Longtemps présenté comme 'ze necste biggeuh fingueuh !!' par un tas de ramollis du bulbes persuadés que jamais les hipsters ne s'intéresseraient un jour au Doom Traditionnel vintage, le Doom/Death romantico-gothique n'a finalement jamais vraiment connu de renaissance passée sa période bénie (les années 90, comme pour une très grosse majorité des styles de Metal de la 3ème génération). Alors oui, il y a toujours MY DYING BRIDE qui continue gaillardement à mener sa barque, mais pour le reste c'est un peu le vide. Entre les divers errements de PARADISE LOST, les évolutions de KATATONIA et d'ANATHEMA vers des eaux plus Progressives et la disparition de pas mal de gros noms de l'époque (CELESTIAL SEASON, GOD FORSAKEN, etc...), le genre n'a finalement trouvé comme port d'attache que les pays de l'Est où il continue de bien se porter avec des groupes comme REVELATIONS OF RAIN, WHEN NOTHING REMAINS ou ABSTRACT SPIRIT.

LAPSUS DEI ne sont pas du tout russophones mais chiliens, et pratiquent le genre depuis une bonne vingtaine d'années. Mais c'est sur le label russe Endless Winter que je les avais découvert il y a presque dix ans. Depuis, le groupe s'est pas mal amélioré comme en témoignent les 3 morceaux présentés ici. Contrairement à la grosse majorité des groupes de Doom/Death locaux (comme POEMA ARCANUS ou MAR DE GRISES), LAPSUS DEI n'a pas l'Angleterre comme inspiration mais la Suède et les USA : difficile de ne pas penser au KATATONIA de Tonight's Decision à l'écoute de "The Feeling Remains", et à NOVEMBERS DOOM sur "Faithless". Les Chiliens se sont clairement améliorés depuis ma première expérience de leur musique, et cette matûrité nouvelle est un point non-négligeable dans l'appréciation de ces 3 nouveaux morceaux. Tout juste regrettera-t-on que, une fois de plus, le groupe n'expérimente pas plus avec leur langue natale comme ils avaient pu le faire par le passé : l'Espagnol est une langue qui se prête à merveille à la pratique du Doom/Death, encore plus quand elle fait appel à quelques particularités locales (je pense notamment aux références régulières aux grandes figures des poètes chiliens dont POEMA ARCANUS s'est fait une spécialité). Le résultat final présenté ici est fort sympathique, mais se fait vigoureusement fesser quand on attaque la seconde partie du disque.

Car OFFICIUM TRISTE démarre sur un "The Weight Of The World" beau à en pleurer. Des lignes de guitares mélodiques et poignantes, qui montent en puissance, un Pim Blakenstein dont le chant touche juste, une fine utilisation des claviers : on pense au ANATHEMA de Untouchable, mais avec un tempo ralenti de moitié ce qui permet à chacun des musiciens de déployer son talent lentement. Cette chanson est une merveille de construction, où chaque placement de note est juste. 4 minutes et 50 secondes absolument parfaites, une leçon du genre. Et tellement bien donnée que l'on en oublie qu'il ne s'agit pas d'un inédit mais d'une reprise du groupe de Rock Indé britannique THE EDITORS (l'originale est parue sur leur album de 2007 An End Has A Start), démontrant la capacité des bataves à se réapproprier avec talent un morceau issu d'un univers musical totalement différent du leur (déja démontrée en 2009 par leur très belle reprise du "Love Like Blood" de KILLING JOKE, disponible sur sur leur best of Charcoal Hearts - 15 Years Of Hurt).

Forcément, les deux titres qui suivent sont d'un niveau inférieur mais cela tient plus au fait qu'il s'agit de deux morceau tirés de la prestation du groupe au Malta Doom Fest 2014 : tout d'abord une version très épurée de "On The Crossroads Of Souls" (tirée de Giving Yourself Away, sorti en 2007); et ensuite une version qui confine au Funeral Doom de "Pathway (Of Broken Glass)" (tirée de The Pathway, sorti en 2001), avec ce choix du groupe de cantonner les deux guitares à un simple rôle de rythmique afin de laisser les claviers se charger de l'assise mélodique (logique, quand on voit que c'est ce qui était à la mode dans le Doom/Death à l'époque où l'album était sorti).

Sans contestation possible, c'est l'équipe issue du Vieux Continent qui sort vainqueur de ce match Chili/Pays-Bas. Mais ne croyez pas que celle née dans le Nouveau Monde n'en vaille pas la peine : ce split CD ne fera pas mauvais genre dans votre collection, et servira aux débutants à découvrir l'un des plus intéressants groupes de Doom/Death sud-américains.


