Me voilà donc en train de chroniquer le premier album live d’un groupe brésilien qui m’était jusqu’à lors complètement inconnu. Après tout pourquoi pas, la découverte a toujours du bon, mais autant admettre que l’underground règne en maître sur cette réalisation…Il fut un temps où les groupes devaient patienter de longues années et se construire une discographie solide avant de pouvoir s’essayer à l’exercice Ô combien périlleux de l’enregistrement en public, mais cette époque est bien révolue, et les AXECUTER en profitent donc pour nous offrir en CD un témoignage de leur vitalité. Pour les néophytes, dont j’admets faire partie sans aucune honte, ce trio originaire de Curitiba s’est formé en 2010, et depuis n’a pas laissé traîner les choses, puisqu’on compte dans sa production une démo, trois EP, une compilation, et un full-lenght, ce qui en fait l’un des groupes les plus prolifiques du Heavy Metal lusophone. Est-ce pour autant que chacune de leurs interventions est notable et mérite votre attention ? Je vous laisserai seuls juges de ce paramètre, puisqu’après avoir tendu les oreilles sur leur unique LP, Metal Is Invincible au titre fort évocateur, je ne serai capable de vous prodiguer une réponse…Toujours est-il qu’ils ont franchi le pas, et qu’aujourd’hui, cet A Night of Axecution est disponible via les bons soins de Mindscrape Music, label national qui n’hésite pas à soutenir ses poulains. Et autant dire que ce disque en concert est assez fidèle à l’image que les brésiliens projettent depuis un peu moins de dix ans, en privilégiant l’authenticité, la franchise, et une certaine vision entachée de clichés d’un Heavy Metal qui aurait fait fureur dans les années 80. Tout ça sent très bon les vestes à patches, la bière, et la foi en un Metal torride et sans concession, rapprochant le trio (Danmented - chant/guitare, Rascal - basse et Verdani - batterie) d’une version très primitive d’un RAVEN, ou d’un GRIFFIN débarrassé de tous ses tics, et plus ouvertement, de tous les combos découvrant il y a trente ans le pouvoir fédérateur d’une musique simple et diaboliquement basique.

Evidemment articulé autour de leur unique réalisation longue-durée, ce live bénéficie d’un son très cru qui restitue à merveille l’énergie du combo on stage. On y retrouve tous les « hits » du gang, les "Raise The Axe", "Bangers Prevail" et "Attack", mettant en avant un certain flair dans le choix des riffs d’enfer, mais aussi quelques petites surprises, dont une reprise des FLAGELADÖR, captée en studio histoire d’offrir aux fans un petit bonus. Gageons que ces derniers seront comblés de retrouver leur groupe fétiche dans une forme olympique, et qu’ils feront abstraction du caractère délicieusement obsolète de cette musique qui semble être restée bloquée à l’âge d’or du Heavy Metal d’Amérique du sud. Aucun cliché ne nous est épargné, de ces lyrics à faire passer les MANOWAR pour de fins lettrés, à ces guitares obstinément obsédées par les motifs les plus éprouvés, en passant par ce chant rauque régurgitant ses invectives d’une voix de stentor un peu enroué, sans oublier ces rythmiques simples qui permettent de headbanguer sans se poser de questions inutiles. Tout ici respire et expire le Metal le plus intrépide, celui-là même que la charnière 85/86 célébrait comme le Messie, et ce live prend alors des allures d’office démoniaque, dont il est inutile d’attendre autre chose qu’un classicisme formel. Les plus évolutionnistes balaieront d’un revers de manche les bracelets cloutés qui transpercent cette réalisation, en arguant du fait que depuis les années 80 le Metal a fait d’incontestables progrès, mais les plus passéistes et plus généralement, ceux qu’une bonne séance d’hélicoptère capillaire peut séduire à l’occasion célèbreront la passion de musiciens qui n’éprouvent aucune honte à se plonger dans le passé pour alimenter leur présent.

Et il est certain qu’A Night of Axecution, s’il n’est certainement pas le A Night At The Opera Metal en vivo que personne n’osait espérer, donne matière à de sacrées giclées de Heavy en fusion, parfois à la lisière d’un Thrash modéré, un peu dans l’optique du HEXX de Quest For Sanity (« The Axecuter », sommaire, brutal, mais fier et imparable), roublard en diable, mais sincère sur ses intentions. Et après tout, avec des morceaux comme « No God, No Devil (Worship Metal!) » ou « Bangers Prevail », impossible de se tromper sur la marchandise, et il devient donc inutile de reprocher au trio de jouer son propre jeu, sans se demander s’il est encore d’une quelconque utilité. Car il l’est, sans conteste. Sans surfer à outrance sur la vague old-school qui sévit un peu partout dans le monde depuis une bonne dizaine d’années, les AXECUTER tirent leurs clous du jeu, et se montre habiles instrumentistes, jamais avares d’une petite intervention fédératrice. Si le mixage empêche de saisir les réactions épidermiques d’un public conquis à la passion thermique, on peut quand même apprécier la précision rythmique, qui outre son rôle de marteau-piqueur épileptique sait aussi lâcher quelques figures pas forcément imposées. Niveau soli, le leader incontesté Danmented sait aussi se débrouiller, et nous décoche quelques flèches qui font mouche, et qui permettent d’aérer ses parties vocales un peu trop obstinées. Bien sûr, le timing est parfois un peu trop étiré, live oblige, mais les trente et quelques minutes passées en compagnie de cette horde damnée passent très vite, même si le tempo à tendance à rester bloqué sur la même cadence. On écoute, on apprécie, et on se prend à regretter l’époque des CROSSFIRE et autres WARFARE, sans que les brésiliens ne se sortent d’affaire et ne passent pour la référence qu’ils ne sont pas encore.

