Me voilà donc en train de chroniquer le premier album live d’un groupe brésilien qui m’était jusqu’à lors complètement inconnu. Après tout pourquoi pas, la découverte a toujours du bon, mais autant admettre que l’underground règne en maître sur cette réalisation…Il fut un temps où les groupes devaient patienter de longues années et se construire une discographie solide avant de pouvoir s’essayer à l’exercice Ô combien périlleux de l’enregistrement en public, mais cette époque est bien révolue, et les AXECUTER en profitent donc pour nous offrir en CD un témoignage de leur vitalité. Pour les néophytes, dont j’admets faire partie sans aucune honte, ce trio originaire de Curitiba s’est formé en 2010, et depuis n’a pas laissé traîner les choses, puisqu’on compte dans sa production une démo, trois EP, une compilation, et un full-lenght, ce qui en fait l’un des groupes les plus prolifiques du Heavy Metal lusophone. Est-ce pour autant que chacune de leurs interventions est notable et mérite votre attention ? Je vous laisserai seuls juges de ce paramètre, puisqu’après avoir tendu les oreilles sur leur unique LP, Metal Is Invincible au titre fort évocateur, je ne serai capable de vous prodiguer une réponse…Toujours est-il qu’ils ont franchi le pas, et qu’aujourd’hui, cet A Night of Axecution est disponible via les bons soins de Mindscrape Music, label national qui n’hésite pas à soutenir ses poulains. Et autant dire que ce disque en concert est assez fidèle à l’image que les brésiliens projettent depuis un peu moins de dix ans, en privilégiant l’authenticité, la franchise, et une certaine vision entachée de clichés d’un Heavy Metal qui aurait fait fureur dans les années 80. Tout ça sent très bon les vestes à patches, la bière, et la foi en un Metal torride et sans concession, rapprochant le trio (Danmented - chant/guitare, Rascal - basse et Verdani - batterie) d’une version très primitive d’un RAVEN, ou d’un GRIFFIN débarrassé de tous ses tics, et plus ouvertement, de tous les combos découvrant il y a trente ans le pouvoir fédérateur d’une musique simple et diaboliquement basique.

Evidemment articulé autour de leur unique réalisation longue-durée, ce live bénéficie d’un son très cru qui restitue à merveille l’énergie du combo on stage. On y retrouve tous les « hits » du gang, les "Raise The Axe", "Bangers Prevail" et "Attack", mettant en avant un certain flair dans le choix des riffs d’enfer, mais aussi quelques petites surprises, dont une reprise des FLAGELADÖR, captée en studio histoire d’offrir aux fans un petit bonus. Gageons que ces derniers seront comblés de retrouver leur groupe fétiche dans une forme olympique, et qu’ils feront abstraction du caractère délicieusement obsolète de cette musique qui semble être restée bloquée à l’âge d’or du Heavy Metal d’Amérique du sud. Aucun cliché ne nous est épargné, de ces lyrics à faire passer les MANOWAR pour de fins lettrés, à ces guitares obstinément obsédées par les motifs les plus éprouvés, en passant par ce chant rauque régurgitant ses invectives d’une voix de stentor un peu enroué, sans oublier ces rythmiques simples qui permettent de headbanguer sans se poser de questions inutiles. Tout ici respire et expire le Metal le plus intrépide, celui-là même que la charnière 85/86 célébrait comme le Messie, et ce live prend alors des allures d’office démoniaque, dont il est inutile d’attendre autre chose qu’un classicisme formel. Les plus évolutionnistes balaieront d’un revers de manche les bracelets cloutés qui transpercent cette réalisation, en arguant du fait que depuis les années 80 le Metal a fait d’incontestables progrès, mais les plus passéistes et plus généralement, ceux qu’une bonne séance d’hélicoptère capillaire peut séduire à l’occasion célèbreront la passion de musiciens qui n’éprouvent aucune honte à se plonger dans le passé pour alimenter leur présent.

Et il est certain qu’A Night of Axecution, s’il n’est certainement pas le A Night At The Opera Metal en vivo que personne n’osait espérer, donne matière à de sacrées giclées de Heavy en fusion, parfois à la lisière d’un Thrash modéré, un peu dans l’optique du HEXX de Quest For Sanity (« The Axecuter », sommaire, brutal, mais fier et imparable), roublard en diable, mais sincère sur ses intentions. Et après tout, avec des morceaux comme « No God, No Devil (Worship Metal!) » ou « Bangers Prevail », impossible de se tromper sur la marchandise, et il devient donc inutile de reprocher au trio de jouer son propre jeu, sans se demander s’il est encore d’une quelconque utilité. Car il l’est, sans conteste. Sans surfer à outrance sur la vague old-school qui sévit un peu partout dans le monde depuis une bonne dizaine d’années, les AXECUTER tirent leurs clous du jeu, et se montre habiles instrumentistes, jamais avares d’une petite intervention fédératrice. Si le mixage empêche de saisir les réactions épidermiques d’un public conquis à la passion thermique, on peut quand même apprécier la précision rythmique, qui outre son rôle de marteau-piqueur épileptique sait aussi lâcher quelques figures pas forcément imposées. Niveau soli, le leader incontesté Danmented sait aussi se débrouiller, et nous décoche quelques flèches qui font mouche, et qui permettent d’aérer ses parties vocales un peu trop obstinées. Bien sûr, le timing est parfois un peu trop étiré, live oblige, mais les trente et quelques minutes passées en compagnie de cette horde damnée passent très vite, même si le tempo à tendance à rester bloqué sur la même cadence. On écoute, on apprécie, et on se prend à regretter l’époque des CROSSFIRE et autres WARFARE, sans que les brésiliens ne se sortent d’affaire et ne passent pour la référence qu’ils ne sont pas encore.

