Longtemps présenté comme 'ze necste biggeuh fingueuh !!' par un tas de ramollis du bulbes persuadés que jamais les hipsters ne s'intéresseraient un jour au Doom Traditionnel vintage, le Doom/Death romantico-gothique n'a finalement jamais vraiment connu de renaissance passée sa période bénie (les années 90, comme pour une très grosse majorité des styles de Metal de la 3ème génération). Alors oui, il y a toujours MY DYING BRIDE qui continue gaillardement à mener sa barque, mais pour le reste c'est un peu le vide. Entre les divers errements de PARADISE LOST, les évolutions de KATATONIA et d'ANATHEMA vers des eaux plus Progressives et la disparition de pas mal de gros noms de l'époque (CELESTIAL SEASON, GOD FORSAKEN, etc...), le genre n'a finalement trouvé comme port d'attache que les pays de l'Est où il continue de bien se porter avec des groupes comme REVELATIONS OF RAIN, WHEN NOTHING REMAINS ou ABSTRACT SPIRIT.

LAPSUS DEI ne sont pas du tout russophones mais chiliens, et pratiquent le genre depuis une bonne vingtaine d'années. Mais c'est sur le label russe Endless Winter que je les avais découvert il y a presque dix ans. Depuis, le groupe s'est pas mal amélioré comme en témoignent les 3 morceaux présentés ici. Contrairement à la grosse majorité des groupes de Doom/Death locaux (comme POEMA ARCANUS ou MAR DE GRISES), LAPSUS DEI n'a pas l'Angleterre comme inspiration mais la Suède et les USA : difficile de ne pas penser au KATATONIA de Tonight's Decision à l'écoute de "The Feeling Remains", et à NOVEMBERS DOOM sur "Faithless". Les Chiliens se sont clairement améliorés depuis ma première expérience de leur musique, et cette matûrité nouvelle est un point non-négligeable dans l'appréciation de ces 3 nouveaux morceaux. Tout juste regrettera-t-on que, une fois de plus, le groupe n'expérimente pas plus avec leur langue natale comme ils avaient pu le faire par le passé : l'Espagnol est une langue qui se prête à merveille à la pratique du Doom/Death, encore plus quand elle fait appel à quelques particularités locales (je pense notamment aux références régulières aux grandes figures des poètes chiliens dont POEMA ARCANUS s'est fait une spécialité). Le résultat final présenté ici est fort sympathique, mais se fait vigoureusement fesser quand on attaque la seconde partie du disque.

Car OFFICIUM TRISTE démarre sur un "The Weight Of The World" beau à en pleurer. Des lignes de guitares mélodiques et poignantes, qui montent en puissance, un Pim Blakenstein dont le chant touche juste, une fine utilisation des claviers : on pense au ANATHEMA de Untouchable, mais avec un tempo ralenti de moitié ce qui permet à chacun des musiciens de déployer son talent lentement. Cette chanson est une merveille de construction, où chaque placement de note est juste. 4 minutes et 50 secondes absolument parfaites, une leçon du genre. Et tellement bien donnée que l'on en oublie qu'il ne s'agit pas d'un inédit mais d'une reprise du groupe de Rock Indé britannique THE EDITORS (l'originale est parue sur leur album de 2007 An End Has A Start), démontrant la capacité des bataves à se réapproprier avec talent un morceau issu d'un univers musical totalement différent du leur (déja démontrée en 2009 par leur très belle reprise du "Love Like Blood" de KILLING JOKE, disponible sur sur leur best of Charcoal Hearts - 15 Years Of Hurt).

Forcément, les deux titres qui suivent sont d'un niveau inférieur mais cela tient plus au fait qu'il s'agit de deux morceau tirés de la prestation du groupe au Malta Doom Fest 2014 : tout d'abord une version très épurée de "On The Crossroads Of Souls" (tirée de Giving Yourself Away, sorti en 2007); et ensuite une version qui confine au Funeral Doom de "Pathway (Of Broken Glass)" (tirée de The Pathway, sorti en 2001), avec ce choix du groupe de cantonner les deux guitares à un simple rôle de rythmique afin de laisser les claviers se charger de l'assise mélodique (logique, quand on voit que c'est ce qui était à la mode dans le Doom/Death à l'époque où l'album était sorti).