Le final cadeau en studio permet de découvrir un trio très à son aise en lieu clos, et nous offre une belle version du « Missão Metal » des FLAGELADÖR, qui accélère enfin les débats et nous rapproche d’un Thrash épileptique de fort bon aloi. Le bilan devient alors plus que positif, et nous rappelle que nous sommes tous des enfants du Metal quoi qu’on en dise. Et si ce live séduira plus volontiers les amateurs de concerts locaux organisés avec les moyens du bord qu’une incarnation live de RUSH dans un stade canadien, il nous rappellera à quel point l’underground est important et mérite notre soutien. Du brutal, de l’animal, mais aussi pas mal de plaisir même pas coupable. Il n’y a aucun mal à préférer la bière à une Veuve Clicquot non ?


Titres de l'album:        

  1. Intro
  2. Attack
  3. Raise the Axe
  4. Creatures in Disguise
  5. The Axecuter
  6. No God, No Devil (Worship Metal!)
  7. Bangers Prevail
  8. Missão Metal (Flageladör Cover)

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 29/04/2018 à 18:14
70 %    219

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Dirty Shirt

Letchology

Haunt

Mosaic Vision

Stonecast

I Earther

Devil Master

Satan Spits On Children Of Light

Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

En voilà un qui aura marqué l'esthétique du Metal, en quelques oeuvres. Il suffit parfois de peu.


C'est ce côté vite torché qui donne toute cette bestialité justement je trouve. Y a bien peu d'album Metal aussi intense et violent que Reign selon moi.


@KaneIsBack, à l'origine Reign In Blood devait durer plus longtemps que 28 minutes mais lorsque le groupe est rentré dans le studio et a branché le matos, ils ont speedé comme des malades et c'est devenu Reign In Blood. Peut être avaient-ils le feu au derche ou envie de boucler le record le plu(...)


En fait, je crois que je me suis mal exprimé. C'est surtout que cet album me frustre, en fait. J'aurais voulu des morceaux plus développés, un peu plus longs. Criminally Insane, par exemple, est un super morceau, mais à peine 2 mn 20, quoi... Frustrant, oui, c'est plutôt ça pour moi.


Découvert en 88, j'ai mis des années avant de cerner et d'apprécier ce disque.
Depuis, je l'ai acheté à 4 reprises à force de l'avoir usé.


Je viens d'acheter deux tonnes de tomates... ;)


Kanelsback, cet album est tellement violent, sauvage, radical, intense, que c'est justement en ayant acheté et écouté cet album bien des années après avoir découvert Slayer ( je me contentais alors des morceaux en version live) que j'ai compris pourquoi Slayer ÉTAIT Slayer. Et c'est devenu de(...)


Je vais faire mon hérétique : j'ai jamais pu blairer cet album... Ne pas l'avoir découvert à l'époque joue sans doute dans mon ressenti, j'imagine, mais je m'emmerde en écoutant ce disque. Hormis Angel of Death et Raining Blood, je trouve les morceaux un peu torchés à la va-vite et basiques.(...)


mauvais


Merci de ta chronique .
Ici le batteur mentionné.
Chronique très appréciable , et très bien écrite . Et dont l'analyse globale est pertinente
Cela dit , même si j'aime les " anexes " Atheist et Mekong delta et Holy moses , je n'ai jamais été vraiment influencé par ce gen(...)


Même classement pour moi que Jus de Cadavre !
Et des pochettes qui auront marqué mon adolescence...


Mmh, ça se tire la bourre avec Master Of Puppets pour le titre du plus grand album Metal au monde... Mais c'est dans le top 2 des plus grands oui... :D
Aller j'ai de la route ce soir, je sais ce que je vais écouter dans la bagnole !


Pochette mythique pour un album mythique. Peut être le plus grand de tous les temps...


J'arrive après la bataille, mais interview une fois de plus très cool !

Et ça fait tellement plaisir de lire ça : "Combien de groupes entend on se plaindre de ne pas attirer suffisamment de monde en concert alors que les mêmes musiciens ne vont jamais aux concerts des autres ?"


Pas top, du revival classique.


Ca casse pas trois pattes à la dinde. Voix générique au possible, notamment.


Pour ma part, l'extrait disponible (Black Flame Candle) me rappelle les meilleurs moments de Toxic Holocaust. Je vais du coup m'y atteler plus sérieusement!


Pas mal du tout ce truc ! La chro résume parfaitement bien la chose !
"le Punk s’est toujours très bien marié au Black le plus primal " et ça je plussoie fois 100.


Très intéressante démarche que celle de Sun, d'autant plus par le producteur de The Dø !


Sorceress était vraiment inintéressant, ce que je n'avais jamais ressenti avec Opeth quand bien même je préfère la période Still life / Blackwater park / Deliverance. J'espère que celui-ci rattrapera la donne, faute de quoi je passerai mon chemin à l'avenir.