Le final cadeau en studio permet de découvrir un trio très à son aise en lieu clos, et nous offre une belle version du « Missão Metal » des FLAGELADÖR, qui accélère enfin les débats et nous rapproche d’un Thrash épileptique de fort bon aloi. Le bilan devient alors plus que positif, et nous rappelle que nous sommes tous des enfants du Metal quoi qu’on en dise. Et si ce live séduira plus volontiers les amateurs de concerts locaux organisés avec les moyens du bord qu’une incarnation live de RUSH dans un stade canadien, il nous rappellera à quel point l’underground est important et mérite notre soutien. Du brutal, de l’animal, mais aussi pas mal de plaisir même pas coupable. Il n’y a aucun mal à préférer la bière à une Veuve Clicquot non ?


Titres de l'album:        

  1. Intro
  2. Attack
  3. Raise the Axe
  4. Creatures in Disguise
  5. The Axecuter
  6. No God, No Devil (Worship Metal!)
  7. Bangers Prevail
  8. Missão Metal (Flageladör Cover)

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 29/04/2018 à 18:14
70 %    118

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Dynazty

Firesign

Scorched

Ecliptic Butchery

Axxis

Monster Hero

Architorture

World Peace

Brainstorm

Midnight Ghost

Necronomicon

Unleashed Bastards

Dream Patrol

Phantoms of the Past

Grrrmba

Embodiment

Black Phantom

Expiration Date

Fullminator

Crackattack

Benighted

Dogs Always Bite Harder Than Their Master

Black Paisley

Perennials

Disgrace And Terror

Age of Satan

Bogue Brigade

Ruinous Behavior

Lioncage

Turn Back Time

The Cruel Intentions

No Sign of Relief

Void

Jettatura

Cauldron

New Gods

Tony Mitchell

Beggars Gold

Bosse-de-nage

Further Still

Interview avec Harun Demiraslan

youpimatin / 20/10/2018
Groove Metal

Hangman's Chair + SBRBS / Live-report Rennes

Jus de cadavre / 09/10/2018
Stoner Doom

Voïvod + Bio-Cancer + Hexecutor

RBD / 06/10/2018
Mosh

Interview VOÏVOD - Daniel "Chewy" Mongrain

mortne2001 / 02/10/2018
Daniel Mongrain

Bloodshed Festial - Jour 2

Mold_Putrefaction / 02/10/2018
Breakcore

Concerts à 7 jours

+ Black Mirrors + The Vintage Caravan

26/10 : Backstage, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Il y a donc peu de chances de les voir tourner avec VIRUS...(pardon)


Mmmmh, ça risque de me plaire ça ! Et cet artwork (très Doom Metal dans l'ambiance pourtant) donne bien envie aussi !


On me provoque, là ! C'est l'un des quelques albums pour lesquels j'avais fait une chronique remontant le temps sur feu Violent Solutions il y a dix ans. Et mon avis n'a guère évolué : le contexte était très hostile pour le trio restant, et au lieu de vouloir rassurer les fans par un album bou(...)


Bon alors moi, forcément, je déteste cet album et d'ailleurs tout ceux qui ont suivi...
Même chose d'ailleurs pour tout ce qu'à pu faire le père Cavalera ensuite.
Vieux con speaking... ... ...


Merde, si j'avais connu ça en 1994 j'aurais adoré....c'est excellent.


Pas convaincu... entre cette intro "sur-blastée" qui sonne totalement forcée et ce chant mielleux ridicule, j'ai de sérieux doutes sur les ambitions (capacités ?) du groupe depuis le départ de Wichers...


En effet la production est juste énorme ! Ce son de gratte bordel...


HM2 tous potards au max! un son bien cracra comme j'aime et deux très bon morceaux
vivement le 26


On se croirait revenus 25 ans en arrière quand on découvrait Stratovarius ... pas désagréable, mais quel est l'intérêt de produire ce genre de musique de nos jours ...


Quelle excellente chronique! Merci


Les mêmes que sur l'album de Nader Sadek, avec Vincent à la place de Tucker... Curieux d'écouter ça, perso.


Ouais, ben ce second album est quand même carrément moins bon que leur premier... En même temps l'attente était énorme après le "buzz" de Devoid Of Light !


Un mec en veste en jean sans manches, à dit « ha ha » il parait...


Hé mais faut arrêter les gars, j'ai pénétré personne moi vous me prenez pour qui? :)


Superbe chronique, bein écrite et qui rassemble bien toutes les impressions du disque ! J'adhère à fond ! Merci d'avoir mis en avant BLACK PAISLEY !


Il sonne bien Suédois ou Néerlandais pour du Death Québécois, ça change.


Et bien rassures-toi RBD, ton report est à peine "moins pénétrant que celui d'un Mortne2001"...
Vraiment...
Bravo donc.


Oui, je pense que le groupe aussi ! Une galère interminable j'ai cru comprendre !


Affiche pas mal aussi hâte de voir AORLHAC et DARKESTRAH.....


En plus c'est une belle affiche ce lundi....