Avant toute chose, les paramètres de prise en compte pour une chronique sont variables. Généralement, la réputation du groupe, ses qualités, son rayonnement, le buzz’ en font partie, mais chacun est à même d’avoir son propre système d’évaluation pour jauger de la pertinence d’une œuvre. Le mien est particulier. Outre mon penchant pour les loups solitaires et autres parias du monde musical, un groupe signé sur le même label que les magnifiques et impitoyables WORLD NARCOSIS mérite toute mon attention. Encore plus s’il est islandais d’origine. C’est très subjectif, hautement discutable, mais en même temps, je fais ce que je veux. Dont acte. Dont cette chronique du Let It Be des locaux de GRIT TEETH, distribués par le label local Why Not ? Pourquoi pas ? Mais tout à fait et l’occasion faisant le larron, le label du grand froid ne s’est encore pas trompé en nous refourguant ce truc-là qui suinte la méchanceté par tous les pores et fait autant de bruit qu’un troupeau de porcs. Mais attention, pas de cris porcins à l’horizon, quoique les gus en question ne soient pas totalement opposés à des affiliations avec l’univers du BM national, qu’ils évoquent en plus d’une occasion. Mais il est pourtant très ardu de définir leur musique, qu’ils aiment à décrire comme étant une sorte d’old world crust punk and piercing black’n’death metal flourishes, ce qui ma foi se rapproche dangereusement de la réalité. Alors, du Noise, du Crust, du Hardcore, du Rock N’Roll ou du Grind à la mode islandaise ? Un peu tout ça mes aïeux, et Dieu que ça fait du bien quand ça fait mal.

Et autant le dire, ça fait TRES mal.

Ces flingués sont donc quatre (Dagur – basse/chant, Jón & Hörður – guitare/chœurs, et Birkir – batterie), viennent donc du même pays que les SUGARCUBES et Björk, mais n’ont absolument rien en commun avec une quelconque scène Post-Punk ou Post-Pop. Non, ils partageraient plutôt des vues avec celle BM de leur propre pays, très rugueuse et agressive, dont ils empruntent les accents en les intégrant à un contexte purement Core sur les bords, mais aussi au milieu. A l’écoute de ce Let It Be, il n’est pas difficile de penser aux NAILS, à MAGRUDERGRIND, et même à leurs collègues de label de WORLD NARCOSIS, pour cette façon malicieuse de mélanger les courants pour en obtenir un encore plus bouillant. Niveau historique, les mecs sont déjà responsables de la sortie d’un premier EP éponyme en 2015, pas plus complaisant que celui-ci, qui fait toutefois preuve d’une avancée notable en termes de production et d’élaboration. Au menu, des compositions courtes, la plupart du temps restant sous la barre des deux minutes, mais utilisant toutes les armes disponibles pour nous déstabiliser. Accélérations en coup de feu, ralentissements aggravés, hurlements rauques et embardées déchaînées, toute la panoplie y passe pour transformer ces musiciens en héros malsains d’un quotidien glacé, hurlant sans discontinuer le haro sur un baudet, qui pourrait d’ailleurs être nous, ou bien une certaine forme de complaisance dans l’extrême qui se contente de tirer sur des ficelles déjà usées. Mais les GRIT TEETH sont loin d’être des pantins, et encore moins les proverbiaux dindons de la farce, et sous cette épaisse couche de glace se cache l’un des EP les plus brutaux et créatifs de cette fin d’année. Pourquoi ? Mais, pourquoi pas ?

Parce que la violence y est omniprésente, mais intelligente. Et surtout, variée. Au gré des titres, on se prend à penser à LOCK UP, NAPALM DEATH, PRIMITIVE MAN, URSUT, et la clique des Black metalleux du nord de l’Europe, eux qui ont compris depuis longtemps que les accointances entre leur style et le Death Metal étaient inévitables. D’où une intensité remarquable, propre à ridiculiser tous les outranciers du Crust suédois, ceux-là même qui confondent vitesse et précipitation, et qui nous refilent sans broncher les mêmes LP enregistrés à la chaîne à gravier. Les GRIT TEETH sont aussi Doomcore qu’ils ne sont Crustcore, sont aussi Grind qu’ils sont Death, et frappent dans tous les coins, sans forcément faire les malins. Doté d’une production béton et d’un mixage signé des petites mains de Leigh Lawson, ce Let It Be est loin d’un ainsi-soit-il de fin de messe, et a plutôt tendance à vous botter les fesses, en savourant une gravité exceptionnelle qui pourtant n’alourdit pas le propos existentiel. Il est donc très ardu de situer ces grands malades sur un quelconque échiquier, puisqu’ils sont capables dans un même souffle de couper le nôtre d’un Grind apoplectique (« Snowed In »), de nous assommer d’un Crust dans la plus grande tradition héritée du Thrashcore US (« Sword And Shield », quarante-sept secondes de folie sonore si intense qu’on en veut encore), de titiller la corde sensible des petits-enfants d’ENTOMBED le temps d’une intro macabre, avant de replonger dans le Crust le plus capable (« The Fall »), ou à contrario de plomber l’ambiance d’un Sludge poisseux et subtilement nauséeux histoire de briser le schéma qu’on attendait d’eux (« Burnt Soil »). En gros, un éventail de possibilités toutes plus létales les unes que les autres, transcendé par une interprétation habitée. Car ce quatuor de dégénérés n’a pas non plus oublié comment jouer.

