Dissolution

Jours Pâles

10/05/2024

Les Acteurs De L'ombre Productions

L’éclosion, puis les tensions, et enfin, la dissolution. La logique est imparable, et le cheminement indiscutable. En trois albums seulement, les auvergnats de JOURS PÂLES ont franchi les étapes une par une, sans se cramer ou enjamber des ponts sans faire attention. En quatre ans seulement, le quintet a déjà à son actif un gros hat-trick de trois longue-durée aussi impeccables et professionnels les uns que les autres. Alors que les fans en étaient restés à ces Tensions de 2022, les voilà confrontés à une Dissolution qu’on espère tout sauf prophétique. Après tout, le groupe a encore beaucoup de choses à nous dire, et cette fin serait prématurée.

Prématurée et non viable.

Spellbound aka Florian, tête pensante et chef de file des géants d’AORLHAC a cette fois-ci décidé de s’intéresser aux désunions, aux ruptures mais aussi à la place des réseaux sociaux dans notre société et nos relations. Cette désunion est sans aucun doute celle des hommes envers les hommes, cet isolationnisme qui enferme les individus dans un espace restreint, avec pour seule réalité celle virtuelle projetée par leurs écrans. Mais la thématique est évidemment élargie à des exemples plus concrets, et traditionnels, avec ces séparations qui émaillent notre quotidien, et qui sont devenues le seul mode d’expression connu pour exprimer sa lassitude, son désamour, et son envie d’aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte.

Chez JOURS PÂLES, l’herbe n’est pas verte. Partout où le groupe regarde, elle est blanche, orangée, fanée, flétrie, et décore des plaines désolées où les regrets se font enterrer sous une lune pâle. Avec en renfort Alexis et Stéphane aux guitares et Ben à la batterie, Florian continue son exploration d’une humanité à la dérive, qui a érigé la solitude en idole, et en seul culte méritant encore d’être loué. On ne saurait contredire son inspiration, tant l’avenir des échanges humains n’en a justement plus. Seule compte la vérité des réseaux sociaux, les rumeurs lancées sur la toile, et les messages anodins mais anxiogènes reçus sur un smartphone. La réalité est donc triste, et le futur l’est encore plus. Alors, comment faire le bilan d’une existence morne et dont chaque rêve est pollué par un égoïsme flagrant et rampant ?

En continuant de pratiquer ce Black Metal mélodique et mélancolique que Florian maîtrise à la perfection.

Combinant la violence la plus crue du BM moderne aux allusions mélodiques suédoises des années 90, JOURS PÂLES tamise le soleil pour imposer une aube blafarde. Renforcé par des riffs multiples qui donnent parfois le sentiment d’être perdu dans un dédale Progressif, Dissolution est compact, très dense, souvent tragique, parfois dramatique, et proche d’une version gonflée aux stéroïdes de DISSECTION (« Noire Impériale », proche d’un Post-Hardcore vraiment méchant et cruel).

En plaçant les compositions les plus ambitieuses en première partie de métrage, Florian a pris le pari du risque calculé. Les fans attendent en effet de son groupe qu’il produise des digressions développées et intenses, et la fanbase sera donc ravi de ce triptyque d’intro larger than life. Emballé dans une production monstrueuse, Dissolution a des airs de regroupement de parias et de désespérés qui cherchent encore la lumière dans un environnement de pénombre. En forme de gratte-ciel défiant le règne des Dieux, ce nouvel album met de côté toute humilité pour avancer des arguments définitifs. Ceux dont on prend note sur l’incroyablement accrocheur « Les Lueurs D’autoroutes », rehaussé de volutes de chant féminin évanescent, et qui brille comme les phares d’une voiture dans une nuit de brouillard.

Entre brutalité clinique et harmonies automnales, JOURS PÂLES approfondit sa recherche d’ambiances et d’atmosphères, et nous convie à un symposium sur la solitude, entouré d’experts qui connaissent les rouages de l’isolement et de la séparation. Divorce avec l’amateurisme, dissensions entre les pro et les anti, tous les thèmes sont abordés, et la conclusion est finalement évidente : les auvergnats ont parfaitement illustré en musique notre époque de repli sur soi, et de considération de l’autre tel un produit de consommation dont on peut se débarrasser à loisir.

La peine qui en résulte est fort bien traduite par la mélodie de « Une Mer Aux Couleurs Désunions », transition fonctionnant comme un morceau à part entière, et qui nous réserve un torrent de percussions et d’arrangements pour bien illustrer le chaos ambiant.

Je n’irai pas par quatre chemins qui de toute façon mènent au même endroit. Dissolution est le haut-fait d’une jeune carrière, et l’un des albums de Black mélodique les plus précieux de ce premier semestre. Avec des insertions acoustiques, des nappes de claviers, des allusions au passé pour expliquer le présent, ce troisième long métrage pour les oreilles est plus triste que dramatique, et ressemble à ces comédies dramatiques italiennes, douces/amères que l’on transpose dans un univers contemporain avec un langage l’étant tout autant.

« Limérence », avec sa mélancolie hurlée, pointe dans cette direction, en laissant les guitares laminer leurs riffs comme on lacère sa mémoire. Quant à « Dissolution », il incarne l’acmé d’un disque, ce fameux pénultième morceau qui culmine à des hauteurs impressionnantes. Encore une fois, Florian a détaillé son cheminement artistique, en laissant la basse et une guitare cristalline planter le décor, avant de tout envoyer valser comme on éteint un ordinateur avant de se tirer une balle.

