Tierra

Xeria

08/03/2019

Duque Producciones

Pour me faire fuir et refuser tout de go une chronique, il suffit d’accoler à un groupe l’étiquette « symphonique ». Ça fonctionne à peu près aussi bien que de me demander de traverser un champ d’orties en short, ou d’assister à un mariage avec le sourire. D’abord, parce que ça ne veut rien dire, et que les combos du cru confondent joyeusement arrangements cheap aux synthés sur voix de Castafiore et réel travail de fond emphatique et dramatique. Ensuite, parce que le Metal dit « symphonique » est probablement l’un des plus faux qui puisse exister sur le marché, même si je ne suis pas contre une supercherie rondement menée. Alors en tombant sur les ibères de XERIA, je me suis immédiatement dit que j’avais affaire à une cible parfaite à ma mauvaise humeur ambiante, mais que dans un désir de ne pas parler pour ne rien dire, j’allais laisser les fichiers dans un coin pour ne pas m’y attarder plus tard. Pensez-donc, entre des laïus promotionnels alléchants de niaiserie grandiloquente, des photos promo avec diva en corset et quintet posant dans un décor d’opéra retouché numériquement, inutile d’espérer une épiphanie de violence ou un acmé de créativité, sauf qu’une fois encore, ma conscience professionnelle me poussa à tendre une oreille distante, ne serait-ce que pour valider mes craintes. Et justement, ces mêmes oreilles ont bien fait de se montrer perméables aux volutes proposées par les espagnols, qui sont finalement tout sauf un groupe Sympho de Prisunic, mais bien un réel combo de Hard Rock à tendance Heavy méchamment mélodique, et étrangement addictif.

Formé il y a peu, ce quintet composé de Marina Sweet (chant), Víctor Herrera (claviers), Félix Gacho (basse), César Manjarrés (batterie) et Carlos Zeta (guitare) nous en vient de Valladolid, et propose donc son premier LP sobrement intitulé Tierra, et symptomatique d’une démarche de classicisme moderne teinté d’ambitions personnelles. Produit par Dani G. (LAST DAYS OF EDEN) aux Estudios Dynamita, ce premier jet fait montre d’une maîtrise assez bluffante des codes du Heavy mélodique moderne, ce qui finalement n’est pas si surprenant que ça au vu du parcours des musiciens. Avec quelques featurings fameux dont ceux de Lady Ani (LAST DAYS OF EDEN) et Isra Ramos (AVALANCH, AMADEÜS) au chant et d’Alberto Rionda (AVALANCH) à la guitare, Tierra, sans provoquer l’admiration ou décontenancer de son originalité, fédère de ses mélodies, et de ses structures évolutives, mais assez simples pour être assimilées. Porté par un son énorme mais qui refuse les travers synthétiques des productions du genre, il offre des compositions variées, allant d’un Heavy mené tambour battant à un Hard Rock punchy et rockant, sans refuser les nuances de la mélancolie et de la tendresse à intervalles plus ou moins réguliers. S’appuyant sur une osmose patente entre les musiciens, ce longue-durée est de ceux qui sont plaisants à écouter de bout en bout, qui ne révolutionneront pas la musique, mais qui laisseront les fans passer un bon moment sans qu’ils aient l’impression qu’on les prend pour des prunes.

Car il est truffé de riffs plutôt efficaces, et surtout, porté par la voix caressante de Marina Sweet, qui a en outre l’intelligence de s’exprimer dans sa langue natale, l’une des plus sexy au monde. Loin de s’envoler vers les cimes de l’insupportable en confondant puissance et démonstration de force, la vocaliste module, varie, reste souvent dans des médiums efficaces hérités de la scène alternative contemporaine, et survole les débats, rendant les up-tempi encore plus efficaces (« Mil Flores »), et les morceaux les plus pesants et lourds plus digestes (« Morir en tu Boca »). Dans un registre plus intimiste et dominé par les claviers, la chanteuse se fait plus fragile, mais ne se laisse jamais aller à l’émotion facile (« Terciopelo »), utilisant plus volontiers les astuces caressantes de la Pop que les figures de style irritantes de l’Opéra-Metal. Ses collègues en arrière-plan abattent un boulot conséquent, proposant des instrumentaux durs et sombres de temps à autres, ce qui permet à l’album de débuter sous des auspices agressifs très accrocheurs (« Mi Reina »). Sans se cantonner à répéter la même formule jusqu’à la nausée, Tierra cherche au contraire la diversité, et accumule les pistes, les possibilités, se frottant parfois à l’ouverture vers des poses moins figées, tout en gardant sa prestance virile (« Dosis », hymne en puissance). Et alors que les chansons filent comme les nuages et que la bonne impression de départ se confirme, on finit par réaliser que les XERIA sont plus qu’une nouveauté exotique et charmante, et peut-être un groupe sur lequel il faudra compter à l’avenir. L’aisance dont fait preuve ce quintet pour échapper à tout label trop restrictif est admirable, et la plupart de leurs morceaux contiennent au moins une idée accrocheuse, qu’elle se cache dans les arrangements vocaux (« En ti »), ou dans une énergie collégiale contagieuse qui permet à Tierra de s’achever dans un bain de jouvence bouillonnant et euphorisant (« Red de Perdición »).

