Vingt-quatre ans d’existence pour un groupe underground, c’est un sacré achèvement en soi. Une telle longévité demande pas mal d’abnégation, et surtout, une foi sans faille en sa musique, et mérite le respect. Quand bien même leur musique ne fait pas partie de votre cercle d’affinités, il convient de saluer les efforts de musiciens qui n’ont jamais abandonné, malgré l’adversité, les défections, les désaffections, et autres petits pièges tendus par un destin toujours aussi capricieux et joueur. Le cas ACRID est donc un cas d’école en soi, eux qui agitent les tréfonds de la scène européenne depuis 1994, et qui n’ont jamais baissé les bras, malgré des difficultés croissantes et un manque de soutien évident les poussant à privilégier le DIY, comme autant d’autres qui n’ont pas la chance de bénéficier de l’aide de grosses structures et qui doivent se débrouiller seuls. Fondé en 1994, ce collectif au parcours évolutif a donc commencé sa carrière très humblement, par une grosse poignée de démos (trois entre 1995 et 1997), avant de pouvoir s’exprimer dans un cadre moins restrictif en 1999, à l’orée du nouveau siècle, via un premier longue-durée, Amalgamate. Dérivant ostensiblement d’un Thrash/Death assez générique vers un Death beaucoup plus ambitieux et évolutif, les originaires de La Haye auraient pu considérer ce premier LP comme leur véritable lancement, mais une nouvelle série de mésaventures en décida autrement, et les força à retourner à la case départ, sans toucher les florins vingt-mille. Alors, de nouvelles maquettes, dont la plupart sans titre (Démo 2001, Démo 2002 et Démo 2003), avant un long hiatus de plus d’une décennie. Une fois le line-up quelque peu stabilisé, les ACRID purent enfin offrir une suite légitime à leur premier effort, en enregistrant un EP (EP 2014, comme quoi ils ne s’embarrassent pas de principes de dénomination), puis un nouvel album dans la foulée, ce Prism qui secoua l’année 2015 de ses soubresauts Death chaotiques mais maîtrisés.

Depuis, de la préparation, une nouvelle adaptation et l’adoption de deux nouvelles recrues dans le giron (Paul Van Beem à la basse depuis 2016, Kaj Turfanda au chant depuis l’année dernière), mais surtout, ce nouveau long, Wonderland, qui se son intitulé nous promet bien des merveilles, et en dévoile quelques-unes. Sans vraiment changer leur fusil d’épaule, nos voisins bataves nous proposent donc une nouvelle adaptation d’anciennes philosophies, et persistent dans la voie d’un Death technique mais pas démonstratif, aux aspirations aussi viscérales que mentales. En plaçant leurs inclinaisons personnelles sur le terrain du classicisme, et en avouant des influences assez marquantes et probantes (ARCH ENEMY, AT THE GATES, KILLSWITCH ENGAGE, SOILWORK, DEATH, DREAM THEATER, AS I LAY DYING), le quintette à l’énergie décuplée (Kaj Turfanda: chant, Claus Toet: guitare, Mark Pilk: guitare/chant, Frank Debij: batterie et Paul van Beem: basse) développe sur Wonderland de beaux arguments de puissance, et manipule avec toujours autant de finesse l’art du métissage brutal, se plaçant en convergence de plusieurs courants sans trahir le sien, même si une certaine cohésion le confinant parfois à la répétition vient légèrement embrumer leur inspiration.

Ceux qui gardaient encore en mémoire leur précédent méfait seront sans doute surpris par la structure globale de ce troisième longue-durée, cap Ô combien difficile à passer. Si Prism se laissait aller au gré d’une brutalité débridée et laissait le compteur tourner (plus d’une heure de musique il y a trois ans, pour une quinzaine de morceaux), Wonderland joue en rangs plus serrés, et s’arrête à la limite consensuelle des quarante minutes, pour des titres ne dépassant jamais les trois. Choix de la concentration donc, pour une musique qui aime toujours jouer franc jeu tout en brouillant les pistes, osant des percées Death pour mieux amadouer les thrasheurs un peu désorientés. S’il est toujours possible de voir en leur crossover un savant mélange du Death hollandais des origines (la voix de Kaj Turfanda rappelle étrangement un mélange entre les timbres rauques des PESTILENCiEls Martin Van Drunen et Patrick Mameli) et du Néo-Death/Néo-Thrash suédois (AT THE GATES et SOILWORK en tête de gondole), la marge de progression est largement assez patente pour entrevoir une issue différente, même si la hiérarchie est respectée à la lettre. On retrouve toujours ces guitares élevées à la mélodie prononcée et à la saccade hachée, cette rythmique progressive qui n’hésite pas à imposer ses propres figures, et cette complémentarité dans le chant, qui se partage entre harangues graves et graineuses et hurlements stridents et haineux. La marche en avant ne saute donc pas d’étape flagrante, et il est évidemment possible de trouver Wonderland plus efficace qu’inventif. Le sentiment d’avoir déjà entendu ça quelque part au détour de la fin des années 90 est manifeste, mais l’allant dont fait preuve le quintette gomme les quelques erreurs de banalité ambiante, et l’énergie déployée suffit largement à entrevoir le prochain massacre live auquel le groupe pourra se livrer.

