Alors, tout ça parce qu’on n’aime pas particulièrement un style de musique, on ne devrait pas faire l’effort d’essayer de comprendre pourquoi ? Voire même, de tenter de trouver des groupes susceptibles de vous faire changer d’avis ? Certes, je le conçois et je l’avoue, peu de groupes seraient à même de me faire revoir ma notation quant à la copie Metal Symphonique ou Gothique. Etant complètement réfractaire au genre depuis ses débuts, je me vois mal à mon âge devenir fan, même si la vieillesse fait parfois oublier bien des choses. Mais, puisqu’il y en a un, je suis toujours suffisamment honnête pour admettre qu’une musique est bonne, sans tenir compte de son affiliation. C’est ainsi qu’au hasard de l’ennui de la quête de nouvelles chroniques, je me suis amusé à déterrer une ancienne archive oubliée, histoire de voir si elle n’avait pas quelque chose de neuf à me proposer. Et quelle ne fut pas ma surprise de me rendre compte que ce fut le cas, et de la plus belle des façons, puisque cet album était plus ou moins rattaché à des écoles dont je fuis les bancs depuis longtemps. Les LOST DOMAIN, héros de demain et espoirs d’aujourd’hui ? C’est tout le mal que je leur souhaite, mais j’ai cru voir en ...In the Waiting Room of Death, leur premier LP, les prémices de promesses qu’ils n’auront aucun mal à tenir au vu de leurs talents individuels et de leur cohésion collective. Un peu d’histoire pour commencer ? Histoire de placer le contexte…

Les LOST DOMAIN nous en viennent donc de la belle Stockholm, Suède, ville bien connue pour avoir vu naître un nombre incalculable d’artistes d’importance. Mais ce sextet avoue n’être pas complètement scandinave, puisque la vocaliste Catalina Leonte vient de la partie transylvanienne de la Roumanie. Le reste du line-up est bien originaire du grand froid (Michael Ahlin - guitare, Niklas Lundqvist - synthés, Viktor Gineman - batterie, Patrik Mäki-Heikkilä - basse et Peter B. Eriksson - guitare), et l’ensemble existe depuis quelques années déjà, puisqu’on trouve trace de leur premier EP éponyme en 2013. Pour l’avoir survolé sur les plateformes légales, je dois admettre que les instrumentistes et compositeurs ont fait des progrès notables, et semblent avoir trouvé l’approche avec laquelle ils se sentent le plus à l’aise, tant ce premier LP fait preuve d’une maîtrise exceptionnelle et d’une maturité somme toute remarquable pour une entrée en matière. Mais concrètement, qu’est-ce qui vous attend à l’écoute de cet énigmatique ...In the Waiting Room of Death à la pochette humanitaro-mystique ? Une musique puissante, racée, versatile mais cohérente, qui picore un peu partout les graines de sa propre discorde, et qui finalement, se range difficilement dans une catégorie bien définie. Et c’est sans doute pour cette raison que je l’ai tant apprécié.

On tombe au gré des dix compositions sur des éléments de Metal moderne, de Progressif parfois, de Symphonique, de Metalcore selon l’humeur, le tout enrobé dans une ambiance subtilement gothique qui n’en rajoute pas au niveau du pathos des arrangements, et qui reste suffisamment analogique pour ne pas rebuter les accros de la vieille école. Inutile dès lors en considérant le concept du « Female fronted band » de vous attendre à un nouveau NIGHTWISH, un ersatz de DELAIN, une copie-carbone de WITHIN TEMPTATION et autres cadors de vocalises en arabesques dégoulinantes de plastique de supermarché fondu. D’une part, parce que l’instrumental est un poil plus agressif et original que la moyenne, et d’autre part, parce que Catalina ne se prend pas pour une castafiore des Carpates, et n’a pas aiguisé ses dents pour se la jouer vampire de l’opéra. Non, elle se contente de chanter, et très bien même, d’une voix puissante au timbre grave, et ressent chaque note sans rester superficielle, ce qui la distingue de bon nombre de ses homologues.