Mais à vrai dire, des salauds capables de nous briser les tympans d’une intro sordide et truffée de feedback à faire vomir les chiens, avant de nous massacrer d’une pluie de blasts de vauriens (« Intro ») ne sont pas à prendre à la légère. On le sait, les islandais ne sont pas là pour bricoler, et en toute connaissance de cause, les      

GRIT TEETH ont épousé la leur, qui consiste à abuser de tous les artifices dérangeants pour fêter la naissance d’un style encore plus véhément.

Crust N’Grind N’Black N’Core ? Ça ne veut strictement rien dire, et pourtant, ça leur colle à la peau comme des asticots sur un corps mort. Et croyez-moi, le vôtre risque de faire quelque soubresauts à l’écoute de ce Let It Be qui vous laissera en morceaux, réduit en portion congrue d’une violence soutenue. L’école nordique a donc encore imposé sa loi sur l’extrême et l’underground, et on risque d’entendre parler de ce quatuor assez loin de ses frontières vu le boucan mortifère sortant de leurs amplis même pas à la terre. Non, ces amplis-là sont reliés à la glace. Pour un raffut qui ne laissera personne de marbre. Sauf celui de vos tombes.


Titres de l'album:

  1. Intro
  2. Spineless/Gutless
  3. Warchests
  4. Pointless/Worthless
  5. Sword and Shield
  6. Burnt Soil
  7. The Fall
  8. Bleak Eyes
  9. Bleeder
  10. Snowed In

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 08/12/2017 à 18:15
85 %    141

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Brainstorm

Midnight Ghost

Necronomicon

Unleashed Bastards

Dream Patrol

Phantoms of the Past

Grrrmba

Embodiment

Black Phantom

Expiration Date

Fullminator

Crackattack

Benighted

Dogs Always Bite Harder Than Their Master

Black Paisley

Perennials

Disgrace And Terror

Age of Satan

Bogue Brigade

Ruinous Behavior

Lioncage

Turn Back Time

The Cruel Intentions

No Sign of Relief

Void

Jettatura

Cauldron

New Gods

Tony Mitchell

Beggars Gold

Bosse-de-nage

Further Still

Attan

End Of

Whisker Biscuit

Kill For Beer

Morbid Messiah

Demoniac Paroxysm

Daniel Trigger

Right Turn

Interview avec Harun Demiraslan

youpimatin / 20/10/2018
Groove Metal

Hangman's Chair + SBRBS / Live-report Rennes

Jus de cadavre / 09/10/2018
Stoner Doom

Voïvod + Bio-Cancer + Hexecutor

RBD / 06/10/2018
Mosh

Interview VOÏVOD - Daniel "Chewy" Mongrain

mortne2001 / 02/10/2018
Daniel Mongrain

Bloodshed Festial - Jour 2

Mold_Putrefaction / 02/10/2018
Breakcore

Concerts à 7 jours

+ Black Mirrors + The Vintage Caravan

26/10 : Backstage, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Merde, si j'avais connu ça en 1994 j'aurais adoré....c'est excellent.


Pas convaincu... entre cette intro "sur-blastée" qui sonne totalement forcée et ce chant mielleux ridicule, j'ai de sérieux doutes sur les ambitions (capacités ?) du groupe depuis le départ de Wichers...


En effet la production est juste énorme ! Ce son de gratte bordel...


HM2 tous potards au max! un son bien cracra comme j'aime et deux très bon morceaux
vivement le 26


On se croirait revenus 25 ans en arrière quand on découvrait Stratovarius ... pas désagréable, mais quel est l'intérêt de produire ce genre de musique de nos jours ...


Quelle excellente chronique! Merci


Les mêmes que sur l'album de Nader Sadek, avec Vincent à la place de Tucker... Curieux d'écouter ça, perso.


Ouais, ben ce second album est quand même carrément moins bon que leur premier... En même temps l'attente était énorme après le "buzz" de Devoid Of Light !


Un mec en veste en jean sans manches, à dit « ha ha » il parait...


Hé mais faut arrêter les gars, j'ai pénétré personne moi vous me prenez pour qui? :)


Superbe chronique, bein écrite et qui rassemble bien toutes les impressions du disque ! J'adhère à fond ! Merci d'avoir mis en avant BLACK PAISLEY !


Il sonne bien Suédois ou Néerlandais pour du Death Québécois, ça change.


Et bien rassures-toi RBD, ton report est à peine "moins pénétrant que celui d'un Mortne2001"...
Vraiment...
Bravo donc.


Oui, je pense que le groupe aussi ! Une galère interminable j'ai cru comprendre !


Affiche pas mal aussi hâte de voir AORLHAC et DARKESTRAH.....


En plus c'est une belle affiche ce lundi....


Les festivals estivaux sont internationaux en termes de fréquentation, et je trouve curieux que tu le découvres juste cette année Jefflonger. Et c'est bien parce que le grand public n'a pas cette "culture métal" que Mr Barbaud a réalisé quelque chose que personne n'avait su faire avant lui en (...)


Tellement content que cet album sorte enfin ! :)


Bonne nouvelle ça !


miam ! ca tartine bien comme il faut on va se regaler lundi !