Nouveau groupe, side-project, après tout peu importe le flacon pourvu qu’on manque de tendresse. C’est un peu la leçon à tirer du premier EP de ce projet un peu à part, qui nous en vient de Canberra, Australia, et qui en janvier de cette année (mars pour la sortie en version tape) nous a proposé une poignée de titres en format EP pour asseoir sa réputation de machine Hardcore performante, rouillée, mais quand même bien huilée.

Aux commandes de ce quatuor, quatre musiciens (Alex Young – basse/chant, Aaron Osborne – guitare/chant, Rohan Todd – guitare et Simon Murphy – batterie), soit les trois quarts de l’entité I EXIST, groupe connu et reconnu hors de ses frontières Australes.

Alors, du Hardcore, des noms que l’on peut placer dans une conversation, mais quelle en serait justement la teneur, puisque les tenants et aboutissants de cet exercice restent encore un peu flous ?

Gageons que les arguments annoncés resteraient en rapport avec des valeurs sûres de l’underground Core mondial, et que des noms tels que ceux d’EYEHATEGOD, AUTOPSY ou CROWBAR retiendraient l’attention et se verraient validés d’un seul coup d’œil.

Comme l’affirme Aaron Osbourne, co-fondateur du projet et co-chanteur sans rejet, le but du jeu était de s’extirper de son groupe principal pour se vautrer dans une musique en hommage aux combos ornant sa collection de t-shirts personnels.

Alors, les noms déjà lâchés en pâture, plus quelques autres (BOLT THROWER, TRAGEDY, IRON MONKEY, HATEBREED ou MINDSNARE), et surtout une optique délibérée permettant à la quasi intégralité du line-up d’I EXIST (plus Rohan, nouveau venu de l’extérieur) de se concentrer sur une orientation qu’ils n’ont pas choisie il y a quelques années, préférant miser sur des riffs plus bluesy et une vision plus nuancée, pas forcément cathartique si l’on en croit les options retenues pour ce projet MENTAL CAVITY.

MENTAL CAVITY, en substance, n’est pas facilement qualifiable. Hardcore évidemment, mais aussi Metal, forcément, un peu à cheval entre les deux en équilibre sur une selle sludgy, bien calée sur la colonne vertébrale d’un Crust qui permet à la course d’adopter une cadence heurtée et pas forcément régulière.

Un peu de tout donc, mais surtout de la violence, de la lourdeur, de la vitesse et des heurts, pour un premier EP en coup fourré qui s’avère beaucoup plus riche qu’un caprice de gamin de riches.

D’une piste à l’autre – il y en a peu et elles sont brèves - le quatuor se révèle multicartes, et refuse la stagnation. Eparpillés sur des compilations, ces mêmes morceaux pourraient se vouloir d’interprètes différents, et sont pourtant l’œuvre des mêmes têtes brulées, qui ont pris la décision de tout cramer.

Enregistré et mixé par Mike Deslandes au Black Lodge studios, mais surtout masterisé par l’incontournable Brad Boatright aux légendaires Audiosiege, Mental Cavity est la grosse surprise sortie de nulle part de ce premier semestre en termes de Hardcore chaotique et sludgy à tendance crusty, et dame le pion à des formations plus établies et conséquentes tout en restant d’une fausse fraîcheur pas vraiment éclatante.

On pense à un triumvirat entre le NOLA bien bourbeux, le Crust Anglais ambitieux et le NYHC teigneux, qui se partageraient les tâches pour en faire encore plus sur la table du Metal lourd le plus impitoyable.

Si les noms d’EYEHATEGOD et CROWWBAR sont les plus à mêmes de vous aiguiller sur la bonne piste, celui d’EXTREME NOISE TERROR n’est pas forcément le plus incongru, même si un peu noyé dans la masse des sons graves.

Mais aussi percutant et lourd soit cet effort, il n’en oublie pas pour autant de se montrer accrocheur via une bordée de riffs bien façonnés, comme le démontre le final séduisant et collant « Terminus », qui ose un lick mémorisable sur fond de bruitages sonores aux dommages irrémédiables.

A l’opposé, le long (trois minutes, tout est relatif) « Buck The Trend », s’amuse beaucoup à percuter de plein fouet UNSANE et AUTOPSY, sous la direction mouvante de MARTYRDOD, pour une sorte de désillusion urbaine du bout du monde, coincée dans un rêve en forme de vortex Death/Crust assez hermétique et compact. Ça fonctionne, très bien même ; ça fait mal, c’est pensant et dense, mais c’est assez révélateur de la personnalité de ses auteurs qui décidément ne se sont fixés aucune limite de style.

