Born in a Coffin

Neck Cemetery

09/10/2020

Reaper Entertainment

Ah les roublards. Ah les finauds. Ah les sagouins. Oser une pochette pareille, un tel nom et un titre d’album aussi évocateurs et nous emmener dans la direction opposée, il fallait être un peu sadique - ou tout du moins joueur - pour oser. Mais saluons l’humour des allemands de NECK CEMETERY, qui jusqu’au bout nous ont fait croire à une énième exaction Thrash old-school, avant de nous consoler d’un Heavy Metal typiquement germain, de celui qu’on pratiquait dans les années 80. Il faut dire que selon la bio du groupe en question, sa genèse aurait pu remonter à 1984 lorsque des rumeurs de formation commençaient à planer en Germanie. Mais il aura fallu attendre l’année 2018 pour que le concept se concrétise autour de musiciens devenus avec le temps des références dans leur créneau. Alors non, les NECK CEMETERY n’ont pas pioché dans les caves à vin de SODOM, TANKARD ou DESTRUCTION pour mettre au point leur breuvage mortel, mais plutôt dans les coffres d’ACCEPT, GRAVE DIGGER, ou MANIAC. Pourtant avec ce graphisme superbe signé de la main de Besil Wrathbone, artiste ayant travaillé pour SODOM, et cette production signée Martin Buchwalter qui a collaboré avec DESTRUCTION, TANKARD, ou Tom Angelripper, tout laissait à penser que ce quintet diabolique nous préparait une attaque sonique en bonne et due forme. Mais c’est bien dans un Heavy Metal chantonnant et mélodique que les musiciens s’accomplissent, et la surprise n’en est pas mauvaise pour autant : et pour cause, les marsouins impliqués sont depuis longtemps des acteurs de la scène, et connaissent très bien leur boulot.

C’est ainsi que nous retrouvons au casting de NECK CEMETERY des figures bien connues du mouvement Metal allemand. Jens (chant / ex-ALEATORY, ex-SEASON OF FLAMES), Boris (guitares / ex-BLACK SHERIFF), Yorck (guitares / SODOM, ex-BEYONDITION), Matt (basse / HORNADO) et Lukas (batterie / BLACK SHERIFF) sont donc des habitués du riff pur et massif, et leur union sous cette nouvelle bannière en 2018 a permis la parution d’un premier EP, mais surtout, de cet album enthousiaste et euphorisant qui replace le Heavy de tonton sur la carte de la nostalgie. Pourtant, en écoutant ces chansons, on ne peut s’empêcher de penser à une musique ancienne remise au goût d’un jour nouveau, et le répertoire développé par Born in a Coffin n’a rien d’une redite maladroite sur fond de citation un peu forcée. Et on s’en rend rapidement compte à l’écoute de l’introduction mélodique de « L.F.I.R.S. », qui pendant une minute et neuf secondes nous fait le coup de la mise en jambes joyeuse et entraînante. Et on commence à se dire que le projet va se rapprocher d’un Power Metal heureux et fleuri, mais une fois encore, les cinq participants ont bien joué leur coup en enchaînant immédiatement sur le formel et solide « King of the Dead », qui démontre qu’ils ne sont pas là pour jouer avec un tempo véloce, mais bien solidifier les bases d’un Heavy à l’allemande, moins stérile que son pendant d’époque. Riffs classiques, chœurs prononcés, refrain marqué, mélodies proéminentes, tous les ingrédients sont là pour éviter l’écueil du gras à la RUNNING WILD, et il n’est pas interdit de penser que les NECK CEMETERY ont souhaité alléger leur choucroute de quelques saucisses américaines, plus light à digérer.

D’ailleurs, la voix assez soft de Jens permet de ne pas sombrer dans le rauque qui lasse au bout de quelques minutes, et le chanteur n’enfonce en rien le clou en gardant son timbre clair et son phrasé ferme, permettant à l’instrumental traditionnel de décoller. De la simplicité, de la concision, un brin d’imagination, tels sont les ingrédients de ce premier album qui s’écoute en dodelinant de la tête, et qui donne le sourire assez rapidement. Certes, l’approche est sans heurts, le Metal médium et la puissance allégée, mais les chansons en sont vraiment, et pas de simples prétextes à se servir une autre bière en admirant les clous de son bracelet. « Castle of Fear » a tout de l’hymne à la PRIMAL FEAR/SCANNER, les ambitions Power et Speed remisées à la cave, et les guitares s’en donnent à cœur joie dans l’harmonique saccadé, pour conférer à leurs licks des accroches de gimmicks qui restent incrustés dans la mémoire musicale. Simple, mais non dénué d’ambitions pour autant, Born in a Coffin propose quand même des pistes plus développées et épiques, et lorsque les premières notes de « The Fall of a Realm » résonnent, on se croirait vraiment revenu à l’âge d’or de la NWOBHM, lorsque MAIDEN développait ses longues suites progressives. D’ailleurs, les ficelles sont les mêmes, mélodie un peu tragique sur les bords, agencement des instruments intelligent, et explosion soudaine d’un Metal non édulcoré, mais adapté aux gouts d’un public qui n’a pas forcément envie de se replonger dans la sidérurgie allemande trop datée.

