Nous devisions il y a peu sur le fondamentalisme d’un BM de tradition, glosons donc maintenant sur la pratique d’un Death de précision. Après tout, tout le monde n’a pas l’innovation comme ambition, et certains se sentent même à l’aise dans des standards de production éprouvés, qui leur permettent de s’exprimer pleinement et de laisser transparaitre leur vraie nature. Celle des Australiens d’ETERNAL TORMENT est très brute et pure, et se complaît dans un Death de première fournée, sans chercher à le faire évoluer. Grand bien leur en fasse, puisque leur musique exerce un pouvoir de fascination certain, sans chercher midi à quatorze heures, ni CANNIBAL CORPSE dans le camp des poseurs. Eux ont l’attitude, et le son, manque encore un poil d’audace dans les compositions, mais dans le fond, ce Blind to Reality est d’une franchise remarquable, évoluant dans un créneau assez banal à cheval entre Death primaire et Brutal Death incendiaire, sans privilégier l’un des deux camps. Choisissez le vôtre camarades, et si les estocades si chères à Chris Barnes sont vôtre coup de bélier quotidien, ce second EP/LP des originaires de Gold Coast vous satisfera jusqu’au bout d’une longue nuit perturbée de cris enragés et de rythmiques pilonnées. D’ailleurs, et en choisissant de se placer dans les rangs des défenseurs de la bestialité, le quatuor austral (Shane - batterie, Chris - guitare, Dion - basse et Gus - chant) nous offre une jolie dualité, puisqu’ils optent la plupart du temps pour un instrumental qui en est assez éloigné, ce que les blasts d’intro de « Depose » nous prouvent sans regard détourné. Mais c’est justement ce qui fait la force de leur boucherie sonore, cette façon de respecter les dogmes tout en les adaptant à leur point de vue, et de celui de Blind to Reality, la réalité est légèrement altérée, ce qui a le don de rendre les sens un peu affolés.

Eux le sont aussi, et s’ils citent volontiers les sempiternels SUFFOCATION, OBITUARY, MORBID ANGEL, DEEDS OF FLESH, CANNIBAL CORPSE, DECAPITATED, INCANTATION, NILE, ou DEICIDE comme références avouées, c’est pour mieux les adapter et les transformer, ressemblant de fait à un gigantesque melting-pot classique, avec cette petite touche frondeuse qui les rend sympathiques. Se reposant conjointement sur une batterie qui se veut poumon de l’ensemble, et des guitares qui laminent, tranchent et désassemblent, ETERNAL TORMENT mise plus sur la puissance que sur la nuance, tout en s’autorisant quelques incartades catchy qui prennent par surprise (« Our Ignorance » et son motif mémorisable, plongé dans un bain d’acide Techno-Death tout sauf démonstratif et insipide), pour ne pas verser dans le rectiligne qui endort une fois les premières mandales encaissées. Certes, tout ceci est encore un peu trop timide pour se démarquer de la production pléthorique, mais celle dont bénéficie le quatuor est justement méchamment équilibrée et efficace, permettant à chaque instrumentiste de s’exprimer, sans avoir à hurler. On parvient même parfois à saisir les sinuosités d’une basse qui parvient à s’insérer («Blind To Reality »), et qui balaie son manche à la recherche de notes en complément. Il est certain que le point de focalisation de l’affaire reste ce percussionniste d’enfer, Shane, qui mitraille à tout va, et qui fait sonner sa double grosse caisse comme un tir de rafale, ne tolérant que peu d’espace entre les douilles qui tombent, parfois à un rythme affolant rendant les SUFFOCATION verts de rage (« Beyond Godlike »). Avec en sus un sens du timing parfait qui leur évite de trop laisser traîner les accélérations en plaçant pile là où il faut des inserts Heavy vraiment chauds, les ETERNAL TORMENT jouent avec nos nerfs et nous balancent face contre terre, avant de nous relever pour continuer un combat perdu d’avance.  Dans une catégorie poids lourds, ils ont fière allure et assument la couleur de leur ceinture, rouge sang évidemment, qui impressionne les adversaires, pas forcément fiers de s’avancer face à un tel mastodonte de sureté (« Black Blood », intro qui rampe pour grognements en démence).