Dark Crust vraiment rapide et pourtant ludique et addictif (« Closing In »), entame au riff ultra redondant qui vous prend aux oreilles et vous rend dépendant (‘Omnibus », vers nulle part, mais un riff à rendre Tommy Victor et Phil Anselmo fous de rage), NYHC adapté à la sècheresse d’un soleil de Canberra, qui vous donne de soudaines montées d’hormones (« Abuse », oui en effet, on le serait à moins), Sludgecore massif qui dérape souvent dans les plates-bandes Crustcore sans laisser de trace au fond du calcif (« Deconstruct Fools »), en gros de la variété dans la concision, et de l’homogénéité dans l’éventail de décisions.

Pas mal pour une simple récréation…

Alors d’aucuns commenceront à se dire que l’anecdote MENTAL CAVITY est finalement plus intéressante que l’histoire principale I EXIST, et qu’elle mériterait un chapitre un peu plus conséquent. C’est une possibilité et une option que je ne peux occulter, mais le caractère fugace et instantané de ce premier et peut-être unique EP le rend encore plus précieux à mes yeux, et l’aventure pourrait s’arrêter là sans que je ne regrette quoi que ce soit.

Parce qu’après tout, le Hardcore, c’est aussi ça. Des plaisirs coupables en déviance, des histoires de foi en partance. Alors qu’il y ait une ouverture ou que le chapitre soit déjà clos, Mental Cavity reste une solide pièce de Hardcore qui ne refuse aucun abord, et qui se complaît dans les références, tout en risquant d’en devenir une.

Et puis, moins sérieusement, tout ça vous donnera peut-être envie d’agrandir votre collection de t-shirts, juste pour voir si vous aussi êtes capables de leur composer des hymnes valables.

Une déclaration d’amour à sa garde-robe, tel est le fondement de la création de MENTAL CAVITY. Pas pire que n’importe quelle autre raison de faire du bruit, juste une légende plus amusante que les autres. Pour une musique très sérieuse qui leur appartient à eux, mais qui veut devenir vôtre.


Titres de l'album:

  1. Omnibus
  2. Subservient
  3. Abuse
  4. Deconstruct Fools
  5. Buck the Trend
  6. Closing In
  7. Frailty Incarnate
  8. Terminus

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 30/03/2017 à 16:09
85 %    444

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Denial

Antichrist President

Trepalium

From The Ground

Mutilatred

Ingested Filth

Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

Conny Bloom

Game! Set! Bloom!

Death. Void. Terror.

To The Great Monolith II

Vulcano

Eye In Hell

Vaisseau

Horrors Waiting In Line

Justify Rebellion

The Ends Justify The Means

Uncut

From Blue

Invocation

Attunement to Death

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Le Hellfest peut avoir lieu je pense mais les groupes américains c'est le probleme, pour le reste de l'europe ça peut le faire sans soucis, mais ça donne quoi sans les USA comme affiche...


Merci pour vos commentaires qui nous motivent à vous donner chaque jour le meilleur de l'info metal, mais presque.


C'est pas de nous hein Metal En Fer !
Toujours est-il que c'est bien marrant je trouve, une sorte de Gorafi Metal xD


Alors là bravo les gars !
Je dois dire que celui de cette année est vraiment très, très bon.
C'est effectivement super chiadé, et surtout j'ai ri plein de fois…
Pour ceux me connaissant, c'est gage de qualité au vu de mon intransigeance en la matière.


L'annulation du hellfest en tant que tel ne fait pas de doute, avec ou sans pq ...


HELLFEST : Des festivaliers réclament « moins de bruit pour une ambiance plus conviviale »


Sponsorisé par Lotus :-))))))))
Mouarf !


Ha ha ! Cela fait du bien de respecter la tradition dans les circonstances actuelles.


Juste GENIAL !
Bravo pour ce boulot et merci pour la poilade !!

J'en veux ENCORE !! :-)))))


Ah mais bravo, ces articles sont excellents


Excellent et très bien écrit. Merci pour la poilade!


Magique.
Merci


Enfin du vrai journalisme !


Thanks \,,/ good news


Je ne sais pas si le groupe a été créé de toute pièce, mais je l'ai découvert lors du Clermont metal fest et c'était très très bien . Ca joue très bien et le chant est au top niveau avec quelques poussées très graves. Ok elles sont charmantes et ce n'est pas déplaisant mais leur jeu es(...)


Putain, mais c'est encore plus merdique qu'avant. Ou comment progresser dans la médiocrité.


ce qu'il ne faut pas lire comme âneries ici...


Je rejoins aussi ton avis, me souviens encore de leurs débuts, c.était même pour ma part difficile d'avaler un album au complet d'une esti shot. Conqueror aussi dans le même chariot.


Pas mal du tout ça !
La production est excellente, très organique, proche d'une captation live mais restant fine et précise ! Ca promet.


L'artwork est l’œuvre d'un certain Jibus