Après plusieurs écoutes, l’isolation d’un chapitre devient clairement impossible, tant tous suivent la même ligne de conduite, certains appuyant plus volontiers sur l’accélérateur, tandis que d’autres jouent plutôt la modération dans la bousculade. Mais entre des couplets en rouleau compresseur et des refrains parfois frondeurs, ACRID joue l’ambivalence de la sècheresse et de la rondeur, une basse mutine en circonvolution (parfois proche des déliés de Steve DiGiorgio dans DEATH), aérant parfois des parties rythmiques un peu trop figées. Le travail des guitares, redondant dans l’effort, tâte parfois du riff purement PANTERA (« Evolution »), mais se rapproche la plupart du temps des staccatos des AT THE GATES, dont certains thèmes sont quasiment repris à l’identique (« The Crossroads », bel exercice d’hommage à peine déguisé). Si l’ombre d’un GOJIRA light semble planer au-dessus de l’entreprise, c’est bien l’école suédoise qui à la mainmise et qui dirige les travaux de son influence marquante. Mais finalement et après expurgation des références les plus criantes, Wonderland finit par prouver que les ACRID ont retrouvé une belle stabilité, et que leur avenir pourrait se conjuguer à un temps moins présent ou passé. Un peu plus de risques, un dégagement des tutelles, et l’avenir pourrait offrir une suite bien plus belle pour un groupe qui mérite enfin de retrouver la sérénité dans la brutalité.                                 

       

Titres de l'album:

                        1.Wonderland

                        2.The Crossroads

                        3.Concrete Vermin

                        4.Deception's Masquerade

                        5.What Lies Beneath

                        6.Climb That Wall

                        7.The Call

                        8.Mask of Divinity

                        9.Crushing The Negative

                       10.Unsurpassed

                       11.Evolution

                       12.47 Stitches (Bonus Track)

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 08/07/2018 à 14:42
75 %    371

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Mark Pilk (ACRID)
@31.24.186.28
21/07/2018 à 13:29:19
Thanks for the review, mortene2001! Very cool!

Ajouter un commentaire


Septic Tank

Sturmpanzer

Devil Worshipper

Music For The Endtimes

Jt Ripper

Gathering of the Insane

Nyu.

Flux

Religious Observance

Utter Discomfort

Visavis

War Machine

Cemetery Urn

Barbaric Retribution

Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

Powerwolf + Amaranthe + Kissin' Dynamite

JérémBVL / 18/01/2019
Powerwolf

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Grave Digger + Burning Witches

28/01 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

@ Humungus, oui lors de leur interview, ils disaient vouloir battre le record de commentaires, et l'objectif était largement atteint !


145 vues.


Qu'est-ce que je ne donnerais pas pour pouvoir assister à ça...


Si je ne me trompe pas, y'avait eu la même chose sur VS à l'époque pour ULTRA VOMIT non ?
(+1)


Oui moi qui n'aime pas du tout aller à Paris, ça me tente énormément...


Oooh je pense qu'on peut faire mieux.... et +1 com !


Les histoires de meurtre et d'incendie d'église ça c'est vrai on le sait.

Le mystere reste autour du suicide de Dead et de la mort de Euronymous.

Le depart du groupe de Necrobutcher au moment du suicide de Dead est assez étrange aussi.


L’affiche qui fait (très) mal...


Oui mercato réussi.


Ça ressemble à un record de coms ça !


Oui je trouve aussi. Fiable quoi.


Cela semble être une bonne idée...


Je n'ai pas lu le livre de Moynihan qui est, paraît-il, plutôt complaisant avec tout l'ensemble y compris ce qu'il y a de plus inacceptable. Au-delà de ce que je rejette très fermement les meurtres et incendies de lieux de culte, je ne me suis jamais reconnu dans le Black Metal même sous un sim(...)


On a vraiment lu tout et son contraire sur ces histoires, sans compter le mystère entretenu par les protagonistes de l'époque. J'ai beau essayé de faire le blasé, de me dire que c'était que des "petits cons", des abrutis, que le bouquin n'est qu'un torchon un peu trop orienté, il n'empêche qu(...)


Excellente chronique... j'avais découvert avec l'album précédent sans approfondir plus que ça. Tu viens de réanimer ma curiosité Mortne2001 !
C'est d'une saleté indécemment propre au niveau de la production là où la concurrence balance des riffs lambda avec une production crasseuse p(...)


J'espère juste que le film dira clairement que les protagonistes n'étaient que des petits cons paumés... Mais sinon, oui, rien qu'avec l'attention portée aux détails, ça donne envie, clairement.


Trailer bien plus convaincant que les précédents. Et oui le " Based on truth and lies " est bien pensé.
Ça fait envie.


En tout cas beau job de l'ensemble de l'équipe de ce site, avec une chouette ergonomie. Bon, j'ai pas pigé comment on fait pour aller directement suivre un fil de discussions/commentaires sans passer par le titre du thème concerné, mais pas grave.


Sans conteste, ce qui précède est en lice pour être la meilleure discussion dans le futur top 2019...


Putain, ça donne envie tout de même hein...
Pis le "Based on truth and lies" est tellement bien trouvé bon dieu de dieu !