Avant toute chose, les paramètres de prise en compte pour une chronique sont variables. Généralement, la réputation du groupe, ses qualités, son rayonnement, le buzz’ en font partie, mais chacun est à même d’avoir son propre système d’évaluation pour jauger de la pertinence d’une œuvre. Le mien est particulier. Outre mon penchant pour les loups solitaires et autres parias du monde musical, un groupe signé sur le même label que les magnifiques et impitoyables WORLD NARCOSIS mérite toute mon attention. Encore plus s’il est islandais d’origine. C’est très subjectif, hautement discutable, mais en même temps, je fais ce que je veux. Dont acte. Dont cette chronique du Let It Be des locaux de GRIT TEETH, distribués par le label local Why Not ? Pourquoi pas ? Mais tout à fait et l’occasion faisant le larron, le label du grand froid ne s’est encore pas trompé en nous refourguant ce truc-là qui suinte la méchanceté par tous les pores et fait autant de bruit qu’un troupeau de porcs. Mais attention, pas de cris porcins à l’horizon, quoique les gus en question ne soient pas totalement opposés à des affiliations avec l’univers du BM national, qu’ils évoquent en plus d’une occasion. Mais il est pourtant très ardu de définir leur musique, qu’ils aiment à décrire comme étant une sorte d’old world crust punk and piercing black’n’death metal flourishes, ce qui ma foi se rapproche dangereusement de la réalité. Alors, du Noise, du Crust, du Hardcore, du Rock N’Roll ou du Grind à la mode islandaise ? Un peu tout ça mes aïeux, et Dieu que ça fait du bien quand ça fait mal.

Et autant le dire, ça fait TRES mal.

Ces flingués sont donc quatre (Dagur – basse/chant, Jón & Hörður – guitare/chœurs, et Birkir – batterie), viennent donc du même pays que les SUGARCUBES et Björk, mais n’ont absolument rien en commun avec une quelconque scène Post-Punk ou Post-Pop. Non, ils partageraient plutôt des vues avec celle BM de leur propre pays, très rugueuse et agressive, dont ils empruntent les accents en les intégrant à un contexte purement Core sur les bords, mais aussi au milieu. A l’écoute de ce Let It Be, il n’est pas difficile de penser aux NAILS, à MAGRUDERGRIND, et même à leurs collègues de label de WORLD NARCOSIS, pour cette façon malicieuse de mélanger les courants pour en obtenir un encore plus bouillant. Niveau historique, les mecs sont déjà responsables de la sortie d’un premier EP éponyme en 2015, pas plus complaisant que celui-ci, qui fait toutefois preuve d’une avancée notable en termes de production et d’élaboration. Au menu, des compositions courtes, la plupart du temps restant sous la barre des deux minutes, mais utilisant toutes les armes disponibles pour nous déstabiliser. Accélérations en coup de feu, ralentissements aggravés, hurlements rauques et embardées déchaînées, toute la panoplie y passe pour transformer ces musiciens en héros malsains d’un quotidien glacé, hurlant sans discontinuer le haro sur un baudet, qui pourrait d’ailleurs être nous, ou bien une certaine forme de complaisance dans l’extrême qui se contente de tirer sur des ficelles déjà usées. Mais les GRIT TEETH sont loin d’être des pantins, et encore moins les proverbiaux dindons de la farce, et sous cette épaisse couche de glace se cache l’un des EP les plus brutaux et créatifs de cette fin d’année. Pourquoi ? Mais, pourquoi pas ?

Parce que la violence y est omniprésente, mais intelligente. Et surtout, variée. Au gré des titres, on se prend à penser à LOCK UP, NAPALM DEATH, PRIMITIVE MAN, URSUT, et la clique des Black metalleux du nord de l’Europe, eux qui ont compris depuis longtemps que les accointances entre leur style et le Death Metal étaient inévitables. D’où une intensité remarquable, propre à ridiculiser tous les outranciers du Crust suédois, ceux-là même qui confondent vitesse et précipitation, et qui nous refilent sans broncher les mêmes LP enregistrés à la chaîne à gravier. Les GRIT TEETH sont aussi Doomcore qu’ils ne sont Crustcore, sont aussi Grind qu’ils sont Death, et frappent dans tous les coins, sans forcément faire les malins. Doté d’une production béton et d’un mixage signé des petites mains de Leigh Lawson, ce Let It Be est loin d’un ainsi-soit-il de fin de messe, et a plutôt tendance à vous botter les fesses, en savourant une gravité exceptionnelle qui pourtant n’alourdit pas le propos existentiel. Il est donc très ardu de situer ces grands malades sur un quelconque échiquier, puisqu’ils sont capables dans un même souffle de couper le nôtre d’un Grind apoplectique (« Snowed In »), de nous assommer d’un Crust dans la plus grande tradition héritée du Thrashcore US (« Sword And Shield », quarante-sept secondes de folie sonore si intense qu’on en veut encore), de titiller la corde sensible des petits-enfants d’ENTOMBED le temps d’une intro macabre, avant de replonger dans le Crust le plus capable (« The Fall »), ou à contrario de plomber l’ambiance d’un Sludge poisseux et subtilement nauséeux histoire de briser le schéma qu’on attendait d’eux (« Burnt Soil »). En gros, un éventail de possibilités toutes plus létales les unes que les autres, transcendé par une interprétation habitée. Car ce quatuor de dégénérés n’a pas non plus oublié comment jouer.

Mais à vrai dire, des salauds capables de nous briser les tympans d’une intro sordide et truffée de feedback à faire vomir les chiens, avant de nous massacrer d’une pluie de blasts de vauriens (« Intro ») ne sont pas à prendre à la légère. On le sait, les islandais ne sont pas là pour bricoler, et en toute connaissance de cause, les      

GRIT TEETH ont épousé la leur, qui consiste à abuser de tous les artifices dérangeants pour fêter la naissance d’un style encore plus véhément.

Crust N’Grind N’Black N’Core ? Ça ne veut strictement rien dire, et pourtant, ça leur colle à la peau comme des asticots sur un corps mort. Et croyez-moi, le vôtre risque de faire quelque soubresauts à l’écoute de ce Let It Be qui vous laissera en morceaux, réduit en portion congrue d’une violence soutenue. L’école nordique a donc encore imposé sa loi sur l’extrême et l’underground, et on risque d’entendre parler de ce quatuor assez loin de ses frontières vu le boucan mortifère sortant de leurs amplis même pas à la terre. Non, ces amplis-là sont reliés à la glace. Pour un raffut qui ne laissera personne de marbre. Sauf celui de vos tombes.


Titres de l'album:

  1. Intro
  2. Spineless/Gutless
  3. Warchests
  4. Pointless/Worthless
  5. Sword and Shield
  6. Burnt Soil
  7. The Fall
  8. Bleak Eyes
  9. Bleeder
  10. Snowed In

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 08/12/2017 à 18:15
85 %    274

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever


Une édition boueuse cette année !
Mais du lourd ! Incantation monstrueux, Midnight ultra rock n roll, etc... ! On vous raconte tout ça bientôt !


Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes