Alors comme ça, chers amis Hollandais, vous voulez picorer ? Mais picorer quoi au juste ? Pas du grain comme les poules, car au jugé de votre soif de liberté, je vous vois plus planer avec les aigles au-dessus d’un désert urbain, guitare sous les ailes et slogans blues plein les serres. Et ça, j’aime bien. Le ciel, la liberté, mais aussi l’acceptation que la vie tourne autour de ces villes de béton, qu’on fuit comme la peste avec raison, mais vers lesquelles on converge de nouveau pour retrouver le son.

Ce son justement, le vôtre, est spécial. Il est Blues Rock évidemment, par essence, mais vous ne siphonnez pas les mêmes réservoirs que cette horde de revivalists qui eux se contentent des pick-up des années 50 ou 60, histoire de se la jouer roots.

Non, vos racines à vous sont plus contemporaines, plus smooth dira-on. Pas question de singer l’attitude ascétique d’un Robert Johnson ou d’essayer pour la énième fois de jouer plus profond qu’Eric Clapton ou Johnny Winter. Non, vous, vos cibles sont plus ancrées dans la fin des glorieuses 70’s et des 80’s chamarrées, et vous évoquez les noms d’AC/DC bien sûr, mais aussi celui du ZZ TOP d’Eliminator, avec ces putains de synthés et arrangements électroniques chatouillés par Frank Beard.

Gimmick ? Démarcation pour s’oxygéner ? Peut-être, mais surement pas en fait, et votre dernier album, Cherry Picking le démontre sans détour. Du Rock, un peu sexy, du Blues, salement groovy, et l’union des deux, dans une fête Européenne sans fin qui aurait pu se célébrer au Texas, en Virginie, ou même à L.A avec un peu d’imagination….

Et dire que votre musique la fait fonctionner est un doux euphémisme…

Pour ceux qui ne vous connaitraient pas, mettons le capo sur le manche. Visiblement, votre association n’est pas née d’hier, puisque les origines de votre aventure remontent à 2008, et la sortie de votre premier album, Rough ’n Gritty. Après ? Des concerts bien sûr, qui couplent des originaux et quelques standards repris avec la sueur qui perle au front, et puis un deuxième effort qui n’en était pas un, Sour Milk, qui n’avait d’acide que le lait qui ne s’écoulait pas de ses accords, plutôt portés sur le whiskey.

Depuis, des dizaines de concerts, de la route taillée pour le plaisir, et une articulation en trio (Anne-Maarten van Heuvelen – chant /basse, Elmer Meijers – guitare et Roger Berben – batterie) qui fonctionne à plein régime, ce que démontre sans détour ce troisième longue durée, Cherry Picking qui ne fait pas dans le détail, mais dans le feeling qui remonte jusqu’au nez. Et il faut dire que vous l’avez bien rempli, puisqu’il déborde de dix-sept morceaux, dont quatorze inédits complétés par trois morceaux du EP précédent, Pay My Dues, et avec ça, croyez-moi, il y a de quoi taper un sale bœuf jusqu’à ce que les clubs ferment. Sauf que là, vous n’écouterez pas le groupe en live, mais chez vous, tranquille, alors autant vous passer ses chansons jusqu’au bout de la nuit…

Il y a toujours plusieurs manières de jouer le Blues, surtout lorsqu’il est Rock. On peut se coller sur douze mesures, laisser le soliste bavarder et coucher sur papier quelques mots qui ne veulent rien dire, en tablant sur l’amour inconditionnel des fans. Ou alors, le jouer de façon agressive, en le frottant à la Pop et en laissant le Hard le taquiner du bout de sa distorsion grasse.

Et c’est un peu ce mélange que les Bataves proposent avec ce troisième LP, en vous offrant de véritables chansons bien agencées, pensées mais libres, qui célèbrent l’union virtuelle des TOP, d’AC/DC, de KIX, mais aussi de John Spencer, des DONNAS, et tous ceux qui ont toujours considéré que cette musique pouvait rester viscérale tout en se montrant séduisante et courbée sur les bords.

