Nouveau groupe, side-project, après tout peu importe le flacon pourvu qu’on manque de tendresse. C’est un peu la leçon à tirer du premier EP de ce projet un peu à part, qui nous en vient de Canberra, Australia, et qui en janvier de cette année (mars pour la sortie en version tape) nous a proposé une poignée de titres en format EP pour asseoir sa réputation de machine Hardcore performante, rouillée, mais quand même bien huilée.

Aux commandes de ce quatuor, quatre musiciens (Alex Young – basse/chant, Aaron Osborne – guitare/chant, Rohan Todd – guitare et Simon Murphy – batterie), soit les trois quarts de l’entité I EXIST, groupe connu et reconnu hors de ses frontières Australes.

Alors, du Hardcore, des noms que l’on peut placer dans une conversation, mais quelle en serait justement la teneur, puisque les tenants et aboutissants de cet exercice restent encore un peu flous ?

Gageons que les arguments annoncés resteraient en rapport avec des valeurs sûres de l’underground Core mondial, et que des noms tels que ceux d’EYEHATEGOD, AUTOPSY ou CROWBAR retiendraient l’attention et se verraient validés d’un seul coup d’œil.

Comme l’affirme Aaron Osbourne, co-fondateur du projet et co-chanteur sans rejet, le but du jeu était de s’extirper de son groupe principal pour se vautrer dans une musique en hommage aux combos ornant sa collection de t-shirts personnels.

Alors, les noms déjà lâchés en pâture, plus quelques autres (BOLT THROWER, TRAGEDY, IRON MONKEY, HATEBREED ou MINDSNARE), et surtout une optique délibérée permettant à la quasi intégralité du line-up d’I EXIST (plus Rohan, nouveau venu de l’extérieur) de se concentrer sur une orientation qu’ils n’ont pas choisie il y a quelques années, préférant miser sur des riffs plus bluesy et une vision plus nuancée, pas forcément cathartique si l’on en croit les options retenues pour ce projet MENTAL CAVITY.

MENTAL CAVITY, en substance, n’est pas facilement qualifiable. Hardcore évidemment, mais aussi Metal, forcément, un peu à cheval entre les deux en équilibre sur une selle sludgy, bien calée sur la colonne vertébrale d’un Crust qui permet à la course d’adopter une cadence heurtée et pas forcément régulière.

Un peu de tout donc, mais surtout de la violence, de la lourdeur, de la vitesse et des heurts, pour un premier EP en coup fourré qui s’avère beaucoup plus riche qu’un caprice de gamin de riches.

D’une piste à l’autre – il y en a peu et elles sont brèves - le quatuor se révèle multicartes, et refuse la stagnation. Eparpillés sur des compilations, ces mêmes morceaux pourraient se vouloir d’interprètes différents, et sont pourtant l’œuvre des mêmes têtes brulées, qui ont pris la décision de tout cramer.

Enregistré et mixé par Mike Deslandes au Black Lodge studios, mais surtout masterisé par l’incontournable Brad Boatright aux légendaires Audiosiege, Mental Cavity est la grosse surprise sortie de nulle part de ce premier semestre en termes de Hardcore chaotique et sludgy à tendance crusty, et dame le pion à des formations plus établies et conséquentes tout en restant d’une fausse fraîcheur pas vraiment éclatante.

On pense à un triumvirat entre le NOLA bien bourbeux, le Crust Anglais ambitieux et le NYHC teigneux, qui se partageraient les tâches pour en faire encore plus sur la table du Metal lourd le plus impitoyable.

Si les noms d’EYEHATEGOD et CROWWBAR sont les plus à mêmes de vous aiguiller sur la bonne piste, celui d’EXTREME NOISE TERROR n’est pas forcément le plus incongru, même si un peu noyé dans la masse des sons graves.

Mais aussi percutant et lourd soit cet effort, il n’en oublie pas pour autant de se montrer accrocheur via une bordée de riffs bien façonnés, comme le démontre le final séduisant et collant « Terminus », qui ose un lick mémorisable sur fond de bruitages sonores aux dommages irrémédiables.

A l’opposé, le long (trois minutes, tout est relatif) « Buck The Trend », s’amuse beaucoup à percuter de plein fouet UNSANE et AUTOPSY, sous la direction mouvante de MARTYRDOD, pour une sorte de désillusion urbaine du bout du monde, coincée dans un rêve en forme de vortex Death/Crust assez hermétique et compact. Ça fonctionne, très bien même ; ça fait mal, c’est pensant et dense, mais c’est assez révélateur de la personnalité de ses auteurs qui décidément ne se sont fixés aucune limite de style.

Dark Crust vraiment rapide et pourtant ludique et addictif (« Closing In »), entame au riff ultra redondant qui vous prend aux oreilles et vous rend dépendant (‘Omnibus », vers nulle part, mais un riff à rendre Tommy Victor et Phil Anselmo fous de rage), NYHC adapté à la sècheresse d’un soleil de Canberra, qui vous donne de soudaines montées d’hormones (« Abuse », oui en effet, on le serait à moins), Sludgecore massif qui dérape souvent dans les plates-bandes Crustcore sans laisser de trace au fond du calcif (« Deconstruct Fools »), en gros de la variété dans la concision, et de l’homogénéité dans l’éventail de décisions.

