Hungry Heart

Hunter

30/04/2021

Lions Pride Music

Un label danois de référence qui va traquer son gibier au Chili, voilà qui n’est pas banal. C’est pourtant l’aventure qu’ont vécu les chiliens de HUNTER, après un simple premier album partiellement chanté dans leur langue natale. Belle histoire donc pour ce quintet originaire de La Serena, qui passe d’un premier chapitre dix titres à une suite de douze, et qui nous offre donc près d’une heure de musique, et pas n’importe laquelle. Fascinés par le Hard Rock mélodique à l’italienne et à l’américaine, les HUNTER auraient tout à fait pu se retrouver au-dessus de la cheminée de Serafino, tant leurs chansons exhalent l’air des productions Frontiers les plus fameuses. Mais c’est bien le Danemark et non l’Italie qui a remporté le trophée, et je remercie Lions Pride Music de nous offrir ce second longue-durée sur un plateau.

Hungry Heart est le genre d’album faussement simple, mais réellement honnête, qui actualise les recettes des années 80 pour les renouveler façon 2021. Le genre d’album qui wears his heart on his sleeve comme disent nos amis anglo-saxons, et qui se révèle à son plein potentiel dès ses premières mesures. Cinq musiciens vraiment amoureux de cette musique radiophonique, en pleine osmose, et en totale communion avec leur producteur. Car si un album est le fait de musiciens et de leurs compositions, il est aussi celui d’un producteur qui comprend la musique et qui lui offre le relief idoine. En l’occurrence, le travail formidable d’Ed Omar Carabantes est à souligner au moment de dresser le bilan artistique de cette suite tant attendu, le producteur/chanteur ayant développé des trésors d’imagination pour faire briller ces morceaux au-delà des étoiles. Son gigantesque mais intime à la fois, claviers rutilants mais pas envahissants, guitare qui refuse de se laisser brider, et chant admirablement bien mixé, et qui n’écrase pas l’instrumental. Les soli magnifiques peuvent aussi remercier Ed, puisqu’ils bénéficient d’un traitement aux petits oignons, embellissant des morceaux déjà taillés dans le diamant mélodique le plus pur.

Le palmarès de Carabantes est sans doute plus modeste que celui de certains de ses homologues comme Alessandro Del Vecchio, mais il n’en reste pas moins d’importance. Pour qui connaît l’œuvre des GUNNER, ou de REVLIN PROJECT, Ed a une fois encore tutoyé les sommets avec Hungry Hearts, se mettant au service des ballades tout en restant disponible pour les morceaux les plus puissants. Cet équilibre se constate sur le modulé « Sad Eyes », déjà connu des fans, et qui nous ramène directement aux grandes heures de la FM américaine des années 84/85. Ce titre, judicieusement placé en début de parcours offre une sacrée bouffée d’air frais avec ses chœurs à la DEF LEPPARD et son emphase à la Richard Marx. On comprend alors que les cinq chiliens ont assimilé le répertoire Melodic Rock/AOR sur le bout des doigts et du cœur, et que leur second album est une véritable profession de foi.

Ed Carabantes (chant/production), Claudio Guerrero (guitare), Leo Correa (claviers), Juan Carlos Alfaro (basse) et Marcelo Alegria (batterie) livrent donc un quasi sans faute pour ce second tome de leur saga. Mais à contrario d’albums plus immédiats de l’école suédoise, Hungry Hearts demande de la patience, de l’amour pour être apprivoisé, et ne s’appuie pas que sur des refrains accrocheurs et légèrement putassiers. Non, le Rock des HUNTER est plus posé, plus réfléchi, et osons le terme, plus peaufiné, et pour en apprécier la substance, il convient d’y revenir régulièrement pour apprécier des morceaux différents, qui ne vous ont pas frappé l’esprit à la première écoute. Le rythme global de l’album, refusant la légèreté d’un mid-tempo catchy, joue souvent avec la pesanteur et les guitares Heavy. Pour exemple, « Destination », qui sonne comme un crossover WINGER/DEF LEPPARD est aussi moite qu’optimiste, mais laisse une sensation de tension que l’on appréhende que si l‘on accepte la part de Heavy dans le Rock mélodique. Le travail impeccable de Juan Carlos Alfaro, les guitares saignantes, et le chant velouté d’Ed Carabantes, meneur de troupes, font de ce simple morceau un petit joyau de Rock à la californienne, avec les palmiers inclus dans le refrain.

Les hits ne manquent pourtant pas sur cet album, loin s’en faut. Le morceau éponyme, placé en ouverture est un genre d’archétype de perfection, avec son beat bouncy et ses claviers ludiques. Le groupe a donc joué la sécurité en entame pour attirer le chaland, avant de lui demander plus d‘efforts par la suite. Et avec des inserts dépassant souvent les cinq minutes, l’auditeur doit d’accrocher à la partition pour ne pas perdre l’équilibre, l’heure de jeu exigeant une attention toute particulière. Car dès « Tore Love », l’ambiance change, se tamise, le tout se densifie, et s’éloigne des facilités AOR en vogue un peu partout dans le monde qui accepte les reprises formelles et la lecture au premier degré.

