The Return of the Living Shred

Thrashsquatch!

01/01/2021

Autoproduction

J’ai déjà eu affaire à cette grosse bête velue. Je l’ai traquée dans le Derbyshire en Angleterre en 2017, lorsque ses premières traces furent remarquées dans la campagne anglaise. Des vergers dévastés, des boîtes aux lettres arrachées, des prospectus mâchés, des réserves de bière pillées, et de gigantesques excréments lâchés dans les jardins. Son premier cri, il y a trois ans avait effrayé la population de Chesterfield, et les locaux semblaient dépassés par les évènements. Ils avaient donc fait appel à votre serviteur, spécialiste de la traque des immondes bestioles crossover pour la capturer et l’identifier, et c’est sans peine que j’étais parvenu à acculer la bête jusque dans son local de répétition. Cette bête à cinq têtes (guitares: Bruce Lightning et Stanley Knife, basse: Carlos Fandango, batterie: Clive Bonecrusher, chant: Nigel Condor) se présentait sous son propre nom de THRASHSQUATCH!, sorte d’hybride entre Bigfoot et le Crossover américain. Et c’est un peu inquiet que je constatais que trois ans de silence me séparaient de sa première capture, me demandant ce que la créature velue nous préparait comme coup fourré. Il faut dire que sa première sortie était plutôt courte, et uniquement destinée à se faire un nom dans le bestiaire des créatures les plus néfastes de la perfide Albion. Et alors que nous étions en droit d’attendre un trip hors de sa tanière de plus longue durée, le monstre se dévoile encore une fois en une attaque éclair, uniquement destinée à se rappeler à notre bon souvenir.

D’ailleurs, avec The Return of the Living Shred, THRASHSQUATCH! n’a pas pris le moindre risque en ne s’aventurant à l’extérieur qu’un petit quart d’heure, en reprenant le même cheminement que sa première fugue. On retrouve donc les pas dans l’herbe, les branches cassées, les mines déconfites des passants, mais rien de plus effrayant que sa première exaction. Toujours adepte d’un Thrash de destruction modérée, l’hydre à cinq têtes ne dévie pas de sa ligne de conduite et refuse d’accélérer le pas, restant dans une moyenne de marche en mid tempo agrémentée de pas plus lourds. Aucune émotion nouvelle donc, pas de nouveau plan pour la prendre dans mes filets, visiblement, la bête na pas appris de sa première capture, et recycle ses méthodes de chasse sans se demander si elles sont vraiment les plus efficaces.

Enregistré dans les bois et masterisé par Jim Pinder, décoré par Seeming Watcher (superbement d’ailleurs, avec un sein en cadeau gratuit), The Return of the Living Shred ne fait aucunement avancer les choses, et n’héritera pas d’entrée majeure sur les sites de chasse au monstre sacré. Le Crossover des anglais est toujours enthousiaste, constellé de samples rigolos, mais reste dans une moyenne de brutalité un peu gênante, comme si les musiciens avaient peur d’aller un peu trop loin. On regrette encore que l’énergie débridée ne se soit pas fait une place, et que l’ambiance soit plus gentiment Punk que violemment Thrash. Loin de la folie des voisins de GAMA BOMB et du délire organisé des TOXIC HOLOCAUST et autres MUNICIPAL WASTE, THRASHSQUATCH! reste fidèle à l’éthique anglaise en vogue à la fin des années 80, lorsque les SLAMMER et autres ACID REIGN marquaient mollement l’époque de leur philosophie un brin timorée. Non que le répertorie soit déplaisant, grâce à des breaks finement lâchés et agencés, mais on regrette clairement que la bestiole n’ait pas laissé parler son instinct plutôt que sa réflexion. Résultat, le cri est encore timide pour une horde aussi jeune, même si un morceau aussi diabolique que « Shreds Of Sanity » nous fédère de ses fluctuations et de son chant délicatement hâbleur.

Il faut dire qu’entamer son retour par « Human Compost », très mid et raisonnable n’était sans doute pas la meilleure façon de rétablir le contact et d’affoler la population du quartier. Archétype du morceau cool et skate, cette poignée de main n’est pas des plus fermes, et ne laisse même pas de poils sur la veste en jean. Trop hésitant, le groupe préfère se réfugier dans la cage d’un crossover sage et drôle plutôt que de péter les compteurs en jouant avec les limites de vitesse et d’intensité. Et lorsqu’on ne dispose que d’un petit quart d‘heure, il convient de ne pas en perdre une seconde pour s’imprimer dans les mémoires et les appareils auditifs. Alors certes, « Head Transplant » accélère un peu la cadence, mais seulement sur moins d’une minute, et après un sample interminable. Les titres sont désespérément similaires, et toujours bloqués sur ce tempo trop classique, ce qui rend les griffes du fauve un peu émoussées.

Sympathique, mais loin d’être inoubliable, cette nouvelle traque se termine de la même façon que la première, avec un quartier se sentant un peu stupide d’avoir été effrayé par un faux Yeti à peine plus dangereux qu’un Yorkshire contrarié. La prochaine fois les gars, n’hésitez pas à montrer les dents et à baver un peu.   