Alors ça joue certes, mais ça ne « démontre » pas. Non, ça plaque des refrains hautement accrocheurs sur des couplets nerveux, et ça garde les soli sous contrôle, même si une wah-wah démoniaque vient parfois les libérer de leurs chaînes (« Keep On Trucking »).

Et puis cette basse, beaucoup trop lourde et grasse pour se vouloir Bluegrass, ce chant détaché et légèrement goguenard sur les bords (« She Really Got Me Going »), cette approche chaloupée et déhanchée à la Bolan/Bowie (« In Flames »), cette manière de se glisser dans les interstices pour mater le voisin en train de bouger, comme le faisaient ces damnées pestes des RUNAWAYS (« Curls »), c’est trop éloigné des racines pour qu’on ressorte la douze cordes histoire de faire le malin.

Non ici, ce sont les chansons qui priment. Des chansons simples, courtes mais percutantes, mélodiques mais bandantes, qui donnent envie de tout lâcher et de se tailler, pour aller voir si l’ailleurs est ce fameux Barjoland tant promis.

Tout ça sent plus le Rock Austral que le Blues de la Nouvelle Orléans, mais reste plus crédible que pas mal de baudruches dégonflées des nineties.

Alors, on ose des allusions pas toujours très fines (« Travel Pussy », sur fond de riff qu’Angus aurait pu trouver un matin d’été, joué par des STONES en état de priapisme avancé), on pique quelques idées aux JET pour savoir laisser parler les percus avant de gueuler un bon coup (« Rock Out », plus gluant que ce riff, ça devient de la poix trempée dans du suif), on trouve toujours un lick accrocheur qui porte le sac de sa sœur (« Kingpin », ça en concert, je ne réponds plus de rien), et puis finalement, sans en avoir l’air, on signe une quinzaine de compos qui varient les plaisirs, tout en gardant cette osmose de trio…   

     

Les trois acolytes tentent même le feeling plus ombragé et développé sur le suintant « Waiting Aroud », mais finalement, je crois que leur philosophie est bien résumée par ce « Hot Love and Hard Liquor », qui fait danser sur la piste Joan Jett et Joel O’Keeffe, sous le regard complice de Billy Gibbons et Jon Spencer, en chaperons attendris.

En bonus, les fameux morceaux du EP Pay My Dues, qui lui aussi vaut son pesant de Blues, et le compte est bon, enfin surtout pour vous, chers lecteurs…

Puisque finalement, le Rock, le Blues, tout est parti de là non ? Et ça, les BLACK TOP l’ont très bien compris…Ils ne friment pas, ne se la jouent pas, mais jouent beaucoup, avec le cœur, les tripes, et un peu du reste aussi…Et un troisième album en forme d’épiphanie, qui va réconcilier les oubliés avec les vibrations d’une musique pas si simple que ça, qui accumule les watts pour les restituer avec la patate, mais aussi la subtilité des vrais amoureux d’un crossover heureux…

Notez ça sur vos tablettes, si le froid de l’hiver chatouille vos chaussettes. Cherry Picking, c’est du picorage de première classe, même pas en douce, mais à la vue de tout le monde. Et après vous direz que le Père Noël vous a oublié ?

 Non, il se souvient de vous. Sauf qu’il ne vient pas du Pôle Nord mais bien de Hollande, et que le reste, il s’en fout.


Titres de l'album:

  1. Cherry Picking
  2. Hot Love And Hard Liquor
  3. She Really Got Me Going
  4. Empty Hands
  5. Accident Waiting To Happen
  6. Kingpin
  7. Keep On Trucking
  8. In Flames
  9. Rock Out
  10. Now He Rides
  11. Curls
  12. Travel Pussy
  13. Waiting Around
  14. Pay My Dues (Bonus)
  15. Livin' It Up (Bonus)
  16. Out On The Town (Bonus)
  17. Out On The Town (Reprise)

Site officiel


par mortne2001 le 06/01/2017 à 14:59
85 %    642

Commentaires (4) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
06/01/2017 à 16:49:43
"Le ciel, la liberté, mais aussi l’acceptation que la vie tourne autour de ces villes de béton, qu’on fuit comme la peste avec raison, mais vers lesquelles on converge de nouveau pour retrouver le son."

