Vingt-quatre ans d’existence pour un groupe underground, c’est un sacré achèvement en soi. Une telle longévité demande pas mal d’abnégation, et surtout, une foi sans faille en sa musique, et mérite le respect. Quand bien même leur musique ne fait pas partie de votre cercle d’affinités, il convient de saluer les efforts de musiciens qui n’ont jamais abandonné, malgré l’adversité, les défections, les désaffections, et autres petits pièges tendus par un destin toujours aussi capricieux et joueur. Le cas ACRID est donc un cas d’école en soi, eux qui agitent les tréfonds de la scène européenne depuis 1994, et qui n’ont jamais baissé les bras, malgré des difficultés croissantes et un manque de soutien évident les poussant à privilégier le DIY, comme autant d’autres qui n’ont pas la chance de bénéficier de l’aide de grosses structures et qui doivent se débrouiller seuls. Fondé en 1994, ce collectif au parcours évolutif a donc commencé sa carrière très humblement, par une grosse poignée de démos (trois entre 1995 et 1997), avant de pouvoir s’exprimer dans un cadre moins restrictif en 1999, à l’orée du nouveau siècle, via un premier longue-durée, Amalgamate. Dérivant ostensiblement d’un Thrash/Death assez générique vers un Death beaucoup plus ambitieux et évolutif, les originaires de La Haye auraient pu considérer ce premier LP comme leur véritable lancement, mais une nouvelle série de mésaventures en décida autrement, et les força à retourner à la case départ, sans toucher les florins vingt-mille. Alors, de nouvelles maquettes, dont la plupart sans titre (Démo 2001, Démo 2002 et Démo 2003), avant un long hiatus de plus d’une décennie. Une fois le line-up quelque peu stabilisé, les ACRID purent enfin offrir une suite légitime à leur premier effort, en enregistrant un EP (EP 2014, comme quoi ils ne s’embarrassent pas de principes de dénomination), puis un nouvel album dans la foulée, ce Prism qui secoua l’année 2015 de ses soubresauts Death chaotiques mais maîtrisés.

Depuis, de la préparation, une nouvelle adaptation et l’adoption de deux nouvelles recrues dans le giron (Paul Van Beem à la basse depuis 2016, Kaj Turfanda au chant depuis l’année dernière), mais surtout, ce nouveau long, Wonderland, qui se son intitulé nous promet bien des merveilles, et en dévoile quelques-unes. Sans vraiment changer leur fusil d’épaule, nos voisins bataves nous proposent donc une nouvelle adaptation d’anciennes philosophies, et persistent dans la voie d’un Death technique mais pas démonstratif, aux aspirations aussi viscérales que mentales. En plaçant leurs inclinaisons personnelles sur le terrain du classicisme, et en avouant des influences assez marquantes et probantes (ARCH ENEMY, AT THE GATES, KILLSWITCH ENGAGE, SOILWORK, DEATH, DREAM THEATER, AS I LAY DYING), le quintette à l’énergie décuplée (Kaj Turfanda: chant, Claus Toet: guitare, Mark Pilk: guitare/chant, Frank Debij: batterie et Paul van Beem: basse) développe sur Wonderland de beaux arguments de puissance, et manipule avec toujours autant de finesse l’art du métissage brutal, se plaçant en convergence de plusieurs courants sans trahir le sien, même si une certaine cohésion le confinant parfois à la répétition vient légèrement embrumer leur inspiration.

Ceux qui gardaient encore en mémoire leur précédent méfait seront sans doute surpris par la structure globale de ce troisième longue-durée, cap Ô combien difficile à passer. Si Prism se laissait aller au gré d’une brutalité débridée et laissait le compteur tourner (plus d’une heure de musique il y a trois ans, pour une quinzaine de morceaux), Wonderland joue en rangs plus serrés, et s’arrête à la limite consensuelle des quarante minutes, pour des titres ne dépassant jamais les trois. Choix de la concentration donc, pour une musique qui aime toujours jouer franc jeu tout en brouillant les pistes, osant des percées Death pour mieux amadouer les thrasheurs un peu désorientés. S’il est toujours possible de voir en leur crossover un savant mélange du Death hollandais des origines (la voix de Kaj Turfanda rappelle étrangement un mélange entre les timbres rauques des PESTILENCiEls Martin Van Drunen et Patrick Mameli) et du Néo-Death/Néo-Thrash suédois (AT THE GATES et SOILWORK en tête de gondole), la marge de progression est largement assez patente pour entrevoir une issue différente, même si la hiérarchie est respectée à la lettre. On retrouve toujours ces guitares élevées à la mélodie prononcée et à la saccade hachée, cette rythmique progressive qui n’hésite pas à imposer ses propres figures, et cette complémentarité dans le chant, qui se partage entre harangues graves et graineuses et hurlements stridents et haineux. La marche en avant ne saute donc pas d’étape flagrante, et il est évidemment possible de trouver Wonderland plus efficace qu’inventif. Le sentiment d’avoir déjà entendu ça quelque part au détour de la fin des années 90 est manifeste, mais l’allant dont fait preuve le quintette gomme les quelques erreurs de banalité ambiante, et l’énergie déployée suffit largement à entrevoir le prochain massacre live auquel le groupe pourra se livrer.

Après plusieurs écoutes, l’isolation d’un chapitre devient clairement impossible, tant tous suivent la même ligne de conduite, certains appuyant plus volontiers sur l’accélérateur, tandis que d’autres jouent plutôt la modération dans la bousculade. Mais entre des couplets en rouleau compresseur et des refrains parfois frondeurs, ACRID joue l’ambivalence de la sècheresse et de la rondeur, une basse mutine en circonvolution (parfois proche des déliés de Steve DiGiorgio dans DEATH), aérant parfois des parties rythmiques un peu trop figées. Le travail des guitares, redondant dans l’effort, tâte parfois du riff purement PANTERA (« Evolution »), mais se rapproche la plupart du temps des staccatos des AT THE GATES, dont certains thèmes sont quasiment repris à l’identique (« The Crossroads », bel exercice d’hommage à peine déguisé). Si l’ombre d’un GOJIRA light semble planer au-dessus de l’entreprise, c’est bien l’école suédoise qui à la mainmise et qui dirige les travaux de son influence marquante. Mais finalement et après expurgation des références les plus criantes, Wonderland finit par prouver que les ACRID ont retrouvé une belle stabilité, et que leur avenir pourrait se conjuguer à un temps moins présent ou passé. Un peu plus de risques, un dégagement des tutelles, et l’avenir pourrait offrir une suite bien plus belle pour un groupe qui mérite enfin de retrouver la sérénité dans la brutalité.                                 

       

Titres de l'album:

                        1.Wonderland

                        2.The Crossroads

                        3.Concrete Vermin

                        4.Deception's Masquerade

                        5.What Lies Beneath

                        6.Climb That Wall

                        7.The Call

                        8.Mask of Divinity

                        9.Crushing The Negative

                       10.Unsurpassed

                       11.Evolution

                       12.47 Stitches (Bonus Track)

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 08/07/2018 à 14:42
75 %    454

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Mark Pilk (ACRID)
@31.24.186.28
21/07/2018 à 13:29:19
Thanks for the review, mortene2001! Very cool!

Ajouter un commentaire


Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

First Signal

Line of Fire

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Ministry

18/06 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Photo Stream

Derniers coms

Saleté ! J'espère que cela a été vu à temps. Comme quoi les vies assainies ne sont pas à l'abri.


Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)


Il a survécu à la dope, à l'alcool, à dieu et à Metallica en écrivant les plus belles pages du Heavy/Thrash alors je pense qu'il survivra à ce putain de cancer ! Pour moi, le Metal God, c'est lui. Le meilleur guitariste du Metal c'est lui, alors il ne peut pas mourir. Dave Mustaine ne mourra (...)


Vas y Dave, nique lui la gueule à ce putain de cancer.


Tout simplement parce qu’ils sont pourris...


Eh ben...
Fucking hook in mouth.... :-(


@humungus : tout à fait d'accord ! ;-)


En fait, je pensais que tu faisais une vanne et que tu sous entendais par là que c'était le meilleur fest d'Europe…
Alors, pour corriger "réellement" l'ensemble, le HELLFEST c'est :
L'un des plus grands d'Europe, le plus grand de France et le meilleur au monde mondial au niveau des (...)


Détrompe toi Humungus, on ne s'en branle absolument pas, c'est justement pour partager les attentes de chacun et pourquoi pas donner envie à ceux qui hésitent d'aller voir tel ou tel groupe. Et ton R.O. est plus que solide dites donc, je m'y reconnais assez !
Et pour "le plus grand festival(...)


J'imagine que tout le monde s'en branle, mais y'a pas de raison qu'il n'y ait que les chroniqueurs qui vous fassent part de leur destinations sur le fest (merde quoi !) :
- Vendredi : CONAN, POWER TRIP (jamais vu. Hâte de voir ça sur scène et surtout dans le pit hé hé hé), DIAMOND HEAD ((...)


Ah merci totoro !
Je ne suis donc pas le seul à penser qu'il n'y a pas plus de Crust là dedans que de références Raï dans le dernier VLTIMAS.


De mon coté j'y serais aussi pour le zine'... Mon RO du coup : Slayer, Slayer et Slayer (en gros quoi). Plus sérieusement y'a de quoi faire encore cette année ! Mais pour moi ça se passera, comme depuis des années maintenant, quasi uniquement sous les tentes... A part pour Slayer, Gojira et 1 o(...)


J'avais peur après "LIFAD" que je n'aime pas (trop facile, pas assez martial, aux chansons loin d'être inoubliables, à part "Waidmanns Heil"). Rassuré par l'énormissime "Deutschland" et "Radio", c'est désormais tout l'album qui me fait plaisir. Rammstein ne change pas vraiment mais a trouvé u(...)


Je n'entends pas du tout le truc Crust dans ce disque... Par contre, c'est un sacré putain de bon disque, avec un nombre de riffs qui tuent complètement affolant ! Entre Death Mélo et Dark Metal suédois. On oscille pour ma part entre du Tribulation plus vénère, moins prog' et du Dissection pé(...)


"Ils ont enfin sorti un album potable depuis 1988 ? Ah non après vérif ' leur dernière crotte reste Hardwired."

1988 soit 30 ans passé.

Oui ils ont quand même sorti un très bon album depuis indiscutable depuis...Le Black Album ! Il y a 28 ans...

-
<(...)


Voir un groupe aussi lourdaud que le Metallica actuel reprendre Thin Lizzy c'est quand même la honte. Finalement Jojo c'était parfait pour eux.