Et on a beau chercher le petit point faible qui fera vaciller l’entreprise, on a beau faire preuve de mauvaise foi, nul détail ne vient gâcher la fête, et les cinquante minutes passent très vite, que le ton soit formel et de circonstance (« Tienes Miedo », archétype de Metal des nineties remis au goût du jour), ou plus agressif et plus fondamentalement Hard Rock (« Resurgir »). Encore une fois, point de louange à adresser à un groupe qui ne chamboule absolument rien, mais qui a le mérite de jouer les cartes de l’honnêteté et du talent sans forcer. Un nom à retenir, et surtout, à remarquer sur des affiches pour peu qu’ils passent près de chez vous. Et si c’est le cas, oubliez ce corset ridicule et ces photos publicitaires un peu trop connotées. Les XERIA valent bien plus que ça.

 

 

Titres de l’album :

                         1- Mi Reina

                         2-Tienes Miedo

                         3-Tierra

                         4-Morir en tu Boca

                         5-Terciopelo

                         6-Prohibido Renunciar

                         7-Mil Flores

                         8-Resurgir

                         9-Dosis

                         10-En ti

                         11-Red de Perdición

Facebook officiel


par mortne2001 le 27/10/2019 à 14:32
80 %    418

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Hanger Abortion

RBD 30/09/2020

Night Of The Masks

Simony 26/09/2020

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Raumsog

Ils ont quand même été capables de sortir 2 bons albums comme Mechanize et The Industrialist 15 ans après leur âge d'or, et malgré tout leurs gros bordels en interne (merci Baxter pour les précisions). C'est déjà une petite pe(...)

30/09/2020, 16:09

Humungus

Hé hé hé...

30/09/2020, 14:17

Raumsog

La pochette est magnifique en tout cas - l'album sort sur Sega Megadrive?

30/09/2020, 14:03

KaneIsBack

En gros fan de Deeds of Flesh, cette nouvelle me fait très plaisir ! Surtout que, d'après ce que j'ai compris, Erik avait déjà écrit la grande majorité de l'album avant son décès. Et la liste d'invités est plus qu&(...)

30/09/2020, 10:32

Gargan

Dernier achat du groupe, digi de demanufacture acheté en 95, en même temps que la box de draconian times. Qui on écoute encore ? Je ne connaissais pas AOTW, j'aurais mieux fait de rester dans mon ignorance...

30/09/2020, 10:25

Simony

Totalement d'accord avec L'anonyme.

30/09/2020, 09:25

L'anonyme

Perso, j'ai lâché l'affaire à partir de Digimortal que j'ai détesté. J'avais trouvé à l'époque que le groupe s'inspirait trop de la scène néo-metal que j'avais du mal à écouter (e(...)

30/09/2020, 09:21

Oliv

C’est reparti comme en quarante ! 

29/09/2020, 19:05

mortne2001

@Humungus : Il y a toujours un historien qui connaît le fils du neveu du facteur du biographe d'EXODUS et qui SAIT. Honorons leur présence sur ce site. ;)

29/09/2020, 17:42

Buck Dancer

Ce groupe n'en est plus un depuis bien trop longtemps (le retour de Cazares?) et pourtant comme RBD, j'ai jamais lâché. Même si les deux derniers albums m'ont déçu je voulais continuer a y croire. Cazares va t'il continuer à (...)

29/09/2020, 15:31

Bones

"There is a Fric Factor in the system"  

29/09/2020, 15:23

RBD

Burton ayant été de toutes les incarnations du groupe au fil des intrigues, j'imagine mal que FF puisse continuer maintenant avec les uns ou les autres. La réconciliation avec Christian et Raymond ne me paraît pas possible, d'autant qu'eux aussi sont pass(...)

29/09/2020, 12:57

licks0re

Santa barbara...

29/09/2020, 11:51

Baxter

Le mec n'est pas blanc non plus c'est encore une crise comme en 2002 ou son détachement en 2008. D'ailleurs Burton avait en 2008 vendu des parts à Raymond et Christian (puis virant la femme de ce dernier étant manageuse de F.F à ce moment) puis suite &ag(...)

29/09/2020, 10:46

Raumsog

Y a une bonne petite ambiance Deströyer 666 dans le son et les riffs! 

29/09/2020, 10:38

jean mounier

Quel foutoir ce groupe depuis une bonne dizaine d'années quand même, niveau musical comme niveau humain. Je ne vois pas Fear Factory sans Burton, mais je ne voyais pas Suffocation sans Frank Mullen également...

29/09/2020, 09:58

Humungus

Aaaaaaahhh !!!Les commentaires de 78.192.38.132... ... ...

29/09/2020, 09:00

Humungus

Bah putain...Devait y avoir une sacrée ambiance depuis un sacré bout de temps dans le groupe hein...Je ne savais pas du tout que Burton avait un projet annexe.Je m'écoute ça en ce moment là : Rien de Metal là-dedans.

29/09/2020, 08:53

Arioch91

Slamming Beatdown...La lutte contre le tabassage...  

29/09/2020, 08:08

Arioch91

@NecroKosmos : alors, tu l'as écouté finalement ? T'en as pensé kwa ?

29/09/2020, 08:04