C'est beau ça !

mortne2001
membre enregistré
06/01/2017 à 19:37:35
Si ut trouves ça beau écoute l'album tu comprendras pourquoi des mots pareils viennent à l'esprit ;)

Jus de cadavre
membre enregistré
06/01/2017 à 20:20:51
C'est énorme mec... Put*** je sais pas comment tu fais pour trouver du temps pour découvrir tout ça... J'arrive même pas à te suivre tellement y'en a ! :D
Rock'n roll en tout cas !

JérémBVL
membre enregistré
06/01/2017 à 22:36:11
Merci pour la découverte, ça bute!

Ajouter un commentaire


Soul Grinder

The Prophecy of Blight

Silverstage

Heart n’Balls

Surgical Strike

Part of a Sick World

Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Norman Shores

De L'ombre Surgit La Lumière

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Neptrecus + Manzer + Nokturn Gorgon

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

+ Putrid Offal + Sublime Cadaveric Decomposition

28/02 : Le Bistrot De St So, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Titre plus que prometteur en effet !


Après quelques minutes de recherche sur la toile, voici ce qu'il y a réellement dans cette fameuse box :
"Vinyl Features:
+ Mud-Green / Black Marbled Vinyl
+ Gatefold Jacket
+ A1 Size Poster (~23.4" x 33.1")

Box Set Includes:
----------------------
(...)


@Blind :
Ah ah ah !!! !!! !!!
Ton intervention (très gentille au demeurant...) m'a laissé perplexe quelques secondes avant de me rendre compte que tu avais mal compris mon propos : N'ayant pas vu de descriptif de ladite box et ne m'étant donc fié qu'aux photos de NUCLEAR BLAST, je ne(...)


@Humungus: Les patches ce sont les bon vieux écussons à coudre sur ta veste en jean ou ton cuir (ou comme le faisait le lycéen que j'étais au début des années 2000 sur ton sac à dos Eastpack).


T'as ça aussi sur le label d'origine Metal Blade. Bon morcif, déjà que le EP contient un sacré titre, ils ont gardé leur sens de la composition, les gaziers. Hâte d'avoir ça en mains.


"J'vous ai d'jà dit que j'prêtais d'l'argent à des taux pas dégueulasses ?"


La pochette, c'est un peu ce qui reste sous mon cerisier à une certaine période.


Rooohhhlala !!!
Je viens de voir qu'il y avait actuellement chez NUCLEAR BLAST une preorder pour une box collector de ce futur album avec double vinyles + double CDs + drapeau + slipmat + patchs (autocollants ?)…
Pas bon pour mes finances tout ça bordel !


Dommage que ce soit loin de chez moi...


Miam miam !!!


Si mais il a quitté le groupe entre l'enregistrement et la sortie, d'où son absence dans le clip, même si, je te le concède, si Jean Noel avait été présent dans le clip, ça n'aurait pas été déconnant non plus.


C'est le Ptiot qu'on voit à la basse? C'est pas Jean Noel qui a enregistré l'album?


Et bien moi je prends ça comme une putain de bonne nouvelle !
Deux PRIESTs pour le prix d'un, que demander de plus ?!
Hâte de voir ça en live...


Comme vous je vais me pencher sur cet album. Par contre je n'ai jamais bouder ke groupe lors de ses prestations live. Leur chanteur est un très puissant frontman


C'est très bon


En effet pas mal du tout dans le genre. Même si déjà entendu 1000 fois. Plus Grave que Grave !


Ca sent vraiment la fin du bal, là.


Le pire la dedans, c'est que tout le monde serait d'accord pour qu'il dise stop. Mais malgré son statut de star, ses thunes etc... Il ne sait faire qu'une chose, c'est chanter sur scène. Dans ce sens, la célébrité c'est moche. Ozzy est mort vive ozzy !


Excellente nouvelle ! Hâte de les voir à Toulouse avec Holt.


Merci pour la réponse Simony. Et donc, rien de bien méchant apparemment, un petit bizutage !
En même temps dans Death, comme les musiciens changeaient tout le temps ou presque, tout le monde était toujours le petit nouveau.