Je n’essaie pas via ce laïus de transformer les HUNTER en groupe d’exception ou en leader de sa génération, mais je tiens quand même à préciser que leur album est plus dense que la moyenne. On sent du BON JOVI, du JOURNEY, du H.E.A.T, mais on sent surtout une honnêteté incroyable dans l’approche, et un sens de la synthèse redoutable. Chaque morceau pourrait provenir d’un best-of, d’un greatest hits de groupe établi depuis des décennies, sans que les HUNTER ne puissent être accusés de plagiat. C’est ce qu’on ressent en jouant « Somebody Said (Love Is A Lonely Word) », et « Tonight », qui se ressemblent beaucoup et qui abordent le versant de la mélodie sous son angle le plus smooth et tendre.

Une heure de musique semblera trop pour certains, et il est évident que le quintet ne maintient pas toujours la pression. Avec deux chansons en moins, l’album aurait approché de près la perfection, En l’état, il est une excellente réussite, et la preuve que la confiance danoise n’a pas été accordée au hasard ou par pur sens de l’exotisme.    

 

                                                 

Titres de l’album:

01. Hungry Heart

02. Tore Love

03. Far Away

04. Love Hunter

05. Sad Eyes

06. Destination

07. Rise Up

08. Snake

09. Somebody Said (Love Is A Lonely Word)

10. Tonight

11. We Gotta Fight

12. Warmer Love


Facebook officiel


par mortne2001 le 28/12/2021 à 15:09
80 %    66

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Sélection rédaction Metalnews 2021 !

Jus de cadavre 01/01/2022

Interview

Devildriver

Baxter 26/12/2021

From the past

Voyage au centre de la scène : PENETRATOR

Jus de cadavre 19/12/2021

Vidéos

Unspkble + Rank

RBD 16/12/2021

Live Report

Anna von Hausswolff

RBD 08/12/2021

Live Report

Igorrr + Horskh

RBD 07/12/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Nightmare + Existance + Rhapsody Of Fire 24/01 : Le Petit Bain, Paris (75)
Existance + Rhapsody Of Fire + Manigance 25/01 : Le Ferrailleur, Nantes (44)
Nightmare + Rhapsody Of Fire + Manigance 26/01 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

Ils nous enterreront tous ces cons là ! Même Drucker fera pas le poids !

19/01/2022, 19:20

foja

masters. jamais vraiment

19/01/2022, 19:15

Simony

J'avoue qu'elle est pas de moi, c'est Jus de cadavre qui avait proposé ce style pour SCORPIONS et j'ai trouvé que ça leur allait bien

19/01/2022, 18:10

pierre2

"Never Retired Hard Rock Masters, Allemagne"J'avoue, j'ai ri - merci !

19/01/2022, 15:11

Humungus

Merci grin.(sic)

19/01/2022, 13:36

grinder92

@humu : tu cliques sur le tag "Druid Lord", ça te proposera cette chronique et également celle-ci : http://www.metalnews.fr/chroniques/grotesque-offerings 

19/01/2022, 10:35

Simony

C'est un des groupes dont j'attends leur nouvel album, le titre partagé m'avait beaucoup plu, à creuser car la chronique donne clairement envie.

19/01/2022, 08:12

Humungus

Comment fait-on pour retrouver ta chronique de leur deuxième galette ?

19/01/2022, 07:29

Humungus

Une de mes découvertes de l'an dernier...Hâte de foutre une oreille sur cet album putain !

19/01/2022, 07:26

Simony

En rappel avec The Number Of The Beast, The Evil That Men Do, Iron Maiden et Sanctuary....   

18/01/2022, 23:20

Kerry King

Un concert de Maiden sans Fear of the Dark c'est pas vraiment un concert de Maiden.

18/01/2022, 19:02

Simony

Merci Gargan, c'est corrigé.

18/01/2022, 14:32

Gargan

C'est leedET. Suis curieux d'écouter les autres titres, en espérant qu'ils gardent l'urgence de l'extrait mis en avant. Aucune info sur le line-up, mis à part le type de mare cognitum au chant.

18/01/2022, 10:32

Simony

Idem pour moi Eyziel, pas convaincu du tout de ce second extrait. A voir dans la globalité de l'album comme tu dis.

18/01/2022, 08:02

Simony

Ben moi je prends cette idée. Ils l'avaient fait pour A Matter Of Life And Death et c'était vraiment bon. Et comme ce dernier album me plait beaucoup... why not ? Reste à savoir si la date de juin à Paris aura bien lieu...

18/01/2022, 08:01

eyziel

Je l’attends énormément mais je ne suis pas super convaincu des morceaux dévoilés, surtt dark horse. Après on verra un album de Messa ça s’écoute d’une traite. 

17/01/2022, 22:48

Jus de cadavre

Je l'ai trouvé efficace mais très impersonnel. La prod générique au possible y est pour beaucoup.

17/01/2022, 19:13

LeMoustre

Il est très bien ce titre.

17/01/2022, 17:37

Goughy

Le saviez-vous ?2 morceaux (le 1 et le 11) se trouvent sur aussi l'album de reprises d'Helloween "Metal Jukebox"Je ne sais qu'en déduire : influence majeure de ces morceaux sur la scène heavy/speed ? ou perception "différente" (...)

17/01/2022, 16:31

faga

Groupe sucoté

16/01/2022, 21:26