Certes, nous n’échappons pas toujours au convenu et au classique. Nombre de morceaux respectent une trame formelle, dérivant d’un Metal ambitieux au son démesuré (mixage et mastering assurés par David Castillo aux Ghost Ward studios, l’homme qu’on retrouve derrière KATATONIA, OPETH et DARK TRANQUILITY), et le tout à parfois des airs de Power Metal moderne qui refuse quand même les clichés pour balancer la sauce de riffs méchamment graves et relevés. Mais lorsque la machine se calme, à l’occasion du magnifique et francisé « Désolé », le climat se tamise, les mélodies deviennent proéminentes, et l’envie de proposer autre chose qu’une cavalcade sans pitié prend le dessus, pour notre plus grand plaisir. Il est d’ailleurs à noter que c’est la seconde partie de l’album qui s’avère la plus séduisante, et presque risquée dans ses choix, puisque le sextet ose changer un peu la donne pour se frotter à des mélodies purement Pop-Rock qui rappellent une Anouk sous perfusion de plomb (« In Your Eyes »), laissant alors le champ libre à Catalina pour moduler sa voix, et prouver tout son talent. Les suédois/roumains invitent même à leur fastueux banquet un nom connu, celui de Björn Strid, de SOILWORK, venu prêter voix forte au titre « Rebellious Angel » qui lui va comme un gant de sa rythmique concassée et de ses guitares syncopées. Les deux derniers segments laissent place à une belle recherche progressive, et totalisent d’ailleurs presque vingt minutes à eux deux, ce qui permet de terminer l’album sur une note haute et remarquable. On commence avec l’envoutant « Rise Of Isolash », qui incruste des nappes de synthé sur des licks faciles mais efficaces, et qui propose un crescendo dramatique assez fascinant en soi, avec son mélange de nappes vocales qui s’entremêlent comme dans un rêve.

« …In The Waiting Room Of Death » fait d’ailleurs la part belle aux ivoires et ébènes, et développe une très longue intro synthétique délicate, avant de s’affoler le long d’un Heavy très précieux et belliqueux, qui se souvient très bien des histoires de QUEENSRYCHE et de celles de LACUNA COIL. Onze minutes de Metal à l’aise dans son époque, qui pourtant ne joue pas l’opportunisme, et trouve toujours le plan idoine pour rebondir sur le précédent, dans une logique imparable qui ne sacrifie pas l’authenticité au préfabriqué. Une fois encore, soulignons le travail vocal impeccable, et la production au-dessus de tout soupçon, énorme dans son développé, mais aux graves percutants et aux médiums cinglants. La première partie du LP, plus directe et moins alambiquée séduira les plus immédiats d’entre vous, avec ses chansons plus volontiers Power Metal, mais n’en reste pas moins une mise en bouche parfaite pour la suite des évènements. Espérons que les LOST DOMAIN ne perdent pas ce sens de l’équilibre qui leur permet de sinuer entre les genres tout en gardant le leur. Mais de fait, et en toute objectivité, ...In the Waiting Room of Death est un très bon disque qui permet de rentrer de plein fouet dans l’univers d’un groupe qui pourrait bien devenir une sorte de next big thing, sans le tapage publicitaire inutile.

 

Titres de l'album :

                       1.Another Day...

                       2.Silent Cry

                       3.Beneath the Bridge

                       4.Indicium    

                       5.Resistance Is Futile

                       6.Desolé

                       7.In Your Eyes

                       8.Rebellious Angel (feat. Björn Strid)

                       9.Rise of Isolash

                      10...In the Waiting Room of Death

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 10/09/2018 à 17:28
80 %    388

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Maligner

Attraction To Annihilation

Black Bart

Casnewydd-Bach

Obszön Geschöpf

Master Of Giallo

Azusa

Heavy Yoke

Soulfly

Ritual

The Struts

Young & Dangerous

Northward

Northward

Malm

Kollaps

Bonehunter

Children Of The Atom

Amaranthe

Helix

Gaslarm

Dusk Mothers Children

Tourniquet

Gazing At Medusa

W.m.d.

Lethal Revenge

Daeria

Fenix

Antagonism

Thrashocalypse

Newbreed

Law

Khandra

There is no Division Outside Existence

Riser

Temple of Addiction

Chthonic

Battlefields Of Asura

Cor Serpentii

Phenomankind

Interview AZUSA (Eleni Zafiriadou)

mortne2001 / 11/11/2018
Azusa

Cortez + Stuntman

RBD / 10/11/2018
Hardcore

The Studio Experience #3

grinder92 / 08/11/2018
Benighted

Photo Report - Garmonbozia 20 ans !