NECK CEMETERY s’est même permis d’inviter quelques guests pour rendre la fête plus folle, et c’est ainsi qu’on retrouve Chris Boltendahl (GRAVE DIGGER) sur l’ultra efficace et catchy « Banging in the Grave » qui n’est pas sans rappeler une union entre GRAVE DIGGER et SINNER, mais aussi Michael Koch (ex-ALTANTEAN KODEX), venu gratter ses cordes sur le final « Sisters of Battle », l’autre gros morceau de l’album. Morceau qui représente une conclusion rêvée pour un album moins anecdotique qu’il n’y paraissait au prime abord, et qui offre une vraie bouffée d’air frais dans la claustrophobie old-school ambiante. En prenant le parti de s’amuser avant tout, les cinq allemands nous offrent un travail impeccable, certes parfois légèrement tâché de convenances évidentes, mais globalement souriant, heureux, et concrétisation d’années de pratique dans des groupes plus établis et sérieux. Et finalement, Born in a Coffin nous offre bien plus qu’un énième album de Thrash rétrograde, même si son optique répond aux mêmes besoins de retour aux sources.                          

                                                

Titres de l’album:

01. L.F.I.R.S.

02. King of the Dead

03. Castle of Fear

04. The Fall of a Realm

05. Banging in the Grave

06. Feed the Night

07. The Creed

08. Sisters of Battle


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 25/07/2021 à 14:38
80 %    553

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave

Suffocation 2014

RBD 09/08/2021

Live Report

SWAMP TERROR : La bête des marais !

Simony 16/07/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
metalrunner

Très  bon album une bonne claque vivement du live .

26/09/2021, 09:12

RBD

Cette prolongation de "Surgical Steel" va certes ramener dans le camp des déçus ceux qui espéraient que ce précédent n'était qu'un tour de chauffe avant un "Heartwork II" ou un "Symphony of Putrefac(...)

25/09/2021, 22:24

Sakura

transophobe black metal

25/09/2021, 14:15

Je te sodom à l\'agent orange

@Drift : tu préfères quoi haineux? haïsseurs? Je vois en quoi en utiliser un anglicisme comme haters rend nul le reste de son propos. En tout cas, pour toi, j'ai une expression bien française : sac à merde.

25/09/2021, 14:13

drift

Encore un gogo qui parle "haters"

25/09/2021, 12:34

araf

Il est grand temps qu'ils arretent les frais

25/09/2021, 12:32

Gargan

Très futé comme commentaire. Je ne crois pas qu’il faille forcer les choses à ce niveau, sinon c’est l’effet repoussoir assuré. Faire écouter les classiques du rock / hard / heavy en crescendo, c’est déjà pas mal. Quand ta p(...)

25/09/2021, 10:30

Pine de pute

@KerryKing : espèce de gros blaireau, n'oublie pas la bière dans le biberon. Si ce sont des gros nazes comme toi qui sont les porte-flambeaux de "notre héritage", pas étonnant qu'on ne soit que rareent pris au sérieux. Et franchement, va te f(...)

25/09/2021, 07:26

Ander

Pas trop mal ce titre. J'aime bien le son de basse qui se démène derrière.

24/09/2021, 08:37

Kerry King

Vieille bonne époque, rien a voir avec le collège d'aujourd'hui, on a tous commencé avec le hard rock et differentes vagues, mais pour sauver notre héritage va falloir commencer par plus fort !Mon fils sera bercé des sa naissance part du Death e(...)

24/09/2021, 01:05

Humungus

Moshimosher + 1.

23/09/2021, 17:28

Moshimosher

Necromantia avec une seule basse, c'est plus vraiment Nécromantia... dommage...

23/09/2021, 16:08

Orphan

Et je trouve le titre de grande classe

23/09/2021, 15:28

Orphan

Excellente news !20 ans plus tard, il y a toujours un moment dans l'année où je me réécoute ANCIENT PRIDE

23/09/2021, 15:21

metalrunner

Super version James a la pêche bravo pour ces petits concerts  a prix casse .

23/09/2021, 11:41

Humungus

Alors !J'ai enfin pris le temps d'écouter tout cela cher Jus de cadavre (car j'ai moi aussi de mon côté des trucs en attente à ouïr...). Et autant le dire tout de suite, je ne connaissais aucuns groupes de ta sélection.Alors c&ap(...)

23/09/2021, 11:37

Kerry King

En 2021 plus aucun intérêt de taper sur Metallica, on leur a taper dessus suffisamment comme ils l'ont mérité sur les 20 dernières années.Voyons maintenant ce groupe comme le pondeur de 5 albums majeur de l'histoire, d'une certaine no(...)

23/09/2021, 10:30

Humungus

OUHLALALALA !!! !!! !!!J'l'avais pas vu arrivé celle-là !Le titre est lambda. Malheureusement pas de retour au "vrai son NECROMANTIA".Hâte tout de même d'entendre l'album complet...

23/09/2021, 09:44

Humungus

On peut taper allégrement sur ces mecs (moi le premier), mais ce genre d'initiative "retour aux sources et aux fans", y'a quasi qu'eux qui le font...

23/09/2021, 09:38

Bones

Je me rends compte que j'ai visionné ça comme si j'avais retrouvé un vieil objet familier dans ma cave, analysant si l'humidité avait eu prise dessus, cherchant (et trouvant) les points de rouille... Ca fait bizarre de voir ces mecs prendre autant de rid(...)

23/09/2021, 07:50