Vingt-quatre ans d’existence pour un groupe underground, c’est un sacré achèvement en soi. Une telle longévité demande pas mal d’abnégation, et surtout, une foi sans faille en sa musique, et mérite le respect. Quand bien même leur musique ne fait pas partie de votre cercle d’affinités, il convient de saluer les efforts de musiciens qui n’ont jamais abandonné, malgré l’adversité, les défections, les désaffections, et autres petits pièges tendus par un destin toujours aussi capricieux et joueur. Le cas ACRID est donc un cas d’école en soi, eux qui agitent les tréfonds de la scène européenne depuis 1994, et qui n’ont jamais baissé les bras, malgré des difficultés croissantes et un manque de soutien évident les poussant à privilégier le DIY, comme autant d’autres qui n’ont pas la chance de bénéficier de l’aide de grosses structures et qui doivent se débrouiller seuls. Fondé en 1994, ce collectif au parcours évolutif a donc commencé sa carrière très humblement, par une grosse poignée de démos (trois entre 1995 et 1997), avant de pouvoir s’exprimer dans un cadre moins restrictif en 1999, à l’orée du nouveau siècle, via un premier longue-durée, Amalgamate. Dérivant ostensiblement d’un Thrash/Death assez générique vers un Death beaucoup plus ambitieux et évolutif, les originaires de La Haye auraient pu considérer ce premier LP comme leur véritable lancement, mais une nouvelle série de mésaventures en décida autrement, et les força à retourner à la case départ, sans toucher les florins vingt-mille. Alors, de nouvelles maquettes, dont la plupart sans titre (Démo 2001, Démo 2002 et Démo 2003), avant un long hiatus de plus d’une décennie. Une fois le line-up quelque peu stabilisé, les ACRID purent enfin offrir une suite légitime à leur premier effort, en enregistrant un EP (EP 2014, comme quoi ils ne s’embarrassent pas de principes de dénomination), puis un nouvel album dans la foulée, ce Prism qui secoua l’année 2015 de ses soubresauts Death chaotiques mais maîtrisés.

Depuis, de la préparation, une nouvelle adaptation et l’adoption de deux nouvelles recrues dans le giron (Paul Van Beem à la basse depuis 2016, Kaj Turfanda au chant depuis l’année dernière), mais surtout, ce nouveau long, Wonderland, qui se son intitulé nous promet bien des merveilles, et en dévoile quelques-unes. Sans vraiment changer leur fusil d’épaule, nos voisins bataves nous proposent donc une nouvelle adaptation d’anciennes philosophies, et persistent dans la voie d’un Death technique mais pas démonstratif, aux aspirations aussi viscérales que mentales. En plaçant leurs inclinaisons personnelles sur le terrain du classicisme, et en avouant des influences assez marquantes et probantes (ARCH ENEMY, AT THE GATES, KILLSWITCH ENGAGE, SOILWORK, DEATH, DREAM THEATER, AS I LAY DYING), le quintette à l’énergie décuplée (Kaj Turfanda: chant, Claus Toet: guitare, Mark Pilk: guitare/chant, Frank Debij: batterie et Paul van Beem: basse) développe sur Wonderland de beaux arguments de puissance, et manipule avec toujours autant de finesse l’art du métissage brutal, se plaçant en convergence de plusieurs courants sans trahir le sien, même si une certaine cohésion le confinant parfois à la répétition vient légèrement embrumer leur inspiration.