Des couches de voix superposées, des sursauts rythmiques en permanence, et une communion des âmes qui donne des frissons. JOURS PÂLES n’a toujours pas accepté que le soleil brille, et continue de délivrer son message comme un oracle Slam converti au vocable Metal.

C’est grand, c’est beau, et ça nous laisse réfléchir sur notre condition. Les hommes étant faits pour évoluer en groupe, ont du mal à se faire à l’idée que l’isolement et la séparation sont inéluctables. Pourtant, nous nous retrouvons tous seuls face à la mort. C’est le signe que la solitude finit toujours par l’emporter.               

      

         

Titres de l’album :

01. Taciturne

02. La Reine De Mes Peines (Des Wagons De Détresses)

03. Noire Impériale

04. Les Lueurs D’autoroutes

05. Réseaux Venins

06. Une Mer Aux Couleurs Désunions

07. Limérence

08. Dissolution

09. Terminal Nocturne


Facebook officiel


par mortne2001 le 29/04/2024 à 16:38
82 %    356

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report

Midnight + Cyclone + High Command // Paris

Mold_Putrefaction 24/04/2024

Live Report

DIONYSIAQUE + JADE @La Chaouée

Simony 23/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
DPD

@LeaJ'exprime mon avis tout le monde me tombe dessus je défend mon point de vue et voilà tout. Il y a toujours quelqu'un pour remettre une pièce dans la machine, pour moi j'ai effectivement tout dit du coup je m'amuse un peu que voulez-vous.

27/05/2024, 16:40

DPD

Je vois pas l'homophobie, je réalise les souhaits d'un homosexuel, j'essaye d'aider, tu veux quoi, j'y vais direct au Talmud ?

27/05/2024, 15:49

Lea

DPD je ne comprends pas du tout pourquoi tu t'acharnes comme ça, on a bien compris tes messages. Tu te fais plaisir à cracher sur tout et n'importe quoi, je vois pas trop le délire, tu t'emmerdes ?

27/05/2024, 12:50

Cämille

Vous pouvez pas virer cette merde homophobe ? Histoire de remonter le niveau. Merci

27/05/2024, 12:19

Gargan

Merci pour ce live report étoffé, va vraiment falloir que je me bouge les miches pour le prochain !

26/05/2024, 21:48

Gargan

Y’a pas de batteur ? J’aurais du mal à comprendre un changement de style..

26/05/2024, 20:55

NecroKosmos

26/05/2024, 19:13

NecroKosmos

J'y étais dès le jeudi et c'était vraiment top !! Mes coups de coeurs sont, dans l'ordre d'apparition, SWAMP LORDZ, WITCHES, VENEFIXION, ABYSMAL GRIEF et SKINFLINT. Quelques déceptions (musicales) mais peu importe. Quel bon festival !! J'ai bie(...)

26/05/2024, 18:59

Humungus

Putain d'affiche c'est clair...Ne serait-ce déjà que pour ABYSMAL GRIEF.Je dois les voir dans un peu plus d'un mois en Belgique... Et ta critique Simony me fout l'eau à la bouche bordel !!!Pis DESTRUCTION... Totalement d'accord av(...)

26/05/2024, 11:02

DPD

J'y peux rien si cette interface de clodo m'empêche d'éditer mes messages, habituellement j'écris très vite je poste et je me relis ensuite.Donc ouais, Bescherelle dans ton cul je sais que t'aimes ça pé(...)

25/05/2024, 16:19

DPD

Je vais te foutre un Bescherelle dans le cul va, ça te rappellera des souvenirs!

25/05/2024, 16:16

Steelvore666

Atrocia (les copains !!!!!), Skelethal, Venefixion... quelle affiche !!!!!!Et dire que j'avais gagné un pass pour m'y rendre...

25/05/2024, 10:30

Humungus

Buck Dancer je t'aime... ... ...

24/05/2024, 21:00

MorbidOM

"si je le ferais ce serait un album culte mais j'ais autre chose à foutre."Consulter un Bescherelle ?

24/05/2024, 03:50

DPD

Ceci dit si je le ferais ce serait un album culte mais j'ais autre chose à foutre.+ metallica c'est de la merde depus longtemps, rien à foutre de Slayer, pareil pour Iron Maiden. Les nostalgiques devraient dégager-

24/05/2024, 01:06

DPD

On aura au moins pu constater que DPD>UPS.

23/05/2024, 10:56

DPD

@UPSJe peux brancher ma guitare avec mon pc jouer avec une boite a rythme et sortir quelque chose de merdique en 1 semaine, est-ce que ça en vaut la peine? tellement de sorties polluent la scène.Je suis absolument contre l'idée que faire quelque (...)

23/05/2024, 10:54

Buck Dancer

Franchement, je ne m'attendais pas à un album aussi bon. Quelques morceaux peuvent vite devenir des classiques et surtout le groupe semble avoir son identité. Bien sûr c'est similaire  à Motley Crue.... euh Slayer, mais c'est pas un simple copi&eacut(...)

22/05/2024, 21:11

fuck the fuck off motherfucker

Calmez-vous les boomers mentaux, Rock Hard va bien vous pondre un article sur AC/DC pour vous contenter.

22/05/2024, 14:36

UPS

Effectivement, ne faisons rien et restons vissés à nos sièges en pleurant sur internet : on aura l'air nettement moins vieux jeu et plus aventureux comme ça. 

22/05/2024, 12:35