Simony / 06/11/2018
Anniversaire

Concerts à 7 jours

+ Venenum + Slægt

16/11 : Le Mondo Bizarro, Rennes (35)

Samavayo + Greenleaf

16/11 : Le Glazart, Paris (75)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

16/11 : Cc John Lennon, Limoges (87)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

17/11 : Le Trabendo, Paris (75)

Omnium Gatherum + Wolfheart + Nothgard

19/11 : Le Petit Bain, Paris (75)

Sick Of It All + The Worst Doubt + Lugosi

19/11 : Espace Icare, Issy-les-moulineaux (92)

Photo Stream

Derniers coms

Pauvre Abbath... lui qui a dû se sentir comme un couillon après l'écoute du dernier Immortal. "Personne n'est irremplaçable" est une phrase qui lui sied à la perfection désormais !


Un nouvel album, donc ensuite une tournée... Ça promet donc encore de grands moments de solitudes pour les musiciens qui l'accompagneront sur scène ! :D


Don't feed the troll.


Je vous rejoins assez tout les deux (notamment pour les truc prog' machin et le côté mainstream) mais avec un bémol tout de même : la chronique de Charlélie Arnaud qui, en plus de nous faire découvrir des pépites méconnus, le fait avec un ton, une plume et une passion qui font plaisir à lir(...)


Oui c'est vrai que je me base sur l'ensemble de leurs parutions et ce qui était vrai à leurs débuts ne l'est plus forcément. De mon côté, je me disais que c'était moi qui avait des goûts peut-être de moins en moins "mainstream" et y trouvais de moins en moins mon compte, mais je vois que je(...)


P'tite erreur dans la news, les gars : Schammasch vient de Suisse et Der Weg einer Freiheit d'Allemagne :-)


Mouais, moyennement d'accord avec la dernière partie de la phrase de Simony, la ligne éditoriale de ce magazine étant clairement orientée prog/mou du genou et délaisse quasiment toute la scène extrême / true / thrash. S'il y a trois chroniques par numéro sur ces scènes, c'est le maximum. Au(...)


Juste monstrueux ce morceau... comme tout l'album en fait !!!


Malheureusement, c'est le genre de une qui fait vendre. Rock Hard a déjà maintes fois expliqué le dilemme auquel ils sont confrontés pour trouver le juste milieu entre coup de cœur et aspect purement mercantile, reste qu'à l'intérieur la mise en avant de certains groupes encore obscurs est to(...)


Metallica qui ressort son dernier album potable en remaster. Et cover. Décidemment la presse n'a pas fini de se prostituer pour sauver ses miches.


Merci beaucoup !
Quel talent !


Merci beaucoup !
Quel talent !


@meloman , et si tu t’asseyai un peu sur tes doigts, ça te ferait du bien non ?
Et au passage va faire un tour ailleurs, pas besoin de pleureuses comme toi au propos totalement inutiles.


Excellente affiche également que voilà là !


@ meloman : euh... la bière "de la merde" une "idée stupide" ? On a pas les mêmes valeurs :D !
Faut se détendre hein... quand Opeth sortira quelques choses musicalement t'en fais pas on en parlera.


@Meloman: on se détend, pourquoi tant d'agressivité? Tu es certain de ne pas déjà avoir un gode Lordi coincé quelquepart?


Je vois le nom Opeth, je me dis que c'est une new musicale concernant le groupe en question...mais non ça parle de bières, bientôt le groupe sortira des godemichets à son effigie et vous vous empresserez de publier tout ça avec photo à l'appuie...évidemment.

J'appelle ça de la(...)


Merci pour ce récit très instructif, qui complète ce qu'on peut capter du processus en regardant les DVDs de studios-reports qui sont parfois joints aux albums. Effectivement une réactualisation s'imposait, tant l'évolution est allée vite.
On comprend comment le Metal extrême est devenu(...)


Superbe affiche une fois de plus ouais (BETHLEHEM !!!)...
Malheureusement, cette année, cela sera sans moi (sob).


Ouais, ça va saigner !