Nous devisions il y a peu sur le fondamentalisme d’un BM de tradition, glosons donc maintenant sur la pratique d’un Death de précision. Après tout, tout le monde n’a pas l’innovation comme ambition, et certains se sentent même à l’aise dans des standards de production éprouvés, qui leur permettent de s’exprimer pleinement et de laisser transparaitre leur vraie nature. Celle des Australiens d’ETERNAL TORMENT est très brute et pure, et se complaît dans un Death de première fournée, sans chercher à le faire évoluer. Grand bien leur en fasse, puisque leur musique exerce un pouvoir de fascination certain, sans chercher midi à quatorze heures, ni CANNIBAL CORPSE dans le camp des poseurs. Eux ont l’attitude, et le son, manque encore un poil d’audace dans les compositions, mais dans le fond, ce Blind to Reality est d’une franchise remarquable, évoluant dans un créneau assez banal à cheval entre Death primaire et Brutal Death incendiaire, sans privilégier l’un des deux camps. Choisissez le vôtre camarades, et si les estocades si chères à Chris Barnes sont vôtre coup de bélier quotidien, ce second EP/LP des originaires de Gold Coast vous satisfera jusqu’au bout d’une longue nuit perturbée de cris enragés et de rythmiques pilonnées. D’ailleurs, et en choisissant de se placer dans les rangs des défenseurs de la bestialité, le quatuor austral (Shane - batterie, Chris - guitare, Dion - basse et Gus - chant) nous offre une jolie dualité, puisqu’ils optent la plupart du temps pour un instrumental qui en est assez éloigné, ce que les blasts d’intro de « Depose » nous prouvent sans regard détourné. Mais c’est justement ce qui fait la force de leur boucherie sonore, cette façon de respecter les dogmes tout en les adaptant à leur point de vue, et de celui de Blind to Reality, la réalité est légèrement altérée, ce qui a le don de rendre les sens un peu affolés.

Eux le sont aussi, et s’ils citent volontiers les sempiternels SUFFOCATION, OBITUARY, MORBID ANGEL, DEEDS OF FLESH, CANNIBAL CORPSE, DECAPITATED, INCANTATION, NILE, ou DEICIDE comme références avouées, c’est pour mieux les adapter et les transformer, ressemblant de fait à un gigantesque melting-pot classique, avec cette petite touche frondeuse qui les rend sympathiques. Se reposant conjointement sur une batterie qui se veut poumon de l’ensemble, et des guitares qui laminent, tranchent et désassemblent, ETERNAL TORMENT mise plus sur la puissance que sur la nuance, tout en s’autorisant quelques incartades catchy qui prennent par surprise (« Our Ignorance » et son motif mémorisable, plongé dans un bain d’acide Techno-Death tout sauf démonstratif et insipide), pour ne pas verser dans le rectiligne qui endort une fois les premières mandales encaissées. Certes, tout ceci est encore un peu trop timide pour se démarquer de la production pléthorique, mais celle dont bénéficie le quatuor est justement méchamment équilibrée et efficace, permettant à chaque instrumentiste de s’exprimer, sans avoir à hurler. On parvient même parfois à saisir les sinuosités d’une basse qui parvient à s’insérer («Blind To Reality »), et qui balaie son manche à la recherche de notes en complément. Il est certain que le point de focalisation de l’affaire reste ce percussionniste d’enfer, Shane, qui mitraille à tout va, et qui fait sonner sa double grosse caisse comme un tir de rafale, ne tolérant que peu d’espace entre les douilles qui tombent, parfois à un rythme affolant rendant les SUFFOCATION verts de rage (« Beyond Godlike »). Avec en sus un sens du timing parfait qui leur évite de trop laisser traîner les accélérations en plaçant pile là où il faut des inserts Heavy vraiment chauds, les ETERNAL TORMENT jouent avec nos nerfs et nous balancent face contre terre, avant de nous relever pour continuer un combat perdu d’avance.  Dans une catégorie poids lourds, ils ont fière allure et assument la couleur de leur ceinture, rouge sang évidemment, qui impressionne les adversaires, pas forcément fiers de s’avancer face à un tel mastodonte de sureté (« Black Blood », intro qui rampe pour grognements en démence).

Vous me direz que tout ceci est fort factuel et manque encore d’amplitude pour écarter les ailes, mais le but des australiens n’a jamais été de renouveler un genre dont ils se repaissent avec fierté, puisque le classicisme a toujours été leur objectif, qu’ils atteignent sans forcer avec ce second EP, faisant suite au cauchemardesque Descent into Madness publié il y a deux ans. Mais en terminant leur dernier round via un plus mixé « Abhorrence Embodied », les esthètes se permettent quelques allusions mélodiques au CARCASS le plus épique, ce qui achève de transformer ce second essai en belle preuve de validité. Aussi technique qu’il n’est viscéral, aussi typique qu’il n’est fondamental, Blind to Reality accepte au contraire la réalité de plein fouet, et donne une sacrée leçon de savoir-vivre Death, cruel, mais qui ne crache pas sur quelques prouesses personnelles. La technique et l’envie au service d’une musique aussi barbare que civilisée, voilà de quoi passer des fêtes de Noël enjouées, rêvant d’un beau caveau planté au soleil de la Gold Coast, de l’autre côté d’un monde qui n’a pas vraiment changé.

Embaumer c’est bien, mais embaumer vite et bien, c’est encore mieux.


