46

Gargan

Beaucoup aimé le précédent (bien que trop court), surtout avec l’epique twelve bells, et ça sent toujours très bon. En même temps, on est rarement déçu avec le père Alan. Ce ne serait pas mal une petite interview soit dit en pass(...)

29/11/2020, 09:13

Oliv

Oui ya de quoi faire chez nous pourtant en catégorie métal français 

29/11/2020, 00:31

MorbidOM

Si tu t'en fous complétement pourquoi exhumer un post qui date de 8 moi ?

28/11/2020, 19:39

Je m\'en fou complètement ça reste un putain de bon groupe

Je m'en fou complètement ça reste un putain de bon groupe 

28/11/2020, 17:41

Forza

Ca a déja une autre gueule que les victoires de la musique chez nous avec Louise Attaque et Etienne Daho (!) en catégorie rock. Je pense également que le trophée va revenir à Power Trip, non seulement parce que c'est mérité, mais a(...)

28/11/2020, 16:09

POMAH

J'avais bien compris Humungus, je voulais pas t'induire en erreur. ;)Par contre le reste de l'album je suis pas plus emballé. Première galette du groupe que je trust pas complètement...

28/11/2020, 12:55

metalrunner

Leur meilleur album un sacré souvenir.

28/11/2020, 10:47

Humungus

Je ne connais que le premier et dernier nominé...Sans conteste (malgré toute l'admiration que j'ai pour Mr Ice T), mon vote va vers POWER TRIP.LE titre cassage de gencive !

28/11/2020, 10:27

Humungus

Attention hein ! Je n'ai absolument rien contre "les synthés sous champi" (bien au contraire d'ailleurs). Le reste de l'album en usant avec splendeur, mais sur ce titre, la mélodie, comme je le disais au dessus, est bien trop teinté Prog'. Et com(...)

28/11/2020, 10:24

POMAH

Assez d'accord avec Humungus, j'ai un peu de mal aussi avec le synthé sous champi quoi... Elle est ou la puanteur rampante d'Apparitions ... ?

27/11/2020, 21:30

Oliv

Oui ça va 5 mn les concerts a la tv , halte a l’entrave aux libertés et on ressortira la guillotine pour couper quelques têtes, ça fera une animation supplémentaire. 

27/11/2020, 19:00

Humungus

Le moins bon morceau à mon sens de l'album.Ce synthé Prog me dérangeant énormément...

27/11/2020, 13:51

Gargan

Premier morceau terrible, avec LE son de synthé spatial 70/80s. Tu prends ton jetpack direction les étoiles après quelques IPA.

27/11/2020, 10:05

Jefflonger

Une belle époque les premiers albums de Nightfall. J'ai re écouté mes vieilles k7 à l'annonce de ces rééditions cd et vinyles,  et les imperfections des 2 premiers conservent un petit charme pas trop suranné 

26/11/2020, 21:38