Anticristo

Guro

20/03/2020

Eronnimoüs Records

En plein confinement, il faut bien s’occuper. Je n’ai rien contre le sudoku, le tricotin, une rétrospective des Charlots, un escape-game at home, une petite galoche roulée au chien ou un rapprochement physique avec madame, mais il y a des façons de s’amuser plus ludiques et qui en plus, divertiront vos voisins sans qu’ils ne vous l’aient demandé. Les décibels, contrairement à ce que croit l’adage populaire, sont les meilleurs amis de l’homme et non les clébards, et la plus belle conquête de l’homme n’est pas non plus le cheval, mais le Grind. Et comme de toute façon, apprendre à votre yorkshire à monter à cru sur une belle croupe est un exercice un peu trop difficile dans un vingt mètres-carrés, autant vous jeter corps et âme dans la débauche sonique. Je vous préviens par contre qu’à moins de répéter l’exercice un certain nombre de fois, l’activité ne va pas durer longtemps. Car le premier LP des brésiliens de GURO n’excède pas les vingt-cinq minutes, et que les vingt morceaux pris indépendamment sont trop brefs pour meubler le temps. Dans les faits, GURO est un joli trio de musiciens propres sur eux aux t-shirts bien repassés (Kiko - batterie, Thiago - guitare/chœurs et Eron Gravepüking - chant), fondé en 2014 du côté de Londrina, et déjà responsable de quelques exactions au rayonnement limité, dont deux démos en 2016 et 2017 (Guro et Promo, qui ne sont pas dans un bateau mais qui coulent quand même), et deux splits en compagnie des brutaux TECNODEPENDÊNCIA, MORTO, CRUEL FACE, A SAFE DISTANCE FROM SICKNESS, NECROPOLIS ET CAPTAIN THREE LEG. Rien de fondamental en soi, mais largement de quoi entrevoir le potentiel de bestialité d’une horde réduite qui ne conçoit la musique que sous son jour le plus brutal et viscéral.

Sur sa page Facebook, le groupe plutôt roublard nous indique quelques pistes pas vraiment fiables. On apprend donc qu’ils aiment ENTOMBED, NAPALM DEATH et DOOM, ce que leur musique en foutoir intégral ne souligne pas vraiment. Non, le Grind des brésiliens est paillard en diable, légèrement noisy sur les bords, laissant parfois place à des exactions immondes et subtilement comico-brutales (« Otromsued », ce chant à la limite du n’importe-quoi sur fond de bande-son purement Death/Grind est parfaitement délicieux), mais se contentant la plupart du temps de profiter d’une batterie supersonique se calant sur des riffs sombres, solides et éminemment saccadés. On pense à la quintessence du Death à tendance Grind, à BRUTAL TRUTH délocalisé dans un bordel de Rio, aux THE KILL indisciplinés et lâchés dans une forêt inextricable avec une seule machette émoussée, un peu aux MORTICIAN aussi, lorsque le tempo se relâche et ralentit la cadence, mais la folie ambiante dégagée par cet Anticristo est méchamment contagieuse, d’autant plus que les musiciens sont précis dans leur délire. Nous avons même droit parfois à de véritables tubes estampillés Death, solides et conséquents (« Daughter Of Satan », qu’on imagine bien vicieuse et avec un clitoris cornu), et le délicat parfum CARCASS/AGATHOCLES qui anime ce premier jet est d’une euphorie qui le confine (sic) à l’hystérie, d’autant plus que la production solide permet d’en apprécier toutes les « finesses ».

Non, je plaisante. En dehors des facéties en fills d’un batteur qui sait comment cogner, le tout est aussi fin qu’une grosse pièce de bœuf posé sur un étal de boucher, mais exempte de toute terminaison nerveuse trop difficile à mâcher. Le tout s’avale d’une traite, et reste dans une moyenne de bestialité sud-américaine traditionnelle, avec des accélérations fulgurantes, un chant grognon et sourd, une guitare qui turbine sans remâche et relâche tout en parvenant à trouver quelques licks bien accrocheurs et limite suédois (« Cannibals »). On pense à IMPETIGO en version plus pro, on s’en mange plein la tronche mais on aime ça, puisque le trio parvient toujours à insuffler à chaque morceau une haleine très personnelle et identifiable. Les rares soli sont bien sûr très primitifs, mais quelques inserts plus faciles d’approche et mémorisables permettent de transformer la réalisation en produit très professionnel et remarquable (« O Ceifador », du CARCASS dans le texte revu et corrigé par feu José Mojica Marins). Du gros qui tâche, mais qui tâche propre, et avec une entame de la véhémence de « Grind Pop Freak », impossible de se tromper sur la marchandise. A vous de voir si la grosse caisse traitée reste supportable sur la durée, mais avec des riffs diaboliques comme celui de « Morto », impossible de résister à cette hystérie générale, à deux doigts d’un techno-Grind avant-gardiste n’ayant pas peur de combiner démence et technique tendance. Du beau travail qui parfois rappelle le vrai Death des années 90 (« Horrorshow »), pour un LP signé sur un label déguisé en hommage potache (Eronnimoüs Records, il fallait oser). De l’excès, de l’enthousiasme, du bordel, et de quoi faire salement chier vos voisins aux alentours de deux heures du matin, histoire de renforcer l’aspect apocalyptique de cette période plus que trouble. Et puis avec un barouf pareil, avec un peu de chance, vous attirerez aussi quelques zombies.

                                                 

Titres de l’album :

01. Grind Pop Freak

02. Morto

03. Horrorshow

04. Anticristo

05. Grindcuzão

06. Baskin

07. Athenesic

08. Buried Alive

09. Açúcar

10. Necropolis

11. Ascaris

12. Otromsued

13. Lata

14. Daughter Of Satan

15. Vazio

16. No Hope Coke

17. Cannibals

18. O Ceifador

19. Sádico

20. Suicídio


Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 28/07/2020 à 18:16
78 %    346

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kairos

Ouais dsl j'ai été un peu sec, mais l'autre andouille est venu gratuitement me baver sur les rouleaux... J'aurais dû employer l'adverbe "cordialement" à la fin de mon précèdent post. 

26/01/2021, 16:03

Bones

Mouais, mais par contre je vais rapidement le réécouter pour voir si mon approche a évolué. C'est vrai qu'il est réputé...  j'ai sans doute raté le coche.

26/01/2021, 13:14

Arioch91

@Humungus : SIC... And Destroy !   Comme disait Coluche : la politique ? C'est quand on est poli et qu'on a(...)

26/01/2021, 10:45

Arioch91

@Humungus : je confirme pour The Rack. Plusieurs fois j'ai essayé mais sans jamais accrocher.Y a des albums comme ça

26/01/2021, 07:56

Humungus

Toujours "intéressant" (SIC !!!) quand la politique s'insère ici... ... ...

26/01/2021, 07:38

Humungus

Ne pas "rentrer" dans "The rack" ?!?!Bizarre étant donné la monstruosité de cet album...Quoi qu'il en soit, je plussoie sur HAIL OF BULLETS !Pis n'oublions pas le merveilleux GRAND SUPREME BLOOD COURT non plus hein !!!(...)

26/01/2021, 07:35

Arioch91

@Bones : merci pour l'idée, vais m'écouter les trois albums de Hail of Bullets, juste histoire de rattraper mon retard concernant le père Van Drunnen.

25/01/2021, 20:12

Bones

Ce dernier Asphyx n'est pas une montagne de nouveautés mais il est super efficace. On sent les vieux briscards qui connaissent parfaitement leur affaire.Etant un gros fan de Van Drunen, je vais décortiquer ses paroles en ne doutant pas que les morceaux vont s'en tro(...)

25/01/2021, 18:39

Jus de cadavre

Ouais, ils frappent fort les anciens avec cet album ! 

25/01/2021, 18:17

LeMoustre

Chez Accuser, en période récente, c'est Demoniac qu'il faut écouter. Plus violent, sorte de Testament sous amphétamines, il est à mon humble avis le meilleur de ce que Thoms  a produite depuis Who Dominates Who. Ah, si, le premeir album est aussi (...)

25/01/2021, 17:03

LeMoustre

Opposer les casseurs qui seraient bons à expédier aux bagnes de Cayenne pour casser des cailloux et les envahisseurs du Capitole n'est pas une bonne idée. L'objectif est pas le même, les casseurs sont souvent des racailles de délinquants multiréc(...)

25/01/2021, 11:47

Stench

Très étrange à dire mais sur le titre "Tree years of famine", j'entends Overkill de "Skullkrusher". Sinon, excellent album, bien sûr !

25/01/2021, 11:46

Arioch91

Je suis fan du timbre vocal de Van Drunnen depuis le Consuming Impulse de Pestilence mais j'avoue n'avoir jamais accroché au The Rack d'Asphyx et ne me suis jamais penché sur les sorties du groupe. Pas plus pour Hail of Bullets (si je me gourre pas).Mais &ccedi(...)

25/01/2021, 11:04

Solo Necrozis

Piñata of Pus, Necro Thicc, Uteronecrotic Descent of the Divine...Haha ces titres de merde, j'en ris comme un con devant mon PC.

25/01/2021, 10:12

Simony

En tout cas, le livestream proposé samedi était une boucherie totale. Avec ou sans public, les mecs se donnent, Martin plaisantent entre les morceaux et v'là comment ça défouraille sévère. Total respect pour ces mecs qui en imposent, vraiment (...)

25/01/2021, 08:17

POMAH

L'ambiance est chaude par ici...

25/01/2021, 08:06

Humungus

J'en suis déjà à ma troisième écoute consécutive...ACHAT OBLIGATOIRE BORDEL !!! !!! !!!PS : Martin je t'aime.

25/01/2021, 04:25

Pozo (bass)

Thanks for the review!I'll put our spotify link if you wanna follow ushttps://open.spotify.com/artist/0QwY3TM6Lvo6Ba8VGC67YL

25/01/2021, 01:07

Chemikill

Parler de la musique serait déjà un gros morceau.

24/01/2021, 22:59

jtdef

Avec Joe Bidon et l'imposteur Harris ils sont mal barrés.

24/01/2021, 21:11