Titres de l'album:

  1. Depose
  2. Black Blood
  3. Our Ignorance
  4. Blind to Reality
  5. Beyond Godlike
  6. Abhorrence Embodied

Site officiel


par mortne2001 le 08/01/2018 à 18:04
75 %    171

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Black Paisley

Perennials

Disgrace And Terror

Age of Satan

Bogue Brigade

Ruinous Behavior

Lioncage

Turn Back Time

The Cruel Intentions

No Sign of Relief

Void

Jettatura

Cauldron

New Gods

Tony Mitchell

Beggars Gold

Bosse-de-nage

Further Still

Attan

End Of

Whisker Biscuit

Kill For Beer

Morbid Messiah

Demoniac Paroxysm

Daniel Trigger

Right Turn

Black Viper

Hellions Of Fire

Ink

Whispers Of Calliope

Cultural Warfare

Warmageddon

Satan

Cruel Magic

Metallica

...And Justice For All

Groundbreaker

Groundbreaker

Hangman's Chair + SBRBS / Live-report Rennes

Jus de cadavre / 09/10/2018
Stoner Doom

Voïvod + Bio-Cancer + Hexecutor

RBD / 06/10/2018
Mosh

Interview VOÏVOD - Daniel "Chewy" Mongrain

mortne2001 / 02/10/2018
Daniel Mongrain

Bloodshed Festial - Jour 2

Mold_Putrefaction / 02/10/2018
Breakcore

Bloodshed Festival - Jour 1

Mold_Putrefaction / 01/10/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

Wyrms + Sargeist + Chaos Invocation

16/10 : Rock'n'eat, Lyon (69)

+ High On Fire + Enslaved

16/10 : La Machine Du Moulin Rouge, Paris (75)

High On Fire + Enslaved

16/10 : La Machine Du Moulin Rouge, Paris (75)

Elder + Wo Fat + Sasquatch

18/10 : Le Glazart, Paris (75)

Moonreich + Schammasch

19/10 : Cellier De Clairvaux, Dijon (21)

Photo Stream

Derniers coms

Oui, je pense que le groupe aussi ! Une galère interminable j'ai cru comprendre !


Affiche pas mal aussi hâte de voir AORLHAC et DARKESTRAH.....


En plus c'est une belle affiche ce lundi....


Les festivals estivaux sont internationaux en termes de fréquentation, et je trouve curieux que tu le découvres juste cette année Jefflonger. Et c'est bien parce que le grand public n'a pas cette "culture métal" que Mr Barbaud a réalisé quelque chose que personne n'avait su faire avant lui en (...)


Tellement content que cet album sorte enfin ! :)


Bonne nouvelle ça !


miam ! ca tartine bien comme il faut on va se regaler lundi !


Record battu donc, cela en est ahurissant, je ne vais pas employer le terme "ridicule" on me traitera de aigri, alors que je m'éclate chaque année ou j'y vais. Tant mieux pour l'orga et ceux qui ont pû se procurer le sésame. Otez moi d'un doute, le France est-elle devenu terre du Metal ? bon c'(...)


J'ai l'impression que Jaime Gomez Arellano à juste trouvé le potard des médiums...


Je me souviens qu'en 2007 les mauvaises langues disaient "ça ne marchera jamais, ce sont des amateurs". Et aujourd'hui on entend (peut-être) ces mêmes mauvaises langues critiquant le fait que ça marche trop bien. Donc j'aimerais juste comprendre quel pourrait être le bon positionnement du HF al(...)


Surprenant, ce titre, j'avais gardé le souvenir d'un premier album beaucoup plus étouffant...


@La fuite de l'enfer : j'espère VRAIMENT que le Fall Of va se relever cette année, ma première visite en 2017 m'a clairement donné envie d'y retourner ! Sinon, bah c'est cool pour le HF, même si le marché noir est déjà en pleine bourre.


C'est vraiment devenu la foire aux jambons.
Clair que cet l'évènement où l'on va désormais s'encanailler même si on ne connait que 3 groupes et demi, et encore... une chanson de chacun de ces groupes. :-)

Mais là où la com du Hellfest dit vrai, c'est qu'il y a plein d'init(...)


Y 'a quand même eu des gros soucis apparemment. Des bots ont pillés la billetterie, y a des dizaines de pass à vendre sur des sites de reventes à plus de 300 euros (au moins...). Sur le FB du Hell, ils ne répondent plus aux (nombreuses) questions / plaintes, etc... pour info ce n'était pas sur(...)


C'est proprement hallucinant !
Pas client d'un festival aussi gros (ma dernière participation date de 2008 et c'était top) mais très heureux pour l'équipe qui se défonce et arrive à maintenir son festival au top !


Le communiqué du Hellfest il y a quelques minutes :

"SOLD OUT !!! Incroyable, pour la 6ème année consécutive le Hellfest se déroulera à guichet fermé ! Encore une fois, vous avez pulvérisé nos prévisions et les 55.000 pass 3 jours classiques se sont tous écoulés en moins de (...)


Réponse : en 2h00 !


Deux heures après déjà plus rien... Le prix a doublé par rapport au début, bien content de ne plus y aller et de garder mes souvenirs "oldschool".


Pour les nostalgiques du Hellfest "oldschool" on a retrouvé une plateforme de ventes de billets bien moisie et complètement surchargée :)
(et +10€ de prix du pass par rapport à 2018)
Mais j'ai mon sésame...


joli