Vous me direz que tout ceci est fort factuel et manque encore d’amplitude pour écarter les ailes, mais le but des australiens n’a jamais été de renouveler un genre dont ils se repaissent avec fierté, puisque le classicisme a toujours été leur objectif, qu’ils atteignent sans forcer avec ce second EP, faisant suite au cauchemardesque Descent into Madness publié il y a deux ans. Mais en terminant leur dernier round via un plus mixé « Abhorrence Embodied », les esthètes se permettent quelques allusions mélodiques au CARCASS le plus épique, ce qui achève de transformer ce second essai en belle preuve de validité. Aussi technique qu’il n’est viscéral, aussi typique qu’il n’est fondamental, Blind to Reality accepte au contraire la réalité de plein fouet, et donne une sacrée leçon de savoir-vivre Death, cruel, mais qui ne crache pas sur quelques prouesses personnelles. La technique et l’envie au service d’une musique aussi barbare que civilisée, voilà de quoi passer des fêtes de Noël enjouées, rêvant d’un beau caveau planté au soleil de la Gold Coast, de l’autre côté d’un monde qui n’a pas vraiment changé.

Embaumer c’est bien, mais embaumer vite et bien, c’est encore mieux.


Titres de l'album:

  1. Depose
  2. Black Blood
  3. Our Ignorance
  4. Blind to Reality
  5. Beyond Godlike
  6. Abhorrence Embodied

Site officiel


par mortne2001 le 08/01/2018 à 18:04
75 %    331

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Ancient Moon

Benedictus Diabolica, Gloria Patri

The Defiants

Zokusho

Lee Aaron

Power, Soul, Rock N' Roll – Live in Germany

Aphrodite

Lust and War

Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Axxios

Beneath the Blood Red Sky

Reality Suite

Awaken

Death Feast Open Air 2019

Mold_Putrefaction / 19/09/2019
Brutal Death Grind

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Electric Shock + Praying Mantis

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Belenos + Griffon + Nydvind

21/09 : Salem, Le Haillan (33)

Darkenhöld + Bovary + Eternal Hunt

21/09 : Secret Place, St Jean De Védas (34)

Kadinja + Tranzat + Juggernautt

21/09 : Espace Le Goffic, Rennes (35)

Krassier + Frekkr + Conquerors

21/09 : Dropkick Bar, Reims (51)

Evil Invaders + Warkunt + Disgorged Foetus

21/09 : Maison Du Temps Libre, Rolampont (52)

Deficiency + Fractal Universe + Destinity

21/09 : ThÉÂtre De La MÉdiathÈque, Freyming (57)

Warfaith + Mortuary + Dust In Mind

21/09 : Salle Désiré Granet, Anould (88)

Flush!! + Xbreak Outx

26/09 : L'ambuscade, Lyon (69)

Elyose + Ancient Bards

26/09 : Le Gibus, Paris (75)

Mars Red Sky + Lysistrata + It It Anita

27/09 : La Nef, Angoulême (16)

Pictured + Evilness + Gengis

27/09 : Le Spot, Spézet (29)

A Very Sad Story + Cleaver

27/09 : Le Dropkick, Reims (51)

Vola + Arch Echo + Rendezvous Point

27/09 : Hard Rock Café, Lyon (69)

Misþyrming + Vortex Of End + Darvaza

27/09 : Le Gibus, Paris (75)

Bliss Of Flesh + MÖhrkvlth + Vosegus

28/09 : Espace Leo Ferre, Brest (29)

Alea Jacta Est + Stinky + Wank For Peace

28/09 : Le Rex, Toulouse (31)