 


Titres de l’album:

1. Human Compost

2. Head Transplant

3. Destroyer Of Worlds

4. Hostile Force

5. Shreds Of Sanity

6. Skeleton Men


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 12/07/2021 à 14:19
70 %    191

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Interview de NESTOR

Chief Rebel Angel 25/06/2022

Interview

The Ocean + PG Lost + Psychonaut

RBD 10/06/2022

Live Report

NECROWRETCH + HEXECUTOR + LORD GALLERY / Rennes (Ubu)

Jus de cadavre 01/06/2022

Live Report

Agressor + Mercyless

RBD 28/05/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 2

mortne2001 26/05/2022

La cave

Peter Hook and The Light

RBD 24/05/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Buck Dancer

Je préfère quand même les clips qui se passent dans un hangar, bien plus original.Sinon, je m'en lasse pas de ce morceau. Si le reste de l'album est du même niveau, ils vont enterrer la "concurrence". 

28/06/2022, 18:44

Deathcotheque

Mauvaise traduction très certainement.Conseil à tous : utilisez DeepL au lieu de Google traduction quand vous avez besoin d'une traduction correcte.

28/06/2022, 14:49

Orphan

On ne peut que saluer le travail de cette vidéo, qui à la mérite de raconter qqchose. A l'image de ce morceau, au moins il se passe un truc dans ce clip.

28/06/2022, 11:35

fallwarden

musicalement ignoble, hyper formaté et ultra prévisible. 

28/06/2022, 06:35

Steelvore 666

Le groupe commente...Euh non en fait. C'est quoi ce charabia ? Une mauvaise traduction ou un concept complètement con à travers lequel personne ne comprendra rien ?

27/06/2022, 15:15

LeMoustre

Ahah, "Dave Mustaine presents", c'est comme Tom Cruise avec Top Gun, quoi !Les couplets chantés font furieusement penser au vieux Megadeth dans leur phrasé. Parties de guitares très bonnes, rien à dire. A voir le son, sur ordi dur de juger, mais l(...)

27/06/2022, 10:08

Hoover

Une synthèse entre un vieux Megadeth qu'on avait un peu oublié et le Megadeth récent (que personnellement j'aime bien). Super morceau!

26/06/2022, 06:16

Humungus

Ouch !!!Intrigué par vos commentaires, je me suis laissé tenté à une écoute (l'aurai-je fais sans cela ?)...Puis deux...Puis trois...Claquasse !!!Alors effectivement, rien de nouveau sous le soleil, mais un cassoulet r&eac(...)

25/06/2022, 07:22

Jus de cadavre

Ben putain ! Je pensais pas apprécier du Megadeth comme ça un jour ! Même le chant de Dave le canard est pas repoussant ! Incroyable. Et le clip a de la gueule.

25/06/2022, 00:44

Arioch91

D'accord avec Simony. Les vieux groupes de Thrash ne valent plus le pet. Mais Megadeth arrive encore à se hisser au-dessus.J'avais bien aimé Distopia, je me laisserai tenter par ce nouvel album.

24/06/2022, 20:45

Moshimosher

Franchement, il déchire ce clip !

24/06/2022, 19:53

Humungus

Moi je vénère MANOWAR !Hormis "Warriors of the world" et "Gods of war", la discographie est absolument exceptionnelle.

24/06/2022, 18:32

Simony

J'ai arrêté de suivre le groupe lors de la sortie de United Abominations que je trouve terriblement poussif pour arriver sur du bourrinage sans âme (tout comme le TESTAMENT, KREATOR, DEATH ANGEL, ajoutez ici n'importe quel nom d'un groupe de Thrash des '80s (...)

24/06/2022, 12:36

Chemikill

Super bon

24/06/2022, 12:24

Buck Dancer

Rien de nouveau sous les riffs ( Dystopia/Black Friday /Rust in Peace.... Whiplash, ah non, trompé de groupe) mais putain, comment ça envoie \m/ La seconde partie est vraiment énorme. Vivement la suite. 

24/06/2022, 10:55

Deathcotheque

Une tournée ou un évènement spécial pour les 20 ans du groupe ? Ca serait dommage d'en rester là après le dernier EP qui est tout bonnement excellent !

23/06/2022, 23:54

Arioch91

De prime abord, j'ai l'impression d'entendre toujours la même chanteuse sur les 5.Aucune ne se distingue de ses copines.Anneke n'est pas prête d'avoir une concurrente.Je passe mon tour.

23/06/2022, 20:42

Sphincter Desecrator

Moi j'aime MANOWAR!   J'aime leur attitude de trou du cul, et surtout j'adore leur musique.@ Sa(...)

23/06/2022, 20:11

RBD

Et dire que c'est le premier groupe que j'ai vu jouer à la reprise des concerts à la rentrée 2021. Je me demande si les collaborations avec Igorrr n'ont pas donné envie à J-B Le Bail de faire d'autres choses moins extrêmes dans l'a(...)

23/06/2022, 16:13

Satan

Manowar, le seul groupe à braquer tous les promoteurs de la planète. Avec un égo si surdoimensionné, rien d'étonnant dans le fond même si c'est aussi risible que leur musique.

23/06/2022, 13:01