Sans contestation possible, c'est l'équipe issue du Vieux Continent qui sort vainqueur de ce match Chili/Pays-Bas. Mais ne croyez pas que celle née dans le Nouveau Monde n'en vaille pas la peine : ce split CD ne fera pas mauvais genre dans votre collection, et servira aux débutants à découvrir l'un des plus intéressants groupes de Doom/Death sud-américains.


Titres de l'album :

1. LAPSUS DEI - Human

2. LAPSUS DEI - Faithless

3. LAPSUS DEI - The Feelings Remains

4. OFFICIUM TRISTE - The Weight Of The World (reprise de THE EDITORS)

5. OFFICIUM TRISTE - On The Crossroads Of Souls (live au Malta Doom Festival 2014)

6. OFFICIUM TRISTE - Pathway (Of Broken Glass) (live au Malta Doom Festival 2014)

Facebook Lapsus Dei // Facebook Officium Triste


par Doomfinder General le 07/01/2020 à 11:00
75 %    310

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Norman Shores

De L'ombre Surgit La Lumière

Wolfbrigade

The Enemy : Reality

The Odious

Vesica Piscis

Kirk Windstein

Dream in Motion

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Lindemann

21/02 : L'olympia, Paris (75)

+ Neptrecus + Manzer

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Photo Stream

Derniers coms

Et bien moi je prends ça comme une putain de bonne nouvelle !
Deux PRIESTs pour le prix d'un, que demander de plus ?!
Hâte de voir ça en live...


Comme vous je vais me pencher sur cet album. Par contre je n'ai jamais bouder ke groupe lors de ses prestations live. Leur chanteur est un très puissant frontman


C'est très bon


En effet pas mal du tout dans le genre. Même si déjà entendu 1000 fois. Plus Grave que Grave !


Ca sent vraiment la fin du bal, là.


Le pire la dedans, c'est que tout le monde serait d'accord pour qu'il dise stop. Mais malgré son statut de star, ses thunes etc... Il ne sait faire qu'une chose, c'est chanter sur scène. Dans ce sens, la célébrité c'est moche. Ozzy est mort vive ozzy !


Excellente nouvelle ! Hâte de les voir à Toulouse avec Holt.


Merci pour la réponse Simony. Et donc, rien de bien méchant apparemment, un petit bizutage !
En même temps dans Death, comme les musiciens changeaient tout le temps ou presque, tout le monde était toujours le petit nouveau.


100 % d'accord avec la chronique !!


Magnifique chronique. Chapeau l'artiste !


D'après les différentes rumeurs et témoignages, James Murphy a été la cible de nombreuses blagues de la part de Chuck notamment, le syndrome du p'tit nouveau quoi !


"Pas un mot dans la presse française." Pas étonnant, mais peut-être pas plus mal au final.
J'imagine le truc : "Il y a 50 ans le rock métal naissait avec le premier album de Black Sabath et son chanteur ozi osborn star de télé réalité. Mais les fan de métal ne sont pas méchant, comme(...)


@ Living Monstrosity : excellent, on sent le bon souvenir ;)


Pas un mot dans la presse française. J'ai juste vu dans le journal barcelonais "La Vanguardia" un long article sur l'histoire du Heavy Metal à partir de ce disque, truffé d'erreurs au milieu d'analyses générales pas trop mal vues.


J'allais posé la même question ?!


"...subi l'humour particulier du reste du groupe." : c'est à dire ?


Déjà 30 balais ! Merci pour ce coup de projecteur !

Je suis en 5ème et et me souviens d'un pote au collège qui m'annonce que le nouveau Death vient de sortir. On est pré-boutonneux mais déjà accros à ce nouveau son depuis la découverte d'Altars of madness ou Leprosy.
Le m(...)


Quand Iron Maiden prend des ecstas !


nos pulsions les moins inavouables ... donc les plus avouables ?
(oui y en a qui lisent les chroniques ^^)
et oui ... à presque 50 ans on écoute encore du metal extrême ... parce que c'est bon !


Excellent !