Blood Ages + Pray Manticore + From Dusk To Dawn

28/09 : Ecole Des Filles, L'isle-bouzon (32)

Pictured + Evilness + Gengis

28/09 : La Fontaine De Brocéliande, Saint-péran (35)

Fange + Grist + Verdun

28/09 : Molodoï, Strasbourg (67)

Malkavian + Warband + Shut The Fuck Up

28/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

Temple Of Baal + Archgoat + Au Champ Des Morts

28/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Furies + Nemost + No Return

28/09 : Salle Claude Pouillet, Evry-gregy-sur-yerres (77)

Monarch! + Vouna

28/09 : L'hélice, Toulon (83)

Photo Stream

Derniers coms

Vraiment très bonne chronique qui m'a donné envie de redécouvrir ce magnifique album.


J'aime burn excoriate et merci pour la piqure de rappel avec gurkkhas


Une excellente de putain de bonne nouvelle !!


@humungus : j'ai dû mal m'expliquer. Le type a été balancé du public par dessus la barrière et est retombé bien lourdement derrière quoi. Pas sur ses guiboles... et les gars de la secu l'ont relevé ensuite. ;)


Artwork horrible. En espérant qu'il sera un peu plus solide que le dernier.


1) Inutile de dire que ce report et une fois de plus hyper complet.
Cela devient vraiment lassant d'écrire ça à chaque fois mec...
2) "Pour manger, c’est soit des frites, soit une part de pizza"
QUOÛÛÛAH ?!?!
Pas de stands vegano-pakistanais sur ce genre de fest ? Imp(...)


1) JTDP + 1.
2) "Un spectateur un peu plus chaud que les autres passe par-dessus la barrière suite à un slam qui tourne mal et s'écrase juste devant la scène ! la volée qu'il a pris le mec !"
Donc si j'ai bien suivi, un spectateur passe par dessus les barrières (involontairement qu(...)


Bah vu qu'Exodus est plus en moins en stand-by tant que Holt n'en a pas fini avec Slayer, Altus a bien raison de réactiver Heathen. Perso c'est une excellente nouvelle, qui sera encore meilleure si je parviens à voir le groupe live.


Des piges Heathen, le mec est dans Exodus aujourd'hui je savais pas que ça tourné encore.


Et bien, une chronique de Freternia, si je m'attendais à ça! J'avais en effet totalement perdu de vu ce groupe, disparu des radars et visblement peu regretté. A l'époque (et cela ne nous rajeunit pas), j'avais été emballé par le côté épique du 1er album, mais j'avais trouvé le second part(...)


Bravo pour ce report exhaustif. Sur ce genre de festival je suis certain que je me calerais plutôt sur les têtes d'affiche, si j'y allais. Elles sont plus de ma génération (je confirme en passant que Decapitated a été un groupe majeur alors) et je trouve que les vieilles écoles étaient plus (...)


Cela a été corrigé, ce sera bien le 2 mai à Toulouse, un samedi.


"Pendant ce temps là le batteur de KORPSE fait un slam, et une nana vomit à côté de moi, parfait" xD !

Sinon excellent report Mold, comme d'habitude. Tu m'impressionne à tout voir / tout retenir comme ça ! Le gros kiff sur Waking tu m'as tué ;)


Excellent album ! Plus dynamique que le précédent tout en gardant cette lourdeur et cette hargne si caractéristiques du groupe !


merci beaucoup pour ce report, concis et précis...et merci de faire suivre l'actualité du brutol jusqu'à Roazhon...
Et enfin cimer pour Smat's...
ROM1 - KDS CREW


Hihi, je savais que c'était fait pour toi... :-D


Cette affiche... J'en rêvais... ... ...


@kairos +1 !


Cool report, comme d'hab' ! Et toujours intéressant de retracer l'historique musical d'une ville ;-)


Si Scott Wino ne peut plus se défoncer en paix, ou va le monde !