Pas mal pour une simple récréation…

Alors d’aucuns commenceront à se dire que l’anecdote MENTAL CAVITY est finalement plus intéressante que l’histoire principale I EXIST, et qu’elle mériterait un chapitre un peu plus conséquent. C’est une possibilité et une option que je ne peux occulter, mais le caractère fugace et instantané de ce premier et peut-être unique EP le rend encore plus précieux à mes yeux, et l’aventure pourrait s’arrêter là sans que je ne regrette quoi que ce soit.

Parce qu’après tout, le Hardcore, c’est aussi ça. Des plaisirs coupables en déviance, des histoires de foi en partance. Alors qu’il y ait une ouverture ou que le chapitre soit déjà clos, Mental Cavity reste une solide pièce de Hardcore qui ne refuse aucun abord, et qui se complaît dans les références, tout en risquant d’en devenir une.

Et puis, moins sérieusement, tout ça vous donnera peut-être envie d’agrandir votre collection de t-shirts, juste pour voir si vous aussi êtes capables de leur composer des hymnes valables.

Une déclaration d’amour à sa garde-robe, tel est le fondement de la création de MENTAL CAVITY. Pas pire que n’importe quelle autre raison de faire du bruit, juste une légende plus amusante que les autres. Pour une musique très sérieuse qui leur appartient à eux, mais qui veut devenir vôtre.


Titres de l'album:

  1. Omnibus
  2. Subservient
  3. Abuse
  4. Deconstruct Fools
  5. Buck the Trend
  6. Closing In
  7. Frailty Incarnate
  8. Terminus

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 30/03/2017 à 16:09
85 %    400

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

The Dead Daisies

Locked and Loaded (The Cover Album)

Sun

Brutal Pop

Sleep Token

Sundowning

Pretty Maids

Undress Your Madness

Morbid Cross

Disciples Of The Goat

Blood Incantation

Hidden History Of The Human Race

3rd From The Sun

3rd From The Sun

Agnostic Front

Get Loud!

Spoil Engine

Renaissance Noire

Lightning Born

Lightning Born

Sapiens

Sapiens Project

Nitrate

Open Wide

(echo)

Below The Cover Of Clouds

Exylle

Exylle

Goodbye June

Community Inn

Avatarium

The Fire I Long For

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

Concerts à 7 jours

+ Verdun + Nornes

13/12 : Circus, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Excellente chronique !


Old school cette pochette ???
La thématique oui, mais la réalisation pas du tout. On dirait un comic Marvel récent...


On dirait du Pestilence la pochette.


Cet artwork très "old-school death metal" !


La musique me replonge directement dans les années 90' cassage de nuques et headbanging, mais j'ai plus de mal avec le chant.


L'intro de "Hell Awaits" sur Decade... M. A marqué à vie !


Gros respect pour Slayer même si j'ai seulement 2 mauvais souvenirs de concert (sur plus d'une quinzaine) Pour moi aussi decade reste le meilleur live , ne serait ce que pour l'intro de hell awaits qui plante le décor pour tout le reste de l'album.


Ah bon, pas le dimanche ?!


Qu'il revienne en 2021 pour les 40 ans et des dates en France et on en parle plus.


@Jus de cadavre ;

oui pour Decade of Aggression auquel je juxtapose Dance of the Dead, bootleg enregistré au Zénith le 22/11/1991.

Ca tombe bien, j'y étais :p


Ach !
Vous n'êtes peut-être pas assez trve pour brûler leur stock, mais dénoncez nous ce groupe si dégueulasse...
On veut un nom et le pourquoi du comment bordel !

(#Closer #Public #Voici)


@king : nan, le meilleur live de l'histoire c'est Decade Of Aggression !!! ;)
Concernant la violence de ce groupe, je me suis toujours demandé d’où venais leur colère et même cette haine palpable. Surtout à leur débuts : King est un premier de la classe à l'école, aucun dans le grou(...)


Je me retape le Still Reigning en ce moment.

LE MEILLEUR LIVE DE L'HISTOIRE.


+ 1000.

Le plus grand groupe de Metal de l'histoire tout simplement...


@JDC : j'aurai pas dit mieux ! J'ai eu la chance de les voir pour la tournée Divine Intervention en 94 au Zénith de Paris (Machine Head en 1ère partie). Effectivement, le concert le plus brutal que j'ai jamais fait. Les morceaux sur scène et sur album sont d'une intensité rare. Est-ce du aux ry(...)


J'aurais vraiment aimé les voir une dernière fois. Mais on connaît l'histoire, Hellfest tout ça ....

Jusqu'à maintenant je pensais aussi qu'un jour ils seraient de retour, mais maintenant je suis moins convaincu.

Dommage que Lombardo n'ai pas participé à la fête, m(...)


@Humungus :
Araya, ça m'étonnerait tout de même.

Veut profiter de sa retraite durement gagnée :p

Pis sans déconner, tune ou pas tune, le genre de zique pratiquée par Slayer + la vie en tournée + loin de chez soi au bout d'un moment, ça doit vraiment peser lour(...)


Arf, un pincement au cœur, pour un Label que nous avons crée il y a fort longtemps, et que d'autres ont repris par la suite. Merci à vous de votre dévouement et votre professionnalisme. Un estie de bon Label en Tabarnak, je ne pourrais en dire moins ... Bonne route.


Je plussoie tout les coms ici. Un groupe à part, d'une intensité rare sur scène comme sur album. Le Metal extrême ne serait pas ce qu'il est aujourd'hui sans Slayer. Reign In Blood sera à jamais un des albums les plus extrême, violent et intense jamais sorti. Slayer aura marqué au fer rouge n(...)


@ Arioch91 :
La tune mon brave… La tune...