Titres de l'album :

1. LAPSUS DEI - Human

2. LAPSUS DEI - Faithless

3. LAPSUS DEI - The Feelings Remains

4. OFFICIUM TRISTE - The Weight Of The World (reprise de THE EDITORS)

5. OFFICIUM TRISTE - On The Crossroads Of Souls (live au Malta Doom Festival 2014)

6. OFFICIUM TRISTE - Pathway (Of Broken Glass) (live au Malta Doom Festival 2014)

Facebook Lapsus Dei // Facebook Officium Triste


par Doomfinder General le 07/01/2020 à 11:00
75 %    182

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Elfika

Secretum Secretorum

Cult Of Erinyes

Æstivation

Gregg Rolie

Sonic Ranch

Haunt

Mind Freeze

Hellish Grave

Hell No Longer Waits

Hunting Horror

Cult[ist]

Slashers

Slashers

Leopardeath

Setsugetsufuuka

Denman

Raw Deal

Witch Vomit

Buried Deep in a Bottomless Grave

Artillery

In The Trash

Ac/dc

Back In Black

Ark Ascent

Downfall

Endseeker

The Harvest

Lapsus Dei, Officium Triste

Broken Memories

Toxic Holocaust

Primal Future : 2019

Oxx

The Skeleton Is Just a Coat Hanger; These Are the Black Strings That Make You Dance

Rãgarãja

Egosphere

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

Concerts à 7 jours

+ Dimmu Borgir + Wolves In The Throne Room

23/01 : Le Bataclan, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Cet album me procure beaucoup de plaisir, j'aime retrouver le son de Venom .


Pas mal du tout, avec un petit côté Katatonian des brave pas dégueu. Surtout la pochette qui m'a fait écouter. Encore SOM qui n'en finit pas on dirait !


@kerry king : Oui, d'accord avec toi. Globalement, je trouve que les talents vocaux de Floor sont sous-utilisés depuis son intégration dans le groupe. Mais il est certain qu'en live elle apporte un charisme indéniable. Le format double album me fait un peu peur aussi... Bref, à voir ce que ça v(...)


enorme c grace a cette ep que jai ecouter morbide angel ta tout dun grand c sur


J'attend beaucoup de cet album, j'aimerais que Floor y mette vraiment sa patte, pour connaitre les premier After Forever, sur le dernier album je n'y vois pas la même fougue.

A voir ce que ce génie de Tuomas nous a concocté...


Non pas encore mais si l'annonce a été faite, un extrait ne devrait plus tarder maintenant.


Un morceau est-il disponible en écoute ?


Acheté à l'époque, mais pas plus accroché que ça à l'album. Encore aujourd'hui je crois que je préfère Spheres, écouté bien des années plus tard.


La tuerie cet album, tout simplement. Quelqu'un sait ce qu'est devenu Marco Foddis depuis?


Dur, bon courage au groupe


Oui le midi est vaste et la Lozere en fait à peine partie. Je trouve que tout de même à Montpellier il y a un paquet de groupes qui passent et ceci grâce à la secret place .


Le "renouveau" n'aura pas duré longtemps en effet...


Du death métal on ne peut plus classique mais les morceaux en écoute sont vraiment bons.

Malheureusement, en lisant les commentaires YouTube, j'ai appris que le chanteur était décédé l'été dernier.


Excellents extraits, comme vous les gars. Voilà un type qui se bonifie avec le temps, sans perdre son agressivité. Un sent une progression à travers ses albums, il est à parier que celui-ci ne fera pas tâche (le riffing de "Luciferian Sovranty" fait mal aux dents).


Pis cela sera très certainement mon cadeau de St Valentin (sic).


Jus de cadavre + 1.


!!! !!! !!! OZZY RULES !!! !!! !!!


Hâte de l'avoir sur ma platine celui-là...


C'est sûr qu'en 99, CARNIVAL IN COAL en avait sidéré plus d'un (moi inclus).
L'album de reprises qui avait suivi avait d'ailleurs, si tant est que cela soit possible, encore mis plus les pieds dans le plat : Aaaahhh ! Les fameuses covers de "Maniac" ou de PANTERA ! Cela passait en boucle à(...)


Oui, il y a des festivals, plus la proximité de Toulouse où beaucoup de grosses tournées s'arrêtent. Mais le Midi c'est vaste comme définition, la situation n'est pas la même selon que tu seras metalleux à Bayonne ou Draguignan. Bref.