Ceux qui gardaient encore en mémoire leur précédent méfait seront sans doute surpris par la structure globale de ce troisième longue-durée, cap Ô combien difficile à passer. Si Prism se laissait aller au gré d’une brutalité débridée et laissait le compteur tourner (plus d’une heure de musique il y a trois ans, pour une quinzaine de morceaux), Wonderland joue en rangs plus serrés, et s’arrête à la limite consensuelle des quarante minutes, pour des titres ne dépassant jamais les trois. Choix de la concentration donc, pour une musique qui aime toujours jouer franc jeu tout en brouillant les pistes, osant des percées Death pour mieux amadouer les thrasheurs un peu désorientés. S’il est toujours possible de voir en leur crossover un savant mélange du Death hollandais des origines (la voix de Kaj Turfanda rappelle étrangement un mélange entre les timbres rauques des PESTILENCiEls Martin Van Drunen et Patrick Mameli) et du Néo-Death/Néo-Thrash suédois (AT THE GATES et SOILWORK en tête de gondole), la marge de progression est largement assez patente pour entrevoir une issue différente, même si la hiérarchie est respectée à la lettre. On retrouve toujours ces guitares élevées à la mélodie prononcée et à la saccade hachée, cette rythmique progressive qui n’hésite pas à imposer ses propres figures, et cette complémentarité dans le chant, qui se partage entre harangues graves et graineuses et hurlements stridents et haineux. La marche en avant ne saute donc pas d’étape flagrante, et il est évidemment possible de trouver Wonderland plus efficace qu’inventif. Le sentiment d’avoir déjà entendu ça quelque part au détour de la fin des années 90 est manifeste, mais l’allant dont fait preuve le quintette gomme les quelques erreurs de banalité ambiante, et l’énergie déployée suffit largement à entrevoir le prochain massacre live auquel le groupe pourra se livrer.

Après plusieurs écoutes, l’isolation d’un chapitre devient clairement impossible, tant tous suivent la même ligne de conduite, certains appuyant plus volontiers sur l’accélérateur, tandis que d’autres jouent plutôt la modération dans la bousculade. Mais entre des couplets en rouleau compresseur et des refrains parfois frondeurs, ACRID joue l’ambivalence de la sècheresse et de la rondeur, une basse mutine en circonvolution (parfois proche des déliés de Steve DiGiorgio dans DEATH), aérant parfois des parties rythmiques un peu trop figées. Le travail des guitares, redondant dans l’effort, tâte parfois du riff purement PANTERA (« Evolution »), mais se rapproche la plupart du temps des staccatos des AT THE GATES, dont certains thèmes sont quasiment repris à l’identique (« The Crossroads », bel exercice d’hommage à peine déguisé). Si l’ombre d’un GOJIRA light semble planer au-dessus de l’entreprise, c’est bien l’école suédoise qui à la mainmise et qui dirige les travaux de son influence marquante. Mais finalement et après expurgation des références les plus criantes, Wonderland finit par prouver que les ACRID ont retrouvé une belle stabilité, et que leur avenir pourrait se conjuguer à un temps moins présent ou passé. Un peu plus de risques, un dégagement des tutelles, et l’avenir pourrait offrir une suite bien plus belle pour un groupe qui mérite enfin de retrouver la sérénité dans la brutalité.                                 

       

Titres de l'album:

                        1.Wonderland

                        2.The Crossroads

                        3.Concrete Vermin

                        4.Deception's Masquerade

                        5.What Lies Beneath

                        6.Climb That Wall

                        7.The Call

                        8.Mask of Divinity

                        9.Crushing The Negative

                       10.Unsurpassed

                       11.Evolution

                       12.47 Stitches (Bonus Track)

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 08/07/2018 à 14:42
75 %    345

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Mark Pilk (ACRID)
@31.24.186.28
21/07/2018 à 13:29:19
Thanks for the review, mortene2001! Very cool!

Ajouter un commentaire


White Coven

Overseas

Exxxekutioner

Death Sentence

Peacemaker

Concrete and Terror

Maligner

Attraction To Annihilation

Black Bart

Casnewydd-Bach

Obszön Geschöpf

Master Of Giallo

Azusa

Heavy Yoke

Soulfly

Ritual

The Struts

Young & Dangerous

Northward

Northward

Malm

Kollaps

Bonehunter

Children Of The Atom

Amaranthe

Helix

Gaslarm

Dusk Mothers Children

Tourniquet

Gazing At Medusa

W.m.d.

Lethal Revenge

Daeria

Fenix

Antagonism

Thrashocalypse

Newbreed

Law

Khandra

There is no Division Outside Existence

Sick of It All + Black Knives

RBD / 16/11/2018
Hardcore

Interview AZUSA (Eleni Zafiriadou)

mortne2001 / 11/11/2018
Azusa

Cortez + Stuntman

RBD / 10/11/2018
Hardcore

The Studio Experience #3

grinder92 / 08/11/2018
Benighted

Photo Report - Garmonbozia 20 ans !

Simony / 06/11/2018
Anniversaire

Concerts à 7 jours

Watain + Rotting Christ + Profanatica

17/11 : Le Trabendo, Paris (75)

Omnium Gatherum + Wolfheart + Nothgard

19/11 : Le Petit Bain, Paris (75)

+ Sick Of It All + The Worst Doubt

19/11 : Espace Icare, Issy-les-moulineaux (92)

Photo Stream

Derniers coms

Bah putain !
SUNN O))) à Nancy !?!?
Incroyable et génial ça !!! !!! !!!


Le genre d'affiche qui me vend du rêve à plein tube...


Bravo Metalnews...
Par votre faute, sans même avoir écouté l'album, je me suis déjà précommandé le coffret.
C'est malin !


Ça va peut-être (enfin) ouvrir l'esprit à bon nombre d'entre vous (enfin j'espère). L'initiative de vous l'imposer tout cuit dans le bec vous aidera au mieux à entendre de nouvelles sonorités, ça changera à vos oreilles.


A noter que des pass promo sont d'ores et déjà en vente pour les 4 jours.
Concernant l'affiche, j'étais à la conférence de presse, et Yann a précisé que du coup le site en serait modifié (ils attendent entre 10 et 13 000 personnes le jeudi) avec notamment une Dave Mustage dont l'ouver(...)


Mouais...
Cela ne me surprend guère en fait.
Les Bretons (comme beaucoup d'autres) aimant encore bien en faire des tonnes sur l'identité régionaliste...
Quoi qu'il en soit, musicalement, je trouve l'idée de l'ajouter à l'affiche géniale en soit.


C'est un truc de fou là... étrange mais taré ! Alan Stivell au Motoc !


Comme LeMoustre, fort agréablement surpris par cet album.


Hé hé hé !
On se croirait au bon vieux temps de VS bon dieu de dieu...
Rien que pour ce merveilleux retour dans le passé, merci Meloman.


Excellent mec, merci !


Depuis le temps que j'entends parler de New noise (et très souvent en bien) va falloir y jeter un coup d'oeil quand même... merci pour les coms !


Pas totalement metal, mais New noise est pour moi le seul bon mag aujourd'hui. De part sa ligne éditoriale ( même si on retrouve toujours un peu les mêmes groupes avec le temps) et dans lequel on retrouve souvent des dossiers ou interviews ( d'anciens de la scène, boss de label...) vraiment int(...)


Impeccable papier qui, avec un avis sur un autre site couplé à l'écoute de cet extrait, a dévié très vite vers une commande sur le site du label.
Au passage, bien vu les différences entre thrash/death et l'inverse. ici, c'est bien du thrash/death, et l'affiliation avec Scott LaTour (In(...)


C'est ça, ou faut aller sur les fanzines qui arrivent à subsister, fait par des fans pour des fans, chacun pourra trouver chaussure à son pied sur les différentes distros disponibles. Snakepit et ses ersatz (dont le Français Metal Titans au passage) dans plein de genres sont là pour ça. A un (...)


Totalement d'accord avec toi LeMoustre pour le coup. La seule chose qui m'intéresse encore dans les magazines c'est les itw pour la raison que tu donnes. Aujourd'hui y a plus vraiment de mag (metal) qui propose de bonnes chroniques... ou du moins des chroniques un peu développées. Parce qu'en 10 (...)


Sur les chroniques, et leurs vérités assénées comme étant la divine parole. ce qui est intéressant en itw avec ce type de mag, c'est qu'ils ont souvent l'artiste en face, ou au tél, alors que les fanzines/webzines c'est plus par mail, empêchant tout rebond intéressant à un propos précéde(...)


Ca c'est la bonne nouvelle du jour. Le dernier triple album était excellent.
A noter que le label finlandais Svart Records va rééditer tous les album de Swallow the sun en vinyl et ça c'est cool ;)


Pauvre Abbath... lui qui a dû se sentir comme un couillon après l'écoute du dernier Immortal. "Personne n'est irremplaçable" est une phrase qui lui sied à la perfection désormais !


Un nouvel album, donc ensuite une tournée... Ça promet donc encore de grands moments de solitudes pour les musiciens qui l'accompagneront sur scène ! :D


Don't feed the troll.