Nous devisions il y a peu sur le fondamentalisme d’un BM de tradition, glosons donc maintenant sur la pratique d’un Death de précision. Après tout, tout le monde n’a pas l’innovation comme ambition, et certains se sentent même à l’aise dans des standards de production éprouvés, qui leur permettent de s’exprimer pleinement et de laisser transparaitre leur vraie nature. Celle des Australiens d’ETERNAL TORMENT est très brute et pure, et se complaît dans un Death de première fournée, sans chercher à le faire évoluer. Grand bien leur en fasse, puisque leur musique exerce un pouvoir de fascination certain, sans chercher midi à quatorze heures, ni CANNIBAL CORPSE dans le camp des poseurs. Eux ont l’attitude, et le son, manque encore un poil d’audace dans les compositions, mais dans le fond, ce Blind to Reality est d’une franchise remarquable, évoluant dans un créneau assez banal à cheval entre Death primaire et Brutal Death incendiaire, sans privilégier l’un des deux camps. Choisissez le vôtre camarades, et si les estocades si chères à Chris Barnes sont vôtre coup de bélier quotidien, ce second EP/LP des originaires de Gold Coast vous satisfera jusqu’au bout d’une longue nuit perturbée de cris enragés et de rythmiques pilonnées. D’ailleurs, et en choisissant de se placer dans les rangs des défenseurs de la bestialité, le quatuor austral (Shane - batterie, Chris - guitare, Dion - basse et Gus - chant) nous offre une jolie dualité, puisqu’ils optent la plupart du temps pour un instrumental qui en est assez éloigné, ce que les blasts d’intro de « Depose » nous prouvent sans regard détourné. Mais c’est justement ce qui fait la force de leur boucherie sonore, cette façon de respecter les dogmes tout en les adaptant à leur point de vue, et de celui de Blind to Reality, la réalité est légèrement altérée, ce qui a le don de rendre les sens un peu affolés.

Eux le sont aussi, et s’ils citent volontiers les sempiternels SUFFOCATION, OBITUARY, MORBID ANGEL, DEEDS OF FLESH, CANNIBAL CORPSE, DECAPITATED, INCANTATION, NILE, ou DEICIDE comme références avouées, c’est pour mieux les adapter et les transformer, ressemblant de fait à un gigantesque melting-pot classique, avec cette petite touche frondeuse qui les rend sympathiques. Se reposant conjointement sur une batterie qui se veut poumon de l’ensemble, et des guitares qui laminent, tranchent et désassemblent, ETERNAL TORMENT mise plus sur la puissance que sur la nuance, tout en s’autorisant quelques incartades catchy qui prennent par surprise (« Our Ignorance » et son motif mémorisable, plongé dans un bain d’acide Techno-Death tout sauf démonstratif et insipide), pour ne pas verser dans le rectiligne qui endort une fois les premières mandales encaissées. Certes, tout ceci est encore un peu trop timide pour se démarquer de la production pléthorique, mais celle dont bénéficie le quatuor est justement méchamment équilibrée et efficace, permettant à chaque instrumentiste de s’exprimer, sans avoir à hurler. On parvient même parfois à saisir les sinuosités d’une basse qui parvient à s’insérer («Blind To Reality »), et qui balaie son manche à la recherche de notes en complément. Il est certain que le point de focalisation de l’affaire reste ce percussionniste d’enfer, Shane, qui mitraille à tout va, et qui fait sonner sa double grosse caisse comme un tir de rafale, ne tolérant que peu d’espace entre les douilles qui tombent, parfois à un rythme affolant rendant les SUFFOCATION verts de rage (« Beyond Godlike »). Avec en sus un sens du timing parfait qui leur évite de trop laisser traîner les accélérations en plaçant pile là où il faut des inserts Heavy vraiment chauds, les ETERNAL TORMENT jouent avec nos nerfs et nous balancent face contre terre, avant de nous relever pour continuer un combat perdu d’avance.  Dans une catégorie poids lourds, ils ont fière allure et assument la couleur de leur ceinture, rouge sang évidemment, qui impressionne les adversaires, pas forcément fiers de s’avancer face à un tel mastodonte de sureté (« Black Blood », intro qui rampe pour grognements en démence).

Vous me direz que tout ceci est fort factuel et manque encore d’amplitude pour écarter les ailes, mais le but des australiens n’a jamais été de renouveler un genre dont ils se repaissent avec fierté, puisque le classicisme a toujours été leur objectif, qu’ils atteignent sans forcer avec ce second EP, faisant suite au cauchemardesque Descent into Madness publié il y a deux ans. Mais en terminant leur dernier round via un plus mixé « Abhorrence Embodied », les esthètes se permettent quelques allusions mélodiques au CARCASS le plus épique, ce qui achève de transformer ce second essai en belle preuve de validité. Aussi technique qu’il n’est viscéral, aussi typique qu’il n’est fondamental, Blind to Reality accepte au contraire la réalité de plein fouet, et donne une sacrée leçon de savoir-vivre Death, cruel, mais qui ne crache pas sur quelques prouesses personnelles. La technique et l’envie au service d’une musique aussi barbare que civilisée, voilà de quoi passer des fêtes de Noël enjouées, rêvant d’un beau caveau planté au soleil de la Gold Coast, de l’autre côté d’un monde qui n’a pas vraiment changé.

Embaumer c’est bien, mais embaumer vite et bien, c’est encore mieux.


Titres de l'album:

  1. Depose
  2. Black Blood
  3. Our Ignorance
  4. Blind to Reality
  5. Beyond Godlike
  6. Abhorrence Embodied

Site officiel


par mortne2001 le 08/01/2018 à 18:04
75 %    273

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Stonecast

I Earther

Devil Master

Satan Spits On Children Of Light

Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

En fait, je crois que je me suis mal exprimé. C'est surtout que cet album me frustre, en fait. J'aurais voulu des morceaux plus développés, un peu plus longs. Criminally Insane, par exemple, est un super morceau, mais à peine 2 mn 20, quoi... Frustrant, oui, c'est plutôt ça pour moi.


Découvert en 88, j'ai mis des années avant de cerner et d'apprécier ce disque.
Depuis, je l'ai acheté à 4 reprises à force de l'avoir usé.


Je viens d'acheter deux tonnes de tomates... ;)


Kanelsback, cet album est tellement violent, sauvage, radical, intense, que c'est justement en ayant acheté et écouté cet album bien des années après avoir découvert Slayer ( je me contentais alors des morceaux en version live) que j'ai compris pourquoi Slayer ÉTAIT Slayer. Et c'est devenu de(...)


Je vais faire mon hérétique : j'ai jamais pu blairer cet album... Ne pas l'avoir découvert à l'époque joue sans doute dans mon ressenti, j'imagine, mais je m'emmerde en écoutant ce disque. Hormis Angel of Death et Raining Blood, je trouve les morceaux un peu torchés à la va-vite et basiques.(...)


mauvais


Merci de ta chronique .
Ici le batteur mentionné.
Chronique très appréciable , et très bien écrite . Et dont l'analyse globale est pertinente
Cela dit , même si j'aime les " anexes " Atheist et Mekong delta et Holy moses , je n'ai jamais été vraiment influencé par ce gen(...)


Même classement pour moi que Jus de Cadavre !
Et des pochettes qui auront marqué mon adolescence...


Mmh, ça se tire la bourre avec Master Of Puppets pour le titre du plus grand album Metal au monde... Mais c'est dans le top 2 des plus grands oui... :D
Aller j'ai de la route ce soir, je sais ce que je vais écouter dans la bagnole !


Pochette mythique pour un album mythique. Peut être le plus grand de tous les temps...


J'arrive après la bataille, mais interview une fois de plus très cool !

Et ça fait tellement plaisir de lire ça : "Combien de groupes entend on se plaindre de ne pas attirer suffisamment de monde en concert alors que les mêmes musiciens ne vont jamais aux concerts des autres ?"


Pas top, du revival classique.


Ca casse pas trois pattes à la dinde. Voix générique au possible, notamment.


Pour ma part, l'extrait disponible (Black Flame Candle) me rappelle les meilleurs moments de Toxic Holocaust. Je vais du coup m'y atteler plus sérieusement!


Pas mal du tout ce truc ! La chro résume parfaitement bien la chose !
"le Punk s’est toujours très bien marié au Black le plus primal " et ça je plussoie fois 100.


Très intéressante démarche que celle de Sun, d'autant plus par le producteur de The Dø !


Sorceress était vraiment inintéressant, ce que je n'avais jamais ressenti avec Opeth quand bien même je préfère la période Still life / Blackwater park / Deliverance. J'espère que celui-ci rattrapera la donne, faute de quoi je passerai mon chemin à l'avenir.


Ce que je voulais dire, c'est que MGŁA n'apporte rien de plus en live par rapport aux enregistrements studio. Le boulot est fait, les riffs sont bons et, même si je ne connais pas toute leur discographie, j'apprécie généralement leur musique. Mais sur scène, je n'y trouve pas de sursaut d'inte(...)


Vu en 2013 au Luxembourg.
Souvenir malheureusement mitigé :
Super heureux de voir et entendre ce putain de groupe pour la toute première fois sur scène.
Mais déception totale d'avoir l'obligation d'être assis à un concert (c'était la toute première fois que cela m'arrivait (...)


Très surpris de lire que MGLA ait désormais "un public familial"...
Cela fait très longtemps que je ne les ai pas vu en live (à vu de nez je dirai qu'il y a 7 ans), mais je peux vous dire qu'à l'époque, c'était très loin d'être le cas.
Quoi qu'il en soit